METIERS/Cécile Nivelon, spécialiste de la recherche documentaire au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Cécile Nivelon, spécialiste de la recherche documentaire

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai passé un Baccalauréat Économique et Social pour ensuite rejoindre la Faculté de Lyon 3. J’y ai effectué une licence d’histoire pendant laquelle j’ai commencé l’étude de la paléographie, un premier master d’histoire médiévale et un deuxième master de patrimoine et d’archéologie qui aujourd’hui n’existe malheureusement plus. C’est donc vraiment à partir de cette deuxième année de master que j’ai pu me spécialiser en archéologie car nous devions effectuer des stages à la fin de notre second semestre. Le premier stage que j’ai fait a eu lieu au Musée des Beaux-Arts : j’y ai étudié une collection de pièces de Sicile. Ensuite, j’ai fait deux stages à l’INRAP, l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives. Ces deux derniers stages m’ont amenée à être embauchée là-bas pour débuter mon métier d’archéologue.

Cécile Nivelon en train d’étudier une carte
Source : photographie prise par Juliette Ruel

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

La plupart du temps, je suis archéologue de terrain. C’est-à-dire que lorsqu’il y a des travaux, nous intervenons afin de faire un diagnostic et d’analyser 5% du terrain. S’il s’avère que c’est positif, une fois le dossier rendu au Service Régional d’Archéologie (SRA), on prescrit une fouille à telle période avec tant de personnes. Ensuite, il y a plusieurs services qui postulent pour diriger le chantier : soit le service archéologique, soit des entreprises privées, soit l’INRAP. Ensuite, nous intervenons pour une durée déterminée afin de prélever tout ce que l’on trouve, les structures, le mobilier, etc… Une fois que tout ceci est terminé, nous rentrons au service et nous passons en post-fouille afin d’analyser toutes les données recueillies sur le terrain pour en faire un rapport de fouille. Ce rapport est remis au SRA. Tout est gardé et il y a souvent des études qui peuvent se poursuive à la suite de ces chantiers de manière à enrichir la connaissance archéologique. Moi, en tant que spécialiste en recherches documentaires, j’interviens également en période post-fouille. Par exemple, sur le chantier du parking Saint-Antoine, j’ai fait des recherches sur tout ce qui pouvait se trouver sur cette parcelle en sachant que j’arrive à remonter jusqu’à la fin du XIVe siècle. Une fois que mon étude est terminée, on peut enfin comparer les données archéologiques et les données documentaires qui se complètent en général très bien et qui permettent de comprendre l’ensemble du travail réalisé.

Rapport de fouille auquel Cécile Nivelon a participé.
Couverture du rapport de fouille du chantier de la rue des Tanneurs, à Lyon (69000) en 2015 (responsable d’opération : E. Hofmann)

Première page de l’étude de Cécile Nivelon, concernant le chantier de la rue des Tanneurs.
Source : Rapport de fouille du chantier de la rue des Tanneurs, à Lyon (69000) en 2015 (responsable d’opération : E. Hofmann)

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail ne sont pas similaires : lorsque je suis sur le terrain, c’est de 8h à 17h, à l’extérieur et sous n’importe quelle condition climatique. Donc sur le terrain il n’y a vraiment aucune journée semblable à une autre étant donné que l’on trouve toujours de nouvelles choses. Ensuite, quand je suis au service, je suis dans mon bureau pour étudier des données ou alors je peux me trouver en salle de lavage afin de nettoyer le mobilier ou bien encore me trouver à la bibliothèque pour me renseigner sur un contexte particulier. Enfin, je peux également me rendre soit aux archives municipales de Lyon, proches de Perrache, soit aux archives départementales non loin de la Part-Dieu. Là, j’y recherche et j’y étudie les archives qui peuvent apporter un certain complément à mon étude.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

En fait, il y a un responsable d’opération qui chapeaute toute l’équipe afin d’obtenir un rapport de fouille et c’est lui qui s’occupe de distribuer le travail. Par exemple, la céramique est donnée aux céramologues, les os de faune sont donnés aux archéozoologues, etc… Du coup, une fois que tout le monde a effectué son étude, c’est ce responsable d’opération qui met en place la synthèse de tout ce qui a pu ressortir du chantier de fouille. C’est donc un travail de groupe.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

Des inconvénients, j’en vois très peu mise à part le fait qu’il faut être spécialisé dans tous les types de paléographie. En effet, l’écriture est parfois difficile à décrypter surtout quand il s’agit du vieux français. Il y a des mots et des orthographes que l’on n’utilise plus du tout aujourd’hui. Pour la paléographie de l’époque moderne, c’est aussi difficile car l’écriture n’est pas forcément claire mais pour la paléographie de l’époque contemporaine c’est un peu plus simple. Mais sinon, il n’y a que des points positifs, je travaille au chaud lorsque je ne suis pas au chantier de fouille, je suis avec une bonne équipe, et j’étudie des périodes qui me passionnent.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Personnellement je n’ai affaire qu’avec les personnes qui travaillent aux archives municipales et départementales étant donné que j’y passe beaucoup de temps pour les études que je dois réaliser. Mais quand nous sommes sur le terrain, c’est le responsable d’opération qui est confronté aux agents du Service Régional d’Archéologie, à l’aménageur, à la presse, etc… Mais moi, en tant que spécialiste des archives, je n’ai pas affaire à ce genre d’acteurs, qu’ils soient publics ou privés.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Ma spécialité, c’est le Moyen Âge. Mais lorsque l’on est archéologue, on doit se contenter des chantiers que l’on a et cela amène souvent à travailler de manière diachronique. Puis, en général, un chantier de fouille présente plusieurs périodes consécutives donc mes collègues et moi sommes obligés de connaître et de maîtriser les différentes périodes historiques. Cependant, c’est grâce à ma spécialisation dans la période médiévale que j’ai pu approfondir l’apprentissage de la paléographie qui me sert aujourd’hui dans mes recherches et mes études.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

En fait, lorsque mon étude est terminée, j’envoie généralement un mail au responsable d’opération afin de le lui signaler. De plus, nous avons un serveur où tous les archéologues ayant participé à la fouille peuvent se rendre afin de partager les différents travaux réalisés. Enfin, pour le grand public, certains éléments de mes études sont parfois retranscrits sur des panneaux qui seront affichés lors des journées nationales de l’archéologie ou du patrimoine.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

Alors malheureusement c’est assez compliqué car il y a de moins en moins de chantiers. Lorsque je me rends aux archives c’est pour compléter les fouilles réalisées et si au fil du temps les chantiers deviennent de plus en plus rares, alors mes études aux archives seront de moins en moins fréquentes. Néanmoins, même si je souhaite rester sur la ville de Lyon, je suis en contrat à durée déterminée jusqu’en 2019 dans cette structure et il faut attendre de voir si le service aura toujours besoin de monde dans les années à venir. Sinon je pourrai, à l’avenir, éventuellement postuler dans d’autres structures qui étudient l’archéologie afin de leur proposer mes services de documentation.

Par Juliette RUEL


Juliette Ruel

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : patrimoine »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.