METIERS/Emma Bouvard, archéo-anthropologue au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Emma Bouvard, archéo-anthropologue

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

Je ne suis pas sûre que l’on ait tous la vocation avant d’atteindre le métier. Dans mon cas, puisque je voulais être archéologue depuis mes 10 ans, on peut parler d’une vocation et d’une passion. Nous n’avons pas tous le même parcours, certains deviennent archéologues à la suite d’études en histoire, d’autre dans la droite ligne d’un diplôme archéologie, et les motivations oscillent entre l’attrait du travail de terrain et la volonté de poursuivre une démarche de recherche ou de spécialisation chronologique ou thématique. Pour ma part, j’ai commencé par un bac littéraire et je suis allée faire mes études à l’université de Lyon 2 où je suis entrée en histoire de l’art et de l’archéologie. J’ai passé un DEUG, une double licence d’histoire de l’art et d’archéologie et ensuite une maîtrise d’archéologie médiévale suivi d’un DEA pour enfin soutenir une thèse en 2016 sur le monde monastique.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

J’ai un parcours d’archéologue médiéviste mais parallèlement je me suis formée à l’anthropologie de terrain (aussi appelé archéothanatologie) : j’ai suivi une formation à l’université de Bordeaux, pionnière dans cette discipline, mais je n’ai pas de diplôme pour l’anthropologie. La formation compte 100 heures de cours où l’on acquiert les connaissances en anatomie osseuse ainsi que la méthodologie pour aborder une sépulture. C’est en travaillant sur des chantiers avec des cimetières, en côtoyant des anthropologues de métier que j’ai pu acquérir d’autres compétences et affiner celles que j’avais pu acquérir. J’ai ensuite été embauchée au SAVL où je suis médiéviste et parfois responsable d’opération mais je suis essentiellement spécialiste en archéologie funéraire, à la suite de cette formation complémentaire.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

C’est assez inégal d’une année sur l’autre, cela dépend du calendrier des travaux. En effet quand on fait de l’archéologie préventive, on intervient à l’amont ou pendant les travaux. Par exemple en 2008, il y a eu une crise économique et les années qui ont suivi ont été assez difficiles puisque le marché de l’immobilier a été très ralenti. Cette année j’ai passé 3 mois sur le terrain de janvier à mars sur un chantier où l’on a mis au jour presque plus de 200 individus dans un cimetière ; depuis avril, je suis au bureau pour l’étude du matériel issu de cette fouille, mais mes missions sont davantage diversifiées. J’exerce dans le cas d’un service public où il est primordial de participer à des actions de médiations, de vulgarisation, de restitution de l’archéologie, intervenir aux journées de l’archéologie, du patrimoine, notamment à ArchéoLyon, manifestation qui a été initiée par le SAVL, mais aussi intervenir dans des écoles, accueillir des stagiaires ou des étudiants en master. Je participe à des colloques, j’en organise parfois aussi en collaboration avec mes collègues.

Emma Bouvard sur son lieu de travail
Source : Photographie d’Elodie Perret.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

On collabore beaucoup, notamment dans le cas de la fouille d’un cimetière, on ne trouve pas que des tombes, il y a des occupations variées avant, pendant et après l’exploitation des ensembles funéraires, ce qui induit une réflexion interdisciplinaire sur le temps long et nous devons alors collaborer avec ceux qui vont travailler sur le bâtiment, la sédimentation, la topographie. Tout est interconnecté car nous travaillons avec tous les corps de métiers de l’archéologie.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Je suis rattachée à deux laboratoires de recherche : le laboratoire Archéologie et Archéométrie (ArAr), à Lyon, et le laboratoire d’anthropologie bio-culturelle (ADES) à Marseille. Je participe à des programmes collectifs de recherche (PCR et ANR), qui fédèrent des chercheurs (indépendants et universitaires), des services archéologiques (public ou privé), mais aussi des collègues qui travaillent dans le privé et aussi des aménageurs privés et publics, ainsi que l’État par le biais du Service régional de l’archéologie.

Bureau des archéo-antropologues au SAVL
Source : Photographie d’Elodie Perret.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je travaille sur toutes les périodes pour l’archéologie funéraire, de la protohistoire à la période moderne, voire le 19ème siècle. J’ai déjà eu l’occasion de travailler sur des urnes, soit des vases ossuaires à dépôt de crémation protohistoriques dans le sud de la France, quand je travaillais pour une entreprise privée. À Lyon, j’ai pu fouiller deux inhumations protohistoriques (Âge du Bronze et Âge du Fer), sinon j’ai débuté en travaillant surtout sur l’Antiquité (crémation et inhumation) et plus récemment sur du Moyen-Âge et sur l’Époque moderne pour l’Hôtel-Dieu. Le squelette humain reste le même depuis Homo sapiens ; aussi, l’un des socles de connaissances indispensable à l’archéo-thanatologie (ou archéo-anthropologie) est l’anatomie de l’homme moderne qui nous parvient sous forme squelettisée, crématisée ou non, entier ou fragmenté, voire momifié. Les gestes funéraires se déduisent principalement de l’analyse taphonomique. La taphonomie est l’étude de toutes les incidences opérées sur le cadavre depuis son ensevelissement jusqu’à son exhumation par l’archéologie. Elle vise à restituer le milieu de décomposition et l’appareil funéraire initial. Il faut avoir bien sûr acquis des connaissances historiographiques pour savoir à quel geste, à quelle pratique funéraire on se réfère en fonction de critères chrono-culturels. Le dialogue entre spécialiste est primordial afin de confronter les données archéo-thanatologiques et de les étayer par des comparaisons de référence. En ce qui concerne le Moyen Âge, je continue mes recherches post-doctorales tant bien que mal, surtout sur mon temps libre.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Je diffuse mes recherches à travers des colloques, congrès, tables rondes, séminaire, en milieu universitaire ; j’ai d’ailleurs enseigné de 2005 à 2012 en tant que chargée de TD. J’encadre également des étudiants, j’écris des articles publiés dans des revues scientifiques, je participe à des conférences grand public, et je multiplie les interventions en milieu scolaire, et les présences aux journées du patrimoine de l’archéologie où l’on peut proposer des activités pédagogiques ou des visites sur la création d’outils interactifs.

Ossements issus des fouilles effectuées par le SAVL
Source : Photographie d’Elodie Perret.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

En termes de cadre d’emploi on devient archéologue territorial par voie de concours, par l’obtention de contrats à durée déterminée, ou par titularisation à l’ancienneté et on suit la carrière publique : tous les deux ans on change d’échelon (de 1 à 10) et si l’on veut changer de grade (agent, assistant de conservation du patrimoine, attaché de conservation du patrimoine, conservateur), on doit passer le concours ad hoc, mais ce n’est pas dit que l’on reste dans la même structure, car il n’y a pas forcément de poste. Il arrive donc parfois que l’on doive changer de collectivité pour des besoins d’évolution de carrière. Le métier de l’archéologie préventive est remis en question assez souvent depuis sa création en 2001 : commissions, nouvelles lois, révisions de son fonctionnement pour des causes de financement, de volonté politique. L’archéologie préventive n’est plus l’archéologie de sauvetage d’autrefois, elle strictement encadrée par la loi (Livre V du code du Patrimoine). Elle s’éloigne de plus en plus du développement des connaissances : on produit des rapports qui sont d’avantage administratifs que scientifiques, le temps dévolu à la recherche est minime.

Par Elodie PERRET


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.