OBJETS/Les soldats français et prussien au corps à corps des Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

La Première Guerre mondiale bouleverse le quotidien des enfants français. Le rôle de leurs parents change : le père est parti au combat, il est donc absent pour de longs mois et donne peu de nouvelles, tandis que la mère remplace ce dernier au travail, que ce soit dans les champs, les usines ou dans d’autres secteurs professionnels. La vie quotidienne des enfants est transformée par le conflit qui devient un élément central de leur vie : outre le fait que leurs pères sont au combat, on note également une volonté ferme du pouvoir politique d’inculquer ce conflit aux plus jeunes.

En France, depuis 1914, une volonté d’« Union sacrée » se met en place entre les différents partis politiques le temps de la guerre. Une vaste propagande antiprussienne est déployée, qualifiée de « bourrage de crâne ». Les enfants sont évidemment concernés par cette dernière : les différents gouvernements mettent en œuvre une entreprise de propagande dans le cadre scolaire, tout en incitant au soutien aux pères partis se battre.

Ainsi, à l’école les enseignements changent : on valorise la patrie française tout en dévalorisant par tous les moyens l’ennemi germanique. On étudie ainsi en géographie les lieux où se déroulent les combats (Verdun, Bataille de la Somme). En arithmétique, on pose des problèmes pour rendre le soldat prussien ridicule, voire haïssable, en le mettant au centre de problèmes de façon extrêmement négative.

Ce phénomène ne se limite pas au temps scolaire : une fois sortis de l’école, les enfants jouent à faire se battre entre eux des soldats français et prussiens.

Soldats français et prussien au corps à corps. En bois, 1914
Source : Musée Gadagne, Lyon.

D’autres jeux placent un fort sentiment patriotique, comme le jeu de l’oie rebaptisé « Jusqu’au bout », dans lequel la victoire française est l’issue du jeu, tandis que toute la partie est marquée d’un ton hostile aux Allemands.

« Jusqu’au bout », jeu de l’oie réalisé par H. Bouquet, Paris, 1914.
Source : Collection du Musée National de l’Éducation, Rouen.

Dans leurs lectures aussi, cette victoire et le rabaissement total de l’ennemi sont inculqués, comme en témoigne l’extrait présenté ci-dessous de Bécassine tenant dans ses mains l’Alsace et la France.

Bécassine, une figure populaire utilisée à des fins de propagande
Source : LANGUERAU Maurice, PINCHON, Joseph-Porphyre. Bécassine pendant la Grande Guerre, Gautier-Languerau, 1915.

L’appel à une victoire écrasante et à la haine de l’ennemi, continuera à influencer le quotidien des enfants, durant tout le conflit.

Par Martin AUBELLE

Sitographie :
– http://centenaire.org/sites/default/files/references-files/niveau_primaire_-_activite_autour_de_becassine_pendant_la_guerre_0.pdf
– 
http://centenaire.org/fr/jusquau-bout-nouveau-jeu-de-la-guerre-de-1914
– 
https://francearchives.fr/commemo/recueil-2005/39597
– 
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=26&rub=dossier&item=244
– 
http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/fonds-publics/bibliotheques/archives/barbares-ogres-et-assassins-la-propagande
– 
http://crdp.ac-amiens.fr/historial/expo2003_1/accueil.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.