METIERS/Rebecca Morse, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Rebecca Morse

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je suis d’origine anglaise, de parents anglo-irlandais, mais j’ai fait mes études en France. J’ai obtenu un bac L arts plastiques. Cependant, j’ai abandonné l’idée de faire du dessin mon métier, car je ne pensais pas que c’était un vrai travail, je croyais que ce n’était pas très sérieux. Sachant que je suis d’origine anglaise, j’avais donc une certaine maîtrise de la langue, j’ai donc passé une licence LEA anglais-japonais. Pourtant, le dessin m’a toujours attiré et en assistant à un cours d’illustration en 2003 au College of DuPage (Illinois, États-Unis), j’ai eu envie de faire de ma passion mon métier. Je suis rentrée en 2004 à l’école Emile Cohl où j’ai pu apprendre les bases du métier de dessinatrice et avoir mon diplôme en 2008 en option animation. Je me suis plus particulièrement attachée à la bande dessinée grâce à deux de mes professeurs, les frères Jouvray, qui m’ont beaucoup marquée.

 

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou, en tout cas, aperçu dans d’autres villes pour d’autres projets ?

L’Épicerie séquentielle est une association créée par les frères Jouvray qui voulaient que leurs anciens élèves restent en contact avec des professionnels, qu’ils puissent mieux s’intégrer professionnellement. C’était un endroit où les dessinateurs se retrouvaient, buvaient l’apéro et discutaient entre eux. Il y avait une très bonne ambiance et cela servait à discuter pour de nouveaux projets. C’est grâce à cette dynamique de groupe que nous avons voulu créer Les rues de Lyon. Nous voulions faire découvrir la bande dessinée sous un autre angle, faire de la bande dessinée historique pédagogique dans un petit format. L’objectif étant de faire aimer, à n’importe qui, l’Histoire et surtout que n’importe quelle personne puisse comprendre et apprendre des choses. Toute la création d’un numéro est faite par l’association, c’est-à-dire la conception, la relecture, le montage, aller chez l’imprimeur et la livraison. On voit donc tous les aspects du métier, ce qui nous amène à comprendre pourquoi il est important de faire de la communication, connaître les démarches pour vendre chez un libraire, etc. Ce qui était très intéressant était aussi d’être rémunéré à hauteur de 33% du prix de vente, ce que nous ne trouvons pas dans un contrat habituel. J’aimais ce challenge et c’est cela qui m’a beaucoup motivée.

Mon rôle est tout d’abord de dessiner pour les numéros des Rues de Lyon, mais ce qui est intéressant est que chacun de nous aide quand il le faut. C’est un fonctionnement associatif bénévole qui a choisi de ne pas payer les frais que seraient l’emploi d’un diffuseur en assurant nous-mêmes la distribution en librairies. Je suis aussi dans le groupe « communication et publicité », je dois faire tourner les informations au sein même de l’association pour que tout le monde puisse être informé d’une quelconque nouvelle, je dois trouver de nouveaux sponsors et enfin trouver comment faire connaitre au maximum Les Rues de Lyon. Je m’occupe également des évènements, comme des festivals de bande dessinée dans la région, des invitations dans les librairies, etc. Parfois, je suis dans le comité de relecture où l’on fait des réunions sur la grammaire et les corrections d’une bande dessinée. Chacun donne son temps quand il peut et aide d’une manière ou d’une autre, comme je l’ai expliqué précédemment.

Ce modèle d’une autoédition commence à émerger dans d’autres régions, comme à Rennes ou même à Amiens. Cependant, il est très difficile de trouver autant d’auteurs qu’ici pour s’occuper d’un projet. Des communes ont fait appel à nous pour avoir un numéro spécial, comme Sainte-Foy-lès-Lyon.

Conception du scénario avec insertion des dialogues dans le storyboard de la page 7 de la Reine des Tilleuls.
Source : Rebecca Morse.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a- t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Lors de ma première réunion pour trouver le thème de ce numéro, une collaboratrice avait amené un livre historique qu’avait écrit son oncle (historien amateur). J’ai lu cet ouvrage et je suis tombée sur cette « Reine des Tilleuls ». J’ai trouvé ce personnage très intéressant, car c’était un personnage féminin du XIXème siècle. Cette époque m’inspire beaucoup et j’avais très envie de faire ce numéro sur une femme. Enfin, ce personnage était très peu connu, cocasse et j’avais envie de faire connaitre cette histoire et cette personne à mes lecteurs.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

L’aspect historique de ce numéro a été très difficile, car il n’y avait pas beaucoup de documents à ce sujet et sur ce personnage. Je trouvais parfois des petites anecdotes se trouvant dans les journaux d’époque, mais rien de très concret.

J’ai contacté la Faculté de lettres et civilisations de Lyon III où j’ai rencontré Paul Chopelin, enseignant d’Histoire moderne (XVIIème et XVIIIème siècles) et contemporaine (XIXème siècle) à l’Université de Lyon III et Maître de conférences. Celui-ci ne connaissait absolument pas ce personnage de la Reine des Tilleuls. Il a trouvé cela très intéressant, car elle n’apparaissait pas dans les grands récits d’Histoire et, en cherchant dans des ouvrages plus spécialisé, il a réussi à trouver des choses qui l’ont énormément intéressé. Il m’a beaucoup aidé en utilisant des fonds universitaires, comme des articles de presse ou des documents d’époque sur les costumes et l’architecture.

Paul Chopelin est intervenu pour décrire le contexte, plus particulièrement sur les enjeux historiques, et pour donner des représentations matérielles, car j’étais très soucieuse du décor, comme l’aspect des rues, des costumes, de l’architecture, comme le bâtiment de la Préfecture de Lyon, etc. Je l’ai consulté au début et à la fin du crayonné pour m’assurer de n’avoir rien oublié et je l’ai consulté pour les dialogues afin de ne pas écrire de bêtises.

Fin du crayonné de la page 7 de la Reine des Tilleuls.
Source : Rebecca Morse.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Après avoir bien pris connaissance des vêtements et de la mode à cette époque, j’ai en effet pris quelques libertés à ce propos. J’ai essayé d’offrir des planches les plus fournies possibles, cependant quelques images sont simplifiées pour l’esthétisme. Tout a une source historique à la base, je n’invente rien, mais cela peut être réinterprété. L’important dans l’improvisation est de bien se documenter avant de commencer les dessins, afin ne pas soumettre quelque chose de faux à nos lecteurs. On essaye de se rapprocher de quelque chose de réaliste surtout au niveau des vêtements, il est très important de bien se documenter.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Il était très dur de trouver des sources primaires détaillées, j’ai donc utilisé cela comme parti-pris en limitant la narration de voix-off et en apportant les informations par le dialogue, avec des personnages qui parlent de la Reine des Tilleuls. En faisant cela, je me dédouane de la vérité historique, car ce sont des personnages qui parlent d’elle à travers des rumeurs et des ragots. Cela apportait aussi une lecture plus fluide et plus plaisante pour le lecteur.

Dessiner les fleurs était compliqué. Politiquement, le sujet était sensible, car le personnage était controversé. Il fallait alors bien faire comprendre les enjeux politiques et sociaux de l’époque aux lecteurs en rendant la chose accessible et intéressante. Il fallait aussi rester attractif en mettant des détails et du « croustillant » véridique. Le but est de ne pas perdre le lecteur en cours de route.

Mise au propre à l’encre du crayonné de la page 7 de la Reine des Tilleuls.
Source : Rebecca Morse.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez- vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez- vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

J’ai procédé à un encrage traditionnel sépia pour reproduire quelque chose d’ancien. J’ai dessiné dans un esprit de gravure et en sachant qu’il y allait avoir beaucoup de foules, de robes et de fleurs. J’ai voulu être dans une technique qui me laissait un peu de liberté, où je pouvais faire de l’aquarelle et d’autres styles de dessin en laissant place au suggéré. Vu que c’était un petit format, j’ai voulu tester des choses qui n’auraient pas été rentables dans des albums commerciaux.

Il est très intéressant de faire découvrir une époque à travers le dessin, donc faire quelque chose de trop simple fait perdre de l’intérêt. Cependant, il y a beaucoup de bandes dessinées historiques qui font des dessins réalistes qui, je trouve, sont instructives et admirables, mais ne sont pas intéressantes.

Encrage sépia de la page 7 de la Reine des Tilleuls.
Source : Rebecca Morse.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je lisais de la bande dessinée historique avec plaisir, mais je n’en avais jamais faite. Cependant, cela m’intéressait, car la recherche de documents et apprendre sont des activités très passionnantes. Quand j’étais petite, je lisais les anciennes bandes dessinées historiques publiées chez Glénat, comme Les Chemins de Malefosse. J’aime beaucoup Le grand siècle d’Andriveau, Belladone d’Ange et Alary, Silas Corey de Nury et Alary ou encore Murena de Dufaux et Delaby.

Mon regard sur ce genre de bandes dessinées a un peu changé, oui. Je me demande où les gens trouvent leur documentation, car on ne trouve pas tout sur internet, ni dans les archives. J’aime beaucoup travailler avec des historiens qui ont de l’expertise et des documents sous la main.

Depuis ce numéro, j’ai réalisé le numéro 23 des Rues de Lyon où j’ai travaillé avec un scénariste. Je n’ai donc pas eu toute la phase de recherche à faire. Dans ce numéro, j’ai réalisé trois styles différents, ce qui était très intéressant et je viens de finir le numéro de novembre. Enfin, j’aimerais beaucoup refaire une bande dessinée qui me replonge complètement dans une époque.

Mise en couleur d’une bulle de la page 3 et d’une bulle de la page 7 de la Reine des Tilleuls.
Source : Rebecca Morse.

Par Clémence BONNET


Clémence Bonnet

Etudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.