METIERS/Rebecca Morse, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Rebecca Morse

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Après un bac L art plastiques, comme je pensais que ce n’était pas raisonnable de faire du dessin, je suis revenue aux langues et j’ai fait une licence de LEA d’anglais. Puis j’ai fait l’École Émile-Cohl entre 2004 et 2008, où j’ai eu Olivier Jouvray et son frère comme professeurs, qui étaient très enthousiastes pour communiquer l’envie de faire de la bande dessinée.

Je voulais initialement faire de l’animation, mais je n’ai pas trouvé de travail correspondant en sortant de l’École. J’ai travaillé quelque temps dans une association à Annecy comme professeur d’animation. Puis, j’ai eu l’occasion de rencontrer une scénariste sur un forum et on a monté un premier projet, un premier roman graphique, Yessika, entre 2009 et 2011. Il est passé sur le moment assez inaperçu. Et puis, quelques années plus tard, nous avons signé Alyssa, une série jeunesse : nous en avons fait quatre numéros. Les Rues de Lyon s’est monté entre-temps : j’ai fait mon premier numéro entre deux albums.

Rebecca Morse
Source : Gilles Cochet.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Mes anciens professeurs, les frères Jouvray, qui ont créé cette association, ont fait en sorte que les anciens élèves d’Émile-Cohl restent en contact. Au début, nous faisions des soirées où un auteur parlait de son travail, de ses techniques, de son vécu. Puis, en réalisant que les auteurs de bande dessinée sur Lyon étaient plutôt nombreux, nous avons trouvé intéressant de faire des projets ensemble. Par ailleurs, il y a depuis ces dix dernières années un problème de surproduction dans le secteur de la bande dessinée, qui fait que les éditeurs paient de moins en moins bien, et qu’il devient de plus en plus difficile de vivre de ce métier : c’est face à ce constat que nous avons voulu avoir la possibilité de faire de la bande dessinée d’une autre façon. Par ce système d’association et d’édition, nous, auteurs, comprenons véritablement ce que représente la fabrication complète d’un album, du scénario à la distribution. C’est une manière de démystifier la bande dessinée.

Pour que cela fonctionne, il faut que chacun s’investisse bénévolement pour faire fonctionner l’association, qu’il s’agisse de la distribution, de la prise de contact avec les libraires, de la gestion des commandes, de la relecture, de la communication, etc. Pour ma part, je suis dans le groupe de relecture, et aussi le groupe événementiel, pour assurer la présence en festival. J’appartiens au groupe communication, qui s’occupe de la communication en interne, et aussi à l’extérieur (la publicité pour élargir le lectorat, pour faire connaître les Rues de Lyon)

Comme l’idée initiale était de proposer une solution alternative pour l’édition, ce modèle associatif peut tout à fait être repris dans d’autres villes et servir à d’autres projets. Déjà, deux villes en France ont un système similaire : Amiens et Nantes. Mais il faut tout de même une ville suffisamment grande pour que cela marche : par rapport à la présence d’imprimeurs, de libraires, mais aussi par rapport à la richesse du patrimoine et de l’histoire qui donnent de la matière à raconter. Ainsi, certaines villes n’ont pas suffisamment de contenu pour faire un mensuel toute l’année, mais elles commandent des numéros spéciaux. Il y a eu ainsi un numéro sur Sainte-Foy-lès-Lyon, sur Brignais…

Les deux premières pages du storyboard
Source : Dessins de Rebecca Morse et scénario de Virginie Ollagnier.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

À l’origine du projet, il s’agit d’un numéro de scénariste, parce qu’il y a cette voix très personnelle qui raconte ses souvenirs d’enfance dans la troisième partie. C’est Virginie Ollagnier, romancière et épouse d’Olivier Jouvray, qui s’est beaucoup investie dans l’association, et pour qui sortir ce numéro était le seul moyen d’être payée après des mois de travail dans l’association, qui m’a contactée et m’a proposé ce thème de la fête des Lumières.

J’aime bien la bande dessinée historique, j’aimais bien comment Virginie a traité le sujet, et puis justement par hasard, cette année-là, mon amie technicienne dans la projection lumineuse a été sélectionnée pour la première fois pour la fête des Lumières, donc elle a pu rencontrer Virginie et discuter… C’est elle qui apparaît dans la partie du milieu.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Virginie a fait une grande part du travail en amont : elle m’a envoyé ce qui lui avait servi de source avec le scénario. Pour la partie technique, j’ai eu la documentation par mon amie qui a travaillé sur le projet.

J’ai été au musée Gadagne, notamment pour trouver des plans de la ville médiévale, qui sont assez difficiles à obtenir, car il n’y a pas beaucoup de représentations avant la Renaissance. Pour toute la partie des souvenirs, les années 70-80, je me suis servi des archives des bibliothèques municipales scannées, classées en ligne par quartier et par époque. Je m’en suis servie pour les vues de la ville, les bâtiments présents ou non, à telle époque, leur aspect. J’ai aussi cherché des compléments avec des documents, des tableaux d’époque. Par exemple, pour les portraits et les costumes des échevins, je me suis servie du vitrail qui représente le vœu des échevins, mais je me suis aussi inspirée des portraits de notables parisiens de la même époque. Pour la ville contemporaine, j’ai utilisé Google Street view.

Le travail avec les historiens a été exclusivement effectué par Virginie, comme cela concernait la partie scénaristique.

Les vignettes de la partie au crayon et à l’aquarelle
Source : Rebecca Morse.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Nous avons voulu être globalement le plus fidèle possible à ce que nous savions. Nous avons estimé qu’une prise du recul était nécessaire par rapport à certaines sources, pour des questions de vraisemblance, d’après ce que nous savons avec la recherche actuelle ; par exemple, la représentation des citoyens romains qui ont un type plus méditerranéen que l’iconographie ne le montre. Et nous avons dû introduire un décalage de fiction dans la partie du milieu, à propos du déroulement exact de la présentation du dossier et de sa validation.

Ensuite, il faut faire la part des choses. Quand on a trouvé un angle proche de celui que l’on recherche, il faut adapter un peu. Il y a une réinvention nécessaire lorsque l’on passe de photographies en noir et blanc à des façades éclairées en couleurs. Même lorsque l’on préfère l’exactitude, il faut parfois accepter qu’il y ait petites erreurs : j’estime qu’il faut faire un effort sincère de recherche, mais trop de spécialisation peut nuire à la compréhension, à l’accessibilité pour tous les lecteurs. Par ailleurs, un dessin stylisé permet de ne pas se prononcer sur certains détails. Ainsi, dans ma troisième partie, le flou de l’enfance peut expliquer certaines approximations…

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Lorsqu’on ne fait pas de la fiction, il est difficile de ne pas produire qu’un texte illustré par des images, avec une voix off qui raconte tout et des vignettes qui montrent seulement. Trouver un équilibre est aussi l’intérêt de ce type de travail. Il a fallu faire en sorte que l’histoire avance aussi par les dialogues pour la partie historique : c’était un mélange, avec des parties très narratives, et d’autres plus vivantes. Pour la partie où Virginie raconte ses souvenirs d’enfance, c’était une écriture très personnelle, la voix off était naturelle. Pour la partie technique, où Leslie montre son travail, remanier les dialogues a parfois été nécessaire, et certaines répliques ont dû être un peu artificielles pour expliquer les choses au lecteur.

La narration multiple a permis d’alléger : comme certaines scènes d’une partie avaient davantage de dialogue, il était possible de mettre davantage de texte sur les vignettes d’une autre partie sans que cela soit trop dur à lire. Une autre difficulté était de faire aboutir de façon assez naturelle les trois fils narratifs en une seule image finale. Or, nous étions juste après les attentats, et nous n’étions même pas sûres que la fête des lumières pourrait se tenir. Il fallait donc un texte qui ne soit pas misérabiliste, qui ne date pas trop le numéro non plus : donc c’était assez délicat.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Graphiquement, ce numéro était très particulier. Il a été l’occasion de combiner trois styles différents : l’encrage sépia pour la partie historique, le crayon de couleur et l’aquarelle pour la partie des souvenirs personnels, un style plus moderne et plus simple pour la partie contemporaine. Il fallait concevoir la mise en page non pas par planches, mais par doubles pages, pour que cela s’enchaîne.

L’image que nous avons modifiée est l’image finale, pour les raisons que j’ai déjà évoquées : choisir une ouverture plus universelle, plus positive, sur laquelle aboutiraient les trois narrations. Ensuite, sur le dessin lui-même… La bande dessinée historique implique pour moi un dessin réaliste. Mais je pense également qu’il faut faire quelque chose d’un peu différent, de personnel, pour casser la monotonie. Le réalisme excessif est un piège aussi, au niveau de la documentation colossale que cela implique. Je préfère avoir des échappatoires stylistiques. Mais il faut tout de même au préalable comprendre, se documenter suffisamment, pour faire un travail de retranscription à partir d’une représentation générale – préférable à la simple copie d’une seule image précise.

Légende : Les deux premières planches de Les lumières du 8 décembre.
Dessins de Rebecca Morse et scénario de Virginie Ollagnier.
Éditeur : L’Épicerie séquentielle

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

La bande dessinée historique varie beaucoup selon le genre, l’époque… Déjà petite j’aimais bien les Prince Vaillant, et autres feuilletons de bande dessinée historique. J’aime bien les bandes dessinées où l’on sent tout le travail sur une époque derrière. Par exemple, Belladonne : un style de dessin simple, un peu « disneyien », qui ne présente pas une accumulation de détails, mais où tout y est, très bien posé. Ensuite, je trouve que ce sont souvent des bandes dessinées « à papa », sérieuses, éducatives… Mais pour moi, il faut qu’elles aient quelque chose de particulier au niveau du dessin pour m’attirer. Je n’ai pas de nom particulier qui me vienne à l’esprit comme référence ou comme source d’inspiration sur le moment. Ensuite, comme la bande dessinée historique requiert un dessin réaliste, je trouve que faire du dessin strictement réaliste est plutôt ennuyant, même si c’est ensuite remarquable techniquement – ceci surtout d’un point de vue de dessinatrice, et non simplement de lectrice.

Quant à la réalisation de récits du même type, j’avais déjà réalisé un numéro des Rues de Lyons, sur la Reine des Tilleuls, et à présent je viens d’achever un nouveau numéro pour ce mois de novembre, encore avec Virginie Ollagnier, sur l’Île Barbe.

par Anne-Clémence SARDI


Anne - Clémence Sardi

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *