METIERS/Nicolas Hirsch, médiateur au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Nicolas Hirsch, médiateur

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai commencé par un bac littéraire, un DEUG d’Histoire et de Géographie, j’ai ensuite passé une maîtrise d’Histoire, puis enfin un DEA (Diplôme d’étude approfondie) d’Histoire. J’ai travaillé un temps pour vivre, puis j’ai repris des études en Master 2 archéologie. À la suite de ce Master, j’ai intégré l’INRAP (Institut National de Recherche d’Archéologie Préventive), puis un opérateur privé et enfin un service de collectivité, le Service archéologique de la ville de Lyon, comme archéologue tout d’abord puis comme archéologue-médiateur depuis 2013.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je suis d’abord un archéologue qui est médiateur. Ce qui est utile parce que l’on sait de quoi on parle lorsque l’on a travaillé soi-même sur des chantiers de fouilles. La médiation consiste à retranscrire les découvertes récentes et les métiers de l’archéologie préventive auprès du public sous plusieurs formes : interventions en classe, conférences, dispositifs ludiques pour les extra-scolaires et les périscolaires. Elle consiste également à monter des partenariats avec d’autres structures culturelles, organiser des journées nationales comme les JEP (Journées Européennes du Patrimoine). C’est un métier multiple par le type de transmission et par le type de public.

M. Hirsch avec des élèves au Service Archéologique de la ville de Lyon (SAVL)
Source : photographie du SAVL.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Les journées sont toutes très différentes en raison de la diversité des tâches à accomplir : il y a des journées où je suis archéologue sur le terrain, ou en post-fouille et dans ce cas je peux devoir faire du DAO (Dessin assisté par ordinateur), du lavage de mobilier. En lien avec mes activités de médiation, je peux être en train de construire un nouvel outil (diaporama par exemple) ou un dispositif physique (un jeu), lesquels sont des supports à la médiation. Autrement, je peux aussi être sur la conception de la médiation avec des partenaires (enseignants, agents d’autres structures culturelles…). N’oublions pas l’importance de mes tâches administratives, et les nombreuses réunions auxquelles j’assiste pour organiser planifier les projets, faire les bilans de ce que l’on a construit, etc. Mon métier est donc vraiment composé d’activités très variées.

M. Hirsch expliquant une fouille archéologique à un groupe
Source : photographie du SAVL.

Au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

En médiation, on évoque tous les sujets, toutes les thématiques et périodes. Lorsque l’on construit un projet, il peut y avoir une thématique forte, auquel cas le regard du spécialiste est indispensable. Je vais donc construire la médiation avec le spécialiste qui validera le contenu scientifique de nos travaux. Je suis amené à travailler avec l’ensemble de mes collègues, ce qui est très intéressant et très riche.

Quels sont les avantages et inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

On bouge beaucoup, on rencontre de nombreux partenaires culturels : des partenaires d’autres musées, des archéologues d’autres structures, et tous les archéologues du service. On se déplace non seulement dans les chantiers mais aussi dans les écoles. Pour moi, ce contact humain constitue une vraie richesse. Le public que je rencontre dans le cadre de mon travail est en petit groupes, ce qui permet échanges et interactions. Contrairement aux autres archéologues, je peux avoir des relations de travail avec plusieurs archéologues de spécialités différentes.

Néanmoins, je pense qu’il y a un problème d’identification du médiateur : certains ne le voient ni comme un spécialiste, ni comme un « vrai » archéologue, mais plutôt comme un animateur. Néanmoins, d’autres archéologues s’intéressent à ce que l’on fait et constatent la particularité et les spécificités de notre métier.

M. Hirsch dans une fouille lyonnaise
Source : photographie du SAVL

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Je travaille avec les enseignants de tous niveaux : de la maternelle à l’université. Je rencontre également les directeurs de centres aérés ou de centres périscolaires, les animateurs, les chargés de médiation de structures publiques. Par exemple, mon binôme et moi-même faisons partie d’un réseau de médiateurs antiques de France (RAMantique), organisé sous forme d’association pour faire des groupes de travail, collaborer ensemble, partager notre expérience. Je ne rencontre quasiment pas les Services de l’État (Service Régional de l’Archéologie), et peu les aménageurs.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Mon diplôme universitaire est sur la Révolution française et le Premier Empire. Mais je fouille essentiellement la période antique depuis de nombreuses années.

Je considère que toutes les périodes sont intéressantes. En médiation, même si l’on a bien sûr des préférences, on est obligé de s’intéresser à tout, de la Préhistoire à l’époque Moderne. Je travaille en effet sur ce que l’on trouve dans les fouilles de Lyon, l’objectif étant de mettre en valeur ce qui nous entoure.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Les médiateurs sont les passeurs des recherches des autres archéologues. La diffusion peut se faire dans de multiples lieux, dans plusieurs contextes : dans le cadre du périscolaire en centre aéré, auprès d’associations étudiantes, d’associations qui s’occupent de personnes en situation de handicap ou en réinsertion, avec des travaux d’intérêts généraux. On va rencontrer le grand public lors de conférences ou d’expositions organisées à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine ou des Journées Nationales de l’Archéologie. Depuis 2017 il y a l’événement Archéo Lyon. C’est une journée qui consiste à donner les résultats de l’archéologie lyonnaise de l’année écoulée. Nous participons aussi à des journées d’échanges via RAMantique (Réseau Archéologique de Médiation antique, au niveau national), ainsi qu’aux formations pour enseignants (Pôle de Ressources à l’Éducation Artistique et Culturelle), où nous intervenons chaque année.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

Je constate que dans plusieurs musées les médiateurs sont salariés d’une entreprise privée, extérieure au musée.  Il y a une crainte de vouloir privilégier la quantité à la qualité. Il ne faut pas que la médiation soit industrialisée, ce qui la dénaturerait. Aujourd’hui je ne sais pas quel sera le futur de la médiation dans 10 ans. Je pense qu’il y a une prise de conscience parce que la médiation commence à apparaître dans certains cursus universitaires, ce qui est plutôt encourageant.

par Samuel VINCENT


Samuel VINCENT

Etudiant en licence 1 à l’université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.