METIERS/Guillaume Dupeyron, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Guillaume Dupeyron

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je suis diplômé en histoire, et j’ai eu un master d’histoire contemporaine que j’ai obtenu en étudiant à Sciences Po Lyon, à l’ENS et à l’Université. Concernant mon insertion dans le milieu de la bande dessinée, je suis membre de l’association Lyon BD Festival qui organise chaque année un festival de bande dessinée. J’ai pu rencontrer l’Épicerie Séquentielle à travers ce projet. Avant la réalisation de cette œuvre, O. Jouvray, l’un des fondateurs de l’Épicerie Séquentielle, recherchait des connaisseurs en histoire pour réaliser Les Rues de Lyon. Je fais partie des premiers réalisateurs, et je suis en binôme avec un dessinateur.

Guillaume Dupeyron
Source : Photographie, Clémence Alibert.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Epicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisés, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisée ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Mes motivations ont été le format de l’association, c’est-à-dire travailler localement et contourner le système des éditeurs. J’ai trouvé ce projet très pertinent. Je ne suis pas membre officiel, je n’ai pas de fonction au sein de l’association, mais je fais partie de l’entourage de l’Épicerie Séquentielle. J’ai seulement travaillé sur le numéro 9, Les mystère de Loyasse  ainsi que sur le numéro 18, Tola Vologe. Ce modèle pourrait se répandre dans d’autres villes mais il faut un investissement important de la part des auteurs et des membres du projet, ce qui demanderait beaucoup d’énergie. Cela serait souhaitable pour avoir des projets locaux, plus positifs que ne l’est le marché actuel.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues De Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Ce n’est pas l’association qui choisit les sujets mais les auteurs eux-mêmes. Les auteurs soumettent des idées, des projets, à l’association qui va les juger. Le thème est libre. Je connais le dessinateur depuis longtemps, nous avons parlé de foot et en sommes venus au sujet de Tola Vologe, que très peu de personnes connaissent. Nous avons alors rencontré un ami proche de Tola Vologe, Tony Bertrand.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai rencontré des professionnels dans les archives de Lyon, je suis allé au Musée de la Résistance mais je n’ai pas rencontré d’historiens car j’en suis un moi-même. Je suis allé à la bibliothèque, chercher des archives dans la presse. Ce qui est intéressant c’est que les archives à la bibliothèque ont été mises sur microfilms, on peut donc consulter les archives du Progrès et des journaux de l’époque en toute simplicité. La plus grande difficulté a été de récupérer des éléments très précis, car Tola Vologe n’a pas de descendance et très peu d’archives sont conservées sur lui. Nous avons recueilli des informations contradictoires, notamment sur son arrestation, le fait qu’il ait été arrêté par celui que nous représentons dans la bande dessinée ne fait pas consensus. Il a été totalement oublié des Lyonnais, le seul document qui parle de lui est le Dictionnaire Historique de Lyon. En revanche, Vologe était très connu à l’époque et, grâce à son amitié avec Tony Bertrand, il a pu renaitre car son nom a été attribué à un stade d’entrainement.

Storyboard
Source : Y. Le Pon (dessinateur), Guillaume Dupeyron (scénariste).

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avec-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Le but de ce projet est de scénariser, d’écrire une histoire qui dure quelques pages, mais pour scénariser on va plus insister sur certains évènements plutôt que sur d’autres, comme par exemple l’histoire d’amitié entre Tony Bertrand et Tola Vologe. Nous n’avons rien inventé, l’histoire est basée sur des faits réels, les noms et les dates sont vérifiés. Le dessinateur a fait plus de recherche sur les uniformes, l’architecture de la ville. Il a utilisé des photos d’époques pour tenter de reproduire les décors le plus fidèlement possible. Il y a un souci de représentation élevé dans ce numéro, mais ce n’est pas la méthode de tous les auteurs. Le plus difficile est de ne pas faire d’anachronisme et de bien représenter l’environnement. Le plus simple a été de trouver des photos de Tola Vologe. Chacun est libre de son choix de représentation. Nous avons une liberté totale pour traiter les sujets, l’idée reste toujours la même : apprendre quelque chose aux lecteurs.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Oui cela est difficile car nous travaillons sur un format plus court que la normale. On a dû faire des choix car nous avions collecté beaucoup de matériaux. On choisit nos angles, nos orientations en fonction de nos recherches, ce qu’il nous semble intéressant de raconter ou non. En l’occurrence, ce qu’il nous semblait très beau de raconter dans cette bande dessinée a été l’histoire d’amitié entre Tony Bertrand et Tola Vologe. Nous avons eu plusieurs réécritures du scénario, que nous avons revu environ 5 ou 6 fois avant d’aboutir au scénario final. C’est un projet qui a duré une année environ.

Storyboard Source : Y. Le Pon (dessinateur), Guillaume Dupeyron (scénariste).

D’un point de vu graphique, comment avec vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou le dessinateur qui l’a modifié) pour réaliser ce travail ?  Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Le dessinateur a essayé d’être le plus réaliste possible sur l’environnement, sur les uniformes. On modifie le story-board (premier élément de la réalisation d’une bande dessinée, c’est le croquis à main levée) avec le dessinateur (Y. Le Pon) et une fois que nous sommes d’accord nous passons à la réalisation complète. Pour moi, un dessin réaliste vaut mieux pour traiter d’un sujet historique.

Mise en couleurs
Source : Y. Le Pon (dessinateur), Guillaume Dupeyron (scénariste).

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de BD que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de BD ? Avez-vous réalisés d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

En effet, j’ai toujours été dans cette famille culturelle, je lis beaucoup de bande dessinée, et j’ai donc saisi cette opportunité. J’avais déjà eu une expérience d’écriture mais plus académique. Pour moi, la référence incontournable du moment est une nouvelle éditée par la Revue Dessinée, un magazine dessiné qui fait des reportages sur une période précise de l’histoire sous forme de bande dessinée. Etienne Davodeau en est le dessinateur. En effet, cela a modifié mon regard d’une certaine manière car on se rend plus compte du travail que les auteurs ont apporté au sujet. On analyse plus ce que la bande dessinée veut montrer ou ce qu’elle ne montre pas, quels sont les procédés utilisés, comme les flashbacks, les ellipses… J’ai réalisé le numéro 9, Les mystères de Loyasse, avec un autre dessinateur. J’ai d’autres projets en cours, mais pas à l’Épicerie Séquentielle pour le moment, car celle-ci veut privilégier des personnes qui n’ont encore jamais réalisé de numéro pour cette association.

par Clémence ALIBERT


Clémence Alibert

Etudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *