OBJETS/La cocarde tricolore des Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

À Paris, la Révolution atteint son point culminant avec la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Trois jours plus tard, le roi Louis XVI se rend à l’Hôtel de ville de Paris où il reçoit la cocarde tricolore. Cette dernière est le symbole par excellence de la Révolution, et les couleurs qui la constituent représentent l’idée même de la nation française. Elle est composée des trois couleurs du drapeau actuel de la France : le bleu et le rouge qui sont les couleurs de la ville de Paris, ainsi que le blanc qui est la couleur de la royauté et le symbole de la nation. Elle est portée par de nombreux soldats français pendant la Révolution dans la France entière.

Louis le dernier, Louis XVI de France portant un bonnet phrygien et buvant à la santé des sans-culottes. Auteur inconnu, 1792
Source : Library of Congress

À Lyon, la révolte des Canuts en 1786 peut être lu comme un épisode annonçant l’épisode révolutionnaire. Malgré quelques affrontements entre les bourgeois et le peuple, et bien que l’industrie soyeuse connaisse de nombreux problèmes économiques, Lyon est plutôt calme jusqu’en février 1793.

En 1793, deux mouvements politiques s’affrontent à Lyon : les Jacobins d’une part, partisans d’une démocratie centraliste et révolutionnaire, les fédéralistes d’autre part, qui sont, eux, ce que l’on peut également appeler des Girondins, c’est-à-dire qu’ils voudraient faire des départements de la France des États égaux et confédérés. Après un coup de force qui sème la terreur dans la population lyonnaise, le conseil municipal mené par le chef des Jacobins locaux, Joseph Chalier, réussit à faire élire maire l’un des leurs au détriment des fédéralistes élus jusqu’ici. Chalier souhaite installer un tribunal révolutionnaire et veut également lever une armée de sans-culottes. Mais au mois de mai, les fédéralistes reconquièrent l’Hôtel de ville et font guillotiner Chalier. Pendant ce temps, à Paris, les Montagnards prennent le pouvoir à la Convention, et déclarent la ville de Lyon en rébellion.

Cocarde tricolore, cocarde l’armée lyonnaise pendant le siège de Lyon en 1793
Source : Musée Gadagne, numéro d’inventaire 513

Malgré les menaces provenant de Paris, les autorités lyonnaises restent fidèles à leurs principes et leurs valeurs et, sachant l’arrivée des armées révolutionnaires imminente, les autorités préparent un siège qui débute le 9 août 1793. Lyon est bombardée et encerclée. Les Lyonnais mènent une résistance acharnée contre les soldats de la Convention et résistent pendant deux mois à leurs assaillants, mais les autorités civiles se rendent finalement le 9 octobre 1793.

La Convention destitue la ville de son nom pour avoir combattu la liberté en la renommant « Ville-Affranchie ». De nombreux bâtiments sont détruits et une colonne est édifiée sur la place Bellecour où est gravé : « Lyon fit la guerre à la liberté, Lyon n’est plus ». Mais l’année suivante, Lyon reprit son nom au moment de la chute de Robespierre à Paris. Les affrontements entre Jacobins et Royalistes durent jusqu’en 1799 avec l’arrivée au pouvoir de Bonaparte.

De nos jours, l’écharpe de Miss France est ornée de la cocarde tricolore.

Par Marie SILVESTRE


mariesilvestre

Étudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.