METIERS/Nathalie Vessilier, auteur pour les « Rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Nathalie Vessillier

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai commencé les études d’art après le bac par l’école Émile Cohl. J’ai fait un cursus normal avec comme spécialité jeu vidéo. Je suis sortie de l’école en 2006. J’ai donc essayé de percer dans le jeu vidéo, ce qui n’a absolument pas abouti. Par la suite je me suis rabattue sur le web design durant quatre ou cinq ans. J’ai obtenu un CDI qui m’a permis de mettre de l’argent de côté afin de me plonger dans ma passion, la bande dessinée, peu de temps après. Durant mon CDI, mes amis de promotion avaient commencé leurs projets en bande dessiné. Ils m’ont donc conseillée, orientée dans un réseau ainsi qu’encouragée. À la même époque, j’ai rencontré sur un forum internet « Café salé », mon scénariste. Nous avons travaillé ensemble sur divers projets, qui n’ont pas été signés mais qui m’ont formée. Néanmoins, en 2014 nous avons travaillé sur une édition de blanche neige que l’on a proposée à des éditeurs et qui a été acceptée et publiée en 2016. Ce fut mon premier album et ma porte d’entrée dans le monde de la bande dessiné.

Nathalie Vessillier.
Source : Photographie, Didier Lemerque.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

J’ai intégré l’Épicerie Séquentielle grâce à un des membres fondateurs qui a commencé à me parler du projet avant que Les Rues de Lyon ne soient lancées. Je ne pouvais qu’apprécier le projet car je suis lyonnaise depuis ma naissance et en plus auteur de bande dessiné ! Néanmoins, quand le projet est sorti, j’étais en plein travail sur mon album Blanche Neige. Lorsque j’ai terminé ce dernier, je me suis donc lancée dans la création d’un numéro des Rues de Lyon.

En ce qui concerne mon rôle dans la structure associative, il n’est pas énorme. Au sein de l’Épicerie Séquentielle nous sommes tous au même niveau, les épiciers ont tous les mêmes droits et devoirs. Cependant, je fais partie du groupe relecture pour corriger les fautes d’orthographe sur les numéros, je participe à la livraison quand je peux, tout dépend de mes disponibilités.

Je ne pense pas qu’il soit possible de généraliser ce genre de projet, car il faut que la structure reste de taille modeste. Après que cela puisse exister dans d’autres villes, oui. Il me semble d’ailleurs que ce concept existe déjà à Lille.

Étape 1 : Le découpage.
Source : Nathalie Vessillier.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Dans les Rues de Lyon, rien n’est imposé : les auteurs travaillent sur les projets qui les intéressent. Pour ma part, le sujet sur lequel j’ai travaillé a été amené par Eva Thiebaut, la scénariste de ce numéro, qui est également journaliste. Elle avait déjà travaillé dans le passé sur un article sur les Ovalistes paru dans le journal Rue 89.

Ce sujet tombait parfaitement car je venais de finir Blanche Neige et je cherchais un nouveau projet en rapport soit avec une femme illustre de Lyon, soit avec les métiers de la soie. Le projet m’a donc énormément parlé : Il s’agissait d’une révolte de femmes, des avancées sociales autour du féminisme, avec la condition de la femme dans le monde du travail et en plus ça, cela touchait au métier de la soie. Par la suite, j’ai rencontré Eva, et les courant est très bien passé entre nous.

 

Étape 2 : Le storyboard.
Source : Nathalie Vessillier

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Pour travailler sur l’aspect historique, j’ai passé deux mois à étudier les archives de Lyon, je suis allée à la maison des canuts ainsi qu’à la bibliothèque du musée Gadagne. Je suis également restée une longue journée à la bibliothèque des tissus et des arts décoratifs et à la bibliothèque municipale de Lyon, notamment dans la partie des manuscrits anciens ou j’ai trouvé un grand nombre de choses intéressantes. Par son article effectué auparavant, Eva avait énormément éclairci le travail. En outre, il me fallait principalement de la documentation visuelle, car je devais savoir comment les gens étaient habillés, à quoi ressemblait Lyon, quels étaient les bâtiments construits ou ceux en construction… Il faut savoir qu’en 1869 Lyon n’avait pas du tout la même architecture !

Nous avons également travaillé avec une historienne et une philosophe qui ont écrit un ouvrage dans les années 1980, La grève des Ovalistes. Elles avaient fait un énorme travail de documentation à l’époque, ce qui fait que nous nous sommes également beaucoup intéressées à leur écrit. Dans les années 1980, elles avaient accès à beaucoup de documentation qui ne le sont plus aujourd’hui. Lorsque j’ai fini la réalisation de la BD, je leur ai envoyé ma production afin d’avoir leur avis, et elles l’ont validée sans problème.

Étape 3 : L’encrage.
Source : Nathalie Vessillier.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Tout d’abord, il faut savoir que les Rues de Lyon ont pour but d’être des récits non-fictionnels et le plus vraisemblable possible. Je me suis donc basée sur le peu de documentation que nous avons trouvée. Pour les costumes des femmes ouvrières lyonnaises, nous n’avons pas trouvé grand-chose. J’ai donc essayé de faire au plus juste sur le niveau historique, mais pour le reste c’est de l’interprétation. Par exemple, pour la salle de la Rotonde, nous avons énormément cherché, la seule documentation que nous avons trouvée est un petit plan architectural à plat, ce qui fait qu’on ne sait absolument pas à quoi elle ressemblait. Ce que l’on sait, c’est qu’elle a existé entre vingt et trente ans, puis qu’elle a été détruite pour construire un immeuble de type Haussmannien.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

En effet, c’est un exercice très compliqué, car réaliser une bande dessinée en dix planches est extrêmement court. Nous l’avons réalisé en deux mois. C’est assez court, mais nous avions envie de prendre notre temps afin d’installer les personnages correctement. Ce fut un très gros souci pour nous notamment car pour raconter ce que nous souhaitions ainsi qu’installer les personnages en dix planches, la place était trop restreinte. Nous avons donc fait plusieurs choix. Tout d’abord, faire en sorte que les séquences fonctionnent, et que l’on garde un petit peu de suspense et d’émotion tout en étant assez clair. Cependant, nous avons eu des retours de personnes qui trouvaient que parfois le rythme était trop rapide, mais ceci n’a pas choqué d’autres personnes. C’est un peu comme un exercice d’équilibriste ! Nous devions trouver le juste milieu entre tout ça.

Étape 4 : Mise en couleurs.
Source : Nathalie Vessillier.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Pour réaliser ce numéro, j’ai en effet dû changer ma technique. Sur mon album Blanche Neige, j’ai travaillé au crayon. Mais, pour créer ce numéro des Rues de Lyon, je me suis fortement inspirée de toutes ces jolies gravures à la plume d’époques que j’ai vues lorsque j’ai commencé mes recherches. Ma première page est en gravure à la plume dans un style proche de celui des dessins des journaux de l’époque. Le résultat était satisfaisant, et j’ai donc continué la réalisation des planches suivantes avec cette technique. Habituellement, la plume n’est pas une technique avec laquelle je suis à l’aise, mais au final le travail s’est bien passé, j’étais contente du résultat.

Je ne pense pas qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter des sujets historiques. J’ai lu d’autres numéros des Rues de Lyon où le dessin était moins réaliste mais qui convenait très bien. Avec Eva, la question de savoir si j’allais prendre un style plus réaliste nous a traversé l’esprit. Mais pour notre récit, ainsi que pour l’émotion que nous voulions transmettre, il était préférable que les personnages restent réalistes pour éviter que le lecteur sorte de sa lecture, pour qu’il ne soit pas trop dérouté par la déformation des personnages, et donc que ça ne nuise à notre propos. Je suis restée dans une représentation semi-réaliste, voire un peu classique. J’ai mis la fantaisie dans les couleurs. Je suis restée relativement sage, pour que les lecteurs puissent se concentrer sur l’histoire et non pas sur l’emballage !

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Non, la bande dessiné historique n’est absolument pas mon sujet de prédilection.  En ce qui concerne les auteurs de bande dessiné que je considère comme des références, je dirais les auteurs de la série « Histoire de France ».

Ce travail a en effet changé mon regard sur ce genre de BD. Je n’aime pas la BD de type « old school » avec des personnages classiques et figés. Quand j’étais jeune, j’en lisais parfois en médiathèque et cela provoquait chez moi un ennui terrible ! Mais le but des Rues de Lyon permet aux récits de ne pas être ennuyeux ! Par exemples le style ainsi que l’histoire variable dans les histoires des Rues, rendent les récits beaucoup plus attrayants.

J’envisage sûrement de refaire un numéro des Rues de Lyon. Pas dans l’immédiat, mais d’ici six mois pourquoi pas. C’est une collaboration que j’apprécie vraiment. Pour l’instant, je me laisse le temps de travailler sur d’autres projets.

Par Jade ISMAIL


jadeismail

Etudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *