METIERS/Mathieu Diez et Jibé, auteurs pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mathieu Diez et Jibé

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Jibé

J’ai commencé avec un bac éco puis un DUT information et communication à Lyon III, puis j’ai bifurqué sur le graphisme car j’ai toujours dessiné depuis le lycée et c’est la branche qui me paraissait la plus rémunératrice dans le domaine de l’image. J’ai continué la BD de mon côté, en amateur, j’ai monté un blog qui m’a permis d’éditer des bouquins. Au niveau de l’insertion dans le milieu de la BD lyonnaise, c’est un très petit milieu où l’on croise toujours les mêmes personnes et il y a notamment une association qui m’avait démarché et qui s’appelle l’Epicerie Séquentielle ainsi l’organisation du Lyon BD Festival.

Mathieu

J’ai fait un bac éco puis un BTS action commerciale, j’ai commencé par travailler dans la banque pendant 8 ans, jusqu’à l’âge de 25 ans, à ce moment-là j’ai passé l’examen de cadre dans la banque dans laquelle j’étais, j’ai validé la première année, puis j’ai vu arriver la deuxième et avec celle-ci la possibilité d’être muté ailleurs et de ne connaître que des banquiers, ce qui a provoqué chez moi un électrochoc. Donc à 25 ans j’ai pris un congé création d’entreprise et j’ai monté un café culturel à Croix Rousse qui s’appelait le Café du bout du monde. J’ai commencé à rencontrer des auteurs de BD qui trainaient au café et il se trouve que j’ai toujours lu de la bande dessinée, on a fait des évènements autour de la BD, puis un libraire m’a parlé d’un projet de festival de BD qui a été lancé en 2006 à la Croix Rousse et dont je suis le directeur aujourd’hui. En 2012 j’ai vendu mon café car j’en avais fait le tour et le festival prenait beaucoup d’ampleur, et depuis lors je m’occupe du festival de l’association et des projets qui l’entourent. Quant à mon insertion dans la BD, petit quand on me demandait ce que je voulais faire c’était pilote de chasse ou auteur de BD. Grâce au projet des Rue de Lyon nous avons pu nous lancer dedans.

Jibé (à gauche) et Mathieu Diez (à droite).
Source : Baptiste Costantzer

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Mathieu

La motivation venait de la possibilité d’être édité sous un format court via un support qui est bien distribué et lu, de le faire dans une optique associative et sympa. Mes interactions par rapport à l’Epicerie Séquentielle se font surtout au travers du festival vu que je suis un auteur occasionnel. Par rapport à l’auto-édition, c’est un bon outil d’appoint pour les auteurs et cela offre un circuit de distribution court. De plus cela génère un lectorat intéressant et a un côté commerce équitable de la BD qui est utile. Ça ne nourrit pas l’ensemble des auteurs lyonnais sur toute l’année mais ça fait un outil de diffusion et un revenu d’appoint pour les auteurs qui est très méritoire.

Jibé

Pour être édité dans les Rues de Lyon il faut faire partie de l’épicerie séquentielle, j’étais abonné à leurs newsletters et je suivais leurs activités de loin, personnellement je suis très occupé et lorsqu’on a sorti la BD j’ai pu participer au projet de l’association un an avant la sortie du bouquin et comme je suis graphiste, je donnais de mon temps pour mettre en page les numéros. Dans l’association tout le monde aide à hauteur de ses compétences et de ses moyens et là où je suis le plus compétent, c’est dans le graphisme. Quant au sujet de l’auto-édition, des projets similaires se montent à Nantes et à Bordeaux, mais de toute façon vu l’état du monde de l’édition pour les auteurs c’est une des solutions pour que les auteurs se réapproprient la chaine du livre mais surtout pour faire de la vente directe. Le cadre associatif est bien mais restrictif et est pertinent surtout à l’échelle locale.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Jibé

L’amour de la bière ! Plus sérieusement ce sont les auteurs qui proposent des projets. Pour mon cas j’aime la BD historique, mais la recherche documentaire n’est pas mon cheval de bataille. Le choix s’est fait pour utiliser l’humour et proposer un projet un peu plus pêchu qu’une BD strictement historique.

Mathieu

Il n’a pas été imposé, c’est au contraire l’Épicerie Séquentielle qui nous a proposés de faire une BD. Je venais de lire un article sur l’histoire de la bière ; celle-ci est très riche à Lyon, avec différentes phases très denses, depuis des siècles et jusqu’à aujourd’hui.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Jibé

Beaucoup de nos recherches ont été faites sur internet, via des articles, des blogs de passionnés que l’on a recoupés. Mais également grâce à l’aide de Jean-Pierre Mayoud, le président du Lyon Cervoise Club qui nous a apporté une aide précieuse, car il a compilé énormément de recherches dans un ouvrage qu’il a lui-même imprimé, qui est une sorte de bible de l’histoire de la bière à Lyon et qu’il a bien voulu prêter à Mathieu.

Mathieu

On peut considérer Jean-Pierre Mayoud comme notre historien effectivement. Nous n’avons pas demandé l’avis d’autres spécialistes après car nous étions pressés par le temps. Et nous avions fait très attention en amont pour éviter d’avoir à reconsulter en post-production.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Jibé

On retombe sur la problématique de temps qui se posait et qui fait que cela a empiété sur le coloriage de la BD qui est toute en jaune d’or. Je me suis beaucoup inspiré des photos de l’ouvrage de Jean-Pierre Mayoud pour représenter les établissements de l’époque en étant le plus proche possible de la réalité. Pour les vêtements, j’ai fait des recherches sur internet pour voir la mode de l’époque. Une case en particulier représente un Bierstube que j’ai réalisé à moitié de mémoire et à moitié à l’aide de photos d’archives. Ce n’est pas la représentation la plus rigoureuse, mais encore une fois nous avons préféré faire primer le narratif.

Mathieu

Nous avions demandé aux archives municipales des documents mais ceux-ci nous ont envoyé la tenue des notables de l’époque quand ce qui nous intéressait était celle de « Monsieur tout le monde ».

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Mathieu

Personnellement je n’ai pas l’expérience de faire des albums longs, mais j’ai eu l’opportunité de travailler sur un format de BD de 7 planches, ce qui m’a paru bien plus contraignant. Sur 10 planches, nous n’étions pas très contraints. Ce travail étant nouveau pour moi, j’ai surtout rencontré des difficultés à trouver un rythme de travail.

Jibé

Nous avons adapté notre narration à la contrainte de longueur : plus il y a de contraintes, plus c’est facile. Les difficultés rencontrées sont surtout présentes au niveau du temps et de la masse d’information à trier.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Jibé

Je pense que la BD historique doit être présentée de façon réaliste, sinon autant faire de la science-fiction. Je n’ai pas spécialement modifié mon style, si ce n’est au niveau de la colorisation.

Mathieu

Comme nous avons fait un canevas où nous nous représentions, nous n’avons pas eu à modifier le style du dessin, si ce n’est encore une fois la colorisation mais qui, je trouve, rend très bien.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Mathieu

Je n’ai pas un goût particulier pour la bande dessinée historique, j’ai plus l’impression d’avoir fait un reportage en BD comprenant une part d’historique. Faire une BD historique pure, pas sûr que cela me serait venu à l’esprit. Je n’ai pas particulièrement de référence à citer. Quand j’ai travaillé pour Lyon Capital, je me suis retrouvé à faire quelque chose de plus historique. J’apprécie le côté historique contemporain.

Jibé

Personnellement j’aime bien Alix, j’ai également fait une BD reportage sur le musée gallo-romain. J’apprécie surtout le côté pédagogique : aborder des fait historiques et concrets mais à travers le prisme de la pédagogie.

par Baptiste COSTANZER


tristanmartine

Enseignant en histoire médiévale à l'Université Jean Moulin Lyon 3. Chargé du cours de "Culture historique : Patrimoine", dans le cadre duquel des étudiants de Licence 1 ont réalisé différents travaux autour d'objets présents au musée Gadagne et effectué des entretiens avec des auteurs des Rues de Lyon et différents archéologues du Service municipal d'archéologie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search