OBJETS/Lyon et la soie en peinture aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Visite de M. le Duc d’Aumale à la Croix Rousse dans l’atelier de M. Carquillat

Le 24 août 1841, le Duc d’Aumale, accompagné de représentants du monde politique et institutionnel, rend visite au tisseur Carquillat dans son atelier à la Croix-Rousse. Cette scène est représentée sur le tableau tissé : Visite de M. le Duc d’Aumale à la Croix Rousse dans l’atelier de M. Carquillat, peint par le peintre Jean Claude Bonnefond, puis dessiné et mis en carte par André Manin et enfin tissé par Carquillat.

Visite de M. le Duc d’Aumale à la Croix Rousse dans l’atelier de M. Carquillat, 1844
Source : Musée Gadagne, numéro d’inventaire 33

Originaire d’Asie, la soie est importée à Lyon par François Ier pour concurrencer l’Italie. Les tissus créés à Lyon ont ainsi fourni les couronnes européennes pendant de nombreuses années. Les canuts tissaient quotidiennement et vécurent principalement sur la commune de la Croix-Rousse dont les bâtiments permettaient d’accueillir le métier à tisser conçu par Joseph Marie Jacquart. Ce métier est présenté sur le tableau tissé à l’arrière du groupe, tandis que le portrait de son inventeur est montré au Duc d’Aumale par Carquillat.

Analyse du tableau Visite de M. le Duc d’Aumale à la Croix Rousse dans l’atelier de M. Carquillat, 1844
Sources : Photographie du Musée Gadagne modifiée par Laura Nodari

Cette industrie de la soie connut des difficultés lors de la révolution industrielle. En effet, le salaire des ouvriers chuta et 16 mois après la révolte des Trois Glorieuses de 1830 à Paris, qui mit fin au règne de Charles X, Lyon connut également une révolte. Le 21 novembre 1831, plusieurs centaines de Canuts se soulevèrent dans la Croix-Rousse marquant ainsi la première grande bataille de classe ouvrière. Comme en témoigne le tableau Combat du Pont Morand, les ouvriers de la Guillotière et des Brotteaux sont venus porter secours à leurs camarades le 22 novembre. Malgré d’importantes pertes, les canuts ressortent gagnants.

Combats du Pont Morand, estampe, 1831
Sources : Gallica (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84147608?rk=42918;4)

Cependant, en avril 1834, éclate une seconde insurrection. Les ouvriers, très mal armés tiennent tête à une garnison au moins dix fois plus importante ; mais la défaite survint au bout d’une semaine sanglante, ponctuée de très nombreuses victimes. Ces soulèvements, présentant une société plus égalitaire, constituent un modèle pour plusieurs révoltes sociales ultérieures.

Insurrection de Lyon, estampe réalisée par le dessinateur Lechard, 1834
Source : Gallica (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b540013930.r=canuts?rk=42918;4)

En 1841, lors de la visite de Henri d’Orléans, duc d’Aumale, la situation est stabilisée et il est le premier visiteur important dans un atelier de canuts après la révolte. Cinquième fils du dernier roi des Français Louis-Philippe, il est à la fois connu pour ses exploits militaires en Algérie et pour son engagement culturel. Cette visite, 10 ans après les révoltes, est un événement qui contribua à la renommée du tisserand Carquillat, et constitua moment mémorable dans la vie des canuts. Aujourd’hui, malgré une évolution des techniques, le savoir-faire des canuts subsiste et s’exporte encore.

Portrait M. Jacquard
Source : Wikipédia commons

Par Laura NODARI

À savoir :

  • D’où vient le mot « canut » ? : ce nom vient de la fonction du canut qui utilisait une canne en roseau où l’on mettait le fil qu’on plaçait ensuite dans une canette.
  • « Vivre en travaillant ou mourir en combattant » : telle était la devise des canuts lors de leur révolte en 1831.
  • Le duc d’Aumale : un mécène. Héritier du château de Chantilly, il reconstruit tout un étage détruit lors de la révolution française et l’enrichit d’une collection de 30 000 ouvrages et 3 000 manuscrits auxquels s’ajoute son immense collection de tableaux. Suivant les traces du Grand Condé, il devint une figure militaire et patrimoniale.
  • La Croix-Rousse : à cette époque ce quartier, presque entièrement peuplé d’ouvriers de la soie, était une commune séparée de Lyon par un rempart devenu l’actuel boulevard de la Croix Rousse.
  • Joseph Marie Jacquart : sa découverte en 1801 d’un nouveau métier à tisser permettant l’automatisme de la reproduction du dessin donna une nouvelle impulsion à la soierie et lui valut la réputation de précurseur de l’informatique.
  • Organisation hiérarchique des métiers de la soie : la répartition hiérarchique se divise en trois éléments. Le négociant ou fabriquant qui a les capitaux et représente l’entrepreneur. Lui-même fait travailler les chefs d’ateliers à qui il fournit la matière première et le dessin à réaliser. Ces chefs d’ateliers sont quant à eux propriétaires de leurs métiers, ils travaillent sur l’un d’eux et confient les autres à des ouvriers, c’est-à-dire à des apprentis et compagnons vivant chez leur employeur.

Sources bibliographiques :

– Fernand Rude, Les révoltes des canuts (1831-1834), La découverte/Poche, Paris, 2001
– Bernard Plessy/Louis Challet, La vie quotidienne des canuts, passementiers et moulinières au XIXème siècle, Hachette, Paris, 1987


lauranodari

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.