METIERS/Éric Leroy, cartographe au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Éric Leroy, cartographe

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours professionnel qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai fait des études de géographie et ensuite une spécialisation dans les systèmes d’informations géographiques en 1998, lors de ma 5e année, c’est-à-dire l’équivalent actuel du master professionnel. Mon idée était centrée sur la cartographie, c’est ce qui me plaisait, avec les nouveaux outils qui permettaient de faire ce métier. Je suis arrivé au service archéologique après plusieurs expériences SIG dans d’autres domaines.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

La géomatique est la collecte, le traitement, l’analyse et la diffusion d’informations géographiques, ce qui englobe parfois différents métiers possibles. Ce que je fais ici, au Service archéologique de la Ville de Lyon, consiste à collecter, toutes les découvertes archéologiques pour les mettre sur la carte de Lyon. C’est la carte archéologique municipale, l’inventaire cartographique des découvertes de toutes les périodes confondues, des opérations de fouilles récentes aux découvertes anciennes et de vestiges appelés « les faits » dans notre base de données, tels qu’ils sont relevés sur le terrain. Je travaille aussi sur des niveaux d’interprétations qui vont nous permettre d’avoir des objets géographiques, qui seront plus lisibles à l’échelle de la ville. Lyon est notre unique territoire d’intervention. Avec une bibliothèque numérique des anciens plans de Lyon des XVIIIème et XIXème siècle qui sont géoréférencés, et que l’on met à jour sur le plan actuel de la ville, ce qui est aussi une partie du métier de cartographe.

Plan ancien géoréférencé : cadastre napoléonien de 1831, secteur Terreaux.
Source : Archives du Rhône 3P, plan géoréférencé Inventaire, ALYAS.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Non, elles sont assez différentes. Je vais intervenir sur tous les chantiers et les opérations de fouilles que l’on va faire : je peux intervenir avant le chantier pour fournir des éléments sur les contextes archéologiques à différentes périodes. Surtout, après le chantier réalisé, une phase d’analyse a lieu une fois que l’archéologue rentre du terrain, et c’est à ce moment-là que j’interviens. Mon rôle est de mettre en contexte les découvertes qui ont été faites sur le terrain dans un environnement restitué, comprenant différentes périodes : antiques, médiévales, ou antérieures à l’Antiquité, à l’âge du fer ou du bronze, selon ce qui a été découvert lors de la fouille. Ce travail est la partie d’exploitation des donnés qui sont intégrées dans le SIG (Système d’Information Géographique) sous forme de cartographie essentiellement. Une fois que les éléments sont analysés, je vais les intégrer sur la carte générale pour pouvoir actualiser le SIG et proposer des cartes à jour pour les futures fouilles.

Répartition et résultat des opérations de fouille à Lyon, 2017
Source : E. Leroy, ALYAS, Service Archéologique de la ville de Lyon.

Au sein du service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue votre travail avec vos collèges ? Comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

L’étape de l’intégration des données est faite via une chaine de traitement de l’information depuis le terrain jusqu’au SIG, avec des relevés topographiques réalisés par notre topographe, et ensuite les informations sont transmises jusqu’à moi. Pour les petits chantiers, les informations passent directement dans le SIG, et pour les fouilles les plus importantes, elles passent par l’infographie, donc par des archéologues qui savent utiliser les outils d’infographie. Les vestiges vont y être dessinés et à partir de là intégrés au SIG. Je suis surtout en relation avec le topographe, les infographistes et puis les responsables d’information, car c’est eux qui vont fournir l’inventaire des faits, qualifiés par une nature, par le type de vestiges (murs, sépultures, toutes une série de natures possibles), par des relevés et des datations, et je les récupère dans un format particulier pour pouvoir l’intégrer au SIG. Je suis donc en relation avec de très nombreux collègues, car les demandes sont assez variées dans le service.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécificité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

Dans les métiers de la cartographie, il faut comprendre la demande. On dit souvent qu’un spécialiste SIG va être à l’interface entre la « demande métier » et la partie informatique. Maintenant les archéologues sont tous formés aux outils de dessin et de plus en plus aux  SIG, je peux donc dialoguer avec différents archéologues sans trop de problèmes, mais il faut malgré tout sensibiliser ceux qui ne le seraient pas à l’intérêt du SIG. C’est donc l’un des avantages du SIG : on peut travailler avec différents métiers. Mais les inconvénients sont aussi le revers de ces avantages : il n’y a pas forcément une « spécialité métier » pour les cartographes, par rapport à d’autres métiers de l’archéologie. Cette situation d’interface entre plusieurs métiers spécifiques peut être une position assez inconfortable avant que l’on ne trouve sa place dans une organisation.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (Etat, région, ville) privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

J’ai travaillé avant pour le Service de la Ville, mis en place une petite collectivité territoriale, ainsi qu’au au service d’urbanisme et d’information. J’ai travaillé dans une entreprise pour les espaces verts à proximité de Vénissieux, dans un bureau d’étude privé.  J’ai par la suite travaillé pour l’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer), où je me suis penché sur la réglementation de la pêche en Méditerranée et sur l’exploitation de cette dernière, donc dans un service public et scientifique. La cartographie est un métier ou il y a énormément de diversité : dans le privé comme dans le public, on peut travailler pour les gestionnaires de réseaux, les télécoms, dans tout ce qui rejoint l’analyse environnementale et qui se rapporte au territoire. De même, les différents observatoires (ceux des populations par exemple utilisent des statistiques, et peut donner une traduction cartographique de certaines de ces données. Mais je n’ai personnellement jamais travaillé dans le domaine scientifique avant d’être au Service Archéologique de la Ville de Lyon, où l’on travaille avec des universités ou des laboratoires de recherche.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Non, je ne suis pas du tout archéologue. J’ai une spécialité de géographie et cartographie, je ne m’apparente donc à aucune période spécifique historique. Je travaille sur toutes les périodes et en lien avec les archéologues qui sont spécialistes de telle ou telle période.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs d’une part, et du grand public d’autre part ?

Des productions de cartes d’analyse spatiale sont toujours faites pour les rapports de fouille : le document est produit par les archéologues après la phase de terrain, dans le cadre de l’archéologie préventive ; ce qui veut dire que l’on intervient sur les territoires en fonction des projets d’aménagements. On produit des rapports de fouille dans lesquels on introduit la cartographie, avec des rapports de contexte ou des cartes avec les plans anciens, qui montrent l’évolution d’un certain secteur ou d’une parcelle. Ces rapports de fouille sont la première diffusion de l’archéologie préventive et la plus importante, liée à l’archéologie de terrain et à l’analyse des découvertes, qui va permettre ensuite l’élaboration des cartes. Il y a ensuite la production du scientifique, qui s’apparente plus à de l’accompagnement : avec de la recherche pure, mais où je vais fournir des éléments, données ou analyses spatiales qui vont permettre de nourrir un discours scientifique. Dans un autre mode de diffusion, la publication dans des articles est assez conséquente mais n’est pas la plus importante.

Il y a 2 ans, nous avons mis en place au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon un outil que l’on appelle « Jeu de Carte ». À partir des données archéologiques et de plans anciens, une vingtaine de carrés forment un puzzle qui montre l’état de la ville à la période antique ou médiévale. Nous pouvons donc montrer l’évolution de Lyon au public selon les époques, grâce aux données collectées et avec une partie des informations qui sont mises à disposition. Une carte interactive sur Internet est également disponible sur le site du Service Archéologique de la Ville de Lyon, et tous les autres services ont à disposition une carte qui montre les découvertes à différentes périodes, visible par le public.

Carte puzzle (« Jeu de Carte ») de l’occupation du Haut-Empire, Lyon
Source : E. Leroy, M. Baudrand, Service Archéologique de la ville de Lyon.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

Les futures évolutions devraient porter sur une plus grande diffusion de l’information, sur la mise en place d’un vrai SIG partagé et collaboratif, avec les autres acteurs de l’archéologie sur le territoire de Lyon. Ce serait un objectif : une plus grande diffusion de l’information, avec des échanges plus importants, avec l’Etat ou avec les autres opérateurs qui interviennent sur le terrain en archéologie préventive et scientifique. Cette diffusion pourrait se faire de manière de plus en plus intégrée, partagée et distribuée de façon plus ouverte sur internet. La donnée cartographique évolue, elle est à mettre à jour en permanence, parce qu’il y a des découvertes faites chaque année. Il faut aussi mettre à jour les nouvelles données analysées, comme des découvertes faites dans les années 1950-1960 qui sont susceptibles d’être reprises aujourd’hui par les chercheurs, et réinterprétées. Et par rapport à la technique de travail, il y aussi dans le domaine de l’évolution du métier la 3D, technique vers laquelle on se tourne petit à petit pour certains aspects de l’information à recueillir.

Par Justine DEVERS


Justine Devers

Etudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours :"Culture historique : Patrimoine."

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.