METIERS/Morgane Velten, auteur pour les « Rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Morgane Velten

Pouvez-vous me décrire votre parcours, votre formation et comment vous êtes arrivée dans le milieu de la bande dessinée ?

La façon dont je suis arrivée dans le milieu du dessin est assez simple. À partir de l’école primaire, j’ai décidé de devenir illustratrice de livres pour enfants. Par la suite, cela a évolué selon ce que je lisais aux différents moments de ma vie, mais j’ai toujours rêvé de pouvoir faire du dessin. À 17 ans, j’étais en baccalauréat scientifique, je me dirigeais tout droit vers maths sup/maths spé mais cela ne me motivait pas du tout. C’est à ce moment que j’ai décidé d’aller faire des études de dessin. Après mon bac, je suis partie à Lyon, à l’école Émile Cohl où j’avais comme ambition de faire de l’animation. Mais l’animation ce n’est pas pour moi, et je suis alors retournée à ma première passion, l’illustration et la bande dessinée.

Après avoir été diplômée, j’ai eu un travail en tant que serveuse, c’était très difficile.  C’est à ce moment qu’un de mes anciens professeurs, Olivier Jouvray, m’a contactée. C’était en 2013.  Il voulait créer un magazine ou un livre sur l’histoire de Lyon avec L’Épicerie Séquentielle, l’association des auteur-trice-s de BD de Lyon. Il voulait savoir si le projet m’intéressait. J’ai hésité un moment car mon travail était très prenant … mais le dessin était ma passion depuis toujours et, même si cela ne me rapportait pas beaucoup d’argent, c’est cela qui comptait. On s’est finalement lancés et on a créé Les Rues de Lyon en 2015.

Morgane Velten
Source : Morgane Velten.

Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ?

Au début, on était une petite vingtaine. Il faut savoir que c’est une structure associative, participative, sans chef. C’est une sorte d’utopie anarchiste. Les décisions se prennent d’un commun accord.

J’avais un rôle dans l’équipe administrative. J’ai géré le contrat avec la poste pour la livraison des abonnements, pour que ça ne coûte pas trop cher. Nous avons tout dû apprendre sur le tas, aucun de nous ou presque n’a de formation en commerce, en marketing… En ce moment je fais partie de l’équipe de relecture aussi, et de quelques équipes qui s’impliquent dans des futurs nouveaux projets.  On est actuellement entre 60 et 70 dans l’Épicerie Séquentielle. Il n’y a pas de contrat, rien d’absolu ou de fixe. On a des membres de tous les horizons, pas seulement des dessinateurs. Un de nos membres est un spécialiste de l’embaumement et de la décomposition du corps humain, par exemple. Il y a aussi des journalistes, des vendeurs de bandes dessinées. Tous les gens qui sont motivés peuvent nous rejoindre.

Pensez-vous que la façon dont vous fonctionnez peut être reproduite ailleurs en France ? N’existe-t-il pas d’autre structure similaire ?

C’est une de nos ambitions. Nous sommes conscients que si on devenait une trop grosse structure, cela deviendrait ingérable. Les anarchies ne fonctionnent pas à grande échelle, je pense. On voudrait donner un modèle qui puisse être reproduit dans d’autres villes ou régions. Cependant cela n’est pas possible partout en France. En Bretagne par exemple c’est possible car il y a un fort rassemblement d’auteurs de bandes dessinées, mais dans des endroits plus isolés c’est plus compliqué. En tout cas pour le moment ça n’existe pas encore, pas activement en tout cas. C’est d’ailleurs ce qui est problématique, cet isolement, car nous nous pouvons pas vraiment nous fédérer au niveau national : Nous avons un métier très solitaire et la plupart d’entre nous ne nous rencontrons que lors des gros festivals. C’est une spécificité de Lyon d’avoir un gros vivier d’auteurs, qui se connaissent entre eux et se fréquentent souvent. L’association nous permet d’être soudés. C’est avec des initiatives comme les Rues de Lyon que nous luttons contre la précarisation de notre métier. Mais la fédération au niveau national nous manque pour protester correctement contre les baisses de nos revenus et les réformes que nous impose l’état (comme la hausse de la CSG sans compensation, la restructuration complète de notre système de cotisation sociale prévue en 2019 et complètement opaque pour les principaux intéressés), et si chacun reste dans son coin, cela n’a pas d’impact.

Comment s’est fait le choix du numéro ? Est-ce qu’on vous l’a imposé ou est-ce vous qui l’avez choisi ?

On ne nous impose jamais rien, cela ne collerait pas avec notre credo. On nous propose quelque chose qu’on peut accepter ou non.

J’ai dessiné un des six premiers numéros, du coup cela a été assez particulier car ces numéros sont les fondateurs. On voulait lancer notre magazine lors du Lyon BD festival qui a lieu tous les ans en juin. Nous ne pouvions pas lancer seulement un numéro : Un seul magazine de dix pages à trois euros sur un énorme stand, cela n’enthousiasmerait pas beaucoup de monde. On s’est donc dit que nous allions en lancer six, pour les six premiers mois de l’année.

Une de nos membres avait un oncle qui avait écrit une compilation d’histoires lyonnaises. On s’est réparti leur lecture, on en a sélectionné une petite dizaine, et on s’est réparti les numéros selon les envies et préférences de chacun. On voulait être sûrs qu’il y ait une continuité pour le lancement, une sorte de cohésion avant de parler d’autre chose. C’est pour cela que les six premiers numéros ne parlent que d’anecdotes historiques à proprement parler.

Et désormais, comment trouvez-vous de nouvelles histoires à raconter ?

Chacun apporte ce qu’il souhaite. C’est là que c’est important et intéressant d’avoir des personnes autres que des dessinateurs car ils peuvent apporter des idées nouvelles et différentes, de par leur formation mais aussi par leur curiosité qui varie selon chaque individu.

Comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, rencontré des historiens ?

Malheureusement, pas vraiment. À la fin de l’année 2014, nous avons pris la décision de publier 6 numéros pour juin 2015. Nous avons organisé un crowdfunding et la date de parution n’était alors plus ajustable, les personnes qui nous soutenaient s’étaient préabonnées. C’était la première fois que je faisais une bande dessinée historique, et je savais que rien que pour le dessin, ce serait juste. Ainsi mon principal fournisseur a été internet. J’avais simplement une localisation, l’histoire se déroulait rue de la Juiverie, à Lyon. La maison concernée dans mon histoire n’a aujourd’hui qu’un seul pan qui a persisté donc il a fallu que je recrée le reste. Maintenant je commence à avoir la base documentaire, car j’ai fait en tout trois bandes dessinées qui se passent à cette période, mais il y a 3 ans je ne savais pas où chercher. Le simple fait de trouver quels vêtements les gens portaient à cette époque a été compliqué. À un moment mes personnages sont déshabillés et j’ai dû chercher quelles sortes de sous-vêtements ils portaient au début du 16e siècle. Cela m’a pris un temps inimaginable. Il m’a fallu un moment pour me rendre compte que si c’était quasiment impossible de trouver des sources en France, on en trouve facilement en Angleterre pour la même époque, sous le règne des Tudor. Pour les lieux j’ai cherché entre autres dans les bandes dessinées historiques que j’avais et qui se déroulaient peu ou prou à la même période, j’ai cherché des peintures, des photos de vieilles maisons, et je me suis inspirée des quartiers à Lyon et des bâtiments de cette époque encore debout. J’ai beaucoup utilisé google-street je l’avoue. J’aurais voulu avoir le temps de faire des recherches plus approfondies, comme je l’ai fait pour la bande dessinée que j’ai réalisée pour Lyon Capitale en 2017 (publié dans le collectif Les Légendes de Lyon). Je suis allée sur place, au musée Gadagne et dans les rues avoisinantes, et j’ai pris des photos des bâtiments, j’ai trouvé d’anciens plans. J’ai pu travailler avec une base plus riche et précise. Mais en 2014, je ne sais pas si j’ai fait quelque chose d’assez approfondi.

C’est très intéressant mais il m’aurait vraiment fallu du temps en plus. Il fallait que je rende mon numéro en mars et je me souviens avoir fait deux nuits blanches car j’étais très juste au niveau du temps. Il fallait avoir de l’avance et lancer les impressions bien avant le Lyon BD festival, pour pouvoir se retourner si les impressions posaient problème. C’est pour cela que nos numéros devaient être prêts suffisamment en avance, on ne pouvait pas se permettre de les imprimer un jour ou deux avant le festival.

Est-ce que chaque détail est important ou il est plus important d’avoir une ambiance générale ?

En théorie, c’est l’ambiance qui est importante. En pratique je suis assez perfectionniste donc j’aime aller le plus loin possible. Parfois des lecteurs nous font des remarques sur des détails. Pour un numéro, il y a eu quelqu’un qui nous a fait la remarque que Fourvière n’était pas construite à l’époque de l’histoire. Pour cet exemple précis, c’était une réelle erreur. Mais la plupart du temps, les gens ne passent que quelques secondes sur une planche. Ils vont lire le texte, entrevoir l’action et passer à la suite. En deuxième lecture on se penche un peu plus sur les détails mais globalement on passe de case en case assez vite. C’est pour cela qu’au final je peux prendre quelques libertés. Par exemple sur mon numéro, j’ai dessiné une bibliothèque pleine mais à cette époque, je pense que c’était difficile pour un nobliau d’avoir autant de beaux livres, car l’imprimerie venait juste d’être inventée.  Mais j’avais envie de dessiner une bibliothèque, cet élément de décors créant facilement une atmosphère dans une pièce. Je ne savais pas encore qu’ils mettaient énormément de tapisseries sur les murs pour conserver la chaleur. Je l’ai appris par la suite, lorsque j’ai travaillé sur la famille Gadagne. Au final, je me retrouve régulièrement à ajouter des détails qui ne sont pas toujours d’époque. Bon, on est en général à 10 ou 20 ans près, je ne parle pas de faire tenir un smartphone à François 1er non plus.

Brouillon du Storyboard.
Source : Morgane Velten.

Est-ce compliqué, en seulement 10 planches, d’être didactique et pédagogique tout en ayant une narration fluide ? Quelles ont été vos principales difficultés ?

Le format court des Rues de Lyon n’a pas été un problème pour moi : pour l’anecdote que je voulais présenter je n’aurais pas forcément eu matière à faire une bande dessinée de 45 pages. Dans mon numéro, il n’y a pas d’informations historique ou presque. Ce n’est pas courant car dans la plupart de nos numéros il y a une base scientifique et historique beaucoup plus solide, notamment dans les cinq autres numéros publiés en même temps. Le mien a cette particularité d’être basé sur une rumeur qui, même si elle est fondée historiquement – François 1er est bien passé à Lyon à cette époque avant de partir à Marignan -, présente des éléments qui ne collent pas tout à fait avec la réalité historique que j’ai pu découvrir lors de mes recherches.  Par exemple le vieux mari jaloux a bien existé et a logé à cet endroit, sauf qu’en 1515, il avait le même âge que François 1er et rien ne dit qu’il était déjà marié à ce moment. L’histoire a possiblement été une rumeur populaire forgée sur la visite de François 1er. Non, pour ce numéro la pédagogie n’a pas été problématique pour moi, il y avait peu d’informations informatifs que j’avais absolument à présenter.

Pour l’histoire de la famille Gadagne que j’ai écrite pour Lyon capitale par contre, ça n’a pas été pareil. Je devais présenter 4 générations de membres d’une famille de marchands banquiers florentins, expliquer leur arrivée à Lyon, leurs faits et geste, leur enrichissement… Quand on raconte quelque chose d’historique, il existe plusieurs façons de faire. Soit on a un conteur qui parle en cartouches et qui n’est pas dans l’histoire, soit on utilise des personnages. La narration en cartouches risquait de rendre le récit un peu sec alors j’ai choisi la seconde option. On peut évidemment utiliser les personnages protagonistes de l’histoire à raconter, comme je l’ai fait pour La bonne amie du Roy, mais cela ne pouvait pas coller pour l’histoire de Gadagne car l’histoire court sur plus d’un siècle.  On peut, enfin, inventer des personnages, par exemple un personnage ignorant qui va en rencontrer un autre qui connaît l’Histoire et va la raconter. Le lecteur s’identifie à cet auditeur et ça me semblait être une bonne option. Et en sept planches, il fallait que j’introduise ces personnages, qu’ils soient attachants et que j’ai le temps de raconter l’histoire. Cela a été plus compliqué.

Mais au final mes difficultés pour mon numéro des Rues de Lyon ont été typiques de celles qu’on rencontre en bande dessinée : elles étaient purement pratiques. Je devais faire un storyboard qui tienne la route, faire quelque chose d’intéressant car j’avais un 1/6ème de la réussite des Rues de Lyon qui reposait sur mes épaules. Et il y avait toujours le problème de l’échéance, surtout que la technique que j’ai utilisée n’est pas classique et prend pas mal de temps.

Storyboard crayonné.
Source : Morgane Velten.

Comment avez-vous abordé le numéro d’un point de vue graphique ? Avez-vous modifié votre façon de dessiner par rapport à ce que vous faites habituellement ? Pensez-vous que le dessin réaliste est plus adapté à la bande dessinée historique ?

J’aurais tendance à dire que le naturel revient au galop. Au début, j’avais prévu de modifier mon dessin car je voulais faire quelque chose d’humoristique. Le problème c’est qu’après recherches je suis tombée sur une version plus détaillée de mon texte de base, une version assez dramatique, axé sur les sentiments. J’ai finalement décidé de décrire une héroïne complètement naïve qui se fait avoir parce qu’elle est tombée amoureuse et j’ai dessiné de ma manière habituelle. En général, c’est très rare que je change radicalement ma manière de dessiner en fait.

Le dernier numéro que j’ai fait sur les roses de Vénissieux, je l’ai fait plus réaliste mais j’ai conservé mon style.

Je ne pense pas que le réalisme soit nécessaire pour la bande dessinée historique, pas plus que pour la BD en général même si elle traite d’un sujet sérieux. J’ai découvert les mangas lors de mon adolescence et cet univers m’a beaucoup inspirée, je suis finalement bien moins attirée par les dessins de type « bande dessinée franco-belge ». Lisez les Rues de Lyon, vous y trouverez bien moins de réalisme que ce qu’on pourrait croire d’une revue qui présente beaucoup de bande dessinée historique !

Début de la mise en couleur.
Source : Morgane Velten.

Aviez-vous déjà approché la bande-dessinée historique avant cela ? Êtes-vous uniquement dans l’Épicerie Séquentielle ou vous avez d’autres projets ? Avez-vous un auteur de référence ?

Avant ce projet, je n’avais pas du tout de lien avec la bande dessinée historique. En termes de projets, je travaille aussi pour Lyon Capitale où j’ai sorti un numéro sur la famille Gadagne. Je suis aussi en train de travailler avec une scénariste sur un projet de bande dessinée. Je voulais le terminer pour le festival d’Angoulême mais j’ai un autre numéro à réaliser pour les Rues de Lyon, donc le projet est en suspens (Note : le numéro des Rues de Lyon en question est sorti en avril 2018, il s’appelle L’exorcisme du couvent et est disponible dans les bonnes librairies lyonnaises !). J’aimerais pouvoir faire des projets en dehors de l’Épicerie pour sortir un peu de la BD reportage. Mais nous avons pris la décision que nos publications ne seraient que du reportage, et jamais de la fantasy ou des histoires imaginées.

Un auteur de référence… En bande dessinée historique je n’en ai pas, je n’en lis pas énormément. Sinon, j’ai adoré Portugal de Cyril Pedrosa. Il a une manière de dessiner, de mettre en scène, très proche de l’animation et qui est à l’opposé de la mienne. Je suis souvent attirée au niveau du dessin par ceux qui ont un dessin qui tient moins compte des règles de perspective, qui arrivent à faire des croquis directement, qui arrivent à dessiner sur le vif. Moi je suis très perfectionniste, j’ai du mal à faire autrement. Si je dois faire un dessin fouillé, il sera très soigné, et la perspective sera bien en place, alors même que la perspective, ce n’est vraiment pas ce que je préfère… Parmi mes auteurs préférés citerais aussi Jirō Taniguchi, pour sa façon de raconter, très contemplative même dans l’action, et Naoki Urasawa pour ses spectaculaires Monster et 20th Century Boys. Je préfère m’arrêter à ces trois-là, il y en a beaucoup trop finalement et je ne saurais pas établir de classement. J’aimerais arriver un jour à raconter des histoires aussi bien qu’eux.

Fin de la mise en couleur.
Source : Morgane Velten.

Par Hubert CROIZIER


Hubert CROIZIER

Etudiant en Licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.