METIERS/Kieran, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Kieran

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre inscription dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Mon parcours n’a pas commencé à Lyon, je viens de Nîmes. Après avoir fait un baccalauréat scientifique, j’allais partir à l’université de biologie. Je suis finalement parti à l’université d’art plastique, mais cela étant très théorique, ça m’a rapidement déplu. J’ai donc périclité pendant 3 ans à l’université de Nîmes, où j’ai eu un DEUG (équivalent à bac + 2, ce qui était alors diplômant). Je suis par la suite parti à Lyon suivre ma compagne qui venait faire ses études à l’INSA. En parallèle à Nîmes, j’avais suivi des cours avec David Sala, un auteur de bande dessinée lyonnais qui m’avait poussé à continuer mes études en dessin. Connaissant l’existence de l’école Émile Cohl par un ami qui y avait déjà étudié, j’ai essayé de l’intégrer. Je suis entré à Émile Cohl en 2004, j’ai fait tout mon cursus jusqu’en 2009, où je suis sorti diplômé de l’école.

En 2008, par le biais d’un ami, j’ai été mis en contact avec un scénariste de BD professionnel, Antoine Ozanam et mon travail d’étudiant l’a séduit : je lui ai dit que j’avais mon projet de diplôme à faire, que je voulais que ce soit un véritable projet professionnel. Le diplôme n’était pas important pour moi, l’objectif était d’avoir du travail (le book comptant plus à mon sens que le diplôme). Ensemble nous avons convenu de travailler ensemble sur un projet de BD We are the night qui deviendrait dans l’année qui suivit mon projet de diplôme et qui, avant la fin de mes études, serait signé chez Ankama. J’ai signé en mai 2009 et il est sorti en 2010, soit 14 mois de travail sur cet album. J’ai enchainé sur le tome 2 paru en 2011, puis j’ai participé à un autre album de chez Ankama, un collectif : Doogybags tome 2, avec l’histoire Elwood and the 40 freak bitches paru en 2012.

Depuis je n’ai pas arrêté de faire de la BD, même si j’avais quelques activités de storyboard à côté. J’ai enseigné à Eart-sup à Lyon, puis à Bellecour écoles, et maintenant j’interviens aussi à Lim’art, toujours à Lyon. Le dessin c’est quelque chose qui est arrivé très tard chez moi, j’ai commencé à dessiner au collège. La Bd a toujours été présente tout au long de ma vie, mais c’est vraiment à partir de 18 ans que je me suis dit que cela était vraiment ce que j’avais envie de faire. Il faut savoir que la BD ne faisant pas vivre convenablement, on prend assez vite tout ce qui passe. J’ai fait une illustration pour une revue scientifique, c’est un chercheur qui m’a contacté pour faire la couverture d’un article qu’il va publier dans un magazine très connu en Suisse. J’ai fait des illustrations aussi pour la mode, des affiches pour des festivals. Il faut savoir saisir, pour subsister dans ce métier, toutes les opportunités.

Kieran
Source : Kieran.

Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ?

Les rôles au sein de l’épicerie séquentielle sont toujours un peu fluctuants, comme c’est du travail bénévole et qu’on a tous un travail à côté. On essaie d’être là où l’on peut être en fonction de nos compétences. Je fais partie de ceux que l’on appelle les superviseurs, c’est-à-dire que l’organisation de l’épicerie est complètement transversale. Il n’y a pas de chef, on décide de tout de manière collégiale, on fait des votes, on discute entre nous. Même si historiquement je fais partie des plus anciens, ce n’est pas pour autant que j’aurais plus d’autorité sur les uns et les autres. Le rôle de superviseur, c’est également d’avoir un regard sur tous les mails qui passent dans l’épicerie pour vérifier que tout se coordonne bien. On a créé différents groupes qui s’occupent de tâches spécifiques (ex : groupe évènementiel, administratif, relecture etc.…) en sachant qu’il y a plusieurs membres qui sont dans plusieurs groupes. Je m’occupe aussi de la partie livraison, car les BD sont livrées sur les 60 points de vente qui existent à Lyon par les auteurs eux-mêmes. Je fais également partie du groupe « suivi de projet », c’est-à-dire qu’avant qu’un numéro des Rues de Lyon soit réalisé, il faut que l’auteur propose un petit résumé de l’histoire en nous expliquant ce que va être l’histoire, quel axe il va choisir pour traiter le sujet et une fois qu’on a validé le pitch, on lui redemande un storyboard pour qu’on puisse voir comment mettre les enchainements de case, si l’équilibre est bon. Une fois le projet validé, on programme une date de sortie, ça c’est le travail du groupe suivi des nouveaux projets. Je fais partie aussi rapidement du groupe évènementiel mais je suis plus une « petite main » qu’un membre très actif, c’est très fluctuant, les gens vont et viennent en fonction de leur liberté.

Recherche sur la couverture du numéro 15 des Rues de Lyon – Edmond Locard : le véritable Sherlock Holmes. Mars 2015, épicerie séquentielle éditions
Source : Kieran.

Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Oui, ce modèle à une certaine échelle est viable. Il va peut-être falloir qu’on commence à salarier quelques personnes pour gérer toute la partie administrative parce que cela nous dépasse en termes de compétence. À l’échelle d’une quarantaine de personnes, je pense que le modèle est absolument viable, à tel point que voyant notre succès, il y a des villes qui nous contactent afin de nous demander d’aller le reproduire chez elles. Mais ne connaissant pas leurs villes et leurs auteurs locaux, c’était peut-être mieux qu’elles le fassent elles-mêmes et nous pourrions leurs expliquer le fonctionnement. Ce modèle est déjà en train d’être reproduit dans le nord avec la revue Pierre Papier Chicon et à Montréal, l’idée serait notamment à terme de permettre des échanges de revues pour permettre une diffusion plus large de nos revues respectives.

Encrage sur la couverture du numéro 15 des Rues de Lyon – Edmond Locard : le véritable Sherlock Holmes. Mars 2015, épicerie séquentielle éditions Source : Kieran.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous-a-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ?

Il n’y a pas de thème imposé, ainsi Jean-Pierre Crauser (scénariste du numéro 15) est venu rencontrer les épiciers sur un salon de bande dessinée pour leur dire qu’il serait intéressant de parler d’une figure emblématique de la criminalistique internationale et qui plus est Lyonnaise : Edmond Locard, ce à quoi ils ont répondu que oui, c’était un super sujet pour les rues de Lyon, mais qu’il serait mieux de venir participer au projet directement, étant donné sa connaissance du sujet. C’est naturellement que l’on propose aux gens qui nous proposent des sujets de participer à la rédaction d’un numéro en tant que scénariste. Le sujet de Jean-Pierre nous est parvenu assez vite et rapidement mes collègues m’ont fait remarquer que j’étais là depuis très longtemps et que je n’avais toujours pas fait de numéro contrairement à d’autres qui étaient arrivés plus tard et qui eux avaient déjà le leur. De plus, ayant déjà fait plusieurs polars, le sujet me correspondait bien. Jean-Pierre Crauser n’avait encore jamais écrit pour la bande dessinée, il n’avait jamais vraiment scénarisé. Il a apporté beaucoup d’éléments historiques. L’écriture du numéro se faisait très chronologiquement dans la construction du récit. Il y avait une liste d’évènements les uns à la suite des autres. J’ai donc proposé à Jean-Pierre de remanier l’architecture du scénario ensemble pour le rendre moins linéaire. Il y avait un élément qui était assez drôle, c’est que Edmond Locard a négocié avec le préfet du Rhône la création de son laboratoire scientifique au cours d’une discussion autour d’une table de billard, trouvant cela très amusant, je me suis dit qu’il fallait qu’il explique un peu ce qu’il pourrait faire avec ce laboratoire de police scientifique et on illustrerait cela par des cas qu’il a réellement résolus, qui ponctueraient ce récit de manière à entrecouper l’histoire à chaque fois avec ses différents crimes résolus. Ce procédé permet de donner du rythme et de revenir à chaque fois entre-temps sur la partie de billard pour rendre cela intéressant.

Mise en couleur sur la couverture du numéro 15 des Rues de Lyon – Edmond Locard : le véritable Sherlock Holmes. Mars 2015, épicerie séquentielle éditions
Source : Kieran.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

L’avantage sur ce numéro, c’est que Jean Pierre Crauser est membre de la société Sherlock Holmes de France. Il a écrit plusieurs articles sur Edmond Locard, il est très bien documenté sur ce personnage. Edmond Locard est surnommé le véritable Sherlock Holmes, c’est-à-dire que pour fonder ses théories scientifiques, il s’est appuyé sur les romans de Conan Doyle, qui était sans le savoir un spécialiste de criminalistique absolument fabuleux. Edmond Locard a juste eu à lire intelligemment les histoires de Sherlock Holmes pour en déduire ses théories. Donc le recours à la documentation était fait par le biais du scénariste, moi je me suis juste cantonné à la partie graphique. On a eu des clichés d’Edmond Locard grâce à des membres de sa famille qui sont encore à Lyon et grâce à qui on a eu plus de documentation. Mais quand on travaille sur des faits historiques, on ne peut pas se permettre de faire des erreurs parce qu’on travaille sur des faits réels. Il y a tellement de passionnés d’histoire que le moindre petit écart nous est reproché. Et si erreur il y a, nous nous empressons de la corriger dans les rééditions des numéros. Nous remercions aussi les personnes qui nous les signale et en bonne intelligence nous leur proposons de devenir relecteurs des Rues de Lyon, pour éviter tout nouvel impair.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’ où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou se type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Évidemment, il y a des libertés qui sont prises par rapport à cette documentation qui a des failles. Quand on travaille sur Lyon en 1900, pour trouver de la documentation sur les bâtiments, il faut aller chercher sur les plans des archives municipales, mais on a juste les plans au sol : on ne sait pas à quoi ressemblaient les bâtiments en élévation. Il faut donc aller chercher dans les cartes postales, les photos de Lyon pour essayer de voir des lieux, mais on ne les a pas forcement sous le bon angle, les places ont beaucoup changé, des fois il y a des quartiers entiers qui ont disparu, donc c’est compliqué de s’y retrouver. Comparativement aux uniformes qui ont réussi à passer le temps, ce n’est pas le cas de la mémoire des lieux parce qu’il n’y a pas beaucoup de documents photographiques, on a des traces mais c’est très vague. Sur le bouton de redingote par contre, on n’a pas vraiment le choix, il faut vraiment se documenter sur les tenues d’époque. De même, en 1910, les voitures c’était compliqué, il y a des tramways à Lyon mais certains sont tractés par des chevaux, il y en a très peu qui sont électriques, il faut être assez précis sur le train, c’est vrai que j’avais eu quelques difficultés.

Couverture finale du numéro 15 des Rues de Lyon – Edmond Locard : le véritable Sherlock Holmes. Mars 2015, épicerie séquentielle éditions Source : Kieran.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Effectivement la volonté première des Rues de Lyon est d’être didactique, mais il faut apprendre de manière agréable d’où le choix de couper l’histoire et de ne pas la raconter de façon chronologique qui la rendrait ennuyeuse. La scène du billard, ce n’est pas exactement ce qui s’est passé dans la réalité, mais cela permet une illustration ludique et rythmée, puisqu’après chaque cas raconté, on revient sur cette scène du billard. Il est vrai qu’à chaque fois, la nécessité d’être didactique est au cœur des préoccupations et on est dans l’obligation de s’adapter en fonction des histoires, c’est-à-dire qu’on essaie d’avoir une information importante par page pour que cela soit rythmé. Là où cela devient difficile, c’est d’y ajouter un côté humoristique, arriver à donner une information en étant drôle est assez compliqué. Lorsque c’est trop linéaire, ce n’est pas très intéressant.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Sur le dessin réaliste non, je ne suis pas d’accord : tout dépend de comment on veut raconter l’histoire : ce qui compte en soit c’est d’avoir une bonne histoire. Edmond Locard, je l’ai abordé d’une manière assez classique pour moi en simplifiant le dessin car la nécessité était quand même d’aller relativement vite. Habituellement je travaille sur du format A3. Pour ce travail je suis passé sur du format A4, j’ai vraiment adapté mon format, je l’ai fait plus petit, j’ai encré puis j’ai fait de la couleur sur Photoshop. C’est une technique assez classique chez moi je fais un storyboard où on a quasiment le numéro fini, ensuite je les agrandis en format A3.

Je commence par un crayonné, ensuite j’encre avec une plume pour venir finir les détails. Une fois fini, je le numérise, je le passe sur Photoshop, je fais la couleur numériquement, j’utilise beaucoup les couleurs pour contraster les différentes ambiances. J’ajoute enfin les textes pour finir.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, avez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bande dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Oui, j’envisage de le refaire : en plus du numéro 15, j’ai fait également le numéro 25 et je prépare un prochain numéro. Pour revenir au début de la question, j’avais horreur de la bande dessinée historique, parce qu’à chaque fois, c’étaient des pavés d’information avec des détails extrêmement précis. Puis j’ai commencé avec l’Histoire de Lyon en bande dessinée, qui m’a beaucoup surpris parce que j’ai eu l’occasion de rencontrer Helene Berthaud, qui était une jeune fille de 16 ans au moment de la guerre et qui faisait passer des plis pour la correspondance de la résistance. Elle prenait le train Lyon-Grenoble et elle sautait à 15 kilomètres de la gare de Grenoble alors que ce dernier était en marche. Elle a été torturée par Klaus Barbie, c’était de l’histoire vivante avec des personnes encore vivantes, donc c’était très tangible et rencontrer notamment M. Jean Nallit alias Gratien, qui était un résistant, pendant une journée du patrimoine avec deux macarons au revers de sa veste. Je discutais avec lui, je lui ai demandé ce que signifiait son deuxième macaron en plus de celui de la légion d’honneur. Il m’a répondu qu’il était haut commandant de la légion d’honneur, Juste parmi les Justes, mais qu’il n’avait pas fait grand-chose par rapport à ses collègues. Il avait juste aidé à sauver 25.000 juifs, il avait fait des faux papiers pour sauver des enfants, des femmes et fut déporté trois fois. Ma rencontre avec ces personnes m’a fait voir les choses différemment et j’ai commencé à changer mon fusil d’épaule sur le récit historique. De plus la façon dont on a abordé les Rues de Lyon était très intéressante, c’était de l’histoire sans le côté affligeant.

Par Mariama HAMIDOU

Source
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Nallit

Bibliographie
> Sweet Home avec Sébastien Viozat, Glénat Comics éditions, Septembre 2019.
> Tapage Sonore : de la techno choc a l’électro chic avec Cécile Paturel, n°41 des Rues de Lyon Mai 2018, l’Épicerie Séquentielle éditions.
> Le repos du soldat avec Morgane Remy, n°25 de Rues de Lyon Janvier 2017, l’Épicerie Séquentielle éditions.
> Edmond Locard, le véritable Sherlock Holmes avec Jean-Pierre Crauser n°15 de Rues de Lyon Mars 2016, l’Épicerie Séquentielle éditions.
> The Golden Boy avec Antoine Ozanam au scénario. 2015 AAARG édition.
> Hélene B. dans Histoires de Lyon (collectif) avec Antoine Ozanam. Lyon capitale éditions. novembre 2012.
> Elwood n’ the 40 Freak Bitches avec Antoine Ozanam pour Doggybags (collectif) volume 2, collection 619, aux éditions Ankama. Avril 2012.
> Blue Estate issue 10 (collectif), avec Viktor Kalvachev, EZD production, image Comics. Mars 2012.
> We are the night Tome 1 & Tome 2 avec Antoine Ozanam, coll. Hostile Holster, aux éditions Ankama.2010-2011.


HAMIDOU Mariama

étudiante en licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "culture historique : patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *