OBJETS/La rame et le bonnet de jouteur des Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

La rame d’honneur et le bonnet en soie brodée font partie du costume traditionnel du XIXe siècle des jouteurs lyonnais. Sur les deux objets, on peut voir le lion, symbole emblématique de la ville. Pendant les joutes nautiques, un des jouteurs affronte son adversaire en se plaçant à l’arrière de son embarcation sur le tabagnon, pendant que ses coéquipiers rament pour diriger et avancer le plus rapidement possible, afin de percuter le concurrent avec un maximum d’impact. Le jouteur est muni d’une lance et d’un plastron pour parer les coups et il doit faire tomber son adversaire à l’eau pour gagner. Les deux équipes qui s’affrontent ont des couleurs opposées : cette rame est bleue car la ville de Lyon était représentée par cette couleur.

Rame de jouteur, 1857
Source : Musée Gadagne, inventaire n° 41-268

Les joutes nautiques existent depuis l’Egypte Antique, elles permettent de se divertir sur l’eau et plus particulièrement sur les fleuves. Ce loisir, considéré aussi comme un sport, arrive à Lyon au Moyen Âge, vers le XIIe siècle. Elles ont lieu en l’honneur des membres de la cour et du roi : en 1536 les jouteurs se défient pour François 1er. Au fil des siècles, les joutes deviennent un véritable divertissement qui attire les Lyonnais.

Bonnet en soie brodée, 1807
Source : Musée Gadagne, inventaire n°411 (c)

La rame et le bonnet datent du XIXe siècle : cette période est marquée par les nombreuses crues du Rhône. Ce sont les mariniers, c’est-à-dire sauveteurs et jouteurs lyonnais, qui sont chargés de sécuriser le fleuve en portant secours aux riverains à l’eau. Ces mariniers fondent la Société des Trente-Trois, rassemblant tous les sauveteurs et jouteurs rhodaniens. Il s’agit d’une des premières Sociétés de joutes, qui se développent à la fin du siècle en Rhône-Alpes. D’autres sont fondées quelques années plus tard comme celle de Givors en 1886, de La Mulatière en 1891 ou encore de Valence en 1899. Aujourd’hui, il existe un championnat national de joutes qui se déroule les années paires selon la méthode givordine, et les années impaires à la lyonnaise. La différence tient aux côtés de croisement des bateaux : à gauche pour la joute lyonnaise, à droite pour la Givordine.

Une du journal de Guignol du 14 juillet 1893
Source : Bibliothèque Municipale de Lyon

Par Sonia MURE

Sitographie :
– http://pci.hypotheses.org/1780
– 
http://collections.bm-lyon.fr/presseXIX/PER00312414?page=1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.