METIERS/Ugo Panico, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Ugo Panico

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai débuté à l’école Emile Cohl, qui est une école d’art située pas très loin de Grange Blanche, dans le troisième arrondissement. J’ai commencé mes études en 2008. Cette vocation est arrivée un peu par hasard car, à la base, ma première vocation est le bâtiment. J’avais déjà travaillé deux ans dans ce milieu-là. Il se trouve que j’ai toujours aimé dessiner. J’ai entendu parler de cette école par hasard, et l’idée d’envisager ce métier me plaisait. Je me suis présenté à l’entretien, et j’ai été admis ; j’ai donc commencé mes études et fini par avoir mon diplôme là-bas en 2013, en cinq ans. J’ai ensuite monté un atelier avec plusieurs personnes de ma promotion. Nous avons mis presqu’un an à le créer. En parallèle, nous nous lancions dans le métier, déclarés en tant que freelance et commencions à démarcher entreprise et particulier, et à travailler sur des commandes, ou sur des projets personnel en allant voir des éditeurs.

Un an après mes études, j’ai été embauché dans cette même école en tant que professeur de sculpture. Car en plus d’être dessinateur, je suis aussi sculpteur et c’est d’ailleurs comme ça que je gagne le mieux ma vie. J’ai de grosses commandes qui prennent plusieurs semaines et c’est de cette manière que je suis le mieux rémunéré, ce qui me permet de consacrer du temps à des projets plus personnels.

 

Ugo Panico
Source : Ugo Panico.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro de « Les rues de Lyon » que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Cette opportunité s’est présentée notamment grâce à mon ancien professeur de bande-dessinée, Olivier Jouvray, le président de L’épicerie séquentielle, qui m’a proposé de réaliser le 11éme numéro de « Les rues de Lyon » (le Merdoduc). Ça m’a beaucoup plus de travailler sur ce projet. C’est à cette occasion que j’ai rejoint L’épicerie Séquentielle et commencé à m’investir de plus en plus dans l’association. Début 2015, avec la petite équipe de l’association (petite à l’époque. D’une quinzaine de personnes au lancement nous sommes aujourd’hui pas loin de 80), nous avons prévu dès juin de lancer les six premiers numéros et nous envisagions déjà les numéros suivants. Pour mon premier numéro, qui est le n° 11, une amie d’Olivier, qui est journaliste m’a parlé de ce sujet, et il a directement pensé à moi.

Au-delà d’être auteur et dessinateur, je suis aussi trésorier de l’association. Je m’occupe de la partie comptable et administrative. Nous sommes très nombreux et pour simplifier les échanges, nous fonctionnons en groupes de travail par secteur d’activités (administration, conférences, évènementiel…). J’ai ensuite rejoint un groupe de travail spécifique, que l’on appelle les superviseurs. Nous recevons tous les mails, et notre rôle est de vérifier que tout se passe bien, veiller au bon déroulement de l’ensemble. Je fais partie des personnes très actives car je participe à plusieurs groupes de travail, en plus d’être superviseur et trésorier. Via le groupe de suivi éditorial, il nous arrive de faire des retours sur la partie création des numéros, ou bien de conseiller les autres auteurs.

Pour ce qui est du rayonnement, il y a déjà des initiatives similaires qui existent : à Amiens, il y a un collectif qui s’appelle « pierre papier chicon ». Ce dernier se revendique de notre projet, ils ont fait quelque chose de similaire sur leur région, et disent que c’est Les rues de Lyon qui leur a donné envie. À Annecy, d’autres personnes essayent de monter quelque chose de semblable, tout comme à Montréal, où ils voudraient appeler leur série « les rues de Montréal ». Les rues de Lyon marchent à échelle locale car nous faisons tout bénévolement. Nous faisons aussi les livraisons nous-même. Donc si la surface était plus grande que Lyon, ça pourrait devenir problématique, il faudrait changer de structure, devenir salarié pour que ça devienne vraiment notre travail, et ce n’est pas vraiment notre souhait : nous sommes dessinateurs avant tout, pas gestionnaires d’entreprise. Le fait que notre travail s’étende un peu partout est une bonne chose car, par la suite, nous pourrons éventuellement collaborer avec les auteurs d’autres villes, et échanger nos productions afin d’étendre nos rayonnements respectifs. Ce principe permet de s’étendre et de se faire connaitre sans changer le format et le fonctionnement.

 

Couverture de « Le Sang des carabins »
Source : Ugo Panico.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro de « Les rues de Lyon » que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Dans notre fonctionnement, le but est que l’auteur prenne du plaisir, aucun sujet n’est imposé. C’est toujours à l’initiative des auteurs. L’auteur propose une histoire, qu’il aimerait bien traiter, et demande des avis. Il en discute avec ses collègues mais en aucun cas le sujet n’est imposé. Concernant mon numéro qui s’intitule « le sang des carabins », l’idée m’est venue en lisant un recueil d’anecdotes lyonnaises. Je suis tombé par hasard sur cette histoire et je l’ai trouvée sympa. Au moment d’une livraison, j’ai parlé avec le libraire et ce dernier m’a dit que le Merdoduc se vendait bien et m’a demandé si j’avais prévu de faire un autre numéro. J’ai donc répondu que j’avais plusieurs idées de sujet, notamment celui-ci. Je lui ai donc raconté l’anecdote et il m’a ensuite répondu qu’il avait un ami qui était passionné par l’histoire de la médecine. Il m’a ensuite mis en contact avec Nicolas Delestre, qui est le scénariste du numéro et donc l’ami du libraire.

 

Découpage Source : Ugo Panico.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Nicolas est à la fois embaumeur et « spécialiste » de l’histoire médicale et criminologique de Lyon, il est donc à l’aise avec le sujet. Il a aussi énormément d’archives personnelle et d’anciens documents chez lui. À Lyon, nous avons aussi la chance d’avoir des archives municipales et départementales très riches et très fournies : Nicolas m’a trouvé beaucoup de documents écrits, avec beaucoup de descriptions. Il m’a ensuite donné sa vraie version en insistant sur le fait que la version que tout le monde connait est fausse, en ce qui concerne le nombre de morts par exemple. Cela nous a donc permis d’en connaitre plus sur la véritable version et de comprendre ce qu’il s’est véritablement passé et bien sûr de mettre en avant cet évènement qui est peu connu. Nous nous sommes rendus compte que les « médias » de l’époque se sont appropriés cet évènement, et ont profité de cette histoire pour grossir l’évènement. Par exemple il n’y a pas eu 300 morts pendant l’émeute, mais 300 morts dans les hôpitaux environnant, ce jour-là, en prenant en comptabilisant les patients déjà hospitalisés et n’ayant aucun lien avec l’émeute.

Nous nous sommes dit que c’était une bonne occasion de relater la vraie histoire. De plus, j’ai trouvé cela agréable de travailler avec Nicolas car il n’a rien à voir avec le monde de la bande dessiné, c’est quelqu’un qui est passionné par l’histoire médicale et criminelle. Travailler avec lui était très intéressant : il m’a apporté une vraie compréhension, au-delà de l’évènement, du contexte médical et politique de l’époque. Il a fait le travail de recherche, a retrouvé toutes ces pièces et m’a fait un récit de l’évènement chronologique et factuel. Je m’en suis servi pour transformer ce résumé synthétique en une approche plus propre à la bande dessiné.

 

Crayonné
Source : Ugo Panico.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Pour ce numéro, j’ai travaillé avec d’autres supports, j’ai consulté des tableaux, j’ai regardé beaucoup de films et de livres d’histoire sur l’époque révolutionnaire. J’ai aussi découvert un collectif lyonnais qui s’appelle Lyon 1800, qui s’amuse à recréer Lyon en 3D au XIXème siècle, ce qui fut très pratique pour représenter les rues. Je me suis aussi un peu inspiré du Jeu Vidéo Assassin’s creed, celui qui se passe à l’époque révolutionnaire, pour les vêtements, et l’ambiance.

Ensuite, la représentation va dépendre de la manière de chaque auteur de travailler. Certains artistes ont la volonté de pousser le détail à l’extrême, mais nous, nous faisons de la bande dessinée historique surtout sur le fond. Ce qui nous intéresse c’est de parler de l’histoire, nous ne recherchons pas une fidélité visuelle absolue. Tant que c’est cohérent et que l’histoire reste compréhensive, nous n’avons rien à nous reprocher sur la représentation. Cependant, il arrive parfois que l’on reçoive des mails de puristes qui relèvent une petite erreur (par exemple sur les habits).

Crayonné
Source : Ugo Panico.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Le format est intéressant car 10 pages c’est assez rapide pour raconter une anecdote, mais c’est aussi un peu court. Par exemple, à l’étape de l’écriture, nous sommes déjà obligés de faire un gros tri de ce que l’on va pouvoir raconter, lié à l’évènement. Donc sur « le sang des carabins », nous avons été obligés de faire attention à la re-contextualisation de l’évènement car il y a tout un contexte politique, religieux, qui est associé à cette anecdote. Nous devons supprimer des éléments à contrecœur, se focaliser sur les plus importants, le but est de traiter l’évènement le plus clairement possible. D’un autre côté, ce travail de synthèse rend le travail intéressant, cela nous oblige à être efficaces au niveau de l’écriture.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro de « Les rues de Lyon » ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Pour ce numéro là je n’ai pas changé ma manière de travailler, je l’ai réalisé dans un délai très court. À partir du moment où l’écriture était finie, où le storyboard était validé, j’ai mis 19 jours à faire la réalisation pure (crayonné, encrage, couleur). Le numéro devait sortir à la rentrée 2016, mais je devais m’absenter tout le mois d’août, j’ai donc fini avant de partir. Au niveau du style de dessin, dans l’association, nous n’imposons pas de code graphique, chaque auteur est libre de ce qu’il veut, du moment que l’histoire est cohérente, tous les styles sont valables. Le style réaliste pour l’historique est une option parmi d’autres, mais ce n’est pas la seule et ce n’est pas forcément la meilleure. Le fait d’aborder cela par un style semi-réaliste ou plus caricatural peut même permettre de rendre un sujet dense plus accessible. Surtout, pour notre projet dans lequel la majorité de notre lectorat n’est pas un public amateur de bande dessiné au départ : la plupart des gens qui nous lisent achètent nos bandes dessinées car elles parlent de Lyon, que ce n’est pas cher et que le sujet intéresse, mais ils ne sont pas forcément intéressés par la bande dessinée. Avec un registre réaliste, plus lourd, il est possible que cela marcherait moins bien, que ça repousse ce lectorat particulier. Cette approche graphique plus légere permet de ne pas décourager les gens peu habitués à la bande dessiné. Nous ne cherchons pas la réalité historique absolue, le but est de vulgariser l’histoire. Néanmoins, n’importe quel style peut convenir, nous n’empêcherons pas un de nos auteur de travailler un style réaliste s’il le souhaite. C’est pour cela que l’on n’impose aucun style, ce qui permet de plus, de voir de nouvelles choses apparaitre. Nous avons envie de faire quelque chose de neuf.

 

Mise en couleurs
Source : Ugo Panico.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

J’ai toujours aimé la bande dessinée historique, et j’ai toujours été passionné par l’histoire au-delà du support BD. Aujourd’hui, au niveau du cinéma ou des série TV, a priori ce qui m’accroche le plus c’est tout ce qui est sur fond historique. Dès qu’il y a un contexte médiéval, Révolution, Antiquité, ou autre, cela va forcément m’intéresser. Sur l’époque de la 1ère guerre mondiale, j’aime beaucoup les livres de Jacques Tardi, qui sont très bien abordés car il se sert d’un contexte qui est très bien travaillé. C’est pareil pour le cinéma, je suis plus amateur d’un récit qui se passe dans un contexte historique, et pas uniquement dans le cadre d’un documentaire. Par exemple, quand j’étais enfant, j’aimais beaucoup les aventures d’Alix, car on voyait les tenues des soldats romains, ou bien des Gaulois, mais je ne lisais pas du documentaire, genre que j’ai découvert un peu plus tard. En ce qui concerne la bande dessinée documentaire, beaucoup d’auteur s’y sont mis et travaillent cela à leur manière. Par exemple, Marion Montaigne fait de la vulgarisation scientifique, Lisa Mandel, fait des enquêtes et est même allée dans la jungle de Calais pour faire une bande dessinée sur les réfugiés et sur les élections présidentielles. Sa représentation n’est pas du tout réaliste, mais ça marche très bien car son contenu est très intéressant. Pour finir, en ce qui me concerne, j’ai prévu de réaliser un autre numéro en 2018.

Par Tom SCHULLER


SCHULLER Tom

Etudiant en licence 1 à l’université à Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search