METIERS/Stéphane Gaillot, géomorphologue au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Stéphane Gaillot, géomorphologue

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai un parcours un peu atypique car contrairement aux autres agents du service archéologique, je ne suis pas archéologue de formation puisque je suis géographe. Je travaille ici depuis 15 ans, et c’est ici que je suis devenu archéologue. Mon cursus est celui d’un géographe, après le bac j’ai intégré la faculté de géographie à Lyon 2 : les premières années en tronc commun avec de la géographie générale avec une spécialité dans le domaine de la géographie physique, avec une étude importante de la partie paysage naturel, puis je me suis spécialisé en géomorphologie. J’ai eu un DEA en géographie physique et j’ai eu l’opportunité d’intégrer le service archéologique de la ville de Lyon après avoir un peu « cherché ma voie » durant quelques années.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Mon métier consiste principalement à effectuer des fouilles en équipe et à rédiger des rapports. Concrètement   nous effectuons des fouilles là où il doit y avoir un aménagement (route, bâtiment, parking, etc). C’est ce que l’on appelle l’archéologie préventive. On sait d’ailleurs que les vestiges disparaîtront. Les archéologues étudient et documentent les structures et les objets archéologiques (bâtiments, chausses, vaisselle, etc) alors que moi je vais étudier l’environnement naturel, c’est-à-dire que je vais essayer de replacer des structures dans un paysage physique qui a évolué dans le temps, en termes de climat, de végétation, d’emplacement précis de cours d’eau, de reliefs qui évoluent aussi.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Non, elles ne sont pas similaires, on a trois grands types d’activités. Tout d’abord, je suis sûr le terrain durant un tiers de mon temps avec mes collègues à suivre les chantiers, faire des échantillonnages, le travail tel que l’on peut l’imaginer car nous pouvons citer la devise des archéologues « La vérité est au bout de la truelle. ». Un autre tiers important de mon activité consiste en la rédaction de rapports qui sont obligatoires et demandés par l’État : c’est ce que l’on appelle la partie post-fouille, l’autre petit tiers est tout ce qui gravite autour de l’archéologie, des tâches administratives, des tâches de médiations. Je consacre aussi un peu de temps à la recherche pour écrire des articles.

Photographie de M. Gaillot durant une fouille. En arrière-plan une coupe stratigraphique.
Source : Stéphane Gaillot.

Au sein du service archéologique de la ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Quand on est sur le chantier c’est un vrai travail en parallèle. Le chantier il faut l’imaginer comme une fosse que l’on ouvre, on creuse au fur et à mesure et on découvre une grande diversité de « choses », comme des murs et des objets puis nous redressons des coupes stratigraphiques. Alors tous les archéologues vont participer à l’enregistrement de ce qui est découvert, toutes les couches sont individualisées. Quand un archéologue a besoin d’une réponse à propos de la géomorphologie, je peux alors intervenir et lui répondre. Ce n’est pas forcément de l’entraide mais une méthode d’enregistrement de ce que nous observons, c’est pour cela que chaque niveau est enregistré et décrit, mais cela reste un réel travail d’équipe. Quand je vous parle d’unités stratigraphiques, elles ont souvent été enregistrées par d’autres collègues et je vais décrire ce que je vois avec mon œil de géomorphologue, puis un collègue qui travaille sur la céramique va le voir de son propre œil et ainsi chaque information est utile pour le rapport final.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

L’avantage que l’on pourrait trouver c’est que sans moi certaines choses comme les aspects paysagers ne peuvent pas être documentées, car les autres archéologues n’ont pas la formation pour, mais cela est valable pour tout le monde : sans mes collègues archéologues, je ne peux pas non plus accéder à certaines informations. Je ne vois pas d’inconvénient lié à ma spécialité.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

D’une façon générale nous avons à faire à l’État qui missionne les lieux où nous allons devoir chercher. L’interlocuteur privilégié est celui qu’on appelle le Service Régional d’Archéologie, où d’autres archéologues qui ne fouillent pas vont nous indiquer les endroits où chercher. Ils vont également nous valider notre rapport de fouille s’il est de suffisamment bonne qualité. L’autre interlocuteur est donc l’aménageur car nous travaillons sur son terrain, cela peut être un grand groupe de BTP ou la Ville de Lyon par exemple. Nous avons aussi des interlocuteurs scientifiques car on est issus de cette sphère-là, je garde une activité de recherche car je connais encore bien les géomorphologues ou géographes universitaires de Lyon. Si nous avons des questions, je m’adresse à mes collègues universitaires et si jamais je suis sur un chantier pouvant les intéresser, alors je vais les contacter pour qu’ils puissent aussi se pencher dessus.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Typiquement j’adopte une approche diachronique car je suis géomorphologue de formation et non pas archéologue. J’étudie donc le paysage ancien quel que soit son âge (préhistorique, antique, etc). Je vais alors traiter d’un sujet sur plusieurs périodes, précisément notre discipline c’est d’étudier l’évolution des formes de paysages ou de végétations dans le temps : on ne peut donc pas rester sur une période, c’est pourquoi dans ma formation je n’ai pas été spécialisé sur une période précise.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

On peut distinguer trois formes de diffusion. Il y a d’abord le rapport d’opération archéologique auquel j’apporte ma contribution spécifique et qui est destiné à l’État : il s’agit d’un document public disponible pour tous les autres archéologues. Quand on a le temps on publie des articles, mais ils ne sont pas obligatoires comme pour un chercheur du CNRS : je publie ou participe à un article environ tous les deux ans. Il y a aussi la communication au grand public qui est une mission de service public, cela prend la forme de plusieurs événements par an comme les journées de l’archéologie, les journées d’études du patrimoine et puis on fait des « apéro-archéo » : chaque archéologue présente son métier sous forme de jeux, de posters ou de démonstrations. On a la chance que l’archéologie intéresse beaucoup de monde : il est alors important de faire des moments d’échanges comme ceux cités plus haut.

Photographie de M. Gaillot montrant une pierre issue de fouilles.
Source : Stéphane Gaillot.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

Il y a des choses que je regrette, les gens formés à l’archéologie ont très rarement suivi dans leurs cursus des formations sur le paléo-environnement et les paysages anciens. Cette place est donc prise par des gens comme moi, peu d’Universités proposent une formation en paléo-environnement. Il se trouve que tous les services archéologiques n’ont pas un géomorphologue, alors que, théoriquement, c’est une obligation, on doit étudier l’environnement. Concrètement il y a alors « des places à prendre » dans ce milieu-là, mais aussi dans la médiation sur les paysages anciens et le patrimoine environnemental, ce qui est un sujet important à notre époque. En plus d’être passionnants, l’archéologie et la géomorphologie restent encore des métiers d’avenir

Par Elsa RICHARD


Elsa RICHARD

Etudiante en licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.