METIERS/Héloïse Cutzach et Anne De Angelis, auteurs pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Héloïse Cutzach et Anne De Angelis

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Héloïse

J’ai approché le scénario déjà au lycée puisque je faisais une option cinéma, j’aimais le cinéma donc à l’université j’ai fait une licence terme du spectacle, j’ai étudié l’audiovisuel au lycée et à l’université, ce qui m’a emmenée vers la bande dessinée parce que j’avais des connaissances qui travaillaient dans le domaine et je me suis rendu compte que c’était plus simple avec le budget que j’avais d’écrire des scénarios pour des bandes dessinées. Par exemple au cinéma, si je veux écrire sur des dragons, pour que cela se réalise il faut déjà avoir les moyens alors que pour la bande dessinée, cela se réalise plus simplement.

Anne

Je suis sortie de l’école Émile Cohl en 2013, avec un diplôme illustrateur-concepteur et depuis je suis illustratrice. Je travaille aussi dans le graphisme et le webdesign. La bande dessinée reste un support beaucoup plus accessible pour nous que le cinéma donc c’est pour cela que je travaille dans ce domaine.

Héloïse Cutzach
Source : Héloïse Cutzach.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Héloïse

Le projet des Rues De Lyon sortait lorsque j’étais dans l’optique de travailler dans la bande dessinée donc j’ai tenté avec un première numéro « Exposition universelle 1894 ». Une fois que je l’ai sorti, j’avais envie de refaire un numéro sur un autre sujet. Au tout début, à Lyon BD 2015, j’avais en tête que j’allais faire un numéro. Au sein de l’Épicerie Séquentielle l’implication n’était pas très bien définie mais très vite j’ai commencé à faire des livraisons, à travailler avec des groupes de travail et je me suis mise dans beaucoup de groupes puisque le monde de la BD était nouveau pour moi, donc j’étais un peu perdue. On essaye de fonctionner sans avoir de supérieur et on ne peut pas reprocher aux autres de ne pas faire le travail puisque tout est basé sur le bénévolat.

On encourage les autres villes à faire ce modèle d’auto-édition associative, et d’ailleurs il y a des villes qui l’ont déjà mis en place. Il y a des modèles similaires aux Rues de Lyon ; certains nous demandent s’ils ont droit de reprendre l’idée et forcement nous le voulons, nous n’avons pas mis de brevet et cela serait stupide de mettre un brevet sur cette idée puisque chaque ville a sa propre histoire. Néanmoins, pour que le projet réussisse, il faut avoir assez de bénévoles et pouvoir payer les auteurs convenablement.

Anne

À la base, je ne me suis pas impliquée en tant qu’illustratrice : j’ai été leur graphiste pendant presque un an, je m’occupais du travail de maquettage, de la gestion des couleurs, de la mise en page, de l’impression, du suivi des auteurs. Après j’ai eu beaucoup moins de temps parce que j’ai trouvé un travail à plein temps mais je me suis impliquée dans le projet que Héloïse m’a proposé parce qu’il s’agissait de thématiques que j’aimais bien. Chacun s’implique dans le groupe qui lui convient : cela va de la livraison des magazines à la comptabilité ou à la gestion de stock, et vu que personne n’est payé, cela se déroule complètement différemment que dans une entreprise puisque les gens ne sont pas obligés de faire les choses. On essaye de s’organiser pour que tout puisse fonctionner.

Je pense que le modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé il faut juste de la bonne volonté et que tout le monde soit poussé par la même envie, c’est un principe très humaniste puisque chacun donne de son propre temps et nous avons un rapport à l’argent complétement différent que lorsque nous sommes dans une entreprise. Il y a un principe fondamental de partage sur ce modèle, donc si d’autres villes peuvent le faire, ce serait encourageant.

Héloïse Cutzach et Anne De Angelis avec le numéro des Rues De Lyon finalisé
Source : Anne De Angelis.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Héloïse

Je n’avais pas d’idée donc mon frère m’a parlé du Jardin Rosa Mir en me disant que c’était à la Croix-rousse et cela m’a étonné parce que ma grand-mère habite là-bas cependant je ne l’ai jamais vu et j’aime bien ce principe de me dire que je vais découvrir quelque chose et si cela m’émerveille, alors les lecteurs peuvent potentiellement être émerveillés aussi : j’ai donc pensé que faire découvrir ce jardin qui n’est pas connu par certaines personnes habitant Lyon depuis des années serait une bonne idée.

Anne

C’est donc Héloïse qui a trouvé l’idée. C’était une découverte totale pour moi puisque je ne connaissais pas le jardin, donc je l’ai laissée faire, elle est venue avec son idée et j’ai bien aimé.

Crayonné
Source : Anne De Angelis.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Héloïse

J’ai fait des recherches historiques mais mon objectif était d’être en maximum en lien avec les gens et non avec de vieux papiers, d’autant que la plupart des travaux réalisés sur le jardin l’ont été par des gens toujours en vie, que nous sommes allées directement rencontrer. Il y avait également de la documentation faite par l’association sur son créateur, qui lui est décédé. J’ai pu rencontrer Danielle qui est le personnage principal, elle nous a beaucoup aidées.

C’est une histoire trop récente pour qu’il y ait besoin d’historien, il n’existe presque aucune archive et donc pour rechercher des documents je suis allée voir des guides touristiques.

Anne

Cela s’est fait par la force des choses puisqu’il y a très peu de documentation sur le jardin donc pour l’aspect historique nous avons dû nous appuyer sur les ressentis des gens qui le connaissaient de près ou de loin. Nous avons consulté tout le monde pendant la réalisation du numéro et nous avons dû trier les informations, ce qui nous a pris énormément de temps.

Mise en couleur
Source : Anne De Angelis.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Héloïse

Nous avions des documents qui nous expliquaient que tel objet avait tel aspect, mais les personnes qui ont connu ces objets nous donnaient des informations précises sur leur aspect pour essayer d’être réaliste. Le fait de faire vérifier certaines informations par des personnes vivantes nous dédouanait s’il y avait des erreurs historiques. On ne trompe pas les gens, nous venons avec un point de vue subjectif. Il fallait que ce numéro soit à l’échelle humaine malgré des petites erreurs historiques, c’est ce qui fait que les gens se reconnaissent un peu et ont envie de visiter. Nous n’avons pas volontairement dit de choses fausses, mais la vérité absolue en 10 pages est difficile à obtenir.

Anne

Dans l’idéal, oui, il faudrait tout représenter dans les moindres détails mais dans les faits c’est impossible parce que l’on n’a que 10 pages, il faut être pertinent, synthétique et intéressant tout à la fois. On aurait envie de tout mettre mais ce n’est pas possible, bien sûr il ne faut pas donner l’information brute, parce que cela serait d’un grand ennui, mais il faut trouver le juste milieu entre l’information subjective vécu et la réalité historique. Si nous avions eu à faire un mémoire de 300 pages, cela aurait été beaucoup plus simple. Nous sommes plus là pour faire passer une émotion que pour représenter au millimètre près chaque pavé.

Planche crayonnée
Source : Anne De Angelis.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Héloïse

Les difficultés que j’ai pu rencontrer, c’est lorsque j’avais une idée en tête très précise j’avais peur que cela serait compliqué pour elle de voir exactement ce que je voulais mais nous nous entendons très bien, donc il n’y avait pas de problème concret.

Anne

Nous nous sommes connues avant puisque nous étions colocataires, donc nous n’avons pas eu besoin de s’adapter et d’apprendre à se connaitre. Pour la narration je lui ai fait complétement confiance elle m’a consultée quand elle avait des interrogations, je donnais mon avis mais c’est tout, je lui ai montré le découpage et nous avons un groupe suivi où chacun met son travail pour voir où nous en sommes. Chacun a ses attributions mais nous travaillons tous ensemble et on en échangeait beaucoup. Une des difficultés est que Héloïse pense beaucoup comme une cinéaste, donc ses idées n’allaient pas toujours avec la BD, il fallait se réadapter.

Planche en couleurs Source : Anne De Angelis.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Héloïse

Nous avons dû changer la première page à plusieurs reprises, car il faut mettre beaucoup d’informations en très peu de pages, donc il faut que la première page soit assez explicite et que dès la seconde page nous puissions voir le jardin. Je ne pense pas qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques.

Anne

C’est très difficile de mettre autant d’informations dans des petites cases, il faut que ce soit humain, réaliste dans la mesure du possible et il faut que le lecteur comprenne rapidement pour que l’histoire puisse se faire en 10 pages. Nous avons dû tellement élaguer le texte, pour que cela soit simple et efficace, que nous avons supprimé sans s’en rendre compte l’adresse du jardin. J’ai dû changer la première page de nombreuses fois par rapport aux retours de plusieurs personnes.

Non, je ne pense pas qu’un dessin réaliste soit préférable, je pense que c’est à la sensibilité du lecteur parce qu’il y a des sujets qui ne peuvent pas être abordés de cette manière. Un dessin qui va être très beau mais pas forcément réaliste va peut-être toucher la personne plus qu’un dessin qui va être moins beau, mais réaliste.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Héloise

J’ai du mal à me rappeler ce que je pensais avant de faire le numéro, mais je n’avais pas plus que ça le goût pour ce genre de bande dessinée, j’aimais l’histoire mais je ne me suis jamais imaginé faire de la BD, donc encore moins historique. Cependant, j’ai déjà des idées en tête pour des prochains numéro des Rues de Lyon.

Anne

Non pas du tout, mais j’ai pris goût, si le projet se présente pourquoi pas en refaire un numéro des Rues de Lyon ou si Héloïse a des projets. Pour les références je ne connais pas vraiment d’auteurs de bande dessinée dans ce domaine, mais j’adore la bande dessinée BlackSad de Guarnido, et les dessins de ce dernier, il y a toujours un rapport historique mais ce n’est pas forcément une référence.

Par Laura FAURY


laurafaury

Etudiante en license 1 à l'université Jean Moulin 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *