METIERS/Nicolas Morelle, topographe au service archéologie de la Ville de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Nicolas Morelle, topographe

Pouvez-vous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

Je suis archéologue de formation et j’ai fait un master d’archéologie en Bretagne. A l’heure actuelle je fais une thèse de doctorat sur l’archéologie du bâti et à coté de mes études, j’ai toujours fait de l’archéologie préventive mais également programmée. J’ai ainsi pu accéder à des formations pour devenir topographe et donc apprendre à manier les instruments nécessaires pour exercer ce métier comme par exemple le tachéomètre qui sert à effectuer des relevés sur le terrain. Je suis donc principalement topographe en archéologie préventive et archéologue en archéologie programmée et dans le cadre de mes travaux de recherche (je travaille sur des forts en Inde).

Tachéomètre.
Photographie : Andréa Da Silva

 

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

L’État demande sur chaque chantier d’avoir des relevés précis des vestiges pour enregistrer un maximum de données sur le terrain car la plupart du temps le site va être détruit au profit de constructions, à la différence de l’archéologie programmée dans le cadre de laquelle le terrain va rester en état. Je vais donc enregistrer les coordonnées en 3D du site en plan et en élévation, ce qui va permettre des années plus tard de savoir où se situait tel ou tel élément. Tous les plans que je fais sont conservés à la demande de l’État pour pouvoir par la suite les inventorier et permettre aux futurs archéologues d’avoir des traces d’anciens vestiges et de pouvoir les reconnaitre, les comprendre et les restituer. Je vais ensuite pouvoir les répertorier dans des SIG (système d’information géographique) qui sont menés avec la ville de Lyon. Je me sers de ce genre de base de données pour rassembler un certain nombre d’information. D’autres organismes publics se servent de ce type de système pour pouvoir inventorier un grand nombre de données et par la suite créer des cartes avec des informations en 2D, en altitude. Des données archéologiques récoltées depuis le XIXème siècle peuvent être compilées sur une même base de données selon les objectifs de la recherche. Les fouilles en milieu urbain sont espacées dans l’espace et dans le temps et ces bases de données vont donc permettre de faire le lien sur un même site au fur et à mesure du temps. C’est donc pour cela que mon métier nécessite des relevés précis pour ne pas fausser les recherches éventuelles qui pourraient s’effectuer à l’avenir.

Plan en 3D
Source : SAVL

De manière concrète à quoi ressemble vos journées de travail ? Sont-elles similaires ?

J’interviens dans la plupart des chantiers de Lyon, dès qu’il y a des projets d’une part d’ordre préventif c’est-à-dire une intervention à la demande du responsable d’opération pour faire des relevés de ce qui a été trouvé dans la journée. D’autre part je peux faire des relevés annexes dans le cadre de la recherche programmée. Donc toutes mes journées sont assez variées et je ne relève jamais la même chose.

Exemple de plan réalisé.
Source : crédit : SAVL.

Comment s’effectue le travail avec vos collègues ? Et comment il s’articule avec les autres archéologues

Le topographe va intervenir à la demande du responsable d’opération et il va travailler avec des personnes qui font du DAO (dessin assisté par ordinateur). Je vais donc reprendre les relevés topographiques et les modifier selon différents critères pour faire une carte et la rendre compréhensible pour qu’elle soit publiée dans le rapport d’opération. Il est donc important pour le topographe de travailler en collaboration avec le chargé de DAO pour se mettre d’accord sur les informations à compiler dans un plan. Je travaille tout le temps en équipe et il faut nécessairement être à deux pour un relevé topographique sur le terrain : une personne au tachéomètre et une personne (technicien ou responsable d’opération) au prisme pour pointer les éléments archéologiques à relever.

Exemple de travail effectué par DAO
Source : Droits réservés, SAVL.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre spécialité par rapport à celles des autres métiers de l’archéologique ?

L’avantage par rapport aux responsables d’opération c’est que je ne suis pas amené à intervenir sur une seule opération, j’interviens sur plusieurs chantiers, parfois seulement 2 ou 3 heures par jour et par chantier. Au contraire, par exemple, de ma collègue céramologue qui, elle, n’intervient que quand il y a de la céramique. Le topographe n’a pas forcément une spécialité archéologique ou historique précise, c’est une activité technique. Je vais être amené à travailler sur les données géographiques sans me limiter à un site précis.

En dehors sur service archéologique, pouvez-vous nous dire quels acteurs publics, privés et scientifiques vous avez à faire ?

Dans le cadre de l’archéologie préventive, j’interviens directement pour la mairie, pour un service public et à la demande de l’État sur des chantiers d’aménageurs publics ou privés.

Photographie d’un relevé topographique sur le terrain.
Source : SAVL.

Initialement, vous étiez plutôt spé dans une période, continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène à travailler de manière diachronique ?

Je suis médiéviste de formation, mais en étant topographe, je ne travaille plus du tout sur cette période. Or en tant qu’archéologue du bâti en Inde, je continue mes activités de recherche en dehors du SAVL. Beaucoup d’archéologues travaillent dans le préventif avec des compétences qui sont assez différentes de leur champ de recherche principal, mais peuvent rester complémentaires. C’est donc en archéologie programmée que je travaille vraiment sur ma période de spécialisation et c’est en archéologie préventive que je travaille sur l’ensemble des périodes.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part et du grand public ?

Je transmets aux médiateurs mes travaux, pour qu’ils puissent les diffuser lors des journées européennes du patrimoine, d’archéo Lyon et de la journée de l’archéologie. Tous mes collègues font pareil pour la diffusion de leurs travaux durant l’année : il est important pour nous de diffuser nos travaux au grand public. Comme par exemple le site de Saint-Antoine qui va ouvrir ses portes et où vont être diffusées des données archéologiques : pour ce type d’occasions, nous créons des plans, des photographies des vestiges, des textes pour diffuser les résultats de la fouille.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ?

La topographie en archéologie ouvre sur plusieurs perspectives d’évolution de carrière. En raison de l’aspect technique, le topographe en archéologie est amené à mettre à jour régulièrement ses connaissances sur un domaine qui évolue sans cesse, à la croisée du domaine scientifique et de l’ingénierie. Ainsi le CNRS recrute aussi des personnes à double compétences, scientifique et technique, sur les postes d’ingénieurs de recherche. En archéologie préventive, les topographes sont recrutés dans les collectivités publiques ou les entreprises privées mais peuvent aussi être indépendants et proposer des prestations de service spécialisées selon leurs compétences. Il peut alors s’agir de photographie par drone, photogrammétrie, prospection géophysique. Avec le développement de l’archéométrie depuis les années 1990, la discipline du topographe en archéologie est un élément moteur de la collecte de données de terrain.

Par Andréa DA SILVA


AndréaDasilva

Etudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.