METIERS/Matthieu Ferrand, auteur pour les « Rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Matthieu Ferrand

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai d’abord été étudiant à l’école Émile Cohl à Lyon puis professeur de dessin de plâtre et objets dans cette même école. Mon insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon s’est fait via l’école et par le biais d’un réseau d’amis.

Mathieu Ferrand
Source : www.cohl.fr.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Ma motivation vient de l’idée d’un projet collectif qui est celui de l’Épicerie Séquentielle. C’était pour moi une bonne opportunité en tant que jeune auteur. Se retrouver avec d’autres auteurs avec des expériences différentes est enrichissant. Commencer avec un petit éditeur permet de bénéficier de plus de liberté. Et puis avec les gros éditeurs, la rémunération est assez faible. L’Épicerie Séquentielle était pour moi comme un tremplin dans le monde de la BD. Évoluer dans une structure associative comme celle-ci est assez sécurisant. Au sein de la structure, je joue plusieurs rôles. Je suis trésorier adjoint et je m’occupe, avec d’autres, de la livraison pour la zone de Villeurbanne et des environs de Grange Blanche. Je fais également partie du groupe de suivi éditorial pour les retours et le planning de sortie par exemple. J’ai travaillé sur le numéro 22 des Rues de le Lyon mais aussi sur la maquette de 10 autres numéros pour la mise en page.

Crayonné pour la couverture du numéro 10
L’exposition Universelle de 1894
Source : Matthieu Ferrand.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Concernant le numéro 22, Le Retour de la Monstrueuse de Lyon, le sujet m’a été proposé par Sandrine Boucher et cette thématique liée à la biodiversité me touche beaucoup. J’avais soif de découvrir des choses sur cette problématique, d’où la motivation à se lancer là-dedans pour rencontrer des acteurs de ce domaine. Comprendre ce qu’on a dans nos assiettes, c’est important non ?

Pour ce qui est du numéro 10 sur l’exposition universelle de Lyon en 1894, c’est Héloïse Cutzach qui avait envie de parler de ce sujet et cherchait un dessinateur pour l’illustrer. Nous en avons discuté, elle m’a exposé ce qu’elle souhaitait communiquer, au-delà de l’aspect historique, et nous nous sommes lancés. Une première pour nous en bande dessinée, après des livres pour enfants.

Mise en couleurs de la couverture
Source : Matthieu Ferrand.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

C’est Héloïse Cutzach qui s’est chargée des recherches historiques. Pour ma part, je me suis référé à des documents iconographiques dans les archives du Progrès pour avoir une idée de l’atmosphère de l’époque, même si, après coup, certaines images se sont avérées peu précises dans leurs représentations (notamment pour le carrosse de S. Carnot). Nous disposions d’images sur la grande coupole de l’exposition et j’ai donc pu détailler ce bâtiment. Cependant nous ne disposions pas d’éléments qui indiquaient l’organisation des stands à l’intérieur de la coupole. Pour le numéro 10 nous nous sommes appuyés sur des fonds anciens et sur des thèses spécialisées à la Faculté. Sinon pour d’autres sources, nous avons trouvé ce qu’il nous fallait à la bibliothèque municipale de Lyon. Nous n’avons pas ressenti le besoin d’interviewer des historiens pour les évènements de ce numéro car nous avons facilement trouvé les informations dont nous avions besoin. Pour le n°22 en revanche c’était différent, Sandrine Boucher et moi avons interrogé des agriculteurs, des chercheurs et des cuisiniers pour ce numéro qui portait sur les variétés anciennes de fruits et légumes. Les problématiques liés aux modèles agricoles et de cultures étant d’actualité nous avons pu faire intervenir ces acteurs d’aujourd’hui dans ce numéro, contrairement à ce qui est raconté pour l’exposition universelle, où l’histoire est « terminée ».

Crayonné de la page 2
Source : Matthieu Ferrand.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Comme je l’ai dit, il ne fallait pas faire d’anachronisme mais dans ce numéro, le propos portant sur les exhibitions des immigrés est plus important que les petits détails. Ici c’est le message qui prime : à l’époque de telles expositions n’étaient pas choquantes. Les détails sont plus ou moins importants selon l’axe choisi. Par exemple nous n’avions pas de précisions sur le quartier et une vue générale suffisait donc à rendre compte de l’ambiance globale. Pour les vêtements, c’est un peu la même logique :  j’estimais que cerner le style de la décennie serait approprié. Pour le tram, en revanche, nous sommes très proche de la réalité surtout que l’organisateur de l’exposition était aussi celui qui a conçu le tram électrique de l’exposition. Mettre l’accent sur l’apparence de ce tram nous semblait important. Pour conclure sur cette question, l’objectif de la représentation était de faire du mieux possible avec la documentation disponible. Pour le reste si les détails n’ont pas de réel impact sur la narration, et surtout sur le sens alors cela me convient.

Encrage de la case 4 de la page 5 représentant le tram de l’exposition.
Source : Matthieu Ferrand.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Oui, c’est difficile de combiner le scénario avec l’aspect pédagogique. Ce numéro est un petit format dans lequel on doit présenter beaucoup de chose : il fallait donc essayer d’être assez synthétique et de faire ressortir l’essentiel. Le fait d’amener un point de vue contemporain avec le personnage d’Anne est essentiel, d’où ces références à notre société actuelle (télé-réalité, attentat…). Il fallait restituer ce qui peut choquer. Avec l’anarchisme et l’immigration italienne, on retrouve le même type de problématiques qu’aujourd’hui. Le vote de la troisième « Loi scélérate » en 1894, qui permet moins de liberté et assure plus de contrôle peut être comparé avec notre état d’urgence ces dernières années.

Une planche en cours d’impression.
Source : Matthieu Ferrand.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

C’était la première fois depuis deux ans que je faisais de la BD et tout s’est fait un peu dans la précipitation à cause d’un planning restreint. La contrainte du temps m’a poussé à aller au plus simple. L’enjeu était de d’obtenir un résultat lisible. Dans le métier du dessin, on peut toujours mieux faire. Après je n’ai pas de style de dessin arrêté : celui-ci est changeant en fonction du projet et j’ai par exemple prévu du faire du noir et blanc pour le prochain numéro.

Le dessin réaliste permet de décrire fidèlement les objets, les bâtiments … Le but de ce genre de numéro au format court est de « mettre l’eau à la bouche » si le lecteur souhaite se pencher plus longuement sur la période. Le fait de faire de belles façades et de représenter certains détails peut donner envie au public d’aller plus loin. Le dessin cartoon peut amener un côté amusant, mais pour être fidèle à des détails, le dessin réaliste est probablement préférable, même si tout dépend du sujet et de sa visée : aucun style n’est mieux qu’un autre dans l’absolu.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

J’apprécie la bande dessinée historique, qui constitue la majorité de ma bibliothèque en BD. J’ai toujours aimé mettre mon dessin au service de quelque chose, et d’avoir le sentiment qu’il soit « utile ». Ce travail m’a confirmé que c’est ce genre de chose que j’avais envie de faire.

J’ai d’autres projets avec un autre numéro de la revue Les rues de Lyon dont le storyboard est encore en suspens. Il devrait porter sur l’histoire de Villeurbanne mais ne devrait paraître que l’année prochaine. J’ai aussi réfléchi à un projet de bande dessinée de vulgarisation économique.

Par Jérôme VOUILLON


Jérôme Vouillon

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *