METIERS/Stéphane Carrara, numismate au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Stéphane Carrara, numismate

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

À la suite de mon baccalauréat, j’ai obtenu un diplôme d’histoire de l’art et d’archéologie. J’ai ensuite passé une licence d’archéologie ainsi qu’un diplôme d’étude approfondie en archéologie. Enfin, je me suis inscrit en thèse avec pour sujet d’étude « forges et bronziers des Vème et VIème siècles av. J.-C. Les activités métallurgiques à Lyon-Vaise : Structures, déchets, productions et aspects sociaux » et je poursuis mes recherches.

Je travaille dans la numismatique car c’est un domaine qui me plaît et parce que le Service archéologique de la Ville de Lyon avait besoin de cette compétence. Ma spécialité est la numismatique gauloise et, à moindre échelle, la numismatique romaine. Cependant, j’ai dû étudier d’autres périodes car les études archéologiques englobent un intervalle chronologique très vaste. Je me suis principalement intéressé à la numismatique médiévale puis romaine et enfin moderne car c’est ce que l’on trouve principalement à Lyon.

Portrait de S. Carrara.
Source : Photographie, SAVL.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je suis archéologue, responsable d’opération et ma spécialité est la numismatique. Mon domaine chronologique est la protohistoire qui regroupe les Gaulois ainsi que l’âge du bronze. De plus, au service j’ai deux spécialités : d’une part, la numismatique qui est l’étude de tout ce qui est lié à la monnaie (jetons, moules monétaires pour les fabriquer…) ; d’autre part, l’instrumentum qui est l’étude du petit mobilier, des objets du quotidien (petits objets métalliques, en os, en verre…).

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail ne sont pas similaires car en numismatique, il y a différentes phases.

Dans un premier temps, quand les monnaies reviennent de fouilles, mon rôle est de les identifier afin de les dater. Cela permet au responsable d’opération (l’archéologue qui va ensuite étudier le site) d’avoir des datations plus fines qu’avec le reste du mobilier. En effet, en étudiant les monnaies nous pouvons connaitre précisément la date à laquelle elles ont été frappées grâce aux changements fréquents des empereurs durant l’époque romaine ou médiévale. Cependant, une datation intrinsèque n’est pas systématiquement fournie car la monnaie peut avoir circulé longtemps après avoir été frappée. La monnaie se trouvera alors dans une couche plus récente. En conséquence, il faut étudier son état d’usure : elle peut être à « fleur de coin », c’est-à-dire neuve ou être dans un état d’usure tel que l’on ne peut pas voir le profil de l’empereur représenté. Grâce à ce travail, le responsable d’opération possède des datations assez fines et cela lui permet de dater un certain nombre de couches archéologiques.

Dans un second temps, je me concentre sur l’étude purement numismatique, ce que l’on appelle l’étude de circulation monétaire. Je m’intéresse alors à l’origine des monnaies : leur provenance, les circulations effectuées à cette période ainsi que leur quantité et la comparaison avec d’autres sites de référence. Par exemple, à l’époque romaine il existait différents ateliers de frappe venant d’Orient, de Gaule ou de Rome. Cela permet d’observer les circulations monétaires qui s’effectuaient et permet de déduire approximativement les circulations commerciales de l’époque. Ensuite, je me concentre sur la circulation des monnaies frappées à une période donnée : c’est ce qu’on appelle la circulation secondaire. Ces monnaies circulent très longtemps grâce à leur bon aloi (bonne qualité). Depuis toujours, l’histoire de la monnaie est faite de dévaluations : lorsque les monnaies sont frappées avec un bon matériel, on sait qu’elles ont une bonne valeur et cela les rend attractives. À l’inverse les monnaies réalisées avec un mélange de métaux ont davantage circulé et on ne va pas les thésauriser. Ces deux phases d’étude permettent de faire l’historique de la circulation monétaire sur le site qui est fouillé.

Moule de pièce de monnaie en argile, permettant de produire de la fausse monnaie
Source : Photographie, S. Carrara.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Tout d’abord, je vais échanger avec mon collègue qui revient de fouille et me confie les monnaies. Ensuite, je vais également échanger avec le responsable d’opération. En premier lieu, il réalise un diagramme stratigraphique qui est une sorte d’arborescence des couches sous forme de graphique. Cela permet d’observer le fonctionnement des couches entre elles, ainsi que la plus récente et la plus ancienne. Dans un second temps, on travaille ensemble afin d’observer de quelles unités stratigraphies proviennent les monnaies les plus anciennes et les plus récentes. Enfin, j’échange avec les autres spécialistes qui étudient différents types de mobilier, surtout la céramique. En effet, mes datations monétaires permettent au céramologue d’affiner ses datations. Les périodes qu’il étudie pouvant être larges, les datations monétaires lui permettent de savoir si nous sommes au début ou à la fin de cet important intervalle chronologique. De même pour l’archéologue qui étudie le petit mobilier.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

La réponse ne va pas de soi. Je dirais que l’avantage de la numismatique est que l’on étudie de belles choses. Mais l’inconvénient est que cette spécialité n’est pas très reconnue et cela engendre une réduction du temps d’étude des objets, de manière générale.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Je travaille avec les musées, comme le Cabinet de médailles de Lyon au Musée des Beaux-Arts ou encore le Musée Gallo-romain. En effet, les monnaies conservées là-bas sont en bon état. Je suis donc amené à y aller lorsque je cherche des objets, des monnaies comparatives ou lorsque je veux m’assurer de l’identification d’une monnaie qui n’est pas en bon état. De plus, le numismate travaillant dans ce musée a des spécialités chronologiques et cela me permet d’avoir des confirmations sur certaines monnaies.

Cependant, avec le privé, nous n’avons pas réellement de contact car nous n’exerçons pas le même travail. Les numismates vendeurs ou collectionneurs font du commerce, alors que notre rôle en tant que numismates archéologues est d’étudier le passé.

Sesterce de Maximin I (235-238 ap. J.-C.)
Source : Photographie, S. Carrara.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je privilégie ma période car c’est ma spécialité, celle pour laquelle j’ai été recruté au Service. Cependant, les fouilles en milieu urbain peuvent nous amener à fouiller des périodes plus anciennes. La protohistoire étant très présente à Lyon, je suis dans l’obligation de m’intéresser aux périodes les plus récentes pour atteindre les niveaux les plus anciens. De plus, lorsque des monnaies reviennent de fouilles, je les étudie toutes, qu’elles soient contemporaines, modernes, médiévales ou romaines. Je suis donc amené à m’intéresser à toutes les périodes, même si je ne suis pas spécialiste. Pour finir, étudier dans le cadre d’un rapport d’archéologie et faire une étude pour un article scientifique sont deux choses différentes. Le travail attendu n’est pas le même.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

D’une part, dans le cadre scientifique nous diffusons notre travail par le biais de tables rondes et de colloques. En parallèle de cela, les publications permettent de s’intéresser à un type monétaire précis ou à la circulation monétaire effectuée à telle époque. D’autre part, dans le cadre du grand public, la diffusion va se faire grâce à des conférences, des expositions ou par des revues spécialisées. Parmi les revues monétaires, il y a La revue numismatique qui paraît une fois par an, ainsi que d’autres fascicules comme Le bulletin numismatique édité par l’Amis de la Bourse aux Minéraux et Fossiles (l’ABMF) qui parait plus régulièrement. Dans le cadre de monographies de site, nous pouvons aussi publier les études des vestiges que l’on a réalisées et ce, selon chaque spécialité.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

Pour la numismatique en particulier je ne serais pas en mesure de répondre, mais pour l’archéologie préventive, il est certain que la situation ne va pas en s’arrangeant : le temps donné n’est pas suffisant et la charge de travail demandée est plus importante. Par conséquent, nous ne pouvons pas rendre nos études dans les délais demandés, ou nous rendons des choses incomplètes. Dans le domaine de la numismatique, même si les monnaies se conservent mieux que des matériaux périssables, elles sont tout de même faites de métal et donc se dégradent et s’oxydent. De plus, elles sont mal conservées et restent dans la terre durant des centaines d’années. Les phases de nettoyage prennent donc beaucoup de temps.

Par Estelle BASTIT


Estelle Bastit

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.