METIERS/Cécile Paturel, auteur pour les « Rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Cécile Paturel

 

Cécile Paturel.
Source : Cécile Paturel.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je suis professeur de cinéma et j’ai une formation de journaliste. L’Épicerie Séquentielle est une association qui édite les numéros des rues de Lyon. Je connais des gens qui travaillent à l’Épicerie Séquentielle et qui m’ont proposé de scénariser un numéro.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

C’était le plaisir de traiter un sujet historique en scénario. L’enjeu était de transposer un sujet qui est traité dans les livres d’histoire de façon plus ou moins factuelle avec un langage assez spécifique adressé à des spécialistes, à un large public, concerné avant tout par le patrimoine lyonnais.

Je suis scénariste et au sein de la structure, nous donnons tous un coup de main, nous faisons les livraisons des numéros, nous participons au choix des sujets, nous faisons la relecture des autres numéros et nous nous chargeons aussi d’avoir un regard critique sur les premières versions des scénarios avant qu’ils ne paraissent, un regard collectif qui vise à améliorer la qualité des numéros.

Ce modèle d’auto-édition associative est déjà utilisé : c’est déjà le cas en Picardie, où les Rues de Lyon ont servi de modèle à un journal. Dans le détail, je ne sais pas comment ils s’organisent en interne mais je sais qu’en Picardie, ils ont repris çà pour faire à peu près la même chose que nous faisons.

Scénario.
Source : Cécile Paturel.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Le choix du sujet s’est imposé. Il s’agit de l’histoire des frères Lumière, ça fait vraiment partie des incontournables de l’histoire lyonnaise. Du coup, je pense que c’est un sujet important qu’il fallait traiter.

Le sujet, je l’ai choisi moi-même. Ça m’intéresse parce que je suis professeur de cinéma, et si l’on connaît bien l’histoire des frères Lumière, cela est moins le cas de leur père, Antoine, qui est à l’origine des usines qui sont présentes dans le paysage lyonnais, de bâtiments qui ont servi à produire des plaques photographiques. J’avais envie de m’intéresser un peu plus à la personnalité du père, qui est une personnalité de défricheur, un positiviste. C’est lui qui enclenche, par son envie de découverte, l’aventure du cinéma en quelque sorte.

Storyboard.
Source : Scénario de Cécile Paturel, desssin de Benjamin Reiss.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai travaillé sur ce sujet en cherchant des documents d’archive à l’Institut Lumière, qui possède une bibliothèque spécialisée, où j’ai fait des recherches historiques, notamment à partir d’un certain nombre de bibliographies, qui racontent l’histoire des plaques « étiquettes bleues » et j’ai demandé des documents de première main comme des photographies de l’époque, des documents un peu techniques. Je suis allée dans des musées, notamment à Chalon-sur-Saône, pour essayer de comprendre comment fonctionnait la photographie.

J’ai aussi rencontré un historien qui travaille à l’institut Lumière, qui est spécialiste du patrimoine Lumière, à qui j’ai parlé de mon projet et qui a répondu à mes questions et m’a aussi aiguillée dans mes recherches. Je ne lui ai pas demandé son avis après l’étape du crayonné mais en amont, au moment de l’écriture du scénario.

Crayonné.
Source : Scénario de Cécile Paturel, desssin de Benjamin Reiss.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale?

Non, nous n’avons pas pris beaucoup de libertés. Nous avons essayé d’être le plus rigoureux que possible. Le dessin s’est généralement fait à partir de documents d’archives. On essayait d’être le plus juste que possible, de bien regrouper les sources et d’éviter les fautes d’anachronisme par exemple.

Concernant le dessin réaliste, c’est plutôt au dessinateur qu’il faudrait poser la question mais moi, en tant que scénariste, j’ai été assez vigilante à ce qu’il n’y ait pas d’erreurs manifestes.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

C’est tout l’enjeu de ce genre de travail c’est ça. C’est d’essayer d’être le plus juste possible toute en racontant quand même une histoire. Ça, c’est effectivement toute la difficulté. Il appartient à chacun de trouver la ligne la plus juste, le bon équilibre entre les deux, c’est-à-dire qu’il faut vraiment très bien connaître son sujet pour ensuite être capable de raconter une histoire sans faire d’erreurs historiques dedans. Et c’est toute la difficulté de ce travail, de quand même raconter une histoire, de ne pas être ennuyeux, de ne pas rédiger un manuel d’histoire, de ne pas être trop factuel mais bien de raconter une histoire à tout le monde.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Plusieurs erreurs ont pu nous conduire à discuter avec le dessinateur afin de voir comment les modifier. Par exemple, à la page 7, on voit les frères Lumière en train de développer une plaque photographique et on voit devant qu’il y a un robinet d’eau courante, alors qu’il n’y avait pas d’eau courante à cette époque-là. C’est quelque chose que nous avons discuté avec le dessinateur, mais cela ne lui a pas causé de problème. Moi, je voulais qu’il l’enlève mais finalement il a préféré le garder. Et il y a eu d’autres modifications sur des choses qu’on a enlevées dans les dessins pour être le plus juste par rapport à l’époque : je pense qu’un dessin réaliste est en effet préférable pour traiter de tels sujets historiques.

Mise en couleurs.
Source : Scénario de Cécile Paturel, desssin de Benjamin Reiss.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je n’ai pas un goût particulier pour la bande dessinée historique mais j’ai un goût particulier pour la bande dessinée d’actualité, qui pose à peu près les mêmes questions. Moi j’aime beaucoup la Revue dessinée, il faut dire j’ai une formation de journaliste au départ et qu’au sein de cette revue, les journalistes travaillent avec des dessinateurs. Les enjeux sont similaires : il faut raconter une histoire tout en donnant des faits sans être faux sur le fond et sans être trop pénible non plus sur la forme. C’est cette approche plus contemporaine, mélangeant bande dessinée et actualité, qui m’intéresse surtout.

Parmi les auteurs de bande dessinée que je considère comme des références, il y a Etienne Davodeau, que j’aime beaucoup, qui a travaillé avec toujours ce côté très personnel. Ses histoires ont un lien avec ce qu’il a vécu, avec son histoire personnelle. J’aime bien un travail qu’il a fait par exemple «Les ignorants. Récit d’une initiation croisée », sur le vin et j’aime bien aussi son livre sur l’histoire d’une grève en Bretagne. Dans un autre genre, j’aime beaucoup Catel et Bocquet, qui écrivent beaucoup de biographie de femmes, comme « Olympe de Gouges », « Joséphine Baker » : il s’agit de bandes dessinées qui s’inscrivent dans l’histoire aussi et qui sont de gros pavés, quasiment des romans graphiques. Et j’aime aussi Marion Montaigne, qui, elle ne fait pas de la bande dessinée historique mais de la bande dessinée didactique. Son travail, c’est de démocratiser des savoirs scientifiques mais de manière humoristique. Ce sont des choses que j’aime bien parce qu’on s’amuse tout en s’instruisant. Ce travail n’a pas modifié mon regard sur ce genre de bande dessinée mais ça m’a permis de mesurer le travail accompli. Après avoir travaillé sur certains numéros des rues de Lyon, je me rends compte que certains auteurs de bande dessinée documentaire ont fait un travail phénoménal de scénarisation.

J’ai écrit un autre numéro des Rues de Lyon sur la piscine du Rhône, le numéro 17 en 2016. Et maintenant, je travaille sur un autre, qui va sortir en mai 2018, et qui sera sur la musique électronique à Lyon, dans lequel on va parler des nuits sonores.

Par Ibrahim SOUMAIL OIZIRI


Ibrahim SOUMAIL OIZIRI

Étudiant en licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours 《culture historique: patrimoine》.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.