METIERS/Clémence Mège, céramologue au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Clémence Mège, céramologue

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

Je suis diplômée de l’Université Lyon 2. Après un bac L, j’ai d’abord obtenu une licence d’histoire de l’art et archéologie avant une maîtrise en archéologie puis un master 2 recherche, toujours dans la même discipline.

Dès la quatrième année, dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, j’ai choisi de travailler sur un ensemble de mobilier céramique antique afin de commencer à me spécialiser dans ce domaine.

Clémence Mège sur son lieu de travail
Source : SAVL

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Mon métier consiste principalement à étudier les céramiques mises au jour sur nos différents chantiers ; c’est le cœur de mon activité. Dans la cadre de la période d’étude qui suit les diagnostics et les fouilles, que nous appelons « post-fouilles », je tri, compte, inventorie, dessine et analyse ces artefacts afin d’en tirer des données utiles à la compréhension du site et du contexte qui l’entoure. Le tout est compilé dans un rapport que je remets au responsable d’opération. Les informations obtenues sont nombreuses ; le plus souvent d’ordre chronologiques, elles nous renseignent aussi sur l’alimentation, l’économie, l’artisanat, la société, etc.

En marge de cette activité principale, je travaille également sur des projets de publication, avec mes collègues du SAVL ou avec des céramologues d’autres institutions. Il peut s’agir par exemple de publier les résultats d’une opération archéologique ou de proposer des synthèses sur un point précis concernant le domaine de la céramologie. Je participe également à des colloques et contribue à parfois leur organisation ; je communique aussi mes résultats auprès du public, scientifique ou non. Dans ce cadre je participe régulièrement aux évènements nationaux comme les Journées Nationales de l’Archéologie ou les Journées Européennes du Patrimoine. J’accompagne également mes collègues archéologues-médiateurs dans différents projets : périscolaire, extra-scolaire, etc.

Ex. de tableau d’inventaire des différentes céramiques retrouvées
Source : Clémence Mège, SAVL

Clémence Mège dessinant une céramique
Source : SAVL.

Au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Entre archéologues, nous communiquons beaucoup ! Comme je ne suis pas toujours présente sur les chantiers, assez rarement en fait, je pose beaucoup de questions à mes collègues qui sont sur le terrain. Il m’est indispensable de bien appréhender l’environnement dans lequel les céramiques que j’étudie ont été découvertes. De même, leur mise en relation avec la stratigraphie, c’est-à-dire la succession des strates de vestiges et de sédiments qui constituent le site à proprement parler, est un préalable pour que les résultats de mon analyse soient pertinents. Pour toutes ces raisons donc, je travaille en étroite relation avec les autres archéologues mais aussi avec les spécialistes comme l’archéozoologue ou le spécialiste du verre par exemple : nous croisons nos données afin d’obtenir les résultats les plus complets possible.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

La céramologie est une discipline pourvoyeuse de travail – sur un chantier il y a presque toujours de la céramique à étudier, parfois en quantité non négligeable – et c’est un point non négligeable lorsque l’on se forme à l’archéologie et que l’on se projette dans une recherche d’emploi. Au-delà de cet aspect pragmatique, mon métier est passionnant et très varié : j’étudie des objets très différents les uns des autres, provenant de contextes variés et je rencontre de nombreuses personnes avec lesquelles j’ai des échanges le plus souvent fructueux. Il a aussi les inconvénients d’un métier passionnant : il est facile s’y investir, parfois même un peu trop, au détriment du reste…

Dans le domaine de l’archéologie préventive comme dans d’autres, la conjecture est difficile et l’ouverture à la concurrence, si elle a contribué à créer des emplois, a également tiré les coûts vers le bas. Concrètement, cela signifie moins de temps pour mener un travail à son terme et une nécessité d’adaptation permanente de notre part. Je dois reconnaître que parfois je vis mal ce point en ayant l’impression de m’éloigner de plus en plus des exigences scientifiques de ma discipline…

En dehors du Service Archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (Etat, région, ville), privé (aménageurs), et scientifique (universitaires) vous avez affaire ?

Je travaille en relation directe avec les archéologues du Service Régional de l’Archéologie (DRAC Auvergne Rhône-Alpes) mais aussi et surtout avec bon nombre de mes confrères (État, collectivité, INRAP, privé) au sein d’une Unité Mixte de Recherche du CNRS. En effet, je suis depuis plusieurs années chercheur associé au laboratoire ArAr – UMR 5138 de Lyon et je participe activement à divers projets qu’il fédère. J’enseigne également ponctuellement une ou deux fois par an à l’Université Lyon 2 ; mon cours, à destination des étudiants de master 1 en archéologie, porte spécifiquement sur les méthodes d’étude des céramiques. Cette année, pour la première fois, je co-dirige également un mémoire de master 1, toujours à l’Université Lyon 2. Je n’ai quasiment pas de contact avec les aménageurs étant donné que la plus grande partie de mon travail se déroule hors du chantier, en laboratoire.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une (préhistorique, protohistorique, antique ou médiéval). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Durant mon parcours universitaire, je me suis spécialisée sur la période gallo-romaine. En revanche, en prenant mes fonctions au service, j’ai dû élargir mon champ de compétences chronologiques. Il est en effet impossible, dans une structure de la taille du SAVL, d’avoir un céramologue pour chaque période que nous sommes amenés à étudier. Ainsi, aujourd’hui je travaille sur une vaste période qui s’étend de l’Antiquité à la période contemporaine. Bien entendu, cela n’est pas toujours facile : cela demande un effort de formation supplémentaire mais je dois reconnaître que c’est passionnant !

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Comme je l’ai déjà évoqué, je diffuse mes travaux au cours de différentes manifestations, qu’elles soient scientifiques ou non. Dans le premier cas, il peut s’agir de communiquer lors d’un colloque ou d’une journée d’étude ou dans un tout autre contexte, d’intervenir dans une école pour présenter le métier d’archéologue. La rédaction d’article ou de synthèse s’inscrit davantage, pour ma part, dans une perspective scientifique. C’est d’ailleurs ce à quoi je travaille ces derniers jours, en collaboration avec une collègue du laboratoire ArAr – UMR 5138.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

C’est vraiment difficile à dire. Mon métier change beaucoup en fonction de la conjoncture mais pourrait encore changer davantage au regard d’une modification de la loi qui encadre l’activité d’archéologie préventive.

Par Damien GIRAUD


damiengiraud

Etudiant en Licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon , promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "culture historique et patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.