METIERS/Marie-Noëlle Baudrand, illustratrice-infographiste au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Marie-Noëlle Baudrand, illustratrice, infographiste

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai commencé vers 14 ans à faire de l’archéologie sur le terrain, en étant bénévole sur des chantiers de fouille. À la sortie du lycée, j’ai fait une licence d’histoire de l’art et d’archéologie, et je suis allée jusqu’au niveau de la maîtrise, mais ce qui m’intéressait surtout, c’était le dessin et d’être sur le terrain.

Dégagement et prélèvement d’enduits sur le chantier de fouille de l’Hôtel-Dieu de Lyon
Source : SAVL.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Au SAVL (Service archéologique de la Ville de Lyon), je fais du DAO (dessin assisté par ordinateur), de la PAO (publication assistée par ordinateur), de la mise en page, c’est-à-dire tout ce qui relève des outils de communication. Je fais des plaquettes pour le public, des panneaux pour les journées du Patrimoine, c’est-à-dire tout ce qui permet de diffuser le travail des archéologues envers le grand public, et notamment des scolaires.

Reconstitution d’une quinquérème (navire romain)
Source : SAVL.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Non, en effet elles sont variables selon le type de travail que l’on me demande de faire. Pendant les évènements les plus importants (journées d’archéologie ; journées du Patrimoine ; fêtes de la science), je suis ici à temps plein, pour gérer la communication. Le reste du temps, je suis à temps partiel.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

C’est une question fondamentale dans mon travail, puisque je travaille avec tout le monde, c’est-à-dire que j’ai un rôle transversal. Je n’ai pas une tâche précise, mais j’en accomplis de nombreuses, en lien avec tous mes collègues. Si par exemple, c’est un rapport de fouille à mettre en page, j’ai à faire avec le responsable ou son équipe et si c’est un évènement de communication, je suis dans mon bureau avec Laurent Strippoli et Nicolas Hirsch.

Marie-Noëlle Baudrand sur son lieu de travail
Source : Photographie, Batouli Ahamadi.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

Outre le fait que j’aime mon travail, la diversité des activités que je dois accomplir est vraiment une source de satisfaction pour moi.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Étant en temps partiel, je ne travaille pas qu’au SAVL, je suis également dessinatrice indépendante. Cela m’amène à travailler pour des musés, pour des associations, pour des universités ou pour le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), qui me demandent de faire des travaux de dessin correspondant à des chantiers, à des expositions ou à d’autres évènements.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisée dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière trans-période ?

La période qui m’intéresse le plus, c’est l’Antiquité, dont il reste de nombreuses traces à Lyon.  J’ai également travaillé beaucoup sur la période médiévale, mais ce qui m’intéresse, c’est justement de traiter toutes les époques et de mettre mes capacités de dessin au service de l’ensemble des chercheurs. Cependant, concernant la préhistoire, je pense que je n’ai pas la formation nécessaire.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Je me considère surtout comme le maillon d’une chaîne, mais lorsque je diffuse mes travaux, cela passe soit par des articles dans des revues spécialisées, par des revues de vulgarisation, comme Archéologia, ou par de nombreux autres supports.

Par Batouli AHAMADI


batouliahamadi

Etudiante en Licence 1 à l’université Jean Moulin Lyon3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique :Patrimoine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.