METIERS/B-gnet, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec B-gnet

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Mon parcours est globalement lyonnais : après le lycée, j’ai fait l’école Émile Cohl pendant quatre ans jusqu’à l’acquisition de mon diplôme. Je me suis ensuite consacré à la bande dessinée pour sortir mon premier album en 2006, The world is yaourt. Je me suis vraiment inséré dans le milieu de la bande dessinée à Lyon après, en rejoignant l’atelier KCS, où j’ai rencontré entre autres Olivier et Jérôme Jouvray. L’atelier est en effet plus dans l’optique de la bande dessinée lyonnaise, locale, de même pour l’Épicerie Séquentielle ou encore le Lyon BD Festival.

B-gnet
Source : Photographie, Neven Journoud

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ?

Cela fait longtemps que je fais partie de l’Épicerie Séquentielle. Cette structure existait bien avant les Rues de Lyon et servait à regrouper des auteurs de bandes dessinée pour échanger autour du métier, qui était alors très solitaire. Lorsqu’ils se sont lancés dans le projet des Rues de Lyon, je les ai suivis, j’aime bien les projets dont je ne connais pas l’issue.

Crayonné/storyboard
Source : B-gnet.

Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ?

L’Épicerie Séquentielle fonctionne par groupes de travail, bénévoles, servant à remplacer les intermédiaires d’une maison d’édition classique, on peut alors trouver des groupes de distribution, de communication, de suivi de projet, etc. Faire son numéro des Rues de Lyon nécessite de l’implication au sein de la structure.

Encrage
Source : B-gnet.

Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

L’Épicerie Séquentielle n’est pas unique en son genre, il existe une structure de ce type au Québec me semble-t-il. C’est un modèle qui actuellement fonctionne économiquement et humainement. C’est une manière de fonctionner qui est assez satisfaisante et demande de l’implication dans tout le processus, il faut être motivé. Autre point positif par rapport aux maisons d’édition classiques : on sait où va l’argent ainsi que notre travail. Ce modèle n’en est qu’à ses débuts, il n’est pas parfait mais peut néanmoins être amélioré.

Mise en couleurs
Source : B-gnet.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Au début, on avait isolé plusieurs histoires, d’anecdotes autour de la ville de Lyon pour en faire une liste. Le tumulte du pont de Rosne était un de mes premiers choix. J’avais songé à faire celui de Morgane Velten, racontant l’histoire d’une fille qui avait une affaire avec François Ier, le numéro 4 intitulé La bonne amie du Roy. C’est assez drôle de constater que les sujets sont traités complètement différemment suivant les auteurs. Pour ce numéro j’aurais plus fait dans le comique, alors qu’elle l’a fait dans un registre plus dramatique, c’est assez intéressant.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ?

Mon travail de recherche s’est fait sur Internet où j’ai trouvé suffisamment d’informations pour ce dont j’avais besoin, je n’ai pas eu à aller aux archives. Le problème étant que plus j’allais loin dans la documentation, moins j’avais l’impression d’en savoir, il a fallu que je m’arrête à un moment donné. Par exemple, il a été très compliqué de trouver des informations fiables et cohérentes sur la fête de la Saint-Denis car comme toute fête religieuse, il est difficile de distinguer la légende des faits historiques. De même pour le nombre de victimes de la bousculade ou le nombre d’arches du pont, qui varie selon les sources. J’ai donc tenté de repérer, lors de mes recherches, les points communs en recoupant les articles. Pour Madame de Servient, j’ai été beaucoup surpris de ne pas voir, au vu de l’importance du personnage et son rang social, d’images, de portraits la représentant. À l’inverse du Cardinal, pour lequel je n’ai rencontré aucun problème. Je crois avoir été assez précis, je ne pense pas avoir fait trop d’erreurs. Il est vrai que cela aurait pu être intéressant de contacter un historien, j’y songerai pour un prochain numéro.

Textes et résultat final
Source : B-gnet.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

On peut comparer l’histoire à une autobiographie, même s’il s’agit de ma propre autobiographie, il me serait très difficile de décrire fidèlement les évènements de la veille, il est donc évident que c’est impossible de reconstituer précisément des évènements du XVIIIe. À mon sens ce n’est pas très grave. Il faut broder, il est compliqué de reproduire à l’identique le Lyon d’antan et encore moins ce qui s’y est passé. Dans les cas où des informations manquent, je préfère inventer comme je l’ai fait pour Madame de Servient : en m’inspirant de mes recherches et de ma représentation de l’époque. Dans ce cas je me suis inspiré des femmes de la haute bourgeoisie de cette époque. Pour ce numéro j’ai donc plus travaillé sur l’ambiance, j’aurais pu pousser le souci du détail éternellement mais ce n’était pas le propos, ce n’était pas mon intention.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

C’est un des plus grands défis de la bande dessinée historique et c’est une des raisons pour lesquelles j’essaye de ne pas trop m’enfoncer dans la documentation. Il ne faut pas que les détails passent avant la mise en scène. Je suis resté sur l’essentiel pour ce numéro qui était, tout compte fait, moins difficile à traiter que d’autres : avec un point A, un point B et un évènement principal qui est l’accident sur le pont. Il faut aussi avoir en tête que l’histoire doit être captivante et intéressante pour le lecteur, j’essaye alors de le faire s’immerger dans l’histoire, je ne veux pas faire une suite de dates sans rien derrière. Même si le résultat peut être différent avec ce qui s’est réellement passé, cela reste ma vision de l’évènement, j’aime bien inventer.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Je pense que tout se vaut. Le dessin non réaliste permet l’abstraction, c’est d’ailleurs ce pourquoi j’ai fait ce numéro des Rues de Lyon dans ce style. Le lecteur comprend alors que je n’affirme rien, et n’a donc aucune raison de prendre ce que je dessine pour argent comptant. Ce style de dessin est révélateur de l’intention de l’auteur, personne n’ira me reprocher de ne pas avoir mis le bon nombre de boutons de guêtre sur un habit pour cette raison. Le dessin réaliste nécessite d’être très précis sur l’aspect historique, puisqu’il se veut proche de la réalité. Il y a aussi une question de mise en scène, j’ai par exemple préféré suggérer l’accident sur le pont, en ne montrant rien de sanglant ou autre, ce n’était pas le ton de ce que je voulais raconter. Je modifie toujours mon style de dessin par rapport au projet, j’ai peut-être même encore simplifié mon style de dessin par rapport à mon habitude pour ces raisons.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ?

Je suis issu de la bande dessinée indépendante plus humoristique, je n’ai alors pas beaucoup fait de bande dessinée historique, peut-être par manque de temps. C’est sûr que je vois la bande dessinée historique « à la papa » différemment maintenant, je fais moins le malin face à cette discipline. Dans ce domaine j’aime beaucoup le travail d’André Juillard, très précis dans le dessin, je pense qu’il se documente beaucoup. Il y a aussi, dans un autre registre, Albert Uderzo, très connu pour la série Astérix.

Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Si je reste à Lyon je compte bien continuer à faire des Rues de Lyon, mais je n’ai pas plus de projets à ce niveau-là. Aussi, une bande dessinée historique demande beaucoup de temps pour la documentation, temps que je n’ai pas forcément actuellement.

par Neven JOURNOUD


Neven Journoud

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.