ARCHIVES/Quand Lyon accueille le roi du latex

Au détour d’une boîte d’archives contenant des photographies, nous découvrons un bien curieux reportage1, 16 tirages NB 17,5 x 23 cm numérotés représentent manifestement une visite officielle :

1-3. Sortie de la gare de Perrache
4-7. Dépôt de gerbe au Veilleur de pierre place Bellecour
8-10. Réception à l’Hôtel de ville
11-12. Visite de la basilique de Fourvière
13-14. Visite au Progrès rue de la République
15. Visite au parc de la Tête d’Or
16. Remise d’une marionnette de Guignol

AML 2PH/14

Un mystérieux personnage

La gare est pavoisée ; les drapeaux américains côtoient les drapeaux tricolores.
Une foule de Lyonnais suit la délégation.
Une réception officielle a lieu à l’Hôtel de ville.

Mais qui est ce petit homme à l’air débonnaire accueilli en chef d’État et dont le visage nous est aujourd’hui totalement inconnu ?
Pourquoi est-il à Lyon ?

Abraham Spanel, AML 2PH/14, cliché n° 9, détail

Le reportage est heureusement légendé : « Visite de A. N. Spanel à Lyon, 28 février 1957 ».
Le visage a désormais un nom et les clichés sont datés.

Mais cela ne nous éclaire que très peu. Il faut poursuivre les investigations.

Dans les dossiers de presse biographiques peut-être ? Eurêka ! Il existe un dossier au nom de Spanel2 ! Il ne comporte que trois documents : trois coupures de presse relatant cette journée du 28 février 1957.

L’article du Progrès du 1er mars 1957, en particulier, intitulé Lyon a réservé un accueil chaleureux à M. et Mme Spanel, apporte plusieurs éléments qu’il serait nécessaire d’exploiter pour comprendre la présence de M. Spanel à Lyon et celle de ce reportage dans les fonds des Archives lyonnaises :

  • M. Spanel est américain ;
  • Il est milliardaire ;
  • Il a reçu 1 361 000 cartes postales de remerciement des mains du facteur français Charbonnier ; l’histoire y est racontée par M. Merlin, président-directeur général d’Europe n°1.

Abel Charbonnier, facteur, AML 2PH/14, cliché n° 13, détail

« Le facteur et le milliardaire »

Un milliardaire américain, un facteur français, la toute jeune radio Europe n° 1…
Le mystère s’épaissit !

Une nouvelle fois, l’internet est venu au secours des archivistes perplexes.
Un seul ouvrage répond aux différentes interrogations : celui de Pierre Bellemare, homme de radio et de télévision que l’on ne présente plus. L’histoire du facteur et du milliardaire y est relatée3 !

Tout début 1957, Louis Merlin apprend d’un ami qui rentrait de New-York l’existence d’Abraham Spanel, ardent défenseur de la France dans la presse américaine. Il cherche une idée pour le remercier. Il convoque alors Jacques Antoine, créateur de l’émission « Vous êtes formidable », et Pierre Bellemare, animateur. Ils imaginent demander aux auditeurs d’envoyer à Spanel une carte postale représentant leur ville ou leur village et de les lui faire livrer par un facteur français. L’élu fut Abel Charbonnier, facteur de Chavaniac-Lafayette (Haute-Loire) –où naquit le Général, personnage adulé outre-Atlantique–.

Pierre Bellemare lance l’opération le 21 janvier 19574. Le 29, la délégation décolle pour New-York. L’histoire dit qu’à l’atterrissage, les journalistes auraient délaissé le tapis rouge déroulé pour le roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite, venu participer à une assemblée générale de l’ONU, au profit de l’accolade entre le milliardaire et le facteur. La photo du milliardaire serrant dans ses bras le facteur de Chavaniac aurait été publiée dans 13000 journaux et magazines américains !

Dans son émission du 12 février, Pierre Bellemare invite les Spanel à se rendre en France.

Le 22 février, A. Spanel est accueilli par René Coty, président de la République5. La tournée de Peggy et Abraham Spanel fut ensuite triomphale. Elle les mena à Lyon le 28 février.

Mais qui êtes-vous donc M. Spanel ?

Un francophile

Abraham Spanel naît le 15 mai 1901 à Odessa, Empire russe6. Fuyant le pogrom de 1905, sa famille se réfugie à Paris où son père est tailleur et sa mère blanchisseuse. Puis elle émigre aux États-Unis, à Rochester près de New York, lorsqu’il a 10 ans.

Il n’a jamais oublié les recommandations de sa mère sur son lit de mort : “Si jamais tu deviens riche, n’oublie jamais la France à laquelle nous devons tant”7.

Devenu adulte –et riche !–, il écrit donc des articles dans les journaux américains. Il fait publier des placards à la gloire de Lafayette et de son rôle dans la création des États-Unis : « N’oubliez pas que la République des États-Unis a été baptisée par Lafayette avec du sang français » ! Il achète régulièrement des encarts dans la presse américaine pour publier ses opinions sur les affaires nationales et internationales. Et notamment en faveur des relations franco-américaines, ternies par « le fiasco de l’expédition franco-britannique sur les rives du canal de Suez et la gestion calamiteuse de la « crise algérienne »8.

Au milieu des années 1950, il a souhaité faire ériger une réplique de la statue de Liberté en rade de Cherbourg. Mais le projet est tombé à l’eau9.

Le 22 juillet 1974, il aurait même lancé un vibrant plaidoyer intitulé Mon Dieu, c’est impossible ! pour le maintien en service du paquebot France1011.

« Mon cœur bat plus vite quand je suis en France » aurait-il d’ailleurs déclaré sur le tarmac de l’aéroport de New York en accueillant Abel Charbonnier.

En devenant grand francophile (il aurait investi plus d’un milliard et demi de francs), A. Spanel a ainsi respecté les dernières volontés de sa mère.

Il meurt le 30 mars 1985 à Princeton, New Jersey, États-Unis. Il laisse derrière lui 2 enfants, David, de sa première épouse Peggy, et Ann, de sa seconde femme Margaret, ainsi que 4 petits-enfants12.

À la sortie de la gare de Perrache, AML 2PH/14, cliché n° 2

Un industriel milliardaire

À Rochester, Abraham Spanel commence à étudier la chimie et la théologie13. Devenu chimiste après 3 années passées à l’Université de Rochester, il s’intéresse à la transformation du latex sous toutes ses formes et crée sa 1ère société, la Vacuumizer Manufacturing Company. Il dépose 2000 brevets. Rapidement les affaires marchent et à 30 ans, il fait partie du club des millionnaires.

En 1932, il fonde à Rochester l’International Latex Corporation, spécialisée dans les gants en latex14 mais travaillant également pour l’armée, l’équipement ménager et les produits d’hygiène.

En 1947, les activités sont divisées.

La production et la distribution de vêtements (et sous-vêtements !) et de produits d’hygiène féminine est confiée à Playtex15, installée à Stamford, Connecticut.

Les activités liées aux matériaux flexibles (pour l’industrie pharmaceutique, la sécurité personnelle ou encore l’aérospatiale) sont quant à elles développées par l’ILC Dover, installée à Dover, Delaware. C’est par exemple elle qui a conçu les combinaisons spatiales pour la NASA, de celles qui ont marché sur la lune à celles qui sont utilisées aujourd’hui dans la Station spatiale internationale (dont celle qui a habillé l’astronaute français Thomas Pesquet lors de ses sorties extravéhiculaires en 2017)16.

Mais revenons aux origines… Lorsqu’A. Spanel prend sa retraite en 1975, il continue de soutenir la recherche médicale à travers la Spanel Foundation for Cancer Research et le Playtex Park Research Institute. Il est par ailleurs commandeur de la Légion d’honneur et fut vice-président de l’American Society of the French Legion of Honor.

À la sortie du Progrès, AML 2PH/14, cliché n° 14

La visite des Spanel à Lyon : la tournée d’une vedette à la notoriété digne d’une rockstar

Retour à Lyon le 28 février 1957. À voir la façon dont le couple Spanel est accueilli à Lyon, nul doute qu’il est alors considéré comme une vedette. Un « people » dirions-nous aujourd’hui.

Il n’est donc pas étonnant qu’un reportage lui ait été consacré. Qui en est l’auteur ? Nous l’ignorons. Mais contrairement à ce qu’avance la légende des photos, ce n’est pas Le Progrès : elles ne sont pas estampillées et ne sont pas celles qui sont publiées dans l’édition du 1er mars. Peut-être s’agit-il d’un membre du personnel communal.

Qui reconnaît-on sur ces clichés ?

Édouard Herriot tout d’abord. Alors Maire de Lyon, il reçoit à l’Hôtel de ville en charentaises ! Sur son bureau, sa célèbre pipe est posée dans le cendrier, entre son ouvrage « Madame Récamier et ses amis » qu’il vient d’offrir à M. Spanel et le micro d’Europe n° 1. Édouard Herriot n’apparaît sur aucune autre vue. Il ne fait pas partie de la délégation. Il ne participe pas au dépôt de gerbe au Veilleur de pierre. Ni même au banquet à l’Hôtel de ville ! Il se fait représenter par son adjoint P. Montel. Pour quelle raison ? Était-il empêché ? Nous savons maintenant qu’Édouard Herriot, 84 ans, vivait ses dernières semaines. Il était très affaibli. Nous sommes alors 1 mois avant son décès…

Les charentaises d’Édouard Herriot, AML 2PH/14, cliché n° 9, détail

Les représentants du Maire M. Montel et Joseph Serlin. M. Montel était Premier adjoint délégué au Personnel municipal et à l’Instruction publique. C’est lui qui a guidé le couple Spanel tout au long de la journée. M. Serlin, quant à lui, était Secrétaire général de la Ville de Lyon17. C’est lui qui a accueilli les Spanel à l’Hôtel de ville18.

Les instigateurs de l’opération lancée par Europe n° 1 Pierre Bellemare et Jacques Antoine. On aperçoit le premier dans la cour haute de l’Hôtel de ville aux façades noircies19. Et le second apparaît également dans le petit groupe qui pénètre dans l’Hôtel de ville ainsi qu’au banquet qui y est donné, tendant le micro vers M. Spanel pour en saisir le discours. L’événement créé par Europe n° 1 a, paraît-il, eu un impact spectaculaire sur les audiences dans les années suivantes.

Mais aussi Jean-Guy Mourguet20. Descendant de Laurent Mourguet, créateur de Guignol, et lui-même marionnettiste21, il offre à M. Spanel une marionnette de Guignol au cours des festivités qui ont lieu à l’Hôtel Terminus en fin de journée.

Enfin et surtout le facteur Abel Charbonnier22! Sans doute cette halte lyonnaise n’était-elle finalement qu’une étape technique sur le chemin du retour vers Chavaniac, pour changer de train… À moins qu’elle fut réclamée par Mme Spanel désireuse de saluer Mme Weil, sa cousine lyonnaise…

Le mystère de l’identification des photos est donc élucidé et le visage de M. Spanel ne nous est désormais plus inconnu !

Mais l’histoire ne dit pas si la broche en or, en forme d’épée et garnie de perles, perdue dans la journée par un membre de la suite de M. Spanel, a été retrouvée… Si ce bijou vous est familier, vous pouvez le rapporter au Progrès. Dans son article du 1er mars 1957, il a promis une récompense…

Par Anne FOREST, archiviste, Archives de Lyon
  1. Archives municipales de Lyon (AML  2PH/1 []
  2. AML 3C/404 []
  3. BELLEMARE (P.) et EQUER (J.), Ma vie au fil des jours, mes mémoires, Ed. Flammarion, Paris, 2016, pp. 221-228 []
  4. Malheureusement indisponible dans le catalogue des archives de la radio []
  5. Archives nationales, AG//SPH//11, reportage n° 917, 22 février 1957 []
  6. https://www.wikimanche.fr/Abraham_Spanel []
  7. https://gw.geneanet.org/symi43?lang=fr&m=NOTES&f=ABEL []
  8. Pierre Bellemare, op. cit. p. 221 []
  9. https://www.wikimanche.fr/Abraham_Spanel []
  10. http://www.paquebots.net/2016/10/la-fin-du-paquebot-france-1974-1979/end-of-the-ss-france-1974-1979.html []
  11. http://www.souvenirs-paquebots.com/pdf/pdf_france.pdf []
  12. https://www.nytimes.com/1985/04/02/nyregion/a-n-spanel-83-philanthropist-and-retired-playtex-chief-dies.html []
  13. http://www.revuedesdeuxmondes.fr/article-revue/n-a-spanel-avocat-de-la-france/ []
  14. Contrairement à ce qu’avance l’ouvrage de P. Bellemare, nulle trace aujourd’hui d’une quelconque industrie du préservatif… []
  15. www.playtex.fr, https://fr.wikipedia.org/wiki/Playtex []
  16. www.ilcdover.com, https://fr.wikipedia.org/wiki/Extravehicular_Mobility_Unit []
  17. http://www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr/zoom/dossiers_carriere_se/ []
  18. Cliché n° 8 et 10 []
  19. Cliché n° 8 []
  20. Cliché n° 16 []
  21. http://www.ccvl.fr/page.php?sid=&page=DT1294829486 []
  22. Cliché n° 13, entre autres []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.