METIERS/Mme Lagrange, archéologue infographiste au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mme Lagrange, archéologue infographiste

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai réalisé une maîtrise en histoire de l’art et archéologie, avant de faire ensuite un DEA (diplôme d’études approfondies), puis un master professionnalisant, tout cela à l’université de Lyon 2. Il s’agissait du master professionnalisant « archéologie de l’objet, du bâtiment du site, représentation, archivages et diffusion ». Je n’avais pas envie de me lancer dans une thèse, et je me suis donc orientée plutôt dans l’aspect technique. À Lyon, les universités proposent systématiquement l’histoire de l’art avec l’archéologie. Pour moi, ce ne fut pas une vocation au départ, ce qui m’intéressait après le baccalauréat, c’était plus la culture au sens large du terme, je n’avais pas forcément de préférence pour l’archéologie. Au début, c’était plus l’histoire de l’art qui me plaisait. Mais au fil des années, j’ai appris à apprécier l’archéologie. Archéologue, ce n’était pas un métier dont je rêvais petite, c’est grâce à la faculté que j’ai réellement découvert ce métier et que j’ai vraiment commencé à éveiller mon intérêt pour l’archéologie.

Photographie de Mme Marie Lagrange archéologue infographiste
Source : Photographie prise par Mathilde Trévisan.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

De manière générale, mon métier est scindé en 2 parties : une partie sur le terrain, sur les chantiers de fouille, l’autre partie, ce que nous appelons la post-fouille, consiste en un travail informatique afin de réaliser les rapports de fouilles. Au bureau, pour ma part cela concerne l’infographie ; autrement dit, les plans, les cartes, tous les supports graphiques qui vont accompagner le rapport de fouille. Dans mon cas, c’est équitablement partagé, je fais environ autant de terrain, au même titre que mes collègues archéologues, que de bureau. L’infographie, c’est tout ce qui va être visuel dans le rapport de fouille, cela peut aller par exemple des coupes stratigraphiques, des cartes, des plans et des dessins, à tout ce qui a été trouvé, que nous devons mettre au net pour le rapport. Ce sont à peu près les seules représentations, avec les photographies, que nous allons avoir, sur ce que nous avons pu découvrir à la fouille. Nous utilisons parfois du papier millimétré avec une échelle 1/20e. En post-fouille, je récupère tout ce qui a été fait, tout ce qui a pu être enregistré de manière graphique. Tout est scanné, conservé, mis au net par ordinateur avec le logiciel Illustrator. Il faut que ce soit un dessin technique qui soit enregistré de manière exacte, mais qui, en même temps, soit agréable à regarder même pour les personnes qui n’ont pas pris part à la fouille. Je suis un chantier du début à la fin : il est rare que je m’occupe de l’infographie d’un chantier auquel je n’ai pas participé, ce qui me permet donc de suivre tout le cheminement.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail ne sont pas forcément similaires tout au long de l’année : outre la rédaction du rapport en post-fouille, je dessine également les objets retrouvés en fouilles, ou je peux être affectée sur le terrain, pour plusieurs semaines de fouilles. Sinon, j’ai différentes missions que j’organise. Lorsque nous sommes en phase de post-fouille, nous travaillons au bureau sur le rapport final d’opération. Je reprends alors ce qui a pu être fait sur le terrain : photos, écrits. La quantité est variable selon la taille de l’opération, cela dépend aussi de ce que nous trouvons. Je les analyse pour réaliser ma partie : l’infographie. Chaque fouille étant différente, je suis amenée à réaliser des travaux différents ; le dessin doit vraiment illustrer le propos.

Dessins d’objets réalisés par Mme Lagrange
Source : Photographie prise par Mathilde Trévisan.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Je suis amenée à travailler avec l’ensemble de l’équipe : les différents archéologues spécialistes, le responsable de fouille… De ce fait, je dois réaliser des dessins qui correspondent à ce qui est dit dans le rapport. Il faut que mes représentations visuelles servent le texte, qu’elles illustrent les mots du responsable qui rédige le rapport, la description des objets. Je dois donc travailler avec tous mes collègues qui interviennent dans l’opération de fouille, toute l’équipe d’une fouille. En post-fouille nous gardons la même équipe. En tant qu’infographiste je dois répondre aux attentes des uns et des autres. Ce n’est pas un travail isolé, mais une tâche qui se fait vraiment avec tout le reste de l’équipe, c’est ce que j’apprécie. Il faut communiquer avec tous les autres intervenants pour le rapport.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

Le gros inconvénient, si je puis dire, est que par rapport aux autres spécialités, l’infographie n’est pas vraiment reconnue comme étant une spécialité. C’est assez compliqué parce qu’il y a un manque de reconnaissance de ce côté-ci. Au niveau des études, c’est une branche plus technique. Pour nous, l’infographie s’apprend un peu sur le tas, il n’y a pas forcément d’études plus poussées, bien qu’il existe des masters professionnalisant qui peuvent orienter plus dans ce domaine, mais il n’existe aucun diplôme qui reconnaît l’infographie en tant que spécialité à part entière. Nous sommes reconnus en tant qu’infographistes, mais on ne considère pas que l’infographie soit une spécialité dans le domaine archéologique. Cela est plus considéré comme une compétence particulière. Lorsque j’ai été embauchée, ce fut avant tout comme archéologue.

Le travail en équipe fait partie des avantages ; nous sommes vraiment obligés de communiquer avec l’ensemble de l’équipe de terrain en post-fouille. Je ne suis jamais isolée, ce qui me permet d’échanger. Ma spécialité me permet aussi d’alterner entre les deux phases car le terrain peut être tout de même fatiguant.

Dessin de Marie Lagrange d’une reconstitution de la place d’un squelette
Source : Photographie prise par Mathilde Trévisan.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

À mon poste, je ne rencontre aucun acteur public, privé et scientifique, car la direction ou le responsable de service va gérer cette partie. Puisque l’infographie est considérée comme une compétence, nous n’avons pas forcément de contact avec les universités. Il me semble que ce sont plus les autres spécialités qui vont devoir réaliser des interventions et peuvent avoir ce genre de rapport.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Initialement, j’étais spécialisée dans l’Antiquité. Dans le préventif, en tant que technicienne de fouilles, je suis envoyée sur n’importe quel chantier, peu importe la période. Je suis amenée à fouiller toutes les périodes. Hormis les responsables d’opérations que nous allons essayer de placer sur leur période historique, nous sommes presque tous amenés à faire de tout sans distinction, nous ne pouvons pas nous permettre de choisir.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

La partie infographie est vraiment utilisée pour le rapport de fouilles. Les illustrations qui vont être faites pour un rapport vont être utilisées dans d’autres cadres, or ce n’est pas moi qui vais le faire, mais plus un responsable ou des spécialistes pour sortir du rapport de fouille. À mon niveau, mon travail consiste véritablement à réaliser ce rapport.

Coupes stratigraphiques réalisées par Mme Lagrange pour un rapport de fouilles
Source : Photographie prise par Mathilde Trévisan

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

J’espère que nous serons un peu plus reconnus, je pense que ça se débloque au fur et à mesure du temps. Nous sommes un peu entre deux situations où la différence s’opère entre l’administration et l’équipe de travail. En archéologie préventive, nous manquons un peu de moyens, de plus nous avons de moins en moins de jours pour faire notre travail, que ce soit en infographie ou dans d’autres spécialités. Ceci est problématique mais nous permet d’essayer de trouver d’autres outils pour aller plus vite : sur le terrain, nous réalisons beaucoup de relevés photographiques au lieu de faire des dessins manuels pour gagner du temps, ce qui nous offre la possibilité, en post-fouille, d’avoir un autre traitement à effectuer. Qui plus est, les outils évoluent mais la finalité reste la même : prendre des relevés pour le rapport. Pour l’infographie je ne peux pas tellement évoluer. Nous progressons forcément mais ce n’est pas un poste qui peut vraiment être gradé.

Par Mathilde TREVISAN


Trévisan Mathilde

Etudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, Promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.