METIERS/Grégoire Berquin, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Grégoire Berquin

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai fait les Arts Décoratifs de Strasbourg ainsi qu’une année d’histoire de l’art. Par la suite j’ai travaillé dans la publicité et sur différents sites internet, j’ai aussi réalisé beaucoup d’illustrations pour la jeunesse et je suis arrivé à Lyon il y a 9 ans. J’ai rejoint l’atelier KCS qui inclut beaucoup d’autres dessinateurs de bande dessinée, dont certains qui ont fait leurs études en même temps que moi et dans la même école.

G. Berquin à son bureau dans l’atelier KCS
Source : Photographie, Adeline Ampilhac

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

On peut dire que j’ai été au bon moment au bon endroit, c’est-à-dire que l’Épicerie Séquentielle a été créée par des dessinateurs dans le milieu de la bande dessinée de Lyon auquel j’appartiens également. J’ai par ailleurs collaboré avec Olivier Jouvray, qui se trouve être l’un des principaux fondateurs de cette association, c’est un projet que j’ai donc vu naître et auquel j’ai participé dès le commencement. Je m’occupe du pôle suivi, qui se charge du suivi éditorial des différents numéros des Rues de Lyon, je m’occupe également de la mise à jour du site internet ainsi que de l’animation des réseaux sociaux. Je réalise aussi des numéros et je m’occupe d’un groupe qui cherche à trouver des systèmes d’organisation pour que l’association fonctionne de manière plus fluide. J’ai travaillé sur beaucoup de numéros des Rues de Lyon puisque mon statut au sein de l’association me l’impose, en effet je fais partie du groupe de suivi j’ai donc consulté chacun des numéros avant qu’ils ne soient publiés. J’ai également produit deux autres numéros : celui sur Rabelais est le dernier que j’ai réalisé.

Je pense en effet que c’est un modèle d’édition qui peut être reproduit, cependant on ne peut pas le généraliser parce qu’il reste basé sur du fonctionnement local mais je pense que c’est un mode de fonctionnement très intéressant pour l’avenir de l’édition.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

J’ai choisi le thème moi-même, nous avons toujours la liberté de choix au niveau des sujets des numéros, nous en discutons tout de même entre nous afin de décider si c’est un sujet réellement intéressant ou non.

Sur Rabelais, cela me paraissait très intéressant et j’ai donc un peu insisté : il est, selon moi, un monument de la littérature française et une figure incontournable dans ce domaine. Lorsque j’ai appris qu’il avait vécu quelques années à Lyon et que Pantagruel et Gargantua avaient été édités par les imprimeurs Lyonnais, j’ai pensé que c’était un numéro qu’il fallait réaliser.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai lu quatre biographies de différentes époques parce qu’on ne connait que peu de choses avec certitude sur Rabelais mise à part son œuvre, une dizaine de lettres ainsi que quelques témoignages qui racontent ses périples. Cependant, il persiste des tas d’imprécisions puisqu’il a davantage été raconté 50 ans après sa mort que de son vivant. Mais en recoupant les ouvrages historiques, on connait son parcours. J’ai aussi écouté beaucoup de podcasts et d’émissions sur le sujet et j’ai cherché de la documentation sur Lyon concernant cette époque.

Je n’ai pas travaillé avec des historiens, cependant j’ai travaillé à partir de livres et de témoignages réalisés par des historiens.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Je n’ai pas réellement pris de liberté au niveau de la documentation, j’ai bien sûr adapté en fonction de la documentation que j’avais et de la documentation sur l’époque, malheureusement nous ne possédons que très peu de tableaux ou de gravures de l’époque, il existe par conséquent des documents auxquels on peut se fier avec certitude et d’autres qui ont été réalisés quelques années après sa mort et qui ne sont pas réellement fiables. J’ai dû m’adapter avec ce que j’avais à disposition ainsi qu’avec l’histoire à raconter puisque beaucoup des paroles des personnages sont des citations et beaucoup d’autres sont des dialogues de mon invention.

Je ne pense pas qu’il soit indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste, j’ai un dessin assez simple, il y a forcément des choses que j’ai dû styliser, il est important que les matériaux soient présents mais ce qui est le plus important, c’est que tout reste crédible et que ce ne soit pas anachronique.

 

Mise en couleur d’une planche avec le logiciel Photoshop
Source : Capture d’écran, Grégoire Berquin.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

C’est toujours très difficile de faire fonctionner ensemble la nécessité d’être didactique et la volonté de réaliser une narration qui soit fluide, mais c’est aussi ce qui rend le travail intéressant puisque c’est justement là qu’est le but.

J’ai rencontré des difficultés sur la documentation, lorsque je suis allé dans Lyon pour consulter les édifices de l’époque, je me suis rendu compte qu’ils ont tous été construits plus tard, j’en ai donc déduit qu’ils étaient en construction et j’ai pris la liberté de mettre des échafaudages. C’est aussi difficile parce que l’on se documente beaucoup et qu’il faut aboutir à une histoire fluide, on accumule tout un tas de connaissances qu’il ne faut pas oublier de réexpliquer dans l’histoire puisque l’on évoque une période assez ancienne. Il faut donc replacer les choses dans leur contexte pour le lecteur qui ne possède pas tout ce travail de documentation préalable.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le faire) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

J’ai abordé ce numéro avec mes moyens graphiques habituels et heureusement je possédais beaucoup de documentation. Je n’ai pas réellement modifié mon dessin, j’ai commencé sur mes bases habituelles, cependant ce dessin reste plus réaliste que certaines choses que j’ai l’habitude de faire. Au niveau des couleurs j’ai fait des choix radicaux qui fonctionnent bien..

Je ne pense pas qu’il soit forcément préférable de dessiner réaliste, mais cela dépend de la façon de traiter le sujet, je pense malgré tout que les dessins réalistes peuvent être très intéressants pour aborder des sujets historiques. Cependant, en bande dessinée, le réalisme se situe davantage du côté de la narration, notamment par l’enchainement des cases et des situations, que du dessin en lui-même. Il existe beaucoup de différentes gammes de dessins mais le dessin réaliste au final n’existe pas puisqu’il reste toujours une interprétation.

 

Crayonné d’une planche Source : Travail numérique, Grégoire Berquin.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bande dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je trouve que la bande dessinée historique propose des choses très intéressantes. Les auteurs que je considère comme des références dans ce domaine sont Richard Guérineau et Jean Teulé qui ont réalisé Charlie 9 qui est pour moi un chef d’œuvre de la bande dessinée historique.

Ce travail a sans doute modifié ma vision de ce genre de bande dessiné parce qu’il y a un côté assez classique qui vise à représenter davantage les choses telles qu’elles sont.

J’ai réalisé deux autres numéros des Rues de Lyon et je vais en faire d’autres, mais je me restreins à un par an puisque nous sommes de nombreux dessinateurs au sein de cette association et que chacun doit pouvoir réaliser son numéro.

Encrage d’une planche
Source : Travail numérique, Grégoire Berquin.

par Adeline AMPILHAC


adelineampilhac

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *