METIERS/Pierre-François Radice, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Pierre-François Radice

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je viens de Grenoble où j’ai passé mon baccalauréat avec difficulté car la scolarité au lycée ne s’est pas très bien passée, je n’y ai pas trouvé ma place. Je me suis donc penché vers une filière artistique et j’ai trouvé l’école Émile Cohl à Lyon, quittant donc ma ville d’enfance. Cette voie m’a tout de suite plu, que ce soit le dessin, la sculpture ou toutes les autres matières enseignées à Émile Cohl. À la fin de mes cinq années d’études dans cette école, ils m’ont tout de suite embauché pour devenir professeur de sculpture. Ça fait maintenant quatre ans que je suis donc professeur de sculpture et de sculpture 3D. L’Épicerie Séquentielle étant composée de beaucoup de professeur d’Émile Cohl, je me suis engagé dans ce projet avec mes amis.

Pierre-François Radice.
Source : Pierre-François Radice.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Ce qui m’a motivé, c’est avant tout l’aventure humaine, le fait de faire ça bénévolement, l’aspect de proximité et la possibilité de vendre sa propre BD. Mon rôle était, parce que j’ai quitté l’Épicerie par manque de temps, du domaine du pratique : faire des livraisons, recevoir les colis après l’impression, livrer les libraires. Je me suis aussi engagé dans les nouveaux projets de l’Épicerie. Pendant six mois on a travaillé sur un projet jeunesse, un journal destiné davantage aux enfants. De plus, j’ai aussi travaillé sur d’autres numéros des Rues de Lyon car le principe de l’Épicerie séquentielle, c’est qu’un auteur gère son numéro et celui des autres. Pour ma part, pendant un an j’ai livré le numéro de mes amis, j’ai aidé à la gestion. Donc on travaille sur tous les numéros. Et justement sur ce mode de gestion, plusieurs villes nous ont contactés pour nous dire qu’elles étaient intéressées par ce projet et nous ont demandé si cela pouvait être transposé à leur ville, ou si on avait posé un droit. Nous leur avons répondu que nous travaillons sur les Rues de Lyon, mais que des Rues de Strasbourg ou de Dunkerque pouvaient très bien exister. Quelques villes, dont Aix-les-Bains, nous ont contacté pour avoir des détails sur notre mode de fonctionnement pour voir s’il y avait un possible marché. Avec notre pays et nos villes, les possibilités sont grandes, et ce mode de gestion pourrait fonctionner, même transposé à des romans, des livres jeunesses, des albums illustrés…

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Le choix pour ce numéro vient de ma femme. Elle a travaillé dans une imprimerie, elle est maquettiste, graphiste, imprimeur. Et je suis du coup vraiment en lien avec tout ça, parce qu’étant dessinateur, la grosse frustration c’est lorsque j’imprime mes dessins, la qualité n’est plus la même que l’original. Elle m’a donc beaucoup parlé de tout ça. Quand je suis rentré dans l’association, je me suis beaucoup investi et j’ai voulu réaliser un numéro. J’ai donc commencé à réfléchir. Je savais que Lyon était une plaque tournante à l’époque de l’imprimerie de Gutenberg. Mais à ce moment, je ne savais rien sur la grève des imprimeurs. On a commencé, avec ma femme, à faire des recherches sur l’imprimerie à Lyon et, au final, nous avons fait un numéro des rues de Lyon.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Ma femme et moi nous sommes énormément documentés pour éviter de raconter n’importe quoi, c’est l’avantage et l’inconvénient d’une bande-dessinée historique. Ma principale source d’information pour ce numéro fut le musée de l’imprimerie de Lyon, qui regroupe tous ce que je devais savoir sur les procédés d’impression, les ouvrages mais la seule chose dont le musée ne parle pas c’est la grève des imprimeurs, c’est pourquoi ils ont réutilisé ma BD par la suite. Pour l’aspect technique, un numéro de « C’est pas sorcier » sur l’imprimerie m’a également bien aidé. Pour l’aspect historique de la grève, ce fut principalement les livres et la documentation sur Internet en vérifiant énormément les sources, ce qui a pris du temps. Aucun historien ne vérifiait les planches, on se consultait seulement entre nous.

Crayonné.
Source : Pierre-François Radice.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Dans le dessin on interprète toujours à notre manière la réalité des faits. La partie historique et technique de la BD historique est évidemment basée sur des faits réels mais avec un côté romancé qui vient s’ajouter. Par exemple dans ma BD, quand les imprimeurs impriment un tract pour appeler à la grève, dans la réalité des faits ce tract n’a vraisemblablement jamais existé. On a seulement essayé de se mettre à leur place et de chercher comment ils auraient pu divulguer cet appel à la grève. Malgré l’hésitation dûe au fait qu’à l’époque beaucoup de personnes ne savaient pas lire, on a quand même décidé de partir sur cette liberté scénaristique. Mais le plus important dans une BD historique n’est pas de respecter le moindre détail présent, mais plutôt de travailler le contexte, le décor, l’architecture pour éviter que le lecteur soit perturbé à la simple vue du dessin. De toute façon on manque de sources concrètes comme une photographie ou des vidéos pour représenter l’époque. Nous, on le représente déjà d’après la vision qu’en avait un peintre, un auteur de l’époque mais jamais de la façon réelle de l’histoire. L’ambiance générale de la BD est l’élément essentiel.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

La grosse difficulté est résumée dans le début de question : les dix planches. Quand on fait une BD sur un évènement bien précis comme le meurtre du président à Lyon, on arrive à condenser pour faire rentrer. Il s’agit de retranscrire un fait historique, il faut donc travailler sur les lieux, le contexte, l’époque et les faits. Mais quand on part sur une BD qui évoque des sujets pointus comme l’impression par exemple, il faut tout autant travailler les lieux, le contexte, l’époque et les faits mais aussi tout l’aspect technique. Il faut vulgariser le procédé d’impression et expliquer comment cela fonctionnait à cette époque. On va donc réduire le nombre de pages narrative en racontant rapidement le point de vu plus technique de ce procédé. Ce fut très compliqué de mêler tout ça en seulement dix planches mais extrêmement plaisant et gratifiant lorsque cela fonctionne.

 

Gravure
Source : Pierre-François Radice.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Ça me tenait vraiment à cœur de faire ce numéro des rues de Lyon en gravure parce que j’utilise des presses pour faire mes gravures. On voulait donc faire un clin d’œil en utilisant cette technique d’impression pour la BD. Ce numéro est donc entièrement réalisé en linogravure, après un crayonné de base : je viens creuser la matière, à l’envers, pour faire apparaitre mon dessin qui sera au final à l’endroit, comme le faisait Gutenberg. Après la gravure, je viens encrer entièrement ma plaque avec un rouleau d’encre noire, je mets une feuille dessus et cela passe sous une presse pour que l’encre vienne se reporter sur ma feuille. Grâce à cela j’obtiens toute la couleur noire de mon dessin, puis je viens peindre à l’aquarelle pour l’ambiance colorée. C’est grâce à cette technique qu’on a une BD assez texturée et très atypique. Le dessin réaliste n’est pas nécessairement le meilleur choix dans une BD historique, une fois de plus c’est l’ambiance générale et la documentation qui vont être le cœur de la réussite de votre BD, et non le style de dessin.

 

Résultat final
Source : Pierre-François Radice

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je n’avais pas vraiment de goût particulier pour ce genre de BD, c’était une grande première. Je n’étais même pas attiré tout cours par la BD à la base, je suis plutôt dans l’illustration – c’est pourquoi on retrouve de grandes cases dans ma BD. Je ne suis pas rentré dans l’Épicerie pour faire une BD, mais cela est venu naturellement au final et c’est finalement grâce à cette expérience que j’ai pris goût à la BD historique. Pour citer des auteurs que je considère comme des références pour moi, je parlerais d’Étienne Davodeau, Mathieu Sapin qui ont ce pouvoir d’apprendre des choses tout en faisant passer un bon moment aux lecteurs. Le travail sur ma BD m’a permis tout d’abord de me documenter personnellement mais aussi d’aller voir ce qu’ont fait d’autres auteurs de ce genre d’ouvrage. Et donc, en effet, j’ai désormais d’autres projets dans ce domaine, qui j’espère, se réaliseront dans les années à venir.

Par Josselin COLNOT


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.