PERSONNAGE/Benoît Coste, un personnage de roman

Portrait de Benoît Coste © Collection particulière

Benoît Coste est un de ces personnages de roman qu’Alexandre Dumas aurait pu croquer comme il savait si bien le faire, s’il avait connu son existence. Mais né dans notre belle ville, il cultivait la modestie lyonnaise et la fin de sa vie ne l’a pas présenté sous son meilleur jour, ce qui en fait un lyonnais oublié alors qu’il a eu un rôle essentiel dans l’histoire de la ville de Lyon. Ces quelques lignes sont trop courtes pour rappeler sa vie entière mais rappellent quelques faits marquant de cet homme romanesque dont nous fêtons le 170ème anniversaire de la mort.

Né dans une famille de financiers, de marchands-soyeux, d’échevins, assez ouverte aux nouvelles idées du début de la Révolution, sa grand-mère est une Briasson dont la famille imprime l’encyclopédie de Diderot et son oncle Camille Jordan, sera député aux Cinq-Cents et grand ami de Mme de Staël.

Les massacres de Lyon vont le marquer à jamais. Son père Isaac Coste, condamné à mort, n’échappe à la guillotine que de justesse grâce à la fameuse évasion de prison de l’Hôtel de Ville le 11 décembre 1793.Son propre oncle François Isaac Coste est exécuté le 24 décembre 1793, et son grand-père Antoine-Henri Jordan banquier, échevin, le 31 janvier 1794.

Obligé de fuir la France, avec des faux passeports, sous nom d’emprunt, la famille se réfugie en Suisse et s’installe à Constance, près de l’armée des princes dont le quartier général est à Uberlingen. Benoît Coste ne revient en France qu’en 1797 après les lois autorisant le retour des émigrés.

Comme tant de lyonnais ayant vécu les horreurs de la Révolution à Lyon, il va vouloir s’engager afin que ces atrocités ne se reproduisent plus jamais. Partageant les persécutions religieuses à Lyon, avec l’Eglise clandestine du clergé réfractaire, il assiste aux messes interdites et devient même enfant de chœur de Mgr d’Aviau, Archevêque de Vienne, logé sous un faux nom chez sa grand-mère.

En 1801, avec son cousin Noël Jordan, il a l’idée de créer un groupe religieux, « une Sainte ligue pour le bien » et en 1802, il fonde la « Société des Jeunes Gens » avec une vocation apostolique et charitable. C’est ce qui devient la fameuse Congrégation des Messieurs de Lyon.

Cette congrégation est secrète afin de ne pas mettre en danger ses membres. En 1809, la police politique de l’Empereur est toujours très active. Fouché fait interdire toutes les associations mystiques et congrégations mariales. Ce secret doit permettre à tous ses membres d’agir en toute discrétion, officiellement à titre individuel, sans que ne soit connu leur appartenance à l’ordre. Sa vocation est non seulement d’évangéliser, de développer des actions sociales (alphabétisation, soutien aux prisonniers, aux hôpitaux, aumônes etc…), mais aussi d’amener ses membres à se fortifier dans la foi, et de lancer des actions de grande envergure.

Pour Benoît Coste, « un véritable congréganiste peut être considéré comme une espèce de religieux, obligé par son état de rester au milieu du monde, mais qui n’en doit pas moins vivre toujours de la vie de foi ». En effet, Benoît Coste avait pensé avoir la vocation religieuse mais restera laïc et se mariera le 14 juillet 1807, avec Joséphine de Colomb de Gaste, fille de Pierre François, seigneur d’Hauteville et ancien député à l’assemblé législative. Ils auront une descendance nombreuse à Lyon.

L’histoire de Lyon ne peut pas être comprise en occultant la place de la Congrégation. Elle est notamment à l’origine de l’œuvre de la Propagation de la Foi de Pauline Jaricot, elle participe à la construction de la basilique de Fourvière, à la création du Nouvelliste de Lyon, pour ne citer que quelques exemples plus connus et sans oublier non plus son soutien actif pour les conférences Saint-Vincent de Paul de son membre Frédéric Ozanam.

La Congrégation est la grande œuvre de la vie de Benoît Coste qui, cependant, est engagé, à titre personnel, dans d’autres mouvements légitimistes, tels les Chevaliers de la Foi, du fait de sa proximité avec Mathieu de Montmorency, Grand Maître, qu’il avait connu lors de l’émigration. Cet ordre a pour vocation de remettre sur le trône de France le Roi légitime. La tradition familiale le met également au service secret du Pape.

Cependant, contrairement à la Congrégation de Paris, celle de Lyon  ne joue pas de rôle spécifiquement politique même si la majorité de ses membres est royaliste. A titre personnel, son engagement l’amènera cependant à être emprisonné lors des 100 jours.

La cause sociale sera également un engagement fort. Lors de la révolte des canuts de 1831, il est présent sur les barricades et montre tout son soutien à la cause du peuple qui se soulève pour défendre son emploi et sa juste rémunération. Son engagement peu connu aux côtés des canuts démontre, si tant est qu’il le fallait encore, que cette révolte n’est pas la révolte sociale que veut présenter Karl Marx dans son œuvre.

Agent de change, et banquier durant toute la première moitié du XIXème siècle, il s’implique plus dans ses œuvres que dans ses affaires et fait, comme également la bienheureuse Pauline Jaricot, faillite dans des circonstances mal connues à ce jour. Il semblerait qu’il ait fait effectuer des placements pour soutenir la cause carliste en Espagne ou d’autres œuvres pieuses. Or, cette cause ne triomphera pas et il sera dans l’impossibilité de rembourser les sommes engagées.

Le 28 septembre 1840, il retrouve le chemin de l’exil et, pour éviter la prison, suit les pas de son père en 1793. Il va à Genève puis Rotterdam, et enfin Londres avant de s’installer définitivement au Canada à Montréal. Tous ses biens mobiliers et immobiliers sont vendus en 1841. Sa fortune estimée alors à plus de 2,2 millions de francs est entièrement consacrée à rembourser l’énorme dette qu’il laissera.

C’est de cette belle province, qu’éloigné de ses enfants et petits-enfants, il écrit pour eux ses mémoires. Deux recueils, l’un purement familial et destiné à sa descendance (Mes souvenirs de 60 ans), et l’autre intitulé Histoire de la Congrégation, sont conservés et éclairent merveilleusement bien cette histoire lyonnaise.

Il est inhumé le 3 janvier 1846 dans l’église paroissiale Notre-Dame de Montréal à l’âge de 65 ans.  La Congrégation des Messieurs ne lui sera pas rancunière et la Propagation de la Foi estime même qu’il est mort en quasi odeur de sainteté. Mais l’anonymat lyonnais couvre toujours la vie de cet homme empli de conviction au-delà de ses propres intérêts.

Par Gerbert RAMBAUD, Avocat à la Cour


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. cecilia Gaillard-Nikly dit :

    Bonjour !

    Descendante, j’aimerai lire ses écrits …. pouvez-vous me dire où je pourrais les trouver ?
    Je vous en remercie,
    C.Nikly

  2. ROBIN dit :

    La « Rue Coste » à Caluire et Cuire (il n’y en a pas beaucoup en France) concerne donc à priori Benoît COSTE. Il était de Caluire, Il habitait dans cette rue ?

    • Ce n’est pas Benoît Coste qui a donné le nom à cette rue de Caluire mais sans doute Victor Coste qui a été maire de Caluire de 1814 à 1830.
      Benoît Coste n’a pas de rue à son nom à ma connaissance.
      Bien cordialement
      Gerbert RAMBAUD

      • Martial ROBIN dit :

        Bonjour et merci,

        C’est ce que m’a appris M. Bernard THIVOYON il y a quelques jours pour cette même question. La rue Coste est tout simplement une rue dédiée à un ancien maire de Caluire et n’a aucun rapport avec M. Benoît Coste, financier à Lyon à la même époque.

        Merci encore

        Martial ROBIN

        >

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.