DECOUVERTE/Le développement des études chinoises à Lyon : une conquête séculaire [1/2]

«Ce qui est laborieux à réunir, est laborieux à diviser »
Matteo Ricci :  Traité de l’amitié, Nanchang, 1596

 

Contre toute attente, à la veille de la Grande Guerre, Lyon s’est dotée de la première chaire universitaire de France de sinologie pour enseigner la langue et l‘histoire de la civilisation chinoises1.  Cette étape didactique majeure élaborée pour ce champ civilisationnel alors méconnu est le fruit d’agoras européennes forgées sur les siècles de l’Empire ottoman à la faveur de questions religieuses et commerciales aux deux extrémités de l’Eurasie.  Au cours de ce processus séculaire apparaît une agora lyonnaise qui au tournant du XXe siècle où se profile le chemin de fer sino-tonkinois dit du Yunnan, se mobilise pour une instruction efficiente de cette nouvelle science.  Ce point d’orgue provincial sera, après mille vicissitudes, joué par un des rares Orientalistes « breveté de chinois », le Parisien Maurice Courant, défricheur d’un œkoumène extrême-oriental tôt sinisé.  Cette forte empreinte culturelle constituera la pierre d’attente d’un développement inédit sous le long mandat du maire sinophile Édouard Herriot.  Après le traité de Versailles pro-japonais contesté par une Chine républicaine désormais actrice de la Société des Nations, ce premier sinologue universitaire de France indûment cantonné à la coréanologie, sera la clef de voûte du futur Institut franco-chinois sis au Fort Saint-Irénée laissé alors à la disposition de la jeune université lyonnaise née en 1896.

Émergence d’une agora sinophile lyonnaise

Au Moyen-Âge, un nouvel éveil extrême-oriental s’amorce dans la capitale des Gaules avec les émissaires du pape Innocent IV alors réfugié en 1245, qui découvrent à la cour mongole l’écriture non alphabétique de l’ethnie chinoise Hàn.  Trois siècles plus tard, à l’heure du retour aux textes gréco-latins où apparaît le pays des Sères, son Collège royal nouvellement attribué depuis 1561 aux Jésuites insuffle un dynamisme inédit avec les missions du padroado pontifical de la Renaissance.  L’émigré imprimeur-libraire Horatius Cardonus alias Horace Cardon (1566-1641), proche de Rome, publie en français une première somme de connaissances sur la civilisation chinoise.  Elle a été assidûment rassemblée en italien durant 27 années d’étude in vivo par Matteo Ricci (1552-1610), le fondateur des missions jésuites sous la dynastie Ming (1368-1644).  Cette édition lyonnaise princeps2, fer de lance provincial de l’enseignement à distance d’un savoir chinois acquis à des fins missionnaires, précède les rivalités théologiques dites Querelle des rites au sein d’une chrétienté divisée sur les méthodes d’évangélisation d’un Empire devenu mandchou en 1644.  Néanmoins, l’âpre confrontation aux préceptes confucéens ritualisant les activités d’une société hiérarchisée sous l’autorité d’un prince détenteur d’un mandat du Ciel aiguise l’appétence d’une agora lyonnaise naissante pour cette civilisation.

Dans ce contexte si peu irénique, la réception en 1684 à Versailles de Shĕn Fύzōng (1657-1692) sous la houlette du jésuite flamand Philippe Couplet décuple la volonté royale d’un Louis XIV soucieux de ce “fait chinois”3, de s’émanciper du padroado pour entrer dans l’intelligence de cette autre écriture de l’Antiquité. L’envoi à Pékin de Jésuites français correspondants de l’Académie royale des sciences et l’accueil, une décennie plus tard, de Huáng Jiālüè alias Arcade Huang (1679 -1716), converti et versé en latin par les Missions étrangères de Paris seront les prémices d’une amplitude au rayonnement inconcevable pour les premiers lecteurs royaux installés à la faveur du « prodige de la France » Guillaume Budé (1467-1540).  Quelles proximités pourraient avoir la singulière écriture hàn avec les «Langues orientales autres que l’hébreu » enseignées, à l’écart de la Sorbonne, dès 1530 par l’audacieux Guillaume Postel (1510-1581) au prestigieux Collège royal de François Ier ?  Huáng, premier interprète hàn du Roi, amorce auprès des Orientalistes de la Bibliothèque royale un exercice de visu de linguistique comparée autour du syriaque, du persan, de l’arménien.  Ce face à face initiateur s’accompagne de publications françaises inédites consultées par l’agora lyonnaise4.  La construction de son savoir irradie la sphère royale de Louis XV sous l’impulsion d’aventuriers indépendants des ordres missionnaires à l’instar d’un Pierre Poivre (1719 -1786) dont la ligne directrice est de concurrencer le monopole des épices des Indes néerlandaises.  Sa découverte de l’Empire céleste doublée de sa performance commerciale à ses portes renforce au XVIIIe siècle l’ancrage de cette ville manufacturière sans parlement et sans université dans les « choses de la Chine », intérêt également partagé par son ami Henri Bertin (1720 -1792), ancien Intendant de Lyon (1754) et lecteur des controverses orientalistes égrenées dans l’Encyclopédie5.

Au XIXe siècle, l’agora lyonnaise s’étoffe de nouveaux aventuriers- marchands avides des choses de Chine encore empreintes de mystère.  La découverte de Jean-François Champollion (1790-1832) achève d’écarter définitivement la proximité – un temps envisagé – de l’écriture hàn avec les hiéroglyphes.  Nonobstant ce nouveau seuil linguistique franchi, la nouvelle École spéciale des Langues orientales vivantes créé par la loi du 30 mars 1795 de la Convention nationale n’en prévoit pas encore « une utilité reconnue pour la politique et le commerce » à l’instar du persan, de l’arabe, du turc, du tatar de Crimée et du malais6.  En revanche, en 1814,   après la publication autorisée d’un dictionnaire trilingue chinois français et latin7, le Collège royal de Louis XVIII inaugure la première chaire européenne de Langue et littérature chinoises et tartares-mandchoues.  Malgré cet accomplissement, la sinologie française est déclarée « terre déserte et presque en friche » par le premier détenteur, Abel Rémusat (1788 -1832).  Sans être jamais « allé à la Chine », l’ancien étudiant en médecine et sciences naturelles tôt captivé par un herbier chinois s’est évertué à démêler les traits de cette écriture hàn.  Suite à ses travaux, la rhétorique philologique de l’apprenti Rémusat devenu membre de la nouvelle Société asiatique de 18228 sera la pierre angulaire d’un nouvel enseignement académique au bénéfice de l’École spéciale des langues vivantes orientales.  La demande de l’instruction du « fait chinois » adaptée aux exigences commerciales se décuple dans le nouveau contexte des guerres de l’opium initiées par les Anglais en 1840 sous l’ère de l’empereur mandchou Dàoguāng (1820 -1850).

Au seuil du XXe siècle, l’agora lyonnaise sinophile fait judicieusement prévaloir le principe d’un enseignement également provincial.  Cette perspective sera esquissée par un certain Maurice Courant en pleine interrogation sur la portée didactique d’un enseignement au Collège de France essentiellement voué à l’écrit.

Maurice Courant :  un «breveté de chinois» de l’École spéciale des langues vivantes orientales

Portrait de Maurice Courant : Bibliothèque municipale de Lyon

L’idée d’institutionnaliser l’enseignement du langage de l’ethnie hàn s’impose à l’heure du premier traité franco-chinois de 1844, traité dit de Huángpŭ établi pour « dix mille ans entre la Chine et la France » afin de pallier les intérêts anglais.  L’interprète alors désigné auprès de Théodore de Lagrenée (1800-1862) est le singulier Joseph Callery (1810-1862) banni des Missions étrangères de Paris mais fort de son « fait chinois » au bout d’une décennie à Macao9.  Par suite de cet unique viatique disponible, le gouvernement décide de constituer un Corps d’interprètes de chinois à l’instar des drogmans français formés à l’École des truchements d’Orient pour les langues du Levant créée en 1669 par Colbert10.  Cette nouvelle formation sera assurée à Paris au sein de l’École spéciale des langues vivantes orientales selon le décret du ministre de l’Instruction publique du 22 octobre 1843.  Désormais recensée comme « une utilité reconnue pour la politique et le commerce », la « langue chinoise dite vulgaire » sera traitée comme une langue vivante comme le préconisait dès 1840 l’ancien élève de A. Rémusat, Antoine Bazin (1799 -1862), premier enseignant et défenseur de l’incontournable vernaculaire pour “le commerce de la vie”11.  Le premier diplôme de chinois dit moderne sera tardivement décerné sous le Second Empire en 1869 deux ans après l’Exposition universelle de 1867 où le professeur Hervey de Saint-Denys s’acharne à promouvoir un pavillon chinois malgré le refus de la Chine mandchoue consternée par le sac du palais d’été.  Les différentes acceptions de la discipline, langue chinoise dite vulgaire puis chinois dit moderne, reflètent encore les flottements des philologues pour cet autre système linguistique « sur le compte duquel nous avons les idées les plus étranges » selon le malicieux bibliophile polyglotte Pierre Jannet (1820-1870)12.

Pour « protester contre l’envahissement du charlatanisme dans les Études orientales » et défendre « la linguistique qui entend maintenir contre tous son absolue indépendance », un premier Congrès international des Orientalistes se tient le 1er septembre 187313.  Cette initiative française de rassembler, à la Sorbonne, l’Orient et l’Extrême-Orient entraîne l’intégration de l’École des truchements d’Orient au sein de l’École spéciale des langues orientales vivantes.  Les sinisants diplômés du Corps des Interprètes de cette École ouverte à tous seront, sous la IIIe République, des «brevetés de chinois».  L’absence d’épithète (vulgaire, moderne) opère de ce fait une synthèse linguistique entre le véhiculaire et le littéraire de cette écriture millénaire, alors seul ciment d‘un Empire mandchou de 600 millions de sujets aux multiples dialectes pas encore estompés par une langue nationale.

Le savoir extrême-orientaliste de Maurice Courant né à Paris le 12 octobre 1865 s’est élevé à l’aune de ce processus didactique de la sinologie.  M. Courant est en 1888 le 20e « breveté de chinois » aux côtés du Lyonnais protestant Édouard Chavannes (1865-1918), sous la présidence de l’ancien drogman, le professeur de persan Schefer (1820 -1898).  Le bachelier, versé en droit, s’est donc rendu durant trois ans avec quelques élèves de la 15e promotion à l’École spéciale des langues vivantes orientales rue de Lille à l’hôtel de l’École du génie maritime plus adapté que l’initial petit local de la Bibliothèque royale.  Selon le décret de Napoléon III, on lui devait d’enseigner « à lire, à écrire et parler la langue […] et la géographie politique et commerciale des pays où cette langue est en usage ».  Il suivra un enseignement exigeant réparti entre des répétiteurs chinois admis depuis 1871 et des professeurs français chevronnés :  Henri Cordier (1849 -1925), un aventurier devenu Orientaliste après 20 ans de Chine et Maurice Jametel (1856-1889) “breveté de chinois” nommé après une affectation à la Légation de Pékin en 1878.  Les outils pédagogiques seront les publications du précurseur A. Rémusat, de son élève- successeur Stanislas Julien (1799-1873) devenu “breveté”14 et de son rival le comte Alexandre Kleczkowski (1818 -1886), premier interprète-professeur de l’École à être « allé à la Chine » en 185415.

Le Ministère des Affaires étrangères nomme en 1889 M. Courant également « breveté » de japonais à la Légation de Pékin sous l’ère Guāngxù (1875-1908), enfant-neveu de la conservatrice impératrice douairière Cíxĭ.  Ce nouvel Interprète découvre sur les rayons de l’ancienne bibliothèque jésuite les éditions voyageuses de l’imprimerie lyonnaise de la Renaissance16.  Son affectation à Séoul tout juste affranchi de la Chine depuis le traité sino-japonais de Shimonoseki lui permet d’établir une bibliographie coréenne couronnée en 1896 du prix Stanislas Julien crée en 1872 par l’Académie des Inscriptions et Belles lettres.  Suite aux missions à Tokyo en 1893 puis à nouveau en Chine mandchoue, à Tianjin en 1895, M. Courant formule alors à Paris au Congrès international des Orientalistes de 1897 le vœu pour une seule transcription latine des sinogrammes millénaires si malaisés à romaniser, faute d’un syllabaire officiel17. À l’issue de ces performances, le Collège de France nomme M. Courant, professeur remplaçant puis suppléant aux côtés du quatrième titulaire de la chaire de langues et littératures chinoises et tartare- manchoues, son ami lyonnais É. Chavannes.  Il donne le 12 décembre 1898, année de la création de la première université impériale chinoise, une leçon intitulée «De l’utilité des études chinoises », plaidoyer à visée pédagogique publié dans la Revue internationale de l’Enseignement supérieur18.  L’agora lyonnaise parfois actrice des œuvres missionnaires post concordataires en Chine mandchoue va répondre favorablement au message de l’ancien interprète de la Légation de France à Péking dévoué à l’oralité “d’un peuple qui écrit beaucoup ; peut-être est–il le peuple qui a le plus écrit”19.

Lettre de faire-part rédigée en chinois par laquelle[e Mgr Méret, Préfet apostolique de Kouang-Tong, annonce à ses fidèles la mort de Mr. MartiaL de Prandières, Président lyonnais de l’association de la Propagation de Ia Foi de 1898 à 1906. (Archives Œuvres Pontificales missionnaires)


Lyon cité pionnière de la sinologie universitaire de France

Après l’ère des Isidore Hedde (Puy en Velay 1801-1880), Natalis Rondot (Saint Quentin 1821-1902) de la mission Lagrenée, Ulysse Pila (Avignon 1837-1909),  tous devenus lyonnais d’adoption et acteurs sous l’égide d’Émile Guimet (Lyon 1836-1918) du troisième Congrès provincial des Orientalistes après Saint-Etienne et Marseille20, le XXe siècle ouvre grâce à l’appui du gouvernement général de l’Indo-Chine les premiers cours de chinois à l’École d’enseignement colonial soutenus par le Président de la Chambre de Commerce M. Isaac.  “Lyon, ville essentiellement commerciale, s’est toujours intéressé beaucoup aux colonies.  En sont les preuves, la si riche exposition coloniale de 1894, et la récente mission lyonnaise en Chine.  Elle a compris le profit immense qu’elle pourrait retirer des débouchés coloniaux pour écouler ses produits”21.  La leçon inaugurale au Palais du Commerce, dans la salle des Réunions industrielles, le 23 janvier 1900, intitulée – L’enseignement colonial et les cours de chinois à Lyon – milite pour que « son étude ne soit pas un épouvantail » mais aide « à comprendre les affaires » en acceptant d‘abandonner les concepts occidentaux pour appréhender une pensée également irriguée par une « Langue spéciale vivante ».  L’année de la victoire à Pékin des Forces internationales sur les Boxers en 1900, la Faculté des lettres ouvre une option dont il assure également l’enseignement à des auditeurs susceptibles d’être au bout de deux ans couronnés d’un diplôme d’études chinoises décerné par la jeune Université de Lyon.  M. Courant résume ainsi sa préoccupation primordiale :  « C’est l’esprit chinois qu’il nous faut comprendre ; c’est lui qu’il nous faut modifier.  Pour le comprendre, l’Europe doit étudier les choses de Chine ; pour le modifier – si cela est possible- il n’y a que l’éducation, l’œuvre des Jésuites du XVIIe siècle reprise et transformée par les missionnaires contemporains22.

A l’heure de la construction du chemin de fer du Yunnan, M. Courant poursuit ses travaux en présentant son Catalogue des livres d’un Extrême-Orient sinisé de la Bibliothèque royale acquis depuis Mazarin, labeur qui lui vaut un deuxième prix Stanislas Julien en 1903.  Il soutient également devant un jury présidé par É.  Chavannes deux thèses alors réglementaires : un Essai historique sur la musique classique des Chinois avec un appendice relatif à la musique coréenne et sur L’Asie Centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles.  Ces thèses, munies d’une bibliographie multilingue, sont recensées dans la Revue internationale trilingue de sinologie T’oung pao (communiquer- revue)23 fondée en 1890 par Henri Cordier et l’universitaire sinologue de Leyde Gustave Schlegel (1840 – 1903) pour avoir « rendu service à la France en extrayant de ce chaos un ensemble bien coordonné ».  Doté d’un troisième prix Stanislas Julien, le « breveté » de l’École spéciale des langues orientales vivantes promu le Ier février 1913 docteur ès lettres est par décret nommé à 48 ans titulaire de la première chaire de sinologie de l’Université de Lyon.  Courant devenu provincial désormais domicilié à Écully a été en 1911 élu, aux côtés des sinophiles Bertin et Poivre, à l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon, dans la section philosophie, morale, jurisprudence, économie politique.  Au sortir de La Grande Guerre, le Président Camille Latreille loue ses compétences dans la Séance publique du 21 Décembre 1918 :  Maurice Courant nous a présenté (en 1915) un Chinois en rupture de Chine, si j’ose dire, un Chinois qui voyageait, qui traversait l’Asie Centrale, la Perse, la Chaldée, l’Asie Mineure, et ne s’arrêtait qu’aux rives méditerranéennes : Kan-Ying ouvrait ainsi, à la fin du Ier siècle après Jésus Christ, la route de l’Orient vers le monde romain, celle que les invasions ont suivie, celle que Marco-Polo parcourra en sens inverse. M. Courant, par des prodiges d’érudition et d’ingéniosité, a pu identifier les villes qu’il traversait, et auxquelles, dans la relation de son voyage, il a donné des noms chinois24.

L’infatigable défenseur du véhiculaire publie une grammaire de la langue chinoise parlée de la région septentrionale des fonctionnaires de l’Empire céleste, le kwan-hwa.  Elle sera éditée, tout comme sa « petite thèse » sur l’Asie centrale, par l’imprimeur lyonnais des Mémoires de l’Académie, Alexandre Rey, heureux de manier de nouveaux caractères en affrontant les multiples sinogrammes :  « Si l’impression a pu être menée à bien, c’est grâce aux avis toujours si précis et si compétents de l’éditeur de l’ouvrage de M. Rey, à qui j’adresse tous mes remerciements pour son aide efficace » écrira M. C le 31 juillet 1913.

Ouvrage présent à l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon

Cette étude renouvelle selon Henri Maspero de l’École française d’Extrême-Orient les premiers essais linguistiques des Orientalistes en voulant “étudier le kwan-hwa en lui-même, pour lui-même, et sans arrière-pensée de traduction […] il est indubitable que l’ouvrage de M. C. marque, au point de vue de la méthode, un notable progrès sur tous ceux qui l’ont précédé”25.  Ce travail publié dans le contexte révolutionnaire de la première République chinoise née en 1912, répond judicieusement à l’exigence des lettrés progressistes pour que la langue parlée dite « vulgaire » soit reconnue comme un outil noble au service de toute Littérature.

Après l’Exposition universelle de 1914, année où l’École des langues orientales devient nationale26, l’universitaire pertinent avec un quatrième Prix Stanislas Julien réussit à intégrer une mesure civilisationnelle et contemporaine dans son processus pédagogique par la création en 1920 de deux certificats supplémentaires sur l’Extrême-Orient dont les exigeantes modalités sont diffusées aux étudiants par l’Annuaire de l’Université de Lyon.  M. Courant s’évertue à tout enseigner, docet omnia selon la devise du Collège de France, pour transmettre à l’aune de la singularité asiatique son savoir accumulé in situ.

L’impulsion décisive donnée par ce premier sinologue universitaire de France connaît rapidement un prolongement au lendemain du Traité de Versailles contesté par un tsunami pékinois républicain du 4 mai 1919 en épaulant la première promotion de 1921 des pensionnaires-étudiants de l’Institut franco-chinois qui comportera de futurs docteurs de l’université de Lyon.  Au terme de cette vie malencontreusement assombrie par un sévère accident à la main droite et par bien des chagrins, M. Courant est décoré une décennie après la publication à Lyon de son système de transcription latine des sinogrammes27 de la Croix de Chevalier de la légion d’honneur.  Il décédera dans la capitale des Gaules le 18 août 1935 mais sera inhumé le 23 août à Paris, au cimetière de Passy, où repose Georges Haardt (1884 -1932), un des acteurs de la Croisière jaune.

***

À l’orient de cette trame institutionnelle inédite, le troisième millénaire de la Métropole renouvelle le lien universitaire sino-lyonnais afin de penser les temps modernes d’une civilisation millénaire toujours vivante.  La pertinente propédeutique de M. Courant fertilise un important pôle universitaire d’Études chinoises en compagnie d’un Institut d’Asie orientale et d’un Nouvel Institut franco-chinois. L’amplitude développée autour d’un Extrême-Orient métamorphosé et de sa diaspora désormais importante depuis l’engagement dès 1916 sur le front français de travailleurs chinois non soldats répond au souhait constant de l’infatigable Orientaliste éclairé : « la France ne saurait non plus oublier que son premier devoir et son premier intérêt, c’est de sauvegarder les écoles franco-chinoises, de donner tout leur développement aux œuvres fondées avec tant de patience et de dévouement par le patriotisme de quelques-uns de ses enfants28.  Selon le premier pédagogue de l’antiquité chinoise, Confucius (551 – 479) loin d’imaginer l’existence d’un Empire romain à conquérir, « Le bon maître est celui qui, tout en répétant l’ancien, est capable d’y trouver du nouveau » (Entretiens, II, 11).  C’est l’idée gravée en quatre sinogrammes millénaires :
au fronton du porche de l’ancien fort militaire saint Irénée sous les seize lettres majuscules de UNIVERSITE DE LYON.  Ces inscriptions bilingues seront l’objet du prochain article.

Par Chantal-Marie AGNES

  1. D’après le Dictionnaire historique de la langue française, (dir. A. Rey), Le Robert, 1992, le substantif est attesté depuis 1813 []
  2. Riquebourg-Trigault (de) D.F. :  Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de Chine, Lyon :  Horace Cardon, 1616 []
  3. Nicholas Dew, Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford, Oxford University Press, 2009 []
  4. Couplet P. :  Sinarum Philosophus, sive Scientia Sinensis, Paris : Horthemels, 1687 ; publication obtenue par Melchisédech Thévenot (1620-1692), bibliothécaire du roi ; Le Comte L. s.j. :  Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine, Paris, 1696 ; ouvrage censuré par la Sorbonne en 1700 ; Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères par quelques missionnaires de la compagnie de jésus, Paris, 1702-1776 []
  5. hau kiou choaan, histoire chinoise, traduite de l’anglois par M***, A Lyon, chez Benoît Duplain, Libraire, rue Merciere, à l’Aigle, 1766 ; Agnes C.-M. :  Stage lyonnais de deux pékinois au siècle de Pierre Poivre (1719-1786) ; Hau kiou choaan : Comment la première traduction d’un roman chinois a vu le jour à Lyon en 1766 ; Hau kiou choaan :  Un « un livre de génie » fer de lance de la traduction sino-française in hypotheses.org []
  6. Carriere A. :  Notice historique sur l’école spéciale des langues orientales vivantes, Paris, s.n., 1883 []
  7. Agnes C.-M. : De l’utilité d’un dictionnaire chinois in Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon, 2017 []
  8. AbeL-Remusat, J.-P.  :  Programme du Cours de langue et de littérature chinoises et de tartare-mandchou, Paris, I8I5 ; Essai sur la langue et la littérature chinoises, Paris, Treuttel, 1811 []
  9. Callery J. : Systema phoneticum scripturæ sinicæ, Macao, 1841 []
  10. École dite des Jeunes de langues ou des élèves de la chambre du Roi, dispensé au départ à Constantinople, à Smyrne puis à Paris au Collège de Clermont, futur Lycée Louis le Grand []
  11. Bazin A. :  Mémoire sur les principes généraux du chinois vulgaire, Paris, Imprimerie royale, 1845 []
  12. Jannet P. :  De la langue chinoise et des moyens d’en faciliter l’usage, Paris, A. Franck, 1869 28 p []
  13. Adam L. :  Congrès international des Orientalistes.  Première session. Discours de réception à l’Académie de Stanislas, Nancy, 1874 ; Duchâteau, J. :  Une création scientifique française, le premier Congrès international des orientalistes, Paris 1873, 1875 []
  14. Julien S. : Ji-tch’ang-k’eou-t’eou-hoa : Dialogues chinois à l’usage de l’école spéciale des langues orientales vivantes, publiés avec une traduction et un vocabulaire chinois-français de tous les mots, Paris, Duprat, 1863 ; Rosny Léon (de) :  Table des principales phonétiques chinoises disposée suivant une nouvelle méthode permettant de trouver immédiatement le son des caractères quelles que soient les variations de prononciation et adaptée spécialement au Kouanhoa ou dialecte mandarinique: précédée de notions élémentaires sur les signes phonétiques de la Chine, Paris, Maisonneuve et Cie, 1857 []
  15. Kleczkowski M. :  Cours graduel et complet de chinois parlé et écrit, Phrases de la langue parlée, tirées de l’Arte China de Gonçalves, Paris, Maisonneuve, 1876 ; Gonçalves J. A. :  Arte China constante de Alphabeto e Grammatica comprehendendo modelos das differentes composiçones, Congrégation missionnaire du collège de San Jose, Macao, 1829  []
  16. Dehergne J. s.j. :  La Bibliothèque des Jésuites français à Pékin au premier tiers du XVIIIe siècle, Paris, École française d’Extrême Orient, 1969 []
  17. Actes du onzième Congrès international des orientalistes, Paris-1897, Paris, imprimerie nationale, 1898 ; Courant M. :  Lecture japonaise du chinois, Paris, Journal asiatique, 1897 []
  18. Courant M. :  « De l‘utilité des études chinoises » in Revue internationale de l’enseignement, Paris, A. Chevalier-Marescq et Cie, 1899 []
  19. Courant M. :  Chine, mœurs et institutions, hommes et faits, Paris, F. Alcan, 1901 ; Les Annales de la propagation de la Foi fondées à Lyon dans la mouvance de Pauline Jaricot prolongent ainsi Les Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites []
  20. Hedde I. : Mission commerciale en Chine. Industrie des soies et soieries.  Catalogue des produits de l’Inde et de la Chine. Lyon, Barret, 1847 Rondot N. : Étude pratique des tissus de laine convenables pour la Chine, le Japon, la Cochinchine et l’Archipel indien, 1845 Congrès provincial des orientalistes, Compte rendu de la troisième session Lyon-1878, Lyon, Pitrat ainé, 1880 []
  21. Revue du Lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1899 ; La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine, 1895-1897, Lyon, 1898 []
  22. Courant M. : Chinois et étrangers in Revue des deux mondes, 1901 ; Enseignement colonial et cours de chinois à Lyon, Paris, Chevalier-Marescq, 1901  []
  23. Courant M. :  Essai historique sur la musique classique des chinois avec un appendice relatif à la musique coréenne, C. Delagrave, 1912 ; L’Asie centrale au XVIIe et XVIIIe siècle :  empire Kalmouk ou empire Mantchou ?, Lyon, A. Rey, 1912 ; T’oung Pao; Leiden Vol. 14, Jan 1, 1913 []
  24. Compte rendu des travaux de l’Académie des Sciences, Belles- lettres et Arts de Lyon, 1917 []
  25. Courant M. :  La langue chinoise parlée, grammaire du Kwan-hwa septentrional, Paris, Lyon, E. Leroux, A. Rey, 1914 [ouvrage présent à la bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon] ; kwan- hwa, kouan-houa correspondent aujourd’hui à l’unique transcription officielle de guān huà ; Maspero H. :  Compte-rendu in Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 1914 []
  26. depuis 1971 l’École est dénommée Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) dites Langues O’ []
  27. Courant M. :  Système de transcription française des mots chinois, Lyon, Bosch frères & Riou, 1925 ; Kleinclausz A. :  Éloge funèbre de M. Maurice Courant prononcé le 5 novembre 1935 in Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon, t. 22, 1936 []
  28. Courant M. :  L’éducation de la Chine et le rôle que la France y doit jouer in Chine, Mœurs et institutions, Hommes et faits, Paris, F. Alcan, 1901 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.