OBJETS/Le métier à tisser Jacquard des Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Le métier à tisser Jacquard a été élaboré en 1801. Il est inventé par Joseph-Marie Jacquard, dont on peut voir le portrait ci-dessous, né à Lyon en 1752 d’un père tisserand, c’est-à-dire qui tisse des fils pour faire différentes étoffes. Enfant, il fut employé à tirer les cordes du métier à tisser pour aider son père. En effet, à la fin du 18ème siècle, le tissage s’effectuait à la main. Joseph-Marie chercha dès 1790 à inventer un métier à tisser plus maniable avec une technique permettant de tirer les cordes de manière automatique.

Portrait de Joseph-Marie Jacquard, peint par Claude Bonnefond en 1831
Source: Musées des Beaux-Arts de Lyon

Pour mettre au point cette machine, Joseph-Marie Jacquard s’inspira de trois techniques différentes : le métier à tisser de Vaucanson qui marche par système hydraulique achevé en 1748, le système de cartes perforées de Jean-Baptiste Falcon en 1728 et les aiguilles de Basile Bouchon en 1725. En mélangeant ces techniques, le mécanicien obtint un métier à tisser automatique : des cartes perforées soulèvent des crochets qui tirent les cordes, tandis que la disposition des trous sert à déterminer le motif du tissu.

Un métier à tisser Jacquard
Source : Photographie de X. Schwebel, musée Gadagne SN 1741

Ce métier à tisser est d’abord très mal reçu par les ouvriers lyonnais qui avaient peur de perdre leur emploi. La machine fut ensuite acceptée et permit à la fabrique lyonnaise d’avoir une renommée internationale pour ses tissus. Le métier à tisser Jacquard est très vite réputé et répandu dans toute la France : on en comptait 20.000 à la fin du 19ème siècle à Lyon.

Le métier à tisser Jacquard a été surtout utilisé dans le quartier de la Croix-Rousse, berceau des ateliers de tissage et de soierie à Lyon. Il mesurait environ quatre mètres ce qui explique la hauteur des plafonds dans ce quartier ainsi que les grandes fenêtres permettant aux employés de travailler dans des ateliers lumineux.

On dit que le métier à tisser Jacquard est l’ancêtre de l’ordinateur car c’est la plus ancienne machine programmable. Cette invention, qui a été révolutionnaire au 19ème siècle, fait aujourd’hui partie du patrimoine lyonnais.

Par Sixtine DONNADILLE


sixtinedonnadille

Etudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.