METIERS/Sandrine Boucher et Ugo Panico, auteurs pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Sandrine Boucher et Ugo Panico

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessiné à Lyon ?

Sandrine

Je suis journaliste, j’ai été rédactrice en chef de Tribune de Lyon, et je me suis réorientée dans le domaine de l’environnement sur des sujets au long cours. J’ai continué parallèlement mon activité dans la presse.

Sandrine Boucher
Source : Sandrine Boucher.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer L’Epicerie Séquentielle ? Pensez-vous que le modèle de l’Epicerie Séquentielle pourrait être appliqué dans d’autres villes ? Et avez-vous participé de près ou de loin a d’autres numéros des Rues de Lyon ?

Sandrine

Je rêvais de pouvoir faire quelque chose dans la bande dessinée et le projet m’intriguait, surtout que la bande dessinée documentaire est quelque chose de relativement récent en France. Je trouvais le projet chouette, avec une logique économique différente, au niveau de l’édition par exemple.

Le modèle de l’Épicerie séquentielle a déjà été appliqué à Amiens, il me semble, c’est le même principe que les Rues de Lyon, mais tous les deux mois et pas forcément en BD. J’ai participé à d’autres numéros, comme la  »Monstrueuse de Lyon » avec Matthieu Ferrand et Ugo a travaillé sur  »Le sang des Carabins ».

Ugo Panico
Source : Ugo Panico

Comment s’est fait le choix du thème de votre numéro des Rues de Lyon? L’avez-vous choisi ou vous a-t-il été imposé ?

Sandrine

Il ne m’a pas été imposé. C’est dans le cadre d’une commande, je me suis occupée du côté historique, et en faisant des recherches, je suis tombée complètement par hasard sur une source qui parlait de ce système de canalisation lyonnais. Je me suis dit que cela pouvait être une idée intéressante d’histoire courte pour les Rues de Lyon.

Découpage
Source : Ugo Panico

Comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives ou travaillé avec des historiens ?

Sandrine

Rien n’avait été écrit sur le sujet, il y avait des sources assez parcellaires. J’ai consulté seule plusieurs personnes, dont Bernard Chocat, qui est un spécialiste de l’assainissement, ainsi qu’un historien spécialisé sur l’utilisation des chevaux en ville et aussi un spécialiste du traitement des déchets, notamment des eaux usées.

Crayonné
Source : Ugo Panico.

Avez-vous pris des libertés concernant la documentation ? Pensez-vous qu’il est indispensable que tout soit réaliste jusqu’au moindre détail, ou que c’est secondaire par rapport à l’ambiance générale ?

Sandrine

Nous ne sommes pas historiens et on travaille sur des histoires courtes, il y a peut-être des choses que l’on simplifie, mais dans la démarche, on est restés le plus près possible de la réalité. Même dans les costumes, les transports, on essaye de rendre notre propos le plus crédible possible.

Ugo

Nous n’avons pas forcément les sources suffisantes, donc on s’est permis quelques libertés sur certaines scènes. On peut assez facilement rendre une scène cohérente sans pour autant être réaliste jusqu’au moindre détail. Le format BD permet de mettre en avant certains détails : le fait d’avoir les deux supports, non seulement le texte, mais aussi les illustrations, nous a permis de mettre en scène davantage d’éléments que dans un simple texte.

Encrage
Source : Ugo Panico.

Avez- vous rencontré des difficultés pendant votre travail ?

Sandrine

Nous n’avons pas rencontré spécialement de difficultés, c’était ma première BD mais nous n’avons pas eu à faire de modifications. Le fait de ne pas avoir de narration suivie a rendu le travail un peu plus compliqué, nous avons même fait un shéma récapitulatif à la fin du numéro.

Avez-vous du modifier votre dessin ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter les sujets historiques ?

Ugo

Le réalisme n’est en rien une nécessité. Le moindre détail ne va pas forcément rendre le sujet plus crédible ou intéressant. Les œuvres réalistes peuvent être plus chargées, moins fluides et plus lourdes à lire. On reçoit parfois des lettres de personnes très tatillonnes, mais on n’est pas historiens, on ne possède pas la vérité absolue, au contraire on apprend nous-mêmes des choses grâce à ce genre de travaux.

Mise en couleurs
Source : Ugo Panico.

Avant de réaliser ce numéro, aviez-vous un goût particulier pour la BD historique ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de BD ? Y a-t-il des auteurs en particuliers que vous considérez comme référence dans ce domaine ?

Ugo

Depuis que je fais ce métier, je lis moins de BD qu’avant, et je suis en effet plus confronté aux albums de bande dessinée historique. Mes goûts n’ont cependant pas changé, j’ai juste découvert quelque chose de nouveau, qui offre de nouvelles possibilités.

Sandrine

Dans ce domaine, je considère comme des références Etienne Davodeau, ou encore Benjamin Flao et ses carnets de voyage, que j’aime beaucoup.

Et enfin avez-vous réalisé d’autres récits de ce type, ou envisagez-vous de le faire ?

Sandrine et Ugo

On a déjà réalisé d’autres numéros des Rues de Lyon, le format court convient a beaucoup de monde et c’est intéressant, donc pourquoi pas. On a quelques numéros en stock pour le moment.

par Julie MARGERAND

 


juliemargerand

Étudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail realisé dans le cadre du cours "culture historique: Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.