METIERS/Benjamin Reiss, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Benjamin Reiss

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai eu la chance de faire l’école Émile Cohl en 2000. Je suis donc resté en contact avec 2 ou 3 camarades. Plus tard, j’ai vu sur internet qu’ils avaient monté une association pour que les auteurs de BD puissent se rencontrer. Cette association existe toujours, c’est l’Épicerie Séquentielle.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ?  Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Cela me permettait de rencontrer des gens qui ont le même genre de vie que moi. Dans le groupe, je fais partie d’un pôle qui gère les dédicaces par exemple, je prends contact avec la structure qui souhaite nous accueillir et je fais le relais auprès des auteurs volontaires pour l’événement. Je fais aussi des livraisons, j’assiste à des réunions dans le but d’imaginer de nouveaux projets. Je n’ai pas encore pu prendre part à la fabrication d’un autre numéro. D’autres villes se sont montrées intéressés par notre initiative. Je pense que cela est réaliste à faire dans des villes d’une certaine importance, des villes où vivent quelques dessinateurs et scénaristes en tout cas.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l-avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Pour le premier numéro que j’ai fait, c’était plutôt un choix par défaut, peu de gens étant intéressés par le 14éme siècle à ce moment-là de l’édition des Rues de Lyon. Le deuxième numéro que j’ai dessiné était motivé par l’envie de travailler avec un scénariste (Cécile Paturel), ce qui me permettait de me concentrer sur le dessin.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Avez-vous demandé leur avis également âpres l’étape du crayonné ?

Pour le premier numéro, j’ai essentiellement cherché de la documentation sur internet. Notamment en ce qui concerne les costumes. Non, je n’ai pas travaillé avec des historiens. Pour le numéro 26 (sur Antoine Lumière), j’ai travaillé avec Cécile qui est prof de cinéma à l’école Émile Cohl et qui connaît bien l’histoire de cette invention lyonnaise. Elle me transmettait la plupart de la documentation sous forme de photographie numérique. Nous avons eu également quelque rendez-vous pendant la réalisation du numéro.

Crayonné
Source : Benjamin Reiss.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Les Rues de Lyon ont pour but d’être un support relativement fidèle à l’histoire. Il faut donc faire attention aux modes vestimentaires et à l’architecture de l’époque dont on parle. De manière générale, en BD, on essaie de représenter les vêtements de manière cohérente. Le public qui nous suit a l’air d’être particulièrement intéressé par l’histoire, il faut donc essayer de ne pas le décevoir par des approximations hasardeuses car parfois, les lecteurs voient des petites erreurs que nous n’avions pas vues.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Oui, c’est la difficulté principale pour moi. Volonté d’être didactique et narration libre sont difficiles à faire cohabiter. Dans le numéro un, parce que j’avais la chance d’avoir une histoire assez simple, proche de l’anecdote, j’ai pu facilement tourner l’histoire un peu comme le passage d’une BD « classique », sans devoir arrêter le lecteur à chaque case pour lui apprendre quelque chose.

Mise en couleurs
Source : Benjamin Reiss.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujet historique ?

Je pense que tous les styles peuvent fonctionner pour parler d’histoire. Simplement, j’ai pensé qu’utiliser un style plutôt réaliste et en couleurs traditionnelles (dessin à la plume et couleurs à la main) permettait de donner un aspect artisanal « à l’ancienne », plus cohérent avec une histoire se passant au 14éme siècle.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je ne suis pas attiré spécifiquement par le côté historique de la BD mais plutôt par la façon dont l’auteur traite l’époque. Par exemple, j’aime bien Hugo Pratt parce que ses histoires, bien qu’elles se passent au début du siècle, ne sont pas trop remplies de références à la période durant laquelle elles se déroulent. J’aime bien Maus, l’histoire de l’extermination des juifs d’Europe traitée dans un style animalier. Ce qui ne m’attire pas trop dans la BD historique c’est quand le dessin devient trop précis et trop fouillé, même si c’est dans un souci légitime de respecter la documentation de l’époque, je pense que cela gêne ma lecture. Dans Les Rues de Lyon, j’essaie de ne pas trop montrer un trop grand travail de reconstitution, ce n’est pas facile car lorsqu’on a beaucoup de documents, de photos ou de gravures, on a tendance à vouloir dessiner le mieux possible tout ce qu’on a trouvé et qui est souvent un matériau fantastique de par sa valeur historique.

Par Selemani EL FAYADE


tristanmartine

Enseignant en histoire médiévale à l'Université Jean Moulin Lyon 3. Chargé du cours de "Culture historique : Patrimoine", dans le cadre duquel des étudiants de Licence 1 ont réalisé différents travaux autour d'objets présents au musée Gadagne et effectué des entretiens avec des auteurs des Rues de Lyon et différents archéologues du Service municipal d'archéologie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *