METIERS/Jérémie Liagre, archéologue préhistorienne au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Jérémie Liagre, archéologue préhistorienne spécialiste du mobilier lithique

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours qui a permis de faire d’une vocation un métier ?

Depuis toute petite je voulais être archéologue, j’ai donc réalisé mon stage de 3e à la maison de l’Orient à Lyon et à mes 16 ans, pendant les vacances, je faisais des fouilles programmées. J’hésitais entre l’histoire médiévale, l’histoire égyptienne ou la Préhistoire. J’ai fait un bac littéraire mais je pouvais faire n’importe quel bac pour devenir archéologue, puisque c’est à partir du moment où l’on rentre à la fac que l’on se spécialise. J’ai fait archéologie et histoire de l’art à l’Université Lyon 2 (j’y ai aussi fait de la sociologie/ethnologie). J’ai fait un cursus équivalent Master 1-Master 2 en recherches. J’ai fait une année Erasmus à la fin de la 4e année, en Italie à Viterbe. J’ai fait une fouille en Italie et j’y suis restée 5 ans pour les études (DEA+thèse). Je suis allée à l’Université de Ferrare. J’ai fait une cotutelle, un DEA et une thèse de l’université italienne et d’une université française (Aix-en-Provence). J’ai eu la chance d’avoir un contrat de fouilles en Suisse avec une boîte privée (Archéodunum) mais aussi des contrats d’archéologie durant mes études dans des boîtes privées ou des collectivités (publiques). J’ai été recrutée à Lyon il y a 10 ans. J’ai commencé par être technicienne, puis je suis devenue spécialiste et je suis actuellement responsable d’opération.

De manière générale en quoi consiste votre métier ?

Je suis archéologue, j’exerce en archéologie préventive et je suis responsable d’opération, je fais des diagnostics sur les chantiers de construction ou aux endroits où des immeubles vont être démolis. J’étudie les occupations préhistoriques de la ville. Ma spécialité est le mobilier lithique, en Préhistoire. Le mot « lythos » signifie, en grec, “pierre”. Le lithique consiste à étudier les pierres taillées ou façonnées par les hommes pour fabriquer leurs outils. Cela me permet de comprendre comment vivaient les hommes préhistoriques. Je suis aussi technologue. Je suis spécialiste de la pierre taillée, cela permet de voir comment les hommes préhistoriques faisaient les outils, pourquoi, dans quel but, comment ils s’approvisionnaient en silex ou autres roches.

Diagnostic au chantier de Saint Irénée.
Source : SAVL (Service Archéologique de la Ville de Lyon).

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Avec mes collègues, nous allons fouiller sur des chantiers, des zones urbaines qui vont être démolies puis reconstruites pour la construction de nouveaux bâtiments. Nous sommes donc chargés d’analyser les éventuelles découvertes que nous faisons sur ces chantiers. Je fais des rapports d’opération, des synthèses, des articles, des colloques. Il y a beaucoup de recherches. Je peux aussi être technicienne sur le chantier d’un de mes collègues.  Actuellement, je travaille sur un projet de musée. Il peut parfois y avoir des diagnostics négatifs, c’est-à-dire quand nous fouillons sur plusieurs mètres, plusieurs couches mais qu’il n’y a rien comme vestige archéologique conservé. C’est assez rare.

Au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Je fais des études de mobilier pour mes collègues, nous sommes plusieurs sur un chantier et mes collègues peuvent mettre au jour des objets préhistoriques. Les archéologues travaillent beaucoup ensemble.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celle des autres métiers de l’archéologie ?

Comme avantages, il y a le fait que j’aime le mobilier, l’étudier, c’est du mobilier qui dure, les pierres ne se désagrègent pas, il n’y a pas de restauration à faire. Il n’y a aucun risque que le mobilier s’abîme. Ce type de mobilier traverse des milliers d’années et couvre énormément de cultures pré et proto-historiques. Aujourd’hui, je peux même dire à quoi servait la pierre que j’ai découverte lors des fouilles. L’avantage de ma période est que je suis obligée de connaître un peu toutes les périodes car les niveaux d’occupation de cette période correspondent aux niveaux les plus profonds : lors d’une opération de fouille, on « traverse » les niveaux plus récents pour arriver aux niveaux les plus profonds, les plus anciens.

Pointes de flèche préhistorique. (Néolithique final)
Source : Photographie, J. Liagre.

L’absence d’écriture, d’archives constitue un inconvénient. Je dois faire des suppositions, même si je peux avoir des certitudes. Au début, il faut se faire l’œil, on peut avoir du mal à voir la pièce, des petites pièces peuvent sembler banales alors qu’elles ont été utilisées. Ce n’est pas un mobilier très parlant et celui-ci intéresse peu le public, il ne passionne pas les gens en général puisqu’il n’y a pas souvent de belles pièces, par exemple, les pointes de flèche sont rarement entières.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (Etat, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (université) avez-vous affaire ?

Nous faisons des échanges avec le CNRS et aussi avec les 3 universités, Lyon 1 pour les géologues, Lyon 2 car il y a des cours spécifiques sur la Préhistoire, pareil pour Lyon 3. Dans moins d’un an je vais participer à l’organisation d’un colloque sur Lyon sur la Préhistoire. Je collabore aussi avec Paléotime. Nous avons un programme commun de recherches (PCR). Nous avons une convention avec l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) qui travaille sur toute la France, contrairement à nous qui travaillons uniquement sur la ville de Lyon. Nous avons des liens avec des musées. Il y a aussi un lien avec la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ainsi que la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles). Je peux avoir des liens avec des associations quand nous faisons de la médiation.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je suis maintenant obligée de travailler sur les autres périodes, je travaille souvent sur du gallo-romain, je suis donc obligée de faire une synthèse même si cela ne concerne pas ma période. Je dois connaître les autres périodes et je me documente ou demande à mes collègues lorsque cela concerne leur période.

Restes d’un crâne humain avec des objets.
Source : Photographie, O. Stoica.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Je fais des articles et des colloques, régionaux ou nationaux, avec les autres chercheurs. Des actes de colloque deviennent des articles de référence plus tard. Il y a aussi des tables rondes. Pour le grand public, il y a de la médiation, des apéros-archéo : nous allons parfois dans des quartiers pour parler de l’archéologie, les gens viennent entendre parler d’un thème en particulier (par exemple les pierres taillées ou naturelles à Caluire). Il y a des interventions dans les écoles, nous recevons des 3e, des centres sociaux en seconde ou en première qui viennent pendant une semaine où nous organisons différentes activités. Dans les musées, je peux aider pour une exposition. Je participe aussi à l’organisation lors des Journées du Patrimoine ou lors des Journées de l’Archéologie, de la Fête de la science, de la Nuit des musées. Il nous arrive parfois de faire des articles de journaux.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

D’un point de vue général, il n’y a pas beaucoup de financement, donc pas beaucoup de postes et les gens qui partent à la retraite ne sont pas forcément remplacés. J’espère que cela va changer. Le métier d’archéologue existera toujours, nous créons aujourd’hui même une période pour les futurs archéologues. J’espère que le métier d’archéologue sera plus valorisé. Les maladies professionnelles ne sont pas encore reconnues. Je pense que ceux qui vont sortir du M2 auront un peu de mal à trouver du travail. Mais quand on est passionné, on arrive à se trouver une place dans l’archéologie en France.

Par Bérénice JARROSSAY


Bérénice Jarrossay

Etudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.