OBJETS/Marionnette de Guignol (1808) des Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Cette marionnette de Guignol est la plus ancienne existante : elle a appartenu à Laurent Mourguet, le créateur de Guignol. L’origine du nom du personnage n’est pas certaine, de même que sa date de création, que l’on situe généralement au début du XIXe siècle à Lyon.

Marionnette de Guignol, Laurent Mourguet, 1808
Source : Musée Gadagne, (9)49.47 (numéro d’inventaire)

Laurent Mourguet était un artisan de la soie lyonnais, un canut. A la fin du XVIIIe siècle, l’industrie connut une grave crise qui fit perdre leur emploi à de nombreux canuts dont Laurent Mourguet. Il s’orienta vers le métier d’arracheur de dents et, afin d’attirer les clients, il décida de placer un théâtre de marionnettes à côté de son lieu de travail.

Buste De Laurent Mourguet, 1912, 9 rue du Doyenné Lyon 5e
Source : photographie de Daderot, Wikimedia

Voyant que son entreprise fonctionnait bien, il décida de se spécialiser dans cette activité : il utilisait des personnages de la Commedia dell’arte au début puis créa ses propres personnages pour être plus en phase avec son époque : d’abord le personnage de Gnafron puis celui de Guignol.

Le personnage de Guignol en lui-même représente le peuple, tant par ses qualités (l’amitié, la solidarité) que par ses défauts (la mauvaise foi). Le côté humain du personnage incarné par cette marionnette de bois en a fait son succès : il dénonce les injustices et son impertinence l’a rendu attachant ; c’est ce qui lui a permis de traverser le XIXe siècle, période de grands changements. Le répertoire que propose Guignol évolue avec son temps : le comique est présent durant tout le XIXe siècle et la parodie apparaît au début du XXe siècle.

Les textes proposés lors des représentations sont, la plupart du temps, improvisés, ce qui explique pourquoi il n’y pas de traces écrites des spectacles durant toute la première moitié du XIXe siècle. Il faudra attendre 1852 pour que les premiers écrits du répertoire de Guignol apparaissent.

Ainsi, la marionnette de Guignol est un symbole de l’identité lyonnaise, née d’une période difficile et qui a su traverser les époques en imposant une image spécifique. Notons qu’aujourd’hui encore, le spectacle de Guignol est toujours présenté à Lyon.

Par Morgane LEBRETON

Sitographie :


Morgane LEBRETON

Etudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans la cadre du cours "Culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bonjour,
    Petits rectificatifs: On n’est absolument pas sûrs que la marionnette citée en exemple ait réellement appartenue à Laurent Mourguet, dixit Jean Guy Mourguet lui même: elle est ancienne, vraisemblablement du XIXeme, mais rien ne prouve celà: ce sont les Neichthauser qui en avaient fait l’acquisition et avaient évoqué cette probabilité.
    2ème point: les textes de Laurent Mourguet n’étaient pas improvisés: même si il souffrait d’analphabétisme, ça ne signifie pas pour autant que – à part des détails de lazzis ou réparties – ni la trame ni même les détails de textes n’aient été sus par coeur et donc récités sans avoir jamais été écrits. L’improvisation théatrale est certes un genre à la mode, mais n’a rien à voir avec des textes aussi structurés que ceux transcrits du vivant de Mourguet parJB Onofrio, qui attestent d’une construction « dramatique » très charpentée et souffrant peu l’improvisation.
    Je vous invite à venir le 2 septembre à 17h00 place des Célestins où dans le cadre de tout le monde dehors, nous joureons avec mon quartet et le copmédien Guiognoliset la création « Pinocchio au pays de Guignol », vous en apprendrez encore bien davantage sur les histoires comparées de ces 2 têtes de bois .
    Cordialement
    François Dumont d’Ayot
    06 75 47 23 96

    • Morgane LEBRETON dit :

      Bonjour,
      Tout d’abord merci pour votre retour sur mon article. Concernant votre remarque quant à l’appartenance de la marionette, j’ai trouvé mes informations au musée Gadagne où est exposé l’objet et le projet ayant été organisé en collaboration avec le musée lui-même, j’estime que la prise en compte de ces données a une certaine pertinence. Le cahier des charges du projet était de proposer un exposé succinct et accessible au plus grand nombre d’un objet du musée, je n’ai donc pas pu développer tous les détails concernant la marionnette tels que vous avez pu les exposer dans votre réponse.

      Les textes et scènes utilisés lors des représentations avaient probablement des thèmes récurrents et les répliques connues à force de répétitions. Cependant, je continue d’affirmer que le théâtre de marionnettes était d’abord un théâtre d’improvisation qui trouvait sa popularité dans la spontanéité des échanges. J’ai bien précisé que cette technique était utilisée « la plupart du temps » avec l’importance de la date de 1852 qui marque l’apparition des premières traces écrites certaines, les textes ayant pu être copiés antérieurement sans avoir laissé de traces.

      Merci encore d’avoir partagé ces informations

      Cordialement,
      Morgane LEBRETON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.