METIERS/Ludivine Stock, auteur pour les « Rues de Lyon »

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2017/2018 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Ludivine Stock

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai un bac scientifique, un BTS de communication visuelle de la Martinière-Diderot, puis j’ai été diplômée de l’École Émile Cohl en tant que conceptrice-dessinatrice. J’ai toujours voulu faire de la bande dessinée, mais au cours de mes études, j’ai découvert les arts appliqués à La Martinière-Diderot puis l’animation à Émile Cohl. En sortant de ces deux écoles, j’ai commencé à faire beaucoup de graphisme, à travailler dans la communication. J’ai travaillé dans l’illustration, un peu dans l’animation, et je suis venue à vraiment travailler dans la bande dessinée en 2007.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

C’est Olivier Jouvray qui est venu me voir avec une idée de journal. Il a proposé à 8 auteurs, dont je faisais partie, de traiter des sujets historiques, des petites pépites lyonnaises, et on s’est retrouvés sur le constat que c’était un format qui n’existait pas, et que le public lyonnais était très en demande de ce contenu, y compris les institutions comme les musées par exemple. J’ai fait partie des 8 premiers auteurs à être publiés en 2015. Au sein de l’Épicerie, on a plusieurs groupes : je fais partie du groupe PRINT, qui conçoit la maquette des numéros et gère leur impression mensuellement.

Plus en amont, j’ai conçu la charte graphique du journal. Ensuite, j’ai accompagné les auteurs, en maquettant ces 8 premiers numéros avec, pour les couvertures illustrées, un travail typographique de titrage en fonction de l’époque et du ton de chaque histoire. Ces choix se sont faits en accord avec les auteurs. Puis nous sommes allés tous ensemble à l’imprimerie, car il était important que les auteurs puissent conserver le contrôle artistique de leur création jusqu’au bout de la chaîne de production graphique, notamment en ayant la main et l’œil sur le rendu définitif des couleurs et contrastes.

Éditorialement, ce projet est à la croisée des chemins : entre l’album de bande dessinée, la presse d’information locale et l’édition de patrimoine et d’Histoire. On incite volontiers d’autres collectifs d’auteurs à s’emparer de ce projet pour le développer dans leur propre ville ! Ça peut devenir « Les rues de Saint-Étienne » ou « Les rues de Lille ». Le point fort de ce projet d’édition c’est, d’une part, de replacer les auteurs au cœur du processus éditorial, créatif et économique du secteur de l’édition de bande dessinée et, d’autre part, de reconnecter les lecteurs avec leur ville : ce qui s’y est passé et ce qui s’y passe. Car travailler sur des thèmes historiques permet de mieux appréhender le présent, que l’on accueille aussi pleinement au sein du journal par le biais de sujets de société actuels. Le lien dans cette association et ce projet, c’est l’humain et le choix de la proximité : c’est vraiment comme ça qu’on le vit de l’intérieur, entre auteurs, dans notre rapport au public dans les festivals, avec les libraires. Les gens nous connaissent, c’est un public familial. Les parents, grands-parents, font découvrir les histoires aux enfants (et inversement !) et on réalise qu’on a fidélisé un public, notamment via les abonnés.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Rien n’est imposé. Je suis venue avec mon projet de morgue flottante que j’avais découverte en travaillant sur le Professeur Lacassagne, qui tenait la Chaire de médecine légale à Lyon au XIXe. J’avais fait une histoire sur la malle à Gouffé, en 2014 pour Histoires de Lyon, vol.2, aux éditions Lyon Capitale. L’une des premières histoires criminelles de malle sanglante, au procès retentissant dans lequel était intervenu brillamment le Professeur Lacassagne en tant qu’expert légiste auprès du tribunal. La première tentative d’identification du corps de la victime s’était alors faite sur ce bateau-morgue. À la suite de ça, je me suis dit qu’il y avait vraiment matière à travailler sur ce lieu, car c’est tout à fait incongru pour une morgue d’être sur l’eau. Il fallait refroidir les corps, donc on pompait l’eau du Rhône, qui passait par de petites douchettes. On essayait de conserver les corps comme ça, quelques jours, principe assez laborieux.

Recherches documentaires sur la morgue flottante.
Source : Ludivine Stock.

La morgue n’est pas seulement un lieu de mort mais aussi un lieu de vie, puisqu’elle était ouverte au public pour pouvoir identifier les cadavres anonymes, et que dans un tel contexte, tout le monde était égal face à la mort : on y voyait défiler autant les bourgeois que les ouvriers, les paysans… toutes les catégories socioprofessionnelles se croisaient. C’était un lieu de passage, les gens venaient et repartaient comme une ballade du dimanche. C’était aussi un lieu de passage pour les corps, qui arrivaient, puis repartaient pour être inhumés. Et au milieu de tout ça, on a le père Delaigue, le gardien, que j’ai choisi comme fil conducteur, et qui prend vraiment le lecteur par la main, par l’émotion pour lui faire visiter la morgue. Le père Delaigue est le point central qui relie le lieu et les gens.

D’autre part, à l’époque, Lacassagne était l’un des premiers lanceurs d’alertes. Il s’est battu pendant trente ans pour dénoncer les conditions d’insalubrité des lieux, où il observait des pourrissements, et où il devait emmener chaque semaine des étudiants de la faculté pour s’entraîner à effectuer des autopsies. Il a officié au Comité d’Hygiène de la Ville, est intervenu auprès de la mairie, pour proposer un nouveau projet de morgue en dur, des projets élaborés et modernes. À l’époque, la mairie ne voulait pas investir un sou là-dedans, et on a simplement réaménagé un vieux bateau-lavoir, mais ce n’était pas du tout fonctionnel. C’est ce côté-là qui m’a intéressée : des gens qui voulaient améliorer la vie de tous les jours, qui voulaient améliorer les sciences, tout ce pan de la logistique médicale de l’époque qui était un peu à la traîne à Lyon, notamment par rapport à Paris qui était déjà dotée d’entrepôts frigorifiques.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Je n’ai pas travaillé directement avec des historiens. Je suis passée par le fonds Lacassagne, qui est à la bibliothèque municipale de Lyon, dans le silo ancien. Quand Lacassagne est parti à la retraite, il a pris soin de classer toutes ses bibliothèques, toutes ses correspondances, ainsi que tous les articles de presse récoltés sur le père Delaigue, ce qui m’a fait gagner du temps. Je suis donc passée par ses archives à lui. Il y avait beaucoup de descriptions, que ce soit des rapports d’autopsies, de lui, de ses élèves, du fonctionnement de la morgue, de son gardien, qui était vraiment une figure lyonnaise très appréciée. J’ai aussi trouvé son oraison funèbre, écrite par le docteur Lacassagne, qui était vraiment pleine de tendresse pour ce petit bonhomme. J’ai beaucoup utilisé les archives de Lyon en ligne, les numérisations, les cartes, les photographies. Là, il y avait des images extérieures de la morgue, sur l’eau et à sec, amarrée au pied de l’Hôtel-Dieu. C’était vraiment impressionnant de la voir flotter sur l’eau au pied du gros dôme de Soufflot. Je me suis aussi appuyée sur la thèse de Muriel Salle sur L’avers d’une Belle Époque (Thèse de doctorat en Histoire par Muriel SALLE, sous la direction de Michelle ZANCARINI, en 2009, à l’Université Lumière Lyon 2 : L’avers d’une Belle Époque. Genre et altérité dans les pratiques et les discours d’Alexandre Lacassagne, médecin lyonnais, 1843-1924).

Recherches documentaires sur le lieu et le bâtiment de la morgue.
Source : Ludivine Stock.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

J’ai pris la liberté de condenser et d’épurer un peu toutes les données que j’avais parce qu’il y en avait beaucoup, et qu’on n’a que dix pages dans Les rues de Lyon pour raconter une histoire en bande dessinée. Il faut que ça soit fluide, il faut tout de suite accrocher le lecteur sur un fil directeur, mettre en place un rythme narratif. Ça oblige à faire des coupes dans une histoire qui n’en est pas une, car je n’avais pas une histoire avec un milieu, un début et une fin, j’avais un lieu qui était la morgue et un personnage qui était le gardien. Après, je l’ai positionné au tournant du siècle parce que ça me semblait intéressant de voir médicalement comment les corps étaient traités à l’époque où Lacassagne a mis le doigt sur tout ce qui n’allait pas : l’insalubrité du lieu, son exiguïté, le manque de matériel, les conditions déplorables de conservation des corps… J’ai donc choisi d’axer mon récit dans cette fenêtre temporelle de 10 ans : de 1901 (date où l’on y expose un cadavre en morceaux retrouvé dans le Rhône) jusqu’au moment où la morgue est emportée par la crue de 1910. Mais historiquement, la morgue flottante existait depuis les années 1850-1860, ce que j’ai choisi de ne pas développer dans mon récit.

Ensuite j’ai gardé tous les détails intéressants de la scénographie véritable mise en place à l’époque pour présenter les cadavres aux visiteurs : structure intérieure de la morgue, vitrine derrière laquelle sont exposés les corps sur des dalles en pierre, ainsi que le quotidien assez hallucinant de ce petit bonhomme qui nettoie l’intérieur du bateau et malgré ça, la puanteur qui persiste jusque sur les quais. Il y avait le voisinage avec le bain aux chevaux, avec les lavandières qui recevaient les effluves de la morgue… J’ai tout gardé car c’est ce qui rend vivant ce lieu, tout ce contexte-là est très palpable et fait appel aux sens du lecteurs : l’odeur de putréfaction, la vue des cadavres… Le toucher aussi : le gardien Delaigue arrivait à distinguer, lorsqu’on lui amenait un corps, si ce dernier venait du Rhône ou de la Saône, car il avait remarqué, à force de les voir passer, que ceux de la Saône pourrissaient moins vite que ceux du Rhône ! Il n’avait pas fait d’études, mais il avait acquis sa propre expertise, dont le Professeur Lacassagne s’est servi dans ses expertises judiciaires. On essaie de ne pas raconter n’importe quoi à partir du moment où l’on a de vraies sources documentaires, on recoupe les sources quand on a des doutes. C’est la première étape qui est très intéressante et très dense : des fois, dans les articles de journaux de l’époque, on trouve des informations erronées, ou des exagérations douteuses, qu’il faut recouper avec des écrits universitaires, médicaux, officiels et administratifs pour en déterminer la véracité.

Je pourrais faire un album complet sur la morgue – un projet que je garde au chaud – car j’ai énormément de matière documentée encore inexploitée. Pour revenir aux « détails historiques » et à comment je m’en suis servie pour structurer la narration : j’avais trouvé des sources à la fois dans les journaux et les archives judiciaires, détaillant la foule immense qui attend sur le quai pour voir l’exposition d’un cadavre en 4 morceaux. J’ai décidé de débuter le récit avec ça. Prendre le lecteur par la main et le plonger dans la foule, pour qu’il s’identifie à elle, ressente les mêmes émotions : s’exciter de la future visite, s’exaspérer de l’attente, avec la police qui tente d’éviter les débordements, emprunter la passerelle, entrer dans la morgue, se mettre devant la vitre et… découvrir enfin l’objet de l’exposition ! Puis je bascule l’intérêt du lecteur sur le gardien. À l’écouter raconter son quotidien, à le suivre déambuler dans le lieu, on finit par le comprendre, saisir son caractère, le soin qu’il met dans son travail, la tendresse qu’il porte à ses pensionnaires sans vie, la solitude qu’il affronte, sa colère et ses angoisses pour l’avenir. En définitive, c’est bien l’humain que je raconte et que je veux faire partager au lecteur, c’est ça qui m’intéresse : comment on vibre. Le contexte historique et les détails véridiques me servent à raconter l’humain de manière crédible.

Recherches documentaires sur l’histoire de la morgue.
Source : Ludivine Stock.

Recherches documentaires sur l’histoire de la morgue.
Source : Ludivine Stock.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Il y a un dosage à faire. J’essaie d’intégrer les éléments historiques s’ils ont une véritable fonction narrative. Ensuite, il y a des séquences basées sur les conditions réelles dans lesquelles travaillait le père Delaigue, mais que j’ai romancées, dialoguées, parce qu’il n’existe aucun récit historique détaillant ce qu’il prenait au petit déjeuner, à quelle heure il se levait ou comment il parlait. Ça, je l’imagine ou je le déduis. Et ça fait partie intégrante du travail de scénariste que de s’autoriser à explorer ce que l’Histoire ne dit pas. C’est la liberté de l’auteur, qui n’est ni journaliste, ni historien. C’est moi qui choisis de faire du père Delaigue un héros du quotidien, parce que je trouve qu’il l’est. Aucun écrit historique ne le qualifie comme ça, mais c’est la conviction que j’ai mûrie en recoupant les sources documentaires.

Du point de vue didactique, je voulais absolument faire partager au lecteur l’esprit de l’époque qui n’est pas du tout le même qu’aujourd’hui : on côtoyait la mort. Les corps étaient veillés pendant trois jours à la campagne, dans les maisons. Il y avait un accompagnement, ce n’était pas du tout tabou. Les gens qui venaient à la morgue pour voir les cadavres, je ne pense pas que ce soit du voyeurisme. Aujourd’hui, avec notre regard contemporain, on pourrait très facilement juger, dire qu’ils allaient reluquer les corps à la morgue. Je préfère que le lecteur s’identifie aux personnages de l’époque, en adoptant leur point de vue. Au lecteur ensuite de se faire son propre avis.

Il y a eu des difficultés de reconstitution de l’intérieur de la morgue, de mise en commun de tous les documents, en recoupant les infos encore une fois, et en me disant « à l’intérieur, ça doit être comme ça ». Je n’avais pas de plans mais j’avais des descriptions très précises. Après c’est un assemblage ; les questions à se poser sont « Est-ce que c’est utile d’aller autant dans le détail, est-ce que je ne vais pas perdre les gens ? ». Il faut se recentrer sur une narration plus fluide et donc omettre certains détails pour garder le lecteur. La facilité c’est d’aller dans les dates, d’en mettre plein, mais ce n’est pas le but : à ce moment-là, on renvoie le lecteur vers une encyclopédie historique. Si des détails historiques sont du décorum, je les enlève. Il faut prendre le temps de se demander ce qui est important à raconter. Une autre difficulté peut être le temps de vie des documents. Je suis tombée par exemple sur des articles de presse que Lacassagne avait soigneusement mis dans un petit carton à la bibliothèque municipale, et quand j’ai demandé à ce qu’on m’ouvre le carton, le documentaliste a pris un article qui est tombé en poussière. Il y avait beaucoup d’acidité dans les papiers de presse de l’époque, donc une détérioration très rapide. Il y a beaucoup de sources du XIXe siècle, mais elles ont parfois une durée de vie très courte.

Encrage du plan de la morgue.
Source : Ludivine Stock.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir modifié mon style de dessin. Je pense avoir fait un entre-deux, quelque chose de semi-réaliste pour les décors. Je voulais qu’on puisse reconnaître Lyon, les quais, le dôme de Soufflot. Je pense être restée assez proche des sources que j’avais, notamment pour la couverture. Pour le traitement graphique, je voulais qu’il puisse fonctionner en noir et blanc, parce que pour moi il y avait un côté gravure de l’époque, ça donnait une patine à mon histoire. Ensuite la couleur est venue pour amener une ambiance un peu vaseuse puisqu’on est sur le Rhône. Il y a toujours un rapport à l’eau, à la déliquescence et à la putréfaction. Je suis restée dans des tons bleu vert, un peu désaturés. Mon souci principal était que le lecteur puisse toujours repérer le petit bonhomme. J’ai fait un gardien qui avait une chemise bleu turquoise, assez vive par rapport au reste des couleurs. Ça permet d’avoir des focus, des repères visuels. On ne perd pas le petit bonhomme d’une page à l’autre. La couleur est avant tout narrative pour moi.

Recherche et conception des personnages.
Sources : Ludivine Stock.

Le réalisme ne correspond pas forcément aux sujets historiques, c’est vraiment un choix de chaque dessinateur. Tout est possible, il n’y a aucun interdit. Pour moi, les choix graphiques découlent des choix narratifs. Je n’ai pas l’impression d’être dans un style très réaliste : les proportions de mes personnages ne le sont pas, on a un petit côté humoristique parce que ce personnage s’y prêtait, parce que j’ai appuyé certains traits ; mais je n’ai pas l’impression d’être dans la caricature non plus. Après, dans le retour des lecteurs, beaucoup m’ont dit qu’ils avaient éprouvé de la tendresse pour le gardien, que l’humanité du personnage les avait touchés. Donc je me dis que mes choix narratifs et graphiques sont en cohérence avec mes intentions premières.

Conception des personnages : le professeur Lacassagne et le père Delaigue.
Source : Ludivine Stock.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je n’aime pas particulièrement la bande dessinée historique : j’aime tout ce qui touche à l’histoire. Ça peut être des livres, des romans historiques, de la documentation d’époque. Lire une thèse universitaire de 600 pages, en l’occurrence celle de Muriel Salle, qui était extrêmement bien faite, était un régal. Passer par des sources vidéo aussi, des documentaires, des sources de l’INA… Finalement, quel que soit le support, dès qu’on s’approche de cette époque, XIXe siècle – tournant XXe, ça m’intéresse. Les expositions aussi, qui sont nombreuses à Lyon. Multiplier ces sources permet de ne pas rester dans une vision restreinte à la bande dessinée, de s’ouvrir à d’autres domaines artistiques pour se nourrir, comme des expositions de peinture, aller au café-théâtre, au cinéma… Ensuite, il y a un petit temps de digestion, et le cerveau fait des relais, des correspondances. On se rend compte que souvent, dans la façon dont d’autres artistes traitent leur sujet, il peut y avoir des résonances artistiques dans les sensibilités. Et ça, ça nous nourrit. Concernant la bande dessinée, je n’ai pas une référence spécifique mais de grands maîtres m’ont nourrie (et continuent de le faire) : Battaglia, Tardi, Peeters & Schuiten, Christin, Bilal, Moebius, Loisel, Boucq… Et les américains Chris Ware, Mike Mignola, Dave Mc Kean ou encore Will Eisner… Leurs univers et leurs façons de raconter ont profondément imprégné mon imaginaire.

Encrage des planches.
Source : Ludivine Stock.

Encrage des planches.
Source : Ludivine Stock.

 

Travailler sur La morgue flottante m’a donné envie de continuer, évidemment, à dénicher d’autres pépites lyonnaises. Et les recherches historiques amènent également à rencontrer des gens d’horizons très divers : écrivains, universitaires, professeurs, comédiens, dramaturges, chanteurs ! La bande dessinée peut amener à se connecter à des gens qui vibrent sur les mêmes fréquences, dans d’autres domaines, et qui vous inspirent. Par exemple, j’ai fait 2 ans sur scène au café-théâtre, participé à un stage à l’Acting Studio, et y ai découvert d’autres approches pour la construction des personnages, le rythme. Des outils de narration que j’utilise maintenant en bande dessinée.

Et puis, il y a des « retours aux sources » qu’on n’imaginait pas et qui arrivent comme un cadeau : le Musée d’Histoire de la Médecine et de la Pharmacie de Lyon 1 m’a proposé d’exposer les planches de « La morgue flottante », dans le cadre du prochain festival OFF de Lyon BD, du 1er juin au 13 juillet 2018. Cela me réjouit d’autant plus que ce musée a été créé par le Professeur Lacassagne et que j’y expose dans la salle qui porte son nom. C’est un immense plaisir que de ramener cette histoire à celui qui l’a inspirée !

Je continue à explorer Lyon par le prisme de la bande dessinée historique (dans Lyon Capitale notamment) : j’ai abordé la franc-maçonnerie, le muséum d’Histoire naturelle à la veille de la Grande Guerre et, dernièrement, le personnage de Maître Philippe, fameux guérisseur lyonnais de la Belle Époque qui a officié en Russie, à la cour des Romanov. C’est parce qu’il en est parti contraint et forcé que Raspoutine lui a succédé là-bas. Mais ça, aucun documentaire télévisé ne vous le dira… C’est donc d’autant plus excitant à faire découvrir au public. Et ici, encore une fois, le cœur du récit ne réside pas dans l’historique, mais dans l’humanité du personnage.

Par Inès REGUIGA


Inès Reguiga

Etudiante en Licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3 promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours culture historique Patrimoine.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Salager dit :

    J’ai lu les deux interviews. Super intéressant. Une mention particulière à Ludivine Stock et à son travail sur la morgue flottante et le professeur Lacassagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.