DÉCOUVERTE/Regard sur la Ville

Dan Ohlmann et son oeuvre © Yves Neyrolles

Dan Ohlmann et son oeuvre
© Yves Neyrolles

UNE SCULPTURE ÉVOLUTIVE AU CŒUR DE LYON

L’épopée d’une œuvre unique

Installée sur l’Esplanade de Fourvière, le 10 juillet 2013, par le Rotary International (1), Regard sur la Ville (2) est une sculpture unique tout-à-fait étonnante. L’œuvre d’art à été réalisée par le miniaturiste Dan Ohlman (3) – en collaboration avec la Fonderie Barthélémy Art à Crest et les Sculpteurs et Marbriers Réunis de Lyon – pour permettre l’accès au patrimoine culturel de la ville par les personnes déficientes visuelles.

Inauguration de Regard sur la ville le 10 juillet 2013 © Yves Neyrolles

Devenue rapidement un symbole, cette sculpture est en passe d’atteindre les 700 000 visiteurs en deux ans. Cet engouement spectaculaire est, pour la Ville de Lyon, propriétaire de la sculpture, comme pour le Rotary, le Comité Louis Braille (4), la Fondation de Fourvière et les acteurs du tourisme, une source de grande satisfaction.

Lyon du bout des doigts

La sculpture en cours de fabrication © Yves Neyrolles

Posée sur une table en pierre de taille, la sculpture en bronze représente Lyon, des quartiers anciens aux plus récents. La découverte est à la fois visuelle et tactile, les principaux sites et monuments étant répertoriés en écriture braille.
Sa conception originale permet une vision à la fois globale et détaillée de la cité et invite à mieux en comprendre l’évolution autour de centres de vie conservés au fil des siècles. Dan Ohlmann a su proposer ici différents niveaux de lecture : architectural, urbain, paysager ou symbolique.
À celles et à ceux qui n’ont pas la ressource des yeux, Regard sur la Ville offre une visite « du bout des doigts » : sur l’emplacement de l’antique Forum Vetus, devenu Fourvière, les visiteurs se laissent guider par leurs mains, allant des sites gallo-romains et Renaissance aux sites modernes. Ils découvrent ainsi l’âme de Lyon, la richesse de ses quartiers ; ils imaginent son panorama unique et la vue sur les fleuves irriguant le corps vivant de la ville, inscrite depuis 1998 au Patrimoine Mondial de l’Unesco (5).

Le sentiment du patrimoine

Regard sur la Ville fait aujourd’hui partie du paysage de Lyon. La sculpture est devenue en peu de temps une véritable attraction, un « phénomène touristique » que les guides locaux et internationaux (près de 250 à Lyon) se sont appropriés pour en faire un outil de travail grâce auquel ils expliquent et commentent le patrimoine de la ville, cette représentation en miniature étant idéale pour illustrer leur propos.

Rencontre avec Stéphanie Petit, guide-conférencière © Philippe Carry

D’autre part, la forte implication des associations de déficients visuels, qui organisent mensuellement les « Rencontres Regard sur la Ville », en partenariat avec des guides-conférenciers, contribue elles aussi au rayonnement de la sculpture et à son impact sur les visiteurs.

Ces rencontres participent du « sentiment du patrimoine » de la ville et de son appropriation collective, comme en témoigne cette exclamation de Malou Loisel, aveugle de naissance et ancienne secrétaire du Comité Louis Braille : « C’est la première fois que je visite Lyon ! »
Rassemblant tous les publics, suscitant le dialogue et la reconnaissance réciproque, la sculpture est également un puissant levier de sensibilisation à la différence.

Une sculpture vivante et évolutive

Regard sur la Ville rejoint d’autres projets en cours de réalisation dont le but est de répondre aux besoins du public, des associations de déficients visuels et des professionnels du tourisme (signalétique visuelle avec flashcode permettant aux visiteurs voyants et non-voyants de mieux comprendre la philosophie de cette réalisation et d’accéder à des informations audios sur Lyon ; projet « Modèles réduits » et impression en 3 D des monuments du patrimoine, à l’initiative du Comité Louis Braille, en partenariat avec Youfactory, usine collaborative du Pôle Pixel de Villeurbanne).

Là encore, la démarche est originale :
– intégration à l’œuvre initiale du Pont Raymond Barre et de la Tour Incity ;
– réalisation d’un parcours sonore, dispositif de localisation de la sculpture améliorant son accès encore trop limité aux seules personnes déficientes visuelles accompagnées ;
– création de l’association des « Amis de Regard sur la Ville » pour promouvoir le service à autrui et la découverte d’une ville marquée par son histoire, ouverte au progrès et à la place de l’autre dans la cité ;
– ouverture prochaine d’un site internet dédié à Regard sur la Ville.

L’humanité en avant

Cette belle entreprise renforce en nous la conviction qu’une humanité solidaire fera son chemin en s’appuyant sur l’art, public notamment, qui apparaît ici comme un lieu d’échanges face au rejet des différences.
Le patrimoine est facteur de compréhension, d’ouverture et de paix lorsqu’il relève le pari de la solidarité au service d’intérêts généraux et permet à chacune et à chacun de garder intacte sa part d’humanité accessible à la beauté et aux autres.

Visite du Rotary Club Bad Kissingen © Philippe Carry

 

Aujourd’hui plus qu’hier encore, il nous semble vital de promouvoir toujours davantage cet esprit de transmission et de partage, parce que l’œuvre vit du regard qu’on lui porte. Pour l’amour du patrimoine, pour l’émotion de l’art tout simplement, Regard sur la Ville permet de vivre en conscience ces échanges qui nous rendent utiles, libres et nous élèvent.

 

 

Par PHILIPPE CARRY

Rotary Club Lyon-Nord
« On ne voit bien qu’avec le cœur…l’essentiel est invisible pour les yeux. » – Antoine de Saint Exupéry – Le petit Prince

(1) – Le Rotary International est une organisation humanitaire mondiale et locale.
(2) – Regard sur la Ville est une action d’intérêt public des Rotary Clubs de la Métropole de Lyon, en partenariat avec APICIL et ALPTIS.
(3) – Dan Ohlman est le fondateur de la miniature d’art française. Artiste international, il est le directeur du Musée Miniature et Cinéma du Vieux-Lyon.
(4) – Le Comité Louis Braille fédère 22 associations et institutions en lien avec le monde des aveugles et mal-voyants du département du Rhône.
(5) – L’Unesco a été créé à la suite d’une conférence du Rotary en 1942 visant à promouvoir la paix entre les peuples par les échanges culturels et éducatifs internationaux.


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.