PERSONNAGE/« Dis maîtresse, pourquoi mon école elle s’appelle… ? » (Épisode 1)

Très fréquemment, les écoles primaires commémorent de grands personnages en portant leur nom.

Ces personnalités peuvent être politiques (Jean Jaurès, Jules Ferry, Anatole France, John Kennedy, Edouard Herriot), littéraires (Victor Hugo, Alain Fournier, Jules Verne…) ou plus scientifiques (Louis Pasteur, Lumière).

À Lyon, le nom de certaines écoles laissent les écoliers ou les Lyonnais dans l’inconnu.

Des recherches dans les dictionnaires ou sur internet ne permettent pas de savoir qui étaient les dénommés Veyet (7e arrondissement), Alix (2e arrondissement), Cornier (4e arrondissement) ou encore Aveyron dans le 1er arrondissement…
Une école dont le nom commémore un département ? Une rivière ? Étrange…

Bien évidemment, la réponse peut se retrouver dans les dossiers d’archives !

De cette consultation, il ressort une spécificité lyonnaise surprenante1. Certains de ces noms sont en fait les patronymes d’anciens directeurs de ces écoles. Ils se retrouvent ainsi être commémorés pour les services qu’ils ont rendus.

Aussi, nous vous proposons de découvrir dans une série d’articles l’histoire de la construction de ces groupes scolaires pour lesquelles la municipalité lyonnaise a choisi de rappeler la mémoire d’un ancien directeur que nous évoquerons par la même occasion.

A tout seigneur, tout honneur !

Notre choix pour ce 1er épisode s’est porté sur le plus ancien groupe scolaire municipal lyonnais : Aveyron.

Le groupe scolaire Aveyron, façade du boulevard de la Croix-Rousse, 9 mars 2018. Cliché T. Vuillet.

Le groupe scolaire Aveyron : la première « maison d’école » construite par la municipalité !

Au fil de l’histoire de sa construction, ce groupe scolaire a été désigné par différentes appellations : « groupe scolaire du boulevard de la Croix-Rousse », « groupe scolaire de la rue Vaucanson », « groupe scolaire de la rue des Pierres Plantées » ou encore « groupe scolaire Aveyron ».
Nous utiliserons ce dernier terme.

C’est la loi portant sur la construction des maisons d’école du 1er juin 1878 qui oblige chaque commune à s’approprier ou construire un bâtiment scolaire. Auparavant, les municipalités pouvaient se contenter de louer des immeubles ou des appartements.

À Lyon, le Conseil municipal précède le texte législatif.

L’ancienne mairie de la Croix-Rousse abritait une école de garçons. Le bâtiment est racheté par la Compagnie des chemins de fer.
La municipalité lyonnaise se voit alors dans l’obligation de construire une nouvelle maison d’école. Un vœu du Conseil municipal est émis en ce sens le 23 février 18752.

La décision de construire un groupe scolaire sur le boulevard de la Croix-Rousse est prise par une délibération le 23 avril 18753.

Ce projet de groupe scolaire impose à la mairie d’engager des améliorations de voirie.

Sur trois façades sur quatre du groupe scolaire projeté, des travaux sont engagés : ouverture d’une nouvelle voie (rue des écoles) ; alignement sur le boulevard de la Croix-Rousse ; prolongement de la rue Vaucanson4.

Le préfet du Rhône, qui dirige alors la Ville de Lyon, charge Abraham Hirsch, architecte en chef de la Ville, de proposer un projet.

Le groupe scolaire Aveyron, croquis et plans d’A. Hirsch, s.d. AML, 476WP/2.

Le 19 mai 1875, Hirsch propose un premier projet composé de deux corps de bâtiments séparés par des cours5.

Toutefois, il est jugé trop coûteux par le Conseil municipal. Ce dernier demande alors la suppression des logements prévus pour les directeurs adjoints.

Le 4 novembre 1875, l’architecte remet un nouveau projet6. Celui-ci est approuvé par le Conseil municipal lors de sa séance du 15 février 18767.

Le budget pour les deux écoles – filles et garçons – se monte à 230 000 F. Chacune des deux écoles est censée avoir une capacité estimée de 300 élèves.

Groupe scolaire Aveyron : projet B, façade boulevard de la Croix-Rousse, par A. Hirsch, 4 novembre 1875. AML, 3S/1114.

Construction de bâtiments scolaires sur le boulevard de la Croix-Rousse : adjudication des travaux, 16 février 1876, AML, 476WP/2.

Dès le 4 mars 1876, le chantier est lancé. Un architecte dénommé Raspard est nommé afin d’assurer la surveillance des travaux.

En janvier 1877, un rapport d’A. Hirsch témoigne de travaux déjà très avancés8.

Le 19 juillet de la même année, les travaux d’installation de l’eau courante se terminent, témoignant ainsi d’une volonté hygiéniste municipale très précoce.

Au moment de l’installation du chauffage en décembre 1877, les deux écoles sont déjà en service.

Dans sa « Monographie des écoles communales de Lyon depuis 1828 jusqu’en 1891 », publiée en 1891, J. Janicot livre une description très précise du groupe scolaire : « Il se compose de deux bâtiments, l’un pour l’école de garçons, qui a son entrée rue Vaucanson, et l’autre pour une école de filles, dont l’entrée se trouve sur la Grande Côte. […] Les classes de l’école primaire sont en partie meublées de table à système Falcot de Lyon et de tables ancien modèle. Les tableaux noirs sont en bois et les cartes placées tout autour des murs »9.

Il a donc fallu un peu plus de deux ans pour décider et construire ce groupe scolaire.

Le rôle important d’Abraham Hirsch est à mettre en avant. De 1876 à 1880, en plus du groupe scolaire Aveyron, ce sont trois autres groupes scolaires qui sortent de terre sous sa responsabilité10.

C’est également sous sa direction que les deux bâtiments sont rehaussés en 1895 pour accueillir des salles de dessin dans les combles.

À l’ouverture du groupe scolaire, le directeur de l’école des garçons était M. Ménétrier. Il est remplacé en septembre 1884 par M. Rivière11. Il faut attendre le 1er mars 1900 pour qu’arrive le directeur qui marque le groupe scolaire de son empreinte et de son nom : Georges Aveyron.

Georges Aveyron, directeur d’école : oui, mais pas seulement…

Fils de Paul Aveyron, teinturier, et de Jeanne-Marie Putet, couturière, Georges Aveyron naît le 19 janvier 1853 au Havre12.

Son acte de naissance nous apprend que ses deux parents sont nés à Lyon et mariés à La Guillotière le 16 avril 1849. Nous ignorons à quelle date la famille revient sur Lyon.

En 1869, alors élève à l’école supérieure de la rue Ferrandière, Georges Aveyron décide d’entrer à l’école normale de Villefranche-sur-Saône afin de devenir instituteur13.

Acte d’engagement de Georges Aveyron, 14 décembre 1869. ADRML, 1 T 1104.

Ayant réussi sa formation, il en sort le 27 juillet 1872. À la rentrée scolaire, Aveyron est nommé dans une école de Villeurbanne.

Le 18 septembre 1873, il épouse Marie Louise Mège, institutrice, à la mairie du 6e arrondissement14.

Le couple a deux enfants : Georges Maurice et Georges Jean. Ce dernier décède à l’âge de 11 mois en 190415.

De 1873 à 1878, Georges Aveyron est muté successivement à l’école chemin de Serin, puis au groupe scolaire rue Corneille.

Il devient directeur d’école en 1878 et prend ses fonctions à l’école rue de la rue Saint-Marcel (actuelle rue sergent Blandan).

Les rapports annuels d’inspection sont élogieux : « …il a déjà l’autorité d’un vieux maître… »16, « … directeur capable, actif et tout dévoué à ses fonctions »17.

Il est nommé directeur de l’école de garçons de la rue Vaucanson le 1er mars 1900. Il y reste en poste jusqu’à son départ à la retraite le 1er octobre 1912.

Dans un contexte lié aux questions de laïcité, il s’implante comme une personnalité du 1er arrondissement, comme en témoigne la note de l’inspecteur d’Académie le proposant au grade de chevalier de la Légion d’honneur : « Il jouit auprès des familles et des autorités locales d’une excellente considération. Mais c’est surtout dans sa participation aux œuvres post-scolaires que M. Aveyron a donné la mesure de son intelligente initiative et de sa grande activité. Dès 1877, en effet, il contribue à la création du denier des écoles »18.

Aveyron devient membre en 1906 de la société scolaire de secours mutuels et de retraite des 1er, 2e et 4e arrondissements de Lyon. Il est membre du patronage scolaire laïc du 1er arrondissement19.

Georges Aveyron est aussi président du comité des fêtes laïques du 1er arrondissement, pour le compte duquel il s’occupe de l’organisation du défilé scolaire.

Défilé scolaire sur la place Bellecour, s.d. AML, fonds G. Aveyron, 6II/1.

Les archives personnelles de Georges Aveyron témoignent bien de ses réflexions sur sa profession et de ses engagements dans les œuvres post-scolaires20. Elles portent aussi sur la psychologie enfantine et scolaire. On y trouve des éléments sur le rôle de l’instituteur.

Note de G. Aveyron, « De la routine chez l’instituteur », s.d. AML, fonds G. Aveyron, 6II/2.

À sa retraite, il continue d’avoir une action dans les écoles et l’instruction publique en devenant délégué cantonal de 1913 à 191521.

Il décède le 8 septembre 1919 en son domicile 96 boulevard de la Croix-Rousse22. Preuve de ses relations étroites avec la mairie, c’est Louis Mandon, secrétaire général de la Ville de Lyon, qui déclare son décès.

Sa femme, qui décède en 1929, fait un legs de 3 000 F à la Ville de Lyon. Ce don, « … dont les revenus devront être affectés chaque année à deux élèves, un garçon et une fille qui auront fréquenté le groupe G. Aveyron pendant trois années au minimum et qui se seront montrés bons élèves », reçoit le nom de legs Aveyron23.

Reconnaissance ultime de son dévouement et de ses actions envers les familles et les élèves, Edouard Herriot présente un rapport au Conseil municipal de Lyon le 6 octobre 1919 demandant que le nom de Georges Aveyron soit attribué au groupe scolaire de la rue Vaucanson.

Le Conseil municipal vote cette délibération à l’unanimité, contribuant à commémorer celui qui a rendu « … de grands services à la cause de l’enseignement laïque et contribué dans une large mesure au développement des œuvres municipales scolaires et post-scolaires »24.

Par Tristan VUILLET, archiviste, Archives municipales de Lyon

Bibliographie

DUPRAT (B.), PAULIN (M.), « De la maison à l’école : l’élaboration d’un architecture scolaire à Lyon de 1875 à 1914 », Ecole d’architecture, Lyon, 1991.
JANICOT (J.), « Monographie des écoles communales de Lyon depuis 1828 jusqu’en 1891 et la construction des groupes scolaires », Chamard, Lyon, 1891, 392 p.
LEBOIS (M.), THIVEND (M.), VUILLET (T.), « L’école primaire publique à Lyon : de la IIIe République aux années 1950 », coll. Le Kit, Archives municipales de Lyon, Lyon, 2006, 20 p.
THIVEND (M.), « L’école républicaine en ville : Lyon, 1870-1914 », Belin, Lyon, 251 p.

  1. D’après un entretien avec M. Thivend, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université Lumière Lyon 2. []
  2. Archives municipales de Lyon (AML), 2CM/18, procès-verbaux des séances du Conseil municipal de Lyon, séance du 23 février 1875 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/a45b2b239fd377befdc751086de1d1ee []
  3. AML, 1217WP/121, registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 23 avril 1875 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/679c62ed4bac1b13290091033d049032 []
  4. THIVEND (M.), « L’école républicaine en ville : Lyon, 1870-1914 », Belin, Lyon, p.72 (AML, 1C/8486). []
  5. AML, 476WP/2, rapport d’Abraham Hirsch au préfet au sujet de la construction d’un bâtiment scolaire à la Croix-Rousse, 19 mai 1875. []
  6. Pour consulter l’ensemble des plans :
    AML, 3S/1110 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/3cc85ed57815ab38f1d8d9429f8806c3

    AML, 3S/1111 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/5b25a2b3d3216316bff06c812386c845

    AML, 3S/1112 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/f00c2eeaa92b3f3b4764616286447d34

    AML, 3S/1113 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/037b1c8c98c1b2696e1e5add1ac2b42c

    AML, 3/S1114 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/2de5505bfc83f18d84eb2d96ec542f75 []

  7. AML, 2CM/22, procès-verbaux des séances du Conseil municipal de Lyon, séance du 15 février 1876 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/6df4b5ad97e3a0fdec2ea096883c91d4 []
  8. AML, 476WP/2, Rapport d’A. Hirsch au préfet du Rhône au sujet de la construction de murs de clôture, 19 janvier 1877. []
  9. JANICOT (J.), « Monographie des écoles communales de Lyon depuis 1828 jusqu’en 1891 et la construction des groupes scolaires », Chamard, Lyon, 1891, pp.62-64 (AML,1C/9394). []
  10. Il s’agit des groupes scolaires la rue Jarente, de l’avenue Berthelot et de la rue Bossuet. []
  11. JANICOT (J.), Op. Cit., pp. 180-181. []
  12. Archives départementales de la Seine-Maritime, 4 E 8739, Registre des actes de naissance du Havre, 1853. []
  13. Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML), 1 T 1104, Dossier d’élève à l’école normale de Georges Aveyron, 1869-1872. []
  14. AML, 2E/1287, registre des mariages du 6e arrondissement, 1873 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/18e8f8cad2c739f5c1454593bf47a33d []
  15. AML, 1001W/40, dossier de concession funéraire de G. Aveyron, 1901-1933. []
  16. ADRML, 1 T 5499, Note de l’inspecteur d’Académie, 1877. []
  17. ADRML, 1 T 5499, Rapport de l’inspecteur d’Académie, 29 avril 1899. []
  18. ADRML, 1 T 5499, Rapport de l’inspecteur d’Académie, 18 avril 1907. []
  19. ADRML, 1 T 5499, Notice nécrologique de G. Aveyron, 11 septembre 1919. []
  20. Le fonds, conservé aux Archives municipales de Lyon, porte la cote 6II. Pour en savoir plus, se reporter à cet article : http://www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr/zoom/fonds_georges_aveyro/ []
  21. C’est la loi du 30 octobre 1886 qui donne comme attribution au Conseil départemental la désignation d’un ou plusieurs délégués pour surveiller les écoles publiques d’un canton. Les délégués cantonaux sont nommés pour trois ans. Leur inspection porte sur l’état des locaux et du matériel, sur l’hygiène et la tenue des élèves. Elle ne peut jamais porter sur l’enseignement. []
  22. AML, 2E/2160, registre des décès du 1er arrondissement, 1919 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/30d3de156a36bd85815c714e269da442 []
  23. AML, 1217WP/188, registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 27 janvier 1930 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/8c331e5fbefbdedee7744317a761a461 []
  24. AML, 1217WP/178, registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 6 octobre 1919 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/9edbda01cac0de6eccf0dd5ae0b82096 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. banssillon vincent dit :

    ,,merci tres intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.