OBJETS/Vues des bords de Saône lyonnais aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Lyon, une ville située à la confluence du Rhône et de la Saône 

Bords du Rhône à Lyon en 1804 de Charles François Nivard
Source : Musée Gadagne, n° inventaire 408.

Ces deux tableaux, représentant le Rhône et la Saône ont été réalisés par Charles-François Nivard, peintre du XIXe siècle. Ils témoignent d’une ville avec une forte activité économique où de nombreux corps de métiers, travaillant le bois et les tissus par exemple, sont localisés au bord de l’eau. La ville est représentée sous son meilleur jour, dans une lumière d’été nette. Ces deux œuvres ont été commandées par le Ministère de l’Intérieur au tout début du XIXe siècle. Elles ont été, dans un premier temps, présentées au Louvre avant de revenir à Lyon : en 1896, d’abord, au Musée des Beaux-Arts puis, à partir de 1921, au Musée Gadagne.

Bords de Saône à Lyon en 1804 de Charles François Nivard
Source : Musée Gadagne, n° inventaire 409.

En 1793, Lyon, qui n’accepte pas la municipalité jacobine – mouvement politique qui, durant la Révolution, souhaite donner une constitution à la France, puis qui se radicalise ensuite sous Robespierre – est déclarée « Ville rebelle » par la Convention. Elle subit un siège de deux mois avant d’abdiquer. Les révolutionnaires parisiens détruisent alors entièrement plusieurs quartiers, notamment celui de Bellecour. Cet épisode traumatique entraîne le déclin de la ville sur le plan économique.

L’arrivée de Napoléon Ier marque le début d’une période de faste pour Lyon. Il entame la réédification de la ville en posant par exemple la première pierre de la reconstruction des façades de Bellecour. L’Empereur impose l’utilisation des soieries lyonnaises dans toutes les cours d’Europe et encourage l’utilisation du métier à tisser Jacquart. La ville redevient un important carrefour commercial, utilisant la voie terrestre et fluviale. Lyon connait alors de nouveau la prospérité économique, comme en témoigne la vive animation le long des deux fleuves.

Plaque commémorative de la pose de la première pierre des chantiers des façades de la place Bellecour
Source : Photographie de Sophie Grasset

Aujourd’hui, le Rhône est utilisé dans un but commercial, avec un transport fluvial utilisé à des fins marchandes ou touristiques, notamment avec les croisières reliant Lyon à Arles. La Saône, quant à elle, est principalement utilisée pour faire le lien entre le centre commercial Confluence et les différents quais du centre-ville lyonnais grâce à la navette fluviale Vaporetto.

Par Sophie GRASSET


Sophie Grasset

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.