EVENEMENTS/Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (5/5)

(Suite de l’article : Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (4/5))

LE REVEIL (1881-87)

Avec la création de la République, le gouvernement central autorise à nouveau l’existence du mouvement anarchique.
En 1880, la loi d’amnistie des communards permit aux proscrits de la Commune de Paris de revenir, dont Louise Michel, ce qui redonne espoir aux anarchistes français et lyonnais. Ces derniers adhèrent à la Fédération Anarchiste fondée à Paris en 1881 qui veut mettre un peu de cohérence dans des actions dispersées et incoordonnées car ils sont 200 répartis en 13 groupes ce qui explique leur inefficacité.
C’est cette année que se produit le premier attentat isolé à la bombe à Saint Germain qui détruit la statue de Thiers. D’après Kropotkine et surtout Andrieu, ministre de l’intérieur, qui le rapporte dans mémoires, il s’agit en fait d’une provocation policière du fait d’Andrieu qui fit de la lutte contre l’anarchie une affaire personnelle.
Le même fit créer par un Belge, Egide Spilleux, le premier journal anarchiste français La Revue sociale qui dura du 12 septembre 1880 au 18 septembre 1981.
Il faut souligner que la III° République fut longue à se pencher sur les questions sociales liées au développement de la société capitaliste : salaires, heures de travail, logement, chômage ; l’anarchie va s’en occuper pacifiquement : les bourses du travail, ou violemment : les attentats, expliquant son développement. Rappelons que le socialisme en est à ses balbutiements.

L’activisme lyonnais
L’anarchie va se répandre dans une vingtaine de pays.
En France la région lyonnaise va être le siège d’un activisme intense comme en témoigne la création de la Fédération révolutionnaire lyonnaise, grâce aux liens avec la Fédération jurassienne et Kropotkine, dépassant, comme le signale Jean Grave, celle de Paris en activité et en violence de ton. Outre Lyon et Saint-Étienne, des cellules militantes vont se développer à Vienne et à Villefranche avec des échanges comme le montrera le procès de 1883.
Les anarchistes se manifestent dans les réunions publiques, prenant d’assaut la tribune quand on leur refuse la parole. L’organisation et la direction du milieu anarchiste lyonnais semblent, selon les rapports de police, dépendre d’un certain Toussaint Bordat, débiteur de boisson de la rue Moncey qui entretient des relations privilégiées avec les Parisiens et les Genevois.

Après la loi sur la liberté de la presse du 27 juillet 1881, Lyon est la première ville où s’organise une véritable presse anarchiste de vie brève.
Le premier fut le Droit social qui parut du 12 février au 23 juillet 1882 avec 24 numéros tirés à 7000 exemplaires ; Jean Grave y envoya ses premiers articles dont « La Société au lendemain de la Révolution ».
La disparition du journal fut la conséquence des amendes qu’il dut payer.
Puis lui succéda L’Etendard révolutionnaire avec 12 numéros du 30 juillet au 15 octobre 1882 (gérants : Claude Crespin, Antoine Cyvoct, Jean Marie Bourda); La Lutte avec 19 numéros du 1° avril au 5 août 1883 ; Le Drapeau noir avec 17 numéros du 12 août au 2 décembre 1883 ; L’Insurgé d’août à octobre 1883 ; L’Emeute avec 7 numéros du 9 décembre 1883 au 20 janvier 1884 ; Le Défi avec 3 numéros du 3 au 17 février 1884 ; L’Hydre anarchique avec 6 numéros du 24 février au 30 mars 1884 ; L’Alarme avec 8 numéros du 13 avril au 1° juin 1884 ; Le Droit anarchique avec 3 numéros du 8 au 22 juin 1884.
Le mouvement anarchique va s’étendre de la Croix Rousse vers les Brotteaux et la Guillotière.

L’action du mouvement libertaire lyonnais se modifie radicalement à partir de juin 1882, il entre dans une phase d’activisme révolutionnaire où la bombe remplace le tract.
Cette action directe est prônée par le prince Piotr Kropotkine qui jouera le rôle de successeur de Bakounine. Ce message survenait à un moment où l’industrie de la soie était paralysée et la misère très grande. Des bandes d’enfants se tenaient aux portes des casernes où les soldats leur distribuaient une part de leur pain et de leur soupe.

Lyon sera secoué par 16 attentats attribués aux anarchistes et sera le théâtre de deux procès retentissants, surtout le second, en 82 et 83.

Cet activisme se situe dans un contexte d’agitation sociale dans la région, non liée à l’anarchie comme l’écrit Kropotkine, mais approuvée par elle comme l’a fait ressortir J Maitron.

Le 24 mars 1882, à Roanne, Fournier âgé de 19 ans tire un coup de revolver sur Brochard, un de ses patrons. La balle effleure le visage et Fournier est désarmé avant de pouvoir tirer un deuxième coup. Ce fait divers se produit après une grève de 44 jours de 4000 ouvriers tisseurs accompagnés d’un lock-out, Fournier faisait partie des ouvriers non repris.
Malgré ses regrets au procès, il sera condamné à 8 ans de travaux forcés ; il n’en fera que 4, et grâce à Brochard retrouvera du travail et deviendra un ouvrier modèle. Les anarchistes glorifient l’acte et le gérant du Droit Social, Dejoux est condamné à 1 an de prison et 200 F d’amende pour diffamation. Une souscription rapporte 31,5 F et permet l’achat d’un revolver d’honneur au condamné.

Plus grave est l’agitation industrielle et minière du Creusot provoquée, comme le montrera le procès, par le comportement de Chagot, gérant de la société minière de Blanzy, un véritable dictateur clérical s’immisçant dans la vie privée des ouvriers.
Des réunions nocturnes dans les bois sont attribuées à des menées socialistes et à une organisation secrète, la Bande Noire dont le procès confirmera l’existence.
Toujours est-il que le 15 août se produit une attaque à la dynamite et à la hache de la chapelle et de l’école des sœurs du hameau de Bois Duverne. Après le pillage à 1 heure du matin, les émeutiers marchent sur Monceau, puis décident de retourner à la chapelle pour y mettre le feu, sonner le tocsin et se disperser. De nombreuses arrestations sont effectuées et le 18 octobre, 23 accusés comparaissent à la cour d’assise de Saône et Loire dans une atmosphère de peur et sous haute surveillance.
Pour les pouvoirs publics, il s’agit d’un complot :

« Ce mouvement se rattache d’une façon manifeste à un ensemble de tentatives révolutionnaires, méditées et combinées par les membres violents du parti ouvrier et qui selon les vraisemblances devait se produire à la fois sur divers points. Il se lie étroitement aux délibérations de prétendues chambres syndicales, foyers de propagande collectiviste ou anarchique ».

Le procès est interrompu le 24 octobre par le procureur qui a reçu des menaces, à cause surtout du premier attentat anarchiste lyonnais.

Le début des attentats
Le 23 octobre 1883, à deux heures et demie du matin dans la salle commune du restaurant situé au sous-sol du théâtre privé Bellecour d’Eugène Guimet, aujourd’hui la FNAC, après avoir été le Progrès en 1914, deux détonations éclatent dans un box contigu à la salle.
Il a été nommé ainsi par antiphrase et dérision l’Assommoir, et il est fréquenté par la bourgeoisie lyonnaise, les soyeux en particulier. Les clients aperçoivent une sorte de fusée dont le jet lumineux se dirige vers le public. Un jeune employé de 20 ans, Louis Moindre, s’approche et met le pied sur la fusée pour l’éteindre. Une explosion retentit, le gaz s’éteint et c’est la panique. On retrouve un peu plus tard l’employé les 2 jambes brisées, qui transporté à l’hôpital, devait mourir 4 jours plus tard. D’autres personnes étaient blessées, dont quatre grièvement, les dégâts matériels étaient considérables. L‘enquête devait révéler que l’explosion était due à une bombe ou à une cartouche de dynamite renfermant 150 lingots de plomb. Dans la journée du 23, une deuxième explosion se produit près d’un bureau de recrutement de la Vitriolerie n’entraînant que des dégâts matériels.

L’enquête s’oriente vers les milieux anarchistes à partir de deux éléments :
> Un article du Droit Social du 12 mars 1882 intitulé le Bouge : « Concernant le théâtre Bellecour, on y voit surtout après minuit la fine fleur de la bourgeoisie et du commerce. Le premier acte de la Révolution sociale devra être de détruire ces repaires ».
> Une déclaration de l’anarchiste Desgranges qui le 21 octobre dans une réunion à Villefranche fit l’apologie des actes de Monceau : «  Il fallait en finir avec la bourgeoisie, l’heure des bourgeois était venue. Pour trouver des bourgeois, vous n’avez qu’à aller à l’Assommoir, mais patience… ».

Les soupçons se portent sur un ouvrier tisseur, Cyvoct, devenu anarchiste en mai 82, gérant de l’Etendard Révolutionnaire depuis août.
Il lui est reproché deux chefs d’accusation :
> d’être à Lyon, ce qu’il niera toujours, prétendant être en Suisse au moment de l’attentat,
> d’être l’auteur de l’article du Bouge, ce qu’il niera aussi. Mais Cyvoct est déjà en Suisse, puis il gagne la Belgique où il est arrêté et extradé.
Son procès commence le 23 décembre à la cour d’assises du Rhône.
Le débat principal porte sur sa présence ou non à Lyon le 23 octobre, lui affirmant être à Lausanne depuis le 10 octobre. Il avait laissé pousser sa barbe en Belgique et refusa dans un premier temps de la raser. Lorsqu’il apparut imberbe à l’audience du 12 décembre, le patron de l’Assommoir et ses employés le reconnurent comme le jeune homme imberbe porteur d’un lorgnon qui accompagné d’un ami et d’une jeune femme occupait le box peu de temps avant l’explosion. Or on a trouvé sur Cyvoct un lorgnon lors de son arrestation.

Les juges hésitaient. Ils répondirent négativement aux 3 premières questions sur la participation de Cyvoct à l’assassinat de l’employé, ils retinrent par contre la provocation à l’assassinat par l’article du Droit Social. Cyvoct fut condamné à mort.

Les anarchistes menèrent campagne contre ce verdict et proclamèrent lors d’une réunion de protestation à Lyon (La Révolte 3 février 84) qu’ils se rendraient au pied de l’échafaud pour empêcher l’exécution. Le 22 février la peine est commuée en travaux forcés et l’Etendard Révolutionnaire du 30 décembre proclamait que partait pour le bagne le premier martyr de l’anarchie dont le procès dans l’Alarme du 27/04/84  devait apparaître « en regard de l’histoire comme un des faits les plus brillants et les plus significatifs du mouvement anarchiste ».

Nous passerons sur le devenir de Cyvoct qui devait revenir en France en 1897 grâce à une campagne de presse.
Cyvoct s’est toujours défendu d’avoir écrit l’article ce qu’a confirmé un anarchiste de Lyon.
Bordat a affirmé que l’article était dû à Daman, tisseur rue Tolozan, impliqué dans le procès suivant ainsi que Bonthoux gérant du Droit Social. Daman devait confirmer être le signataire de l’article dont l’auteur véritable était un certain Valadier.
Bonthoux confirme aussi que Cyvoct avait couché aux Eaux Vives, faubourg de Genève la nuit du 22 au 23 et qu’il était parti le 23 à Lausanne où des témoins l’ont vu. Ce témoignage infirme celui de Jean Grave : Cyvoct, qui à son retour du bagne se posait en victime, lui aurait donné le nom de celui qui lui avait procuré la dynamite. Mais les témoignages de Grave sont sujets à caution.

Le procès de Monceau se poursuivit après celui de Cyvoct montrant l’absence d’implication des chambres syndicales et des anarchistes et le rôle du directeur. Des condamnations furent prononcées.

Le procès des 66
Tous ces évènements faisaient croire au gouvernement à l’existence d’un complot fomenté par l’Internationale antiautoritaire préparant un mouvement insurrectionnel généralisé.
On racontait aussi que les anarchistes voulaient faire sauter la statue de la Vierge à Fourvière. Un sentiment de panique s’emparait de la ville. A partir du 14 octobre 1882, des perquisitions amènent à des arrestations dans la région lyonnaise où la propagande anarchiste était concentrée. Le 14 octobre un mandat d’arrêt est lancé contre Bordat, le 19 ont lieu des perquisitions à l’Etendard Révolutionnaire, le 21 ont lieu des arrestations à Paris, Saint Etienne, à la gare de Vaise où E Gautier est arrêté, les jours suivant des arrestations se poursuivent à Lyon, Vienne et Villefranche et se continuent en décembre.

Pietr Kropotkine

La plus spectaculaire est celle du prince Pietr Kropotkine, successeur de Bakounine.
Il s’affilia à l’AIT en 1872 et propagea les idées en Russie. Arrêté en 1874, il s’échappe et s’installe en Suisse à Clarens (Montreux) où il était arrivé en 1876 après la mort de Bakounine.
Il prend la direction du mouvement anarchiste et fonde le journal Le Révolté en février 1879.
C’est lui qui va orienter le mouvement vers l’anarchisme communiste pour l’abolition de toutes les formes de gouvernement et la libre fédération de groupes producteurs et consommateurs dans le Révolté du 18 octobre 1879, et l’affirmation de l’absolue nécessité de sortir du terrain légal pour porter l’action sur celui de l’illégalité, seule voie menant à la révolution à la réunion de Vevey de septembre 1880.
Il représente ainsi la fédération de Lyon au congrès de Londres de 1881 qui veut marquer une renaissance de l’Internationale antiautoritaire :

«Les représentants des socialistes-révolutionnaires des deux mondes, réunis à Londres le 14 juillet 188, tous partisans de la destruction intégrale, par la force des institutions actuelles, politiques et économiques, ont accepté cette déclaration de principe (celle du 1° congrès de l’AIT de Genève de 1866 …. Tout est bien pour nous qui n’est pas la légalité… En sortant du terrain légal, sur lequel on est généralement resté aujourd’hui, pour porter notre action sur le terrain de l’illégalité, qui est la seule voie menant à la révolution – il est nécessaire d’avoir recours à des moyens qui soient en conformité avec ce but …  Notre action doit être la révolte permanente par la parole, par l’écrit, par le poignard, par le fusil, la dynamite, voire même des fois par le bulletin de vote lorsqu’il s’agit de voter pour Trinquet ou Blanqui inéligibles».

Après l’assassinat d’Alexandre II par les nihilistes en mars 81, le gouvernement fédéral suisse subit des pressions de la Russie et des gouvernements européens. Après son retour de Londres, Kropotkine reçoit son décret d’expulsion le 23 août 81.
Il s’installe à Thonon avant de séjourner un an à Londres pour revenir à Thonon le 26 octobre 1882 avec sa femme Sophie: « J’arrivais à Thonon suivi par une compagnie anonyme d’agents internationaux ». Il loge chez « une bonne paysanne, madame Sansaux, qui nous donnait pension et logement… Sa maison était situé en dehors de la ville » dans l’actuelle rue des Allinges; cette maison dite maison des Capucins a été détruite en novembre 2011(Le messager Chablais 17 11 2011). Aristocrate comme Bakounine, Kropotkine est un surdoué, connu comme géographe, parlant plusieurs langues étrangères. Il s’est employé durant son séjour en France à développer le mouvement anarchiste. Avant son départ pour Londres il organise des conférences à Lyon : « le suffrage universel ne résout pas les problèmes sociaux », à Saint-Étienne sa prestation a réuni 250 personnes dans un local du parti ouvrier, à Vienne enfin.
Il a envoyé un plan de propagande et non d’organisation (sic) pour organiser la fédération lyonnaise, enfin il a assuré des échanges de lettres entre les anarchistes de Lyon, de Genève et de Russie. Dans la nuit du 21 décembre son beau-frère meurt dans ses bras. A l’aube les gendarmes vinrent l’arrêter. Voulant rester auprès de sa femme, il demande aux gendarmes de rester auprès d’elle jusqu’aux funérailles, promettant de se rendre ensuite à la porte de la prison, ce qui lui fut bien entendu refusé. Son ami Elisée Reclus le remplaça et l’enterrement civil, une nouveauté dans la région, fut suivi selon Kropotkine, par la moitié de la population. Elisée Reclus ne fut pas arrêté et la presse insinua qu’il s’était enfui en Suisse pour éviter l’arrestation d’où la lettre suivante reproduite dans la presse :

« Monsieur Rigot, juge d’instruction à Lyon+

Je lis dans le Lyon républicain du 23 décembre que d’après l’instruction, les deux chefs et organisateurs des anarchistes internationaux sont Elisée Reclus et le prince Kropotkine, et que si je ne partage pas la prison de mon ami, c’est que la justice française ne peut m’arrêter au-delà des frontières. Vous savez pourtant qu’il m’eut été facile de m’arrêter puisque je viens de passer plus de deux mois en France. Vous n’ignorez pas non plus que je me suis rendu à Thonon pour l’enterrement d’Ananieff, le lendemain de l’arrestation de Kropotkine, et que j’ai prononcé quelques paroles sur sa tombe. Les agents qui se trouvaient immédiatement derrière moi et qui se répétaient mon nom n’avaient qu’à m’inviter à les suivre.

Mais que je réside en France ou en Suisse, il importe peu. Si vous désirez instruire mon procès, je m’empresserai de répondre à votre invitation personnelle. Indiquez-moi le lieu et l’heure. Au moment fixé, je frapperai à la porte de la prison désigné ».

Kropotkine raconte qu’un ami d’Angleterre envoyé par un radical anglais se propose de payer une caution pour le libérer, moyennant quoi il devait ensuite immédiatement quitter la France. Kropotkine refusa cette proposition qui lui fut faite lors d’une rencontre dans sa prison sur laquelle il donne peu de précisions.

Comme aucune preuve ne fut fournie de l’implication des accusés dans les attentats, ce qui les aurait conduites à la Cour d’assises, ils furent jugés devant un tribunal correctionnel selon la loi Duffaure de 1872 interdisant l’adhésion à l’Internationale avec le risque d’une peine de cinq années de prison maximale, datant de la Commune, mais l’Internationale n’existait plus depuis 1878 et aucun ouvrier n’y était affilié !
Ce procès connu sous le nom de procès des 66 est l’équivalent du procès des Trente de 1895 à Paris.

Il s’ouvre le 8 janvier 1883 au tribunal correctionnel de Lyon sous la présidence de M Jacomet, le procureur étant M Regnault, sous le nom d’Affaire des anarchistes affiliés à une association révolutionnaire internationale, loi du 14/03/1872.

L’accusation a classé les prévenus dans deux catégories :
> Dans la première est fait reproche aux accusés « d’avoir depuis moins de 3 ans à Lyon ou sur toute autre partie du territoire français, été affilié ou fait acte d’affiliation à une société internationale et ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir aussi commis un attentat contre la paix publique », délit prévu et puni par les articles 1 et suivants de la loi du 14 mars 1872.
> Dans la deuxième, outre la première accusation, 30 prévenus sont accusés «  d’avoir dans les mêmes circonstances de temps et de lieu, accepté des fonctions de cette association ou d’avoir sciemment concouru à son développement soit en recevant, soit en provoquant à son profit des souscriptions, soit en lui procurant des adhésions collectives ou individuelles, soit enfin en propageant ses doctrines, ses statuts ou ses circulaires, délits prévus par l’article 4 de la loi du 14 mars 1872 ».

Le procès permit de faire le point sur l’organisation anarchiste et ses finalités, mais l’accusation tomba piteusement comme le raconte Kropotkine :

« Le seul témoin à charge était le chef de la police de Lyon, un homme âgé que le tribunal traitait avec le plus grand respect. Son rapport, je dois le dire était tout à fait exact en ce qui concerne les faits : « Les anarchistes, dit-il, ont fait de nombreux prosélytes parmi la population, ils ont rendu impossible les réunions opportunistes, en prêchant le communisme et l’anarchie et en entraînant les auditeurs ». Voyant qu’il était à ce point sincère dans sa déposition, je me hasardai à lui demander:  » Avez-vous jamais entendu parler à Lyon de l’Association internationale des travailleurs ? » « Jamais » répondit-il d’un ton maussade ». « Quand je revins du congrès de Londres en 1881 et que je fis tous mes efforts pour reconstituer en France l’Internationale, eus-je eu succès ? »  « Non. Les ouvriers ne trouvaient pas l’Internationale assez révolutionnaire ». « Je vous remercie », dis-je, et me retournant du côté du procureur de la République, j’ajoutai : « Voilà tout l’échafaudage de votre accusation renversé par votre propre témoin »….. En réalité, nos accusateurs n’essayèrent pas de prouver quoi que ce soit au sujet de l’Internationale. On nous demanda simplement de nous expliquer sur l’anarchie et c’est ce que nous fîmes. Pas un mot ne fut prononcé sur les explosions de dynamite et lorsqu’un ou deux de nos camarades lyonnais demandaient des éclaircissements sur ce point, on leur fit brutalement remarquer qu’ils n’étaient poursuivis pour cela, mais pour s’être affilié à l’Internationale – dont je faisais seul parti……

L’accusation ne reposait sur rien du tout. Des quantités de perquisitions avaient été faites chez les anarchistes, mais on n’avait trouvé que deux lettres de moi. L’accusation essaya d’en tirer le meilleur parti possible. L’une d’elle était adressée à un ouvrier anglais qui se sentait découragé…. La lettre n’était pas longue et le ministère public n’en tira pas grand-chose. Quant à l’autre, elle avait douze pages. Je l’avais écrite à un français de mes amis, un jeune cordonnier… Dès qu’il avait fait assez de paires de souliers pour couvrir les dépenses de sa vie matérielle….il passait de longues heures à écrire des lettres dans lesquelles il développait les principes théoriques de l’anarchisme avec une intelligence et un bon sens admirable. C’est maintenant un écrivain, bien connu en France et universellement respecté pour l’intégrité de son caractère. Malheureusement, il était capable à cette époque de couvrir 8 à 10 pages de papier à lettre sans mettre un seul point, ni même une simple virgule. Je m’assis donc un jour à une table et lui écrivis une longue lettre dans laquelle je lui expliquai comment nos pensées se subdivisent en groupes de propositions, qui doivent être séparées par des points, ou des points-virgules, et finalement en propositions d’ordre secondaire, auxquelles on fait au moins la charité d’une virgule. Je lui montrai combien ses écrits gagneraient s’il prenait cette simple précaution.

La lettre fut lue par le procureur devant  le tribunal et illustrée par les commentaires les plus pathétiques :

« Vous avez entendu la lecture de cette lettre annonça-t-il en s’adressant à la cour, vous l’avez entendu messieurs ! A première vue, elle n’offre rien de particulier. Il donne une leçon de grammaire à un ouvrier… mais – et ici sa voix vibrait d’une vive émotion- ce n’était pas dans le but de compléter l’instruction d’un pauvre ouvrier, instruction que celui-ci avait négligée, probablement par paresse, d’acquérir à l’école. Ce n’était pas pour l’aider à gagner honnêtement sa vie… Non, messieurs, cette lettre a été écrite pour lui inspirer la haine de nos grandes et belles institutions, pour lui infuser d’autant mieux le  venin de l’anarchie, pour faire de lui un ennemi d’autant plus terrible de la société… Maudit soit le jour où Kropotkine a mis le pied sur le sol de France »

s’écria-t-il pour finir avec une merveilleuse emphase.
Nous ne pouvions nous empêcher de rire comme des gamins tout le temps que dura ce réquisitoire ; les juges regardaient le procureur comme pour lui dire : Assez ! mais il paraissait ne rien remarquer. Et emporté par son éloquence, il continua de parler avec des gestes et des intonations de plus en plus théâtrales. Il fit de son mieux pour obtenir sa récompense du gouvernement russe, qu’il obtint en effet,…

Ce procès qui dura quinze jours, pendant lesquels les plus brillantes professions de foi anarchistes, reproduites par tous les journaux, furent faites par des orateurs de premier ordre, comme l’ouvrier Bernard et Emile Gautier – procès pendant lequel tous les accusés montrèrent la plus ferme attitude, proclamant à chaque instant leurs doctrines- eut une puissante influence sur le développement des idées anarchistes en France et contribua assurément au réveil du socialisme dans les autres pays.
Le compte rendu du procès par les anarchistes ne relève pas certaines déclarations de Kropotkine. En effet, j’ai retrouvé aux archives municipales les minutes du procès collectées et publiées par les anarchistes.

Pendant le procès, la presse locale se déchaîne sur les accusés en reprenant les thèses phrénologiques de Lumbroso pour discréditer les accusés et se partage entre presse républicaine progouvernementale qui insiste sur un complot international, presse républicaine antigouvernementale qui ne voit aucun complot et une fausse accusation pour servir le gouvernement et la presse monarchiste et bonapartiste qui rejoignent l‘analyse de la presse républicaine pour minorer l’action des accusé, mais en attribuant celle-ci à l’incompétence de la République, celle-ci pouvant même être la fomentatrice des attentats pour servir ses intérêts, alors que les journaux républicains mettent en cause ces monarchistes. Rien de bien nouveau sous le soleil.

Le Courrier de Lyon (Journal républicain modéré, jeudi 11/01/83) :

«Les accusés « portent sur leur front la preuve palpable de leur déformation intellectuelle ».

Le Progrès (idem le précédent samedi 21/01/83)) :

« Pauvres diables au cerveau mal équilibré ».

(Mardi 09/01/83) :

« Leurs figures patibulaires, leurs regards haineux, les ennemis des bourgeois et la Presse républicaine »

(N°8070 du jeudi 12/12/82)

Kropotkine «donnait le mot d’ordre à l’association qui a commis ou provoqué les attentats de Lyon ».

Le Rhône (organe bourgeois lundi 27/01/83) :

« Le procès pourra rallier au régime actuel bien des conservateurs qui ne voyaient le salut de la France que dans une réaction monarchique, seule capable, d’après eux, de garantir la sécurité du pays ».

Le Salut Public (Journal monarchiste modéré, mardi 09/01/83) :

« Quelques figures patibulaires apparaissent çà et là et quelques regards haineux suivent les bourgeois, magistrats ou avocats qui entrent au palais » « Entre la doctrine de Monsieur Ferry et celle de l’anarchiste Gautier, on s’aperçoit qu’il n’y a que des nuances…  création du même père… création de l’Empire ».

Le Nouvelliste (Journal royaliste 16/01.83) :

les utopies de Kropotkine « contrastent  singulièrement avec celles qui germent dans une cervelle bien équilibrée».

La Comédie politique (Journal bonapartiste du dimanche 25/03/83) :

« Il n’y a dans l’anarchisme qu’un repoussoir fictif créé par l’opportunisme aux abois, et destiné à faire valoir par comparaison l’excellence du système que personnifie Grévy ».

Décentralisation (Journal catholique et monarchique du mardi 17/01/83) :

Les doctrines anarchistes «sont assurément erronées mais ce n’est en somme que la théorie républicaine poussée jusqu’au bout ».

Courrier de Lyon (11/01/83) :

« Ce n’est pas la République qui les a faits. Ils ont appris  ce qu’ils savent sous l’Empire ».

Le Lyon socialiste du dimanche 28/12/84 qualifiera les anarchistes de

« fous furieux, de ramassis d’êtres haineux et méchant »

Le Guignol, journal satirique socialiste du dimanche 28/12/84 les qualifiera d’

« hallucinés plus dignes d’un asile de santé que d’un préau de prison ».

Néanmoins, le verdict du 19 janvier 1883 condamna Kropotkine à 5 ans de prison, 200 F d’amende, 10 ans de surveillance, 4 ans d’interdiction de droit civique, ainsi que Bordat, Gauthier, Bernard. 29 autres accusés, ouvriers du bâtiment, du tissage, de la métallurgie, voir cordonniers, colporteurs ou vendeurs de journaux écopèrent de 8 mois à 4 ans de prison, souvent assortis de 5 à 10 ans de surveillance, 5 ans de privation civique et des amendes.

Kropotkine poursuit :

«Peu de temps après notre condamnation, le président du tribunal fut nommé conseiller à la Cour. Quant au procureur et à un autre magistrat –chose à peine croyable- le gouvernement russe leur offrit la croix de Sainte-Anne, et ils furent autorisés par la république à l’accepter. C’est ainsi que le procès de Lyon a été à l’origine de la fameuse alliance franco-russe… ».

« Quant à notre condamnation, elle était si peu justifiée par le fait que la presse française- à l’exception des journaux dévoués au gouvernement- blâma ouvertement les magistrats. Le journal des économistes lui-même, organe pourtant modéré, désapprouva ouvertement cette condamnation que rien dans les faits produits au procès ne pouvait faire prévoir. Le débat engagé entre nos accusateurs et nous, fut gagné par nous dans l’opinion publique ». Une résolution d’amnistie proposée par Clemenceau reçut 100 signatures, V Hugo protesta. Plus de 130 pétitions émanèrent de toute la France dont les athées du 3° arrondissement, le groupe nitroglycérine, le groupe des bronziers révolutionnaires, la panthère de Batignolles, la libre école révolutionnaire de Vaise, etc. … Les anarchistes organisèrent  des souscriptions pour venir en aide aux familles des emprisonnés. Certaines n’attirèrent que quelques sympathisants, mais celle du 6 mars 83 organisée à la salle de la Perle à la Croix Rousse rassembla 800 personnes qui payèrent 20 centimes l’entrée. « Une proposition d’amnistie fut immédiatement déposée à la Chambre des députés et recueillit une centaine de voix. Elle revint chaque année en discussion et chaque fois elle réunit un nombre de voix de plus en plus grand, jusqu’à ce qu’enfin nous fûmes graciés ».

Dans la presse locale les réactions des différentes factions sont prévisibles et correspondent à celles constatées avant, procès inique, inutile, nécessaire …
Nous ne citerons que celle du Courrier de Lyon du samedi 20/01/83 : les condamnations lourdes sont jugées utiles et nécessaires  dans une « République campée au milieu de l’Europe monarchique ».

« C’est déjà beaucoup de montrer par l’exemple qu’on se passe aisément chez nous du rouage autoritaire qui fait marcher plus ou moins régulièrement la machine gouvernementale de nos monarchies voisines ».

Kropotkine :

« Le procès était terminé, mais nous restâmes environ deux mois dans la prison de Lyon. La plupart de mes compagnons avaient interjeté appel du jugement prononcé par le tribunal de simple police et nous devions en attendre les résultats. Quatre de mes camarades et moi, nous refusâmes de signer notre pourvoi et je continuai de travailler dans ma cellule. En effet, Bordat, Bernard et d’autres accusés décidèrent de faire appel. Le procès s’ouvrit vers la fin février 1883. A cette époque Jean Grave se rendit à Lyon pour assister à une des audiences et serrer la main de camarades avant le début de l’audience. « Au cours de l’audience, il fut donné lecture de plusieurs lettres de moi qui avaient été saisies chez l’un ou l’autre des accusés. Tant et si bien que Tressaud, un camarade Marseille, chez qui on en avait saisi aussi, s’écria : « Mais, enfin, si c’était défendu de correspondre avec Grave, pourquoi n’est-il pas ici avec nous ? », ce qui fit tourner, souriants, les autres accusés vers moi ».

Cet incident n’est pas rapporté dans les minutes du procès rédigées par les anarchistes. Le procès confirma les condamnations initiales.

Kropotkine :

« Déjà pendant mon séjour à Lyon, je commençai à me rendre compte de l’influence démoralisatrice du régime des prisons sur les détenus, et mes observations m’amenèrent plus tard, pendant mon séjour de trois ans à Clairvaux, à condamner d’une manière absolue l’institution des prisons tout entière.

La prison de Lyon est une prison moderne, bâtie en forme d’étoile, d’après le système cellulaire. Les intervalles situés entre les rayons du bâtiment angulaire sont occupés par de petites cours au sol d’asphalte, et quand le temps le permet, les prisonniers y sont amenés pour y travailler en plein air. La plupart d’entre eux s’occupent du battage des cocons de ver à soie dont ils retirent la bourre de soie….

Tant que nous fûmes à Lyon, on nous traita comme les prévenus le sont en France… j’en profitai pour travailler à mes articles pour L’Encyclopedia Britannica  et le Nineteenth Century….. Au milieu de mars 1883, vingt-deux d’entre nous qui avaient été condamnés à plus d’un an de prison, furent transférés dans le plus grand secret à la prison centrale de Clairvaux » Dans sa prison Kropotkine écrivit « Paroles d’un révolté » publiées en 1885. Lors de sa libération en 1885, il fera paraître «  La conquête du pain ».

Il s’installe en Angleterre avant de rentrer en Russie en 1917. Sur la suggestion de Sophie Kropotkine, Elisée Reclus vint proposer fin 1883 à Jean Grave de prendre en charge à Genève le Révolté en remplacement de Kropotkine, ce qu’il fit ; il devait l’importer à Paris plus tard et le transformer en La Révolte à la suite d’une condamnation pour éviter l’interdiction.

SUITE ET FIN DE L’ANARCHISME LYONNAIS

L’anarchisme lyonnais se trouva loin d’être désorganisé comme dans la période précédente, comme le montre la liste des 14 attentats sans victime qui se poursuivirent jusqu’en 1887 sans que l’on en trouve les auteurs mais que l’on rattache à cette mouvance .

Ces attentats se situent dans un contexte de crise économique majeure entre 1883 et 1887, avec une crise de l’industrie de la soie à Lyon, et d’agitation sociale importante en France : on va observer 186 grèves et 26.000 grévistes par an dans les années 80. Citons la grève des mines d’Anzin qui a inspiré Zola, celle de Decazeville en 1886 qui vit la mort de l’ingénieur Warin.
Mais la liste des militants établie par la police resta stable : une centaine en 1882, 80 en 1887, dont 35 véritablement anarchistes. Ils n’étaient plus qu’une cinquantaine en 1890.
En effet, si Lyon est alors la deuxième ville anarchique française après Paris, l’anarchie lyonnaise est à bout de souffle à la fin des années 90 : on estime à 200 le nombre d’adhérents dans le département, incapables d’organiser des attentats. Ils projettent une action lors du 14 juillet 1891 après la répression sanglante du 1° mai à Fourmies : les mineurs manifestent pour avoir des journées de 8 heures, la troupe tire tuant 9 manifestants, mais ils ne peuvent que rédiger une affiche et ils sont vite démasqués.

Ce sont les activistes parisiens qui prendront la relève après l’affaire de ce même 1° mai 91 à Clichy car ils sont 2400 dont 852 considérés comme dangereux: des militants sont arrêtés en fin de défilé alors qu’ils replient leur drapeau rouge. Ils sont passés à tabac et condamnés avec sévérité. Devant cette humiliation commencent les attentats de Ravachol, puis de Vaillant, enfin d’Emile Henry qui seront guillotinés. Ces attentats seront à l’origine des « lois scélérates » sur la liberté de la presse et la liberté d’association et d’une vague d’arrestations aboutissant au procès des Trente en 1894 qui clôturera l’activisme anarchique en France.

Assassinat du Président Carnot – Le petit Journal – BNF

La liste des attentats se termine cependant à Lyon, le dimanche 24 juin 1894 à 21h30 par l’assassinat du président Sadi Carnot par l’italien Sante Geronimo Caserio.
Celui-ci se rendait en landau découvert au dîner de gala de la chambre de commerce après sa visite de l’exposition universelle à l’emplacement de l’ancien Palais de la Foire.
L’attentat se produisit rue de la République au niveau de la chambre de commerce. Caserio apprenti boulanger, électron libre de l’anarchisme était né le 8 septembre 1873 à Motta-Visconti dans la province de Milan. Il situe au 1° mai 1891 son adhésion à l’anarchie lors du refus des gouvernements d’admettre la fête du travail et les répressions qui l’ont suivi.
Condamné en 1892 à Milan pour recel de littérature anarchiste, il est libéré en 1893. Il quitte alors l’Italie pour Lugano, puis Lausanne, Genève, enfin Lyon où il arrive le 21 juillet 1893. Il y reste 2 mois embauché comme manœuvre chez un maître-plâtrier d’origine italienne. Il se lie avec l’anarchiste Tiburce Stragiotti qui le met en rapport avec Santaville, directeur du journal lyonnais L’Insurgé ; on sait qu’il a logé dans le 7° arrondissement rue de la Vierge (actuelle rue Gilbert Drue). Gêné par sa mauvaise connaissance du français, il quitte Lyon le 20 septembre 1893 pour Vienne où il est accueilli par des anarchistes italiens.
Un mois plus tard, il gagne Sète pour aller chez le camarade Saurel qui le familiarise avec le milieu anarchiste local au café du  Gard. Il est soigné pour une maladie vénérienne en janvier 94 à l’hôpital et travaille chez le boulanger Viala qui l’apprécie. Il lit des livres de Victor Hugo et des journaux anarchistes. Il semble avoir été sensibilisé à la lecture des journaux au refus de la grâce de Vaillant qu’il connaissait et voulait venger. Il quitte brutalement son patron le 23 juin :

« Sur une simple observation que je lui fis à propos de son travail, il me déclara que je n’avais pas à insister et qu’il me quittait à la fin du mois qui finissait le 24. Surpris par son attitude, je lui répondis qu’il pouvait s’en aller tout de suite s’il le voulait ; il me prit au mot et me demanda son règlement ».

Avec 20 francs en poche, il se rend vers midi chez l’armurier Guillaume Vaux achète un poignard avec gaine de cuir pour 5 francs et part pour Lyon à pied pour commettre son forfait. Quand il poignarda à Lyon Carnot se rendant à la Bourse du commerce après sa visite à l’exposition coloniale, il cria : «Vive la révolution ».
Carnot fut transporté à la préfecture ! où il décéda en présence de Lacassagne, Ollier et Alexis Carrel (quelque temps plus tard celui-ci regrettera de ne pas avoir connu la suture des veines et des artères qui selon lui aurait permis de sauver Carnot).
Une plaque sur la façade de la chambre de commerce donnant sur la Rue de la République rappelle l’évènement, et à son aplomb un pavé rouge sur la chaussée signale le lieu de l’attentat. Une chasse aux Italiens est organisée dans les rues et les commerces des Italiens sont brûlés. Caserio accueillit la sentence de mort au cri de : « Vive la révolution sociale ». Le 15 août à 4h55, au moment où il fut couché sur la bascule, il cria selon le télégramme officiel de l’annonce de son exécution : « Courage, camarades, vive l’anarchie ».

Les anarchistes lyonnais et parisiens n’y jouèrent aucun rôle. L’activisme anarchique qui avait commencé à Lyon en 1870 se terminait à Lyon en 1894 sans intervention des Lyonnais.

Comme il a été dit, l’anarchie abandonne avec entre autres, Kropotkine, la violence ; dès 1890 il affirme « qu’il faut être avec le peuple, qui ne demande plus l’acte isolé, mais des hommes d’action dans ses rangs ».
Les anarchistes vont donc se tourner vers le syndicalisme. L’anarchie va d’autre part sur le plan politique se trouver supplantée progressivement dans la vie politique par le marxisme avec ses deux composantes socialiste et communiste qui vont s’opposer jusqu’à la séparation du congrès de Tours. La guerre de 14 lui portera un coup quasiment fatal. Après- guerre l’anarchisme sera actif dans d’autres pays ; Mexique, Russie, surtout Espagne.

Par Vincent BANSSILLON, Professeur de médecine

Bibliographie.
Archives municipales de Lyon : 2 I 55/137. 2 I 55, 2 I 56.
Histoire de Lyon des origines à nos jours. Ed lyonnaises d’art et d’histoire. 2007.
Tribunal correctionnel de Lyon : affaire des anarchistes. Lyon. Schneider. 1883.
Le procès des anarchistes de Lyon devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon. Imprimerie nouvelle. Lyon. 1883.
Le Progrès 19 mai 2008.
La presse lyonnaise et les anarchistes : le procès des 66 de 1883. Synthèse du mémoire de maîtrise de Laurent Gallet, publié dans Mélanges d’histoires libertaires N°2. Wilkipedia.
Julian Archer : La naissance de la 3° République à Lyon le 1° septembre 1870. Cahiers d’histoire XVI 1971 p6-25.
La commune de Lyon : Cahiers d’histoire mars avril 1971 et Octobre 1971.
Claire Auzias Annik Homel : La grève des ovalistes. Lyon juin-juillet 1869. Paris 1982.
Françoise Bayard Pierre Gayez. Histoire de Lyon, des origines à nos jours. Horvath ed. p294-98.
Henri Cogoluenhes: Rive gauche N° 141, 145,148, 150.
Jean Pol Donné : Une société en crise, la commune de Lyon. DEL Lyon. 1966.
Jean Grave : Mémoires d’un anarchiste. Editions du Sextant.
Yves Lequin : Les ouvriers de la région lyonnaise. 1848-1914. P 204-48.
Kaminski HE : Bakounine : ed. La table ronde 2003.
Pierre  Kropotkine: Mémoires d’un révolutionnaire. Editions de l’Aube. 2008.
Jacques Maitron : Histoire du mouvement anarchique en France 1880-1914. Paris 1951.1
Maurice Moissonnier : La 1° Internationale et la commune de Lyon. 1865-71. Paris. 1972.
Vincent Robert : Les chemins de la manifestation. 1848-1914. PUL.
Fernand Rude : Les révoltes des canuts (1831-1834). La Découverte poche. 2007.
Mathieu Rabbe. Les communards à Lyon. Les insurgés, la répression, la surveillance. Ateliers de création libertaire. 2015.
André Stayer : Nouvelle histoire de Lyon. T 4. Ed L Penaud. 1939.
André Voiron : L’anarchisme à Lyon : de Cycvoct à Caserio. Cahiers du Rhône 89. N°17. 1995.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Laurent Gallet dit :

    Quelques corrections supplémentaires :
    Le nom correct de « Santaville » est « Sanlaville », celui de « Crespin » est « Crestin ». Quant à « jean Marie Bourda », c’est « Bourdon » qu’on semble ici avoir mélangé avec « Bordat ».
    Ensuite quand vous écrivez que « les témoignages de Grave sont sujets à caution », des preuves me paraissent quand même indispensables pour étayer des dires aussi assurés

  2. Laurent Gallet dit :

    Une poignée d’erreurs que je n’avais pas vues lors de ma première lecture :
    « Santaville » s’appelle « Sanlaville » ; « Crespin » s’appelle « Crestin » ; et « jean Marie Bourda » s’appelle « Bourdon » (à ne pas confondre avec Bordat)
    De plus, je ne comprends pas trop pourquoi vous affirmez que « les témoignages de Grave sont sujets à caution »? Il serait judicieux d’étayer par des exemples cette mauvaise foi affirmée de la part de Jean Grave.
    Cordialement
    Laurent

  3. Laurent Gallet dit :

    Une poignée d’erreurs commises sur les noms m’avait échappée :
    Santaville se nomme Sanlaville, Crespin –> Crestin, et Jean Marie Bourda –> Jean Marie Bourdon

  4. Laurent Gallet dit :

    Quelques remarques en passant :
    Attention à l’écriture de certains noms : Brochard s’appelle Bréchard, Moindre s’appelle Miodre, Daman s’appelle Damians et Lumbroso s’appelle Lombroso.
    Attention aussi aux dates : le procès des trente a lieu en 1894 et non 1895, L’Insurgé paraît en 1893 et non 1883, l’attentat à l’Assommoir a lieu en octobre 1882 et non 1883 et le procès ne peut s’ouvrir le 23 décembre puisque vous évoquez – avec raison – une audience le 12 décembre ! D’ailleurs cette erreur de temporalité vous conduit à donner l’impression que le procès suit de peu l’attentat, or il s’ouvre plus d’un an après, le 11 décembre 1883 (cf les « deux procès retentissants de 82 et 83 »)
    Dejoux n’est pas condamné pour diffamation mais il est le premier d’une longue série à l’être pour provocation au crime par voie de presse
    Il n’y a pas non plus de « Fédération anarchiste » fondée à Paris en 1881, mais une scission des groupements anarchistes parisiens lors d »un congrès de la région du Centre.
    Quant au « 14 attentats que l’on rattache » à l’anarchisme lyonnais après le procès des 66, il serait bon de préciser qui est ce « on ». Un peu de recul face au langage des policiers de 1882-83 serait bienvenue (les termes « anarchique », « chef », « direction » qui ne sont nullement ceux des anarchistes)
    Cordialement
    Laurent

  5. Pour compléter, l’Atelier de création libertaire (éditeur basé à Lyon depuis 1979) a publié d’autres livres sur le sujet :

    1 – De Laurent Gallet (que vous citez), un épais ouvrage de 416 pages « Machinations et artifices – Antoine Cyvoct et l’attentat de Bellecour (Lyon 1882) », septembre 2015
    2 – Laurent Gallet a ressorti la thèse de Marcel Massard sur « Histoire du mouvement anarchiste à Lyon (1880-1894) ». Cette thèse datait de 1954 et Laurent Gallet a fait un gros travail de révision et de précision. Ce livre est accompagné d’un cahier photo et Laurent Gallet l’a fait suivre d’une douzaine de petites études diverses et variées (« Aspects de la vie quotidienne des anarchistes à Lyon à la fin du XIXe siècle »). Entre autres, et de manière très anecdotique, il a retrouvé les pistes de « L’anarchiste qui a forgé les grilles du parc de la Tête d’Or ».
    3 – En élargissant la période qui est étudiée ici, Michèle Marigot a abordé le sujet « L’anarchosyndicalisme à Lyon (1880-1914) »

    Et bien entendu, le livre de Mathieu Rabbe sur les Communards, que vous citez ici.

    En outre, nous avons réédité en 2016 « la Grève des ovalistes », de Claire Auzias et Annik Houel (et pas Homel) qui était épuisé depuis de très nombreuses années.

    Sur Bakounine à Lyon, on peut aussi se reporter au blog de Jean-Christophe Angaut : http://atelierdecreationlibertaire.com/blogs/bakounine/tag/lyon/

  6. Salager dit :

    Très belle et intéressante étude !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.