METIERS/Monsieur Berquin, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Interview de Monsieur Berquin

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Après un BTS graphisme, j’ai fait une année d’histoire de l’art et intégré les arts décoratifs à Strasbourg. Pendant plusieurs années j’ai travaillé sur des sites internet : dans les années 90, quand on était graphiste et qu’on savait un peu comment ça marchait, c’était simple. Puis j’ai fait beaucoup d’illustration jeunesse.

Quand je suis arrivé à Lyon, il y a 9 ans, je travaillais chez moi, mais lorsque j’ai eu un enfant, j’ai cherché un atelier et il se trouve qu’ici, à l’atelier KCS, c’est un des centres de la BD à Lyon, un lieu où tous les auteurs se connaissent.

G. Berquin
Source : G. Berquin.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou, en tout cas, utilisé dans d’autres villes pour d’autres projets ?

L’Épicerie Séquentielle est une association d’auteurs de BD qui était un peu en sommeil et qui a été réactivée avec l’idée d’en faire une maison d’édition. Je fais partie du comité de suivi éditorial, je gère aussi la mise à jour du site internet et les réseaux sociaux : Twitter, Instagram et Facebook en collaboration avec d’autres.

J’ai travaillé sur les numéros Les marches du Bon Pasteur, mon premier numéro, ainsi que sur Rabelais, pour lequel j’ai fait le dessin et le scénario. De toute façon, on se réunit, on discute, on s’apporte mutuellement des choses pour chacun de nos numéros. Je trouve ce modèle très intéressant, même si je ne pense pas qu’il puisse se généraliser, mais il est reproductible facilement, à condition d’avoir les gens et la volonté.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

C’est en fait le dessinateur qui voulait faire une BD sur le métro. Moi, à la base, je voulais faire un numéro sur les gargouilles de la cathédrale, car il y a de nombreuses anecdotes à leur sujet. Mais ce qui m’a séduit et intéressé c’est l’aspect : « comment on fabrique un truc comme ça », qui change la vie de tout le monde tous les jours.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ?

Comme c’est un sujet assez récent il y a beaucoup d’archives notamment à l’INA où l’on a visualisé des interviews télévisées. Par exemple, dans plusieurs interviews, il fumait sa pipe donc on l’a caractérisé comme ça dans la BD.

Dans l’association il y a des numéros qui sont faits avec des historiens mais ici j’ai tout fait tout seul avec des documentations différentes, dont des livres d’histoire. Ça aurait pu être intéressant de travailler avec des historiens mais il faut savoir s’arrêter dans le travail à un moment, sinon on est noyé dans les données.

Recherches autour du numéro M. Métro
Source : G. Berquin.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez- vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à l’histoire ?

On prend forcément des libertés mais particulièrement dans le dessin car il y a des moments que l’on doit reconstituer ; il y a des personnages dont on ne connait pas le visage par exemple. Au niveau du scénario, on essaie d’être très juste ; c’est surtout quand on doit mettre des dialogues dans la bouche des personnages que l’on prend quelques libertés.  J’ai travaillé avec Greg Dizer, un dessinateur habituellement réaliste, mais ici il a plutôt fait du “gros-nez franco-belge”, nous avons représenté certains détails mais pas tous.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble 10 planches, la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Dans cette BD, c’est plus un travail pédagogique qu’un travail de reconstitution ; j’ai pris des libertés pour la fluidité de l’histoire. Évidemment, c’est très dur de raconter une histoire en dix planches, cela implique de faire des choix ; j’ai mis quelques cases avec des anecdotes qu’il fallait absolument mettre ; même si parfois on me reproche de mettre trop de texte. Mais c’est quand même plus facile de résumer une histoire en dix pages d’images qu’en dix pages de texte. Les images permettent de montrer des choses qu’il serait trop long d’écrire.

Crayonné d’une page par le dessinateur Greg Dizer.

D’un point de vue graphique comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Ici c’est plus anecdotique : Greg Dizer, le talentueux dessinateur, fait de très bons dessins réalistes et j’avais découpé et écrit l’histoire pour qu’elle soit illustrée dans son style réaliste. Il a décidé de partir dans un style plus proche de celui que je pratique moi-même. Je n’avais pas nécessairement pensé l’histoire dans ce style-là, mais ça marche vraiment très bien. Je ne pense pas qu’un dessin réaliste soit forcément préférable pour la BD historique. La caricature permet d’exagérer, de mettre en évidence certaines choses.

Planche finale dessinée par Greg Dizer
Source : G. Berquin.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon aviez-vous le goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées, Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

J’ai un goût particulier pour les histoires. J’ai un goût pour l’histoire et pour la BD mais je ne suis pas le plus grand fan de BD historique. Mais il y en a que j’adore ! J’aime les BD historiques qui arrivent à me rappeler l’époque et l’ambiance. Je suis très impressionné par des BD historiques classiques, par exemple Alix de Jacques Martin, pour les reconstitutions, mais ce n’est pas ma tasse de thé.  Quelque chose comme Charly 9, de Richard Guérineau d’après jean Teulé, qui raconte Charles IX le roi de la saint Barthélémy, c’est vivant et très libre, c’est incroyable !

Le fait de créer une BD historique en a changé ma vision car quand je trouvais une BD barbante à lire je me disais qu’elle avait dû être barbante à écrire, en fait, ça n’est pas le cas. Je vois là où ça a pêché : ils se sont éclatés dans leurs recherches et inversement je vois aussi quand la doc a été bâclée.

J’ai également écrit deux autres numéros des Rues de Lyon : Les marches du Bon Pasteur et Rabelais. Des idées j’en ai plein qu’il faut que je trie, il y a des sujets qui m’intéressent que je n’ai encore pas du tout travaillé. Des listes de sujets, on en a plein ; des listes d’envies on en a beaucoup aussi mais il faut du temps !

Par Nastassja GENTIL


Nastassja Gentil

Etudiante en Licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: Patrimoine."

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.