OBJETS/Un couperet de guillotine aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

La période révolutionnaire à Lyon fut assez courte et calme, à l’exception d’une rébellion des radicaux, qui se heurtent aux partisans de l’Ancien Régime et qui subissent une défaite et de nombreuses pertes humaines. Ce sont les aristocrates qui tiennent la ville de Lyon jusqu’au 7 février 1790, date de la prise de l’Arsenal. Cette date marque aussi la fuite du chef des aristocrates, Imbert-Colomès.

La Révolution à Lyon ne commence alors vraiment qu’en 1793. C’est en effet le début de la période dite de la Terreur. Cette appellation est due au régime mis en place par Robespierre et ses partisans à Paris, qui se diffuse rapidement dans le reste de la France. Ainsi, à Lyon, ce sont des Jacobins tels que Chalier qui exercent cette forme de pouvoir, c’est-à-dire qu’ils appliquent une démocratie centraliste et révolutionnaire. Durant leur période au pouvoir, ce groupe met en place une guillotine place des Terreaux.

Couperet de guillotine, pièce en fonte
Source : Musée Gadagne, numéro d’inventaire 524

Cependant, les Jacobins, en place depuis le 27 février 1793, sont vaincus le 29 mai de cette même année par les royalistes ainsi que par Roland, à la tête des Girondins. Comme un symbole, Chalier est le premier à être guillotiné, le 16 juillet 1793, suivi par plusieurs de ses partisans. Les Girondins et les royalistes désormais au pouvoir, Lyon n’est pas en adéquation avec les idées politiques de Paris. Face à cette rébellion, les autorités envoient l’armée de la Convention nationale à Lyon. Sous les ordres du comte de Précy, la défense de la ville est organisée. Débute alors le siège de la ville, le 9 août, et, après deux mois de combat, Lyon capitule le 9 octobre 1793.

Le comte de Précy, peinture réalisée par Jean-Joseph Dassy en 1829
Source : Musée d’art et d’histoire de Cholet. Wiki commons

La ville est destituée de son nom et devient une « ville affranchie ». Lyon retrouvera son nom l’année suivante, date de la fin de la Terreur à Paris. C’est en effet le 28 juillet 1794 que Robespierre est guillotiné à Paris.

Exécution de Robespierre, à Paris, le 28 juillet 1794
Source : Auteur et date inconnus, Bibliothèque Nationale de France, département estampes et photographie.

Par Alban DUGAS DU VILLARD


albandugasduvillard

Etudiant en Licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.