EVENEMENTS/Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (4/5)

(Suite de l’article : Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (3/5))

L’APRES BAKOUNINE OU LE DECLIN DU MOUVEMENT POPULAIRE

L’action municipale et préfectorale
Le préfet Challemel-Lacourt reprit les choses en main et pour réduire la pression populaire fit arrêter le 1° octobre le général Mazure, dont il pensait qu’il versait de l’huile sur le feu en contrecarrant ses initiatives, en attendant sa mutation secondaire. Il devait être remplacé par le général Crouzat. Les libertaires ne s’avouaient pas vaincus, mais leur capacité révolutionnaire va se trouver limitée. Les forces populaires se rassembleront désormais autour des bataillons les plus avancés de la garde nationale et appuieront la fraction la plus révolutionnaire du conseil municipal. La situation restait critique. La menace d’une arrivée des Prussiens angoissait les Lyonnais; les gardes nationaux se livraient dans toute la ville à des exercices. Challemel-Lacour décréta la dissolution des francs-tireurs et leur incorporation dans les gardes nationaux ; il pensait ainsi les amadouer ou les neutraliser. Bien plus, il obligea les congrégations et les élèves des séminaires à être incorporés dans les gardes nationaux le 4 octobre 1870.

La municipalité républicaine, pour ne pas être en reste, multipliait les déclarations jusqu’au-boutistes en méprisant les directives de Gambetta. Sous prétexte d’organiser un camp retranché, elle entreprit une campagne de spoliation des couvents et de lutte contre les privilèges du clergé. L’impopularité du clergé s’expliquait par ses compromissions avec l’Empire, le concile du Vatican et les bulles papales comme le Syllabus.

Le 8 octobre, retrouvant ses anciennes amitiés italiennes, le conseil municipal décerne dans sa séance le titre de Citoyen lyonnais à Garibaldi :

« A l’heure où nos armées écrasées durent avoir pour successeurs sur les champs de bataille les nouvelles recrues animées d’un patriotisme républicain plus dévoué que militairement expérimenté, Garibaldi, vieux, boiteux, intrépide, est venue secourir la France. Son nom a servi de signal, et la confiance qu’il inspirait a fait de turbulents volontaires des phalanges disciplinées. Ses manœuvres hardies autour de Dijon ont plus d’une fois mis l’ennemi en défaut, plus d’une victoire inattendue couronna ses efforts ».

Les Lyonnais reconnaissants, considéraient Garibaldi comme le général qui les avait préservés le plus efficacement de l’approche des Prussiens et d’un siège.
C’est en vertu de ce titre que Garibaldi fut élu comme député par plusieurs départements le 8 février 1870.

A Richard écrivit au Progrès le 1° octobre pour expliquer les bien-fondés de son action qui aurait été approuvée par certains conseillers.
Le directeur du journal Eugène Véron lui répondit qu’il n’était pas d’accord avec sa vision : «Votre place est dans l’armée, non dans les clubs ».
Les jours  suivants A Richard s’adressa au préfet pour lui proposer la création d’un corps de combat : les Voraces lyonnais, que refusa le préfet. Cependant les animateurs du Comité de salut de la France continuaient à se réunir clandestinement avec la préoccupation principale de créer un journal Le Salut de la France.
Le 12 octobre ils décidèrent de sortir de la clandestinité en organisant un meeting à 19 heures à la Rotonde sur la situation actuelle. Le 11 octobre, sur ordre du préfet, furent arrêtés 7 membres du comité, puis d’autres les jours suivant. A Richard qui avait échappé aux arrestations écrivit à Andrieu pour trouver une échappatoire.
Condamné pour insoumission il se réfugia à Genève pour échapper à une condamnation de prison de 6 mois.

La capitulation de Bazaine fin octobre suscita des ressentiments contre l’armée. Il en fut de même des premiers pourparlers de Thiers en vue de négocier un armistice. Les 3 et 4 novembre de petits groupes pénétrèrent par effraction dans les bureaux de police pour y subtiliser des dossiers gênants. Le 4 novembre, les libertaires voulurent faire une démonstration de force aux Terreaux et remettre en place une Commune révolutionnaire, l’opération dut être décommandée, car les bataillons sur lesquels ils comptaient firent défaut.

Challemel-Lacourt se décida à transmettre à la police une liste de 32 membres du Comité Fédératif avec l’ordre de les arrêter, à un officier de service. Celui-ci refusa d’obéir à une opération « réactionnaire ».
Lyon était devenu le centre de recrutement des troupes de Garibaldi et l’on voyait dans les rues les costumes les plus divers. Leurs porteurs semaient la terreur en faisant du tapage et en se livrant à du vol à l’étalage. Par respect pour Garibaldi, considéré comme un libérateur, personne n’osait rien dire. Cependant, après le meurtre d’un officier et de deux sous-officiers de la garde nationale par ces soi-disant légionnaires rue de la Loge, leurs auteurs furent fusillés au Grand Camp.

Début novembre, Challemel-Lacour arriva à envoyer au feu des soldats incorporés dans les légions lyonnaises, ce qui éloignait un certain nombre d’activistes.

L’assassinat du commandant Arnaud
Les libertaires reprenaient du poil de la bête devant cette situation d’insécurité et organisaient des réunions où il était question de punir les bourgeois, les élus, les calotins et les aristos. Le 19 décembre les Lyonnais apprennent l’annonce de la pseudo défaite de Nuits (en fait un coup d’arrêt aux Prussiens) et les pertes des deux légions lyonnaise engagées : 4 à 500 hommes sur 5000 qui entraînèrent une vive émotion populaire, car beaucoup de familles étaient touchées, et qui permirent de faire courir des rumeurs sur la trahison des chefs, des élus, et même du conseil municipal.
Il paraissait même que les deux légions de volontaires du Rhône avaient été anéanties sous les yeux de l’armée régulière qui était restée l’arme au pied. Il fallait que le peuple refuse de faire la guerre pour empêcher ces tueries et le remède était la création d’une Commune populaire pacifique.
Une réunion fut tenue ce même 19 décembre salle Valentino, 8 place de la Croix Rousse présidée par Bruyat, ancien internationaliste et ex-membre du comité de salut public. Un signataire de l’affiche rouge, P Rivière, dénonça la trahison globale et réclama la nomination de Cluseret et Garibaldi à la tête des armées. Christophe Deloche proposa la création d’une organisation ouverte aux femmes et fit décider que trente délégués libertaires (5 par arrondissement) rassembleraient des sections républicaines, qui sous la direction de Cluseret et de Garibaldi (sic), prendraient d’assaut l’Hôtel de Ville, nid de réactionnaires – « Tout le monde ici demain à 8 heures, on sonnera le tocsin et Lyon sera sauvé ».
Hénon prévint le préfet. Celui-ci refusa de faire intervenir la troupe comme le lui proposa le général Crouzat, car il comptait sur les gardes-mobiles. Pour Stayer, les manifestants voulaient se rendre à la préfecture pour demander des comptes au préfet et la démission en particulier d’Andrieux.

Les dirigeants se retrouvent le lendemain à 9 heures sans que les délégués aient beaucoup travaillé. Ils envoient des émissaires à la cartoucherie de Cuire et à la caserne de la 4° légion. A 11 heures arrivent les ouvrières de la cartoucherie qui défilent sur deux files avec le drapeau rouge et le drapeau noir dans les rues de la Croix Rousse. Le tocsin sonne dans les églises de la Croix Rousse : Saint Denis, Saint Augustin, saint Euchère.

C’est dans ce contexte que se situe l’assassinat du commandant Arnaud dont il existe des versions différentes, nous en rapportons deux.
Pour Steyer, Challemel-Lacour aurait reçu le 20 décembre au matin, Arnaud, teinturier, républicain et franc-maçon, chef du 10° bataillon de la garde nationale qui était intervenu le 28 septembre et avait fait échouer la commune de Bakounine, et lui aurait demandé d’empêcher cette manifestation pour défendre la coterie maçonnique qui s’était emparée du pouvoir !
Arnaud revêt son uniforme, prend ses armes et se rend salle Valentino.
Pour Moissonnier, les Communards avaient sommé les chefs de bataillon de la garde de venir recevoir leurs ordres : Chavant, un autre commandant de la garde qui était également intervenue avec Arnaud le 28 septembre, était à l’intérieur de la salle et refusait de se mettre à la tête des insurgés. Une foule de 2 à 3000 personnes se pressait sur la place et une vingtaine de gardes nationaux en armes gardaient l’entrée.
Pour Stayer, Arnaud se présente, soit il refuse de pénétrer dans la salle, soit il refuse d’y entrer sans ses armes.
Pour Moissonnier, il était à la mairie du 4° et il fut amené de force salle Valentino pour prendre les ordres. Arrivé près de la salle Valentino, il est entouré par une foule furieuse. Il s’ensuit une altercation. On le bouscula, il tomba à terre, une femme lui cracha à la figure, il reçut deux coups de baïonnette. Il tira trois coups de pistolet en l’air et chercha à s’échapper en se réfugiant dans une épicerie. Il fut rattrapé et traîné dans la salle où il fut immédiatement accusé d’avoir tiré sur le peuple et même d’avoir blessé deux personnes.
Son exécution immédiate fut réclamée par Chol, l’ancien commissaire du comité de sûreté générale. Deloche le saisit au collet et au milieu d’une foule excitée brandissant le drapeau noir et le drapeau rouge, il fut emmené au clos Jouve sans que personne n‘intervienne. Agenouillé de force devant la clôture du couvent des Chartreux devenu caserne, il fut abattu de plusieurs balles par un peloton commandé par Deloche qui lui donna  le coup de grâce. Arnaud aurait crié avant de mourir : « Vive la république, vive Garibaldi ».
Son corps était abandonné quand un prêtre qui passait voulut bénir sa dépouille. Il fut repoussé en lui déclarant : « Voilà l’œuvre des jésuites ! Tous les traîtres subiront le même sort ! ». Cet épisode dura une demi-heure.

Au débit de l’après-midi, un groupe de femmes portant des crêpes noirs et des écharpes rouges vint manifester contre le préfet devant l’Hôtel de ville. Il fut dispersé par un détachement de la garde nationale qui procéda à quelques arrestations.

Louis Andrieux fit procéder à une cinquantaine d’arrestations de militants le 21 mars ce qui décapitait le mouvement révolutionnaire.

Le 20 au soir, la municipalité fit la délibération suivante :

« Le conseil municipal

Considérant que le commandant Arnaud, du 12° bataillon de la garde nationale, a été lâchement assassiné dans l’accomplissement de son devoir, en cherchant à maintenir l’ordre public menacé ;Considérant que le commandant Arnaud laisse une veuve et trois enfants

Délibère
ARTICLE PREMIER. La ville de Lyon adopte les trois enfants du citoyen Arnaud.
ART 2 Une pension viagère sera faite à sa veuve et une pension temporaire à ses enfants.
ART 3 Les funérailles du commandant Arnaud seront faites aux frais de la ville et un emplacement de terrain cédé gratuitement et à perpétuité à sa famille ».

Les funérailles furent conduites par Gambetta, de passage à Lyon pour donner des instructions afin de combiner les mouvements militaires et ceux du général Bourbaki, assisté des autorités locales et les représentants de l’état furent applaudis à l’Hôtel de ville. Ces funérailles furent pour Stayer une manifestation maçonnique, il semble pour le même que Gambetta n’ait pas séduit les Lyonnais par ses propos, menaçants et autoritaires, son attitude hautaine qui lui fit perdre son prestige !
Vingt ans après, le nom d’Arnaud fut donné à une place de la Croix-Rousse.

L’affaire du 20 décembre marquait l’échec de l’action spontanée après la conspiration du 28 septembre ainsi que le déclin du mouvement populaire.

L’affaire du drapeau
L’Armistice, signé le 28 janvier 1871, entraînait l’élection d’une assemblée nationale exigée par les Prussiens, ce qui consterne la Commune de Lyon. Celle-ci, la veille encore, pressait le gouvernement de venir dans la ville et d’en faire la capitale de la résistance aux Prussiens.

Le 3 février vers 21 heures, une centaine d’émeutiers dont des garibaldiens, partirent de la salle de la Rotonde aux Brotteaux pour l’Hôtel de Ville. Ils furent repoussés par un bataillon de la garde nationale.
Le 4 février le préfet Valentin remplace Challemel-Lacour.
Les élections prévues pour le 8 février à l’assemblée nationale sont un désastre pour la gauche républicaine et le triomphe des bonapartistes et des monarchistes, c’est à dire de la droite selon la terminologie de l’époque. Certes dans les quartiers ouvriers, Blanqui et Garibaldi (dont le Conseil a fait un citoyen lyonnais), arrivent en tête, mais les votes ruraux font passer les 13 candidats de la paix. Le Comité révolutionnaire de la Guillotière émet une motion de protestation.
Le 16 février, l’assemblée se réunit à Bordeaux et approuve les préliminaires de la paix 15 jours plus tard.
Le 20 février, A Richard écrit de Genève au journal La Décentralisation pour justifier son action et proclamer son adhésion au régime. Il écrit le 12 mars 1871 une lettre au garde des Sceaux du gouvernement Thiers pour demander l’annulation de son jugement en minimisant son rôle. Il devait se convertir au bonapartisme comme Gaspard Blanc. Renoncement et marasme d’un garçon instable et exalté comme l’écrit Moissonnier ou persistance d’une adhésion bonapartiste fréquente chez les ouvriers de la soie?

Le 24 février, une manifestation se produisit à l’arrivée d’un détachement de gardes mobiles du Var qui traversèrent la ville en arborant un drapeau tricolore. Certains dans la foule qui les acclamait leur conseillèrent d’arracher le drapeau rouge des grilles de l’Hôtel de Ville. Affrontement avec les gardes mobiles de faction. Emotion dans les quartiers populaires avec rassemblement place Bellecour. Une motion dut être faite par le conseil municipal pour affirmer le maintien du dit drapeau, celui de « la Révolution purement Républicaine ».
Les partisans du drapeau noir furent furieux de ne pas voir celui-ci flotter aux côtés du drapeau rouge.

Au début mars le seul organisme capable de soutenir une résistance populaire est le Comité révolutionnaire de la Guillotière dont l’action est limitée au quartier. Un membre de l’Internationale, délégué par Paris, venu à Lyon pour reconstituer l’union des éléments ouvriers et révolutionnaires lyonnais est le témoin de la désorganisation lyonnaise et de sa division. En fait les révolutionnaires lyonnais ne peuvent compter que sur une seule force : les bataillons de la garde nationale des quartiers populaires.

Le 3 mars devant la capitulation définitive et la fin des hostilités, se posa la question du drapeau rouge et de son remplacement par le drapeau tricolore. Le docteur Crestin fustigea le drapeau tricolore qui n’était « plus républicain depuis le 18 brumaire ». C’est alors que pour les calmer, l’adjoint Barodet qui devait succéder à Hénon, fit voter une résolution municipale chef-d’œuvre de subtilité :

« Art 1 Le fier drapeau de la patrie en danger et de la résistance à outrance ne servira pas à l’humiliation de la France. Le drapeau rouge de Lyon cessera de flotter sur le dôme de l’Hôtel de Ville à partir du 3 mars 1871.

«  Art 3 : Le drapeau noir sera hissé pendant 3 jours au balcon de l’Hôtel de Ville en signe de deuil de la patrie mutilée. Lyon 3 mars 1871».

Cette décision fut mal accueillie dans les quartiers ouvriers. Le drapeau rouge qui avait flotté provisoirement pendant 6 mois, ainsi que le drapeau noir, ne sont enlevés que le 5 mars ; au sommet du bâtiment est alors hissé le drapeau tricolore frappé d’une écharpe de deuil.

La troisième commune de Lyon
Le 18 mars 1871 la Commune de Paris est proclamée.
Les Lyonnais l’apprennent le lendemain. Une affiche de Valentin et une proclamation de Thiers tentent de calmer les esprits car on s’attend à une réaction lyonnaise.

Le 20 mars, le verdict est rendu dans le meurtre du commandant Arnaud : 10 inculpés sont condamnés à des peines diverses dont la mort pour Deloche et deux autres qui seront fusillés le 23 mai, et 3O autres sont acquittés.

Le 22 mars se produit la réaction lyonnaise à la Commune parisienne fomentée par le Comité central de la garde nationale.
Malgré la mise en garde du préfet Valentin, 350 officiers de la Garde nationale accompagnés de révolutionnaires comme Schettel se réunit au Palais Saint-Pierre.
Au cours d’une réunion à 13 heures se posa la question du choix de Paris ou Versailles.
L’envoyé de Paris A Leblanc arriva à rallier à la Commune le Comité.
Vers 18 heures 30, une délégation des officiers de la garde nationale est reçut salle des Echevins par Hénon. Au nom du respect de la légalité républicaine, Hénon refuse de rejeter la tutelle de Versailles. Pendant ce temps, des rassemblements d’insurgés sont signalés un peu partout.
Une bande s’empare facilement du fortin des Charpennes et de ses canons, d’autres venues de la Croix-Rousse ou de la Guillotière se massent place des Terreaux. Arrivent les conseillers municipaux. Vers 23 heures des bataillons des quartiers populaires envahirent l’Hôtel de Ville et firent irruption dans la salle Henri IV où siégeaient les conseillers. Hénon et les élus s’enfuirent et deux capitaines de la garde appelèrent à nommer une commission provisoire et à en appeler au suffrage universel. Le préfet Edmond Valentin est séquestré. Un homme apparaît au balcon. proclame la Commune, puis annonce que le préfet était destitué, ainsi que tout le conseil municipal et des magistrats connus comme « persécuteurs du peuple ». La réaction populaire fut plutôt hostile. Aux cris sollicités de « Vive l’Internationale » on entendit un nombre croissant de « A bas la Commune ».

Le 23 mars la Commune s’installe à l’hôtel de ville et placarde l’affiche suivante :

REPUBLIQUE FRANCAISE

COMMUNE DE LYON

Le Comité démocratique de la garde nationale du Rhône, le Comité central démocratique de l’Alliance républicaine du Rhône aux Lyonnais

CITOYENS

La Commune vient d’être proclamée du haut du balcon de l’Hôtel de Vile (sic) aux applaudissements frénétiques de la population entière.
Notre ville, qui la première, au 4 septembre, a proclamé la République, ne pouvait tarder d’imiter Paris.
Honneur à cette courageuse et vaillante population lyonnaise.
Elle vient de concourir au rétablissement de la liberté et de la vraie République.
Elle vient de reprendre la direction de ses intérêts trop longtemps absorbés par le Pouvoir central.
Avec la Commune, citoyens, nous aurons un pouvoir unique, qui concentrera dans ses mains la Force armée et la Police municipale.
Avec la Commune, citoyens, les impôts s’allégeront, les deniers publics ne seront plus gaspillés, les institutions sociales attendues avec une légitime impatience par les travailleurs, seront fondées et mises en pratique.
Une ère nouvelle, Citoyens, commence pour notre Cité.
Bien des souffrances et des misères seront soulagées en attendant que disparaisse l’hideuse plaie sociale appelée Paupérisme !
Que les habitants restent calmes et dignes dans leur victoire ; qu’ils aient confiance et bientôt l’ordre et la prospérité ne seront plus de vains mots.
Par notre attitude, prouvons aux ennemis de la vraie liberté que le peuple ne confond jamais cette sublime institution appelée COMMUNE, avec les débordements dont ils se plaisent à l’accuser.
Bientôt nos détracteurs eux-mêmes seront contraints de reconnaître que le Peuple est digne d’être régi par les institutions républicaines.
Soyons unis et restons armés pour soutenir la République, une et indivisible.

VIVE LA COMMUNE ! VIVE LA REPUBLIQUE !

Pour le Comité de la Garde nationale :
LACONDAMINE, MALARD, JERRICARD, A. DELMAS, FRANQUET.
Pour le Comité central et démocratique de l’Alliance républicaine :
BRUN, ROLAND, présidents ; GOUTORBE, CHAPITET, secrétaires.

Sans se démonter, les insurgés dressèrent une liste de commissaires provisoires, conservant 5 commissaires parmi ceux de septembre 70 et en ajoutant 8 des leurs. Le comité constitué veut la rupture avec Versailles et soutient Paris.
Un drapeau rouge fut fixé à la balustrade du balcon pour montrer que l’anarchie n’avait pas le monopole du pouvoir futur. Se méfiant des réactions officielles, les émeutiers et les gardes nationaux restés à l’Hôtel de Ville mirent en batterie les canons amenés du fortin des Charpennes devant les façades de la place de la Comédie et des Terreaux, mais sans munitions. L’impression générale est que le mouvement finira dans l’isolement et le ridicule, aussi aucune répression par la force n’est envisagée. Les commandants de la Garde nationale ne sont pas sûrs de leurs hommes et ne veulent pas verser du sang, la municipalité veut calmer le jeu et l’adjoint Désiré Bardet fait retirer deux batteries de canon de 12 installés sur la plate-forme de Perrache : « Il importe de ne pas provoquer la population par d’inutiles menaces, alors que le fantôme de la Commune Est sur le point de s’évanouir ».

Le matin du 24, la commission vint à la maison commune prendre ses premiers décrets :
> Création de bons de réquisition de nourriture pour ses propres gardes (qui ne furent pas honorés par les boulangers et les bouchers)
> Mise immédiate en liberté de tous les détenus politiques, y compris les condamnés pour le meurtre du commandant Arnaud.

Mais cette prise de pouvoir fut temporaire et le mouvement avorta de lui-même.
Des défections eurent lieu au sein même de la Commune et les officiers favorables se trouvèrent de plus en plus minoritaires ; la Commune ne put libérer les détenus politiques car ceux-ci avaient été transférés à Riom préventivement par le procureur de la République ; une tentative pour s’emparer du télégraphe de la gare de Perrache échoua. Andrieux arrêta quelques communards.
Bien que déchu, le conseil municipal se réunit au Palais du commerce et une proclamation du maire ainsi que celle d’une partie de la Garde nationale isolèrent encore plus les révolutionnaires.

Le 24, à l’appel du maire, le comité insurrectionnel acceptait de faire évacuer les canons installés place de la Comédie.
Le 25, à 4 heures du matin, poussé par ses éléments les plus modérés, le comité qui s’était prétendu Commune de Lyon adressait sa démission au préfet Valentin en invoquant pour prétexte un revirement inattendu de la garde nationale.
En fait si pour partie, l’opinion publique nettement hostile avait amené cette démission, c’est surtout l’annonce de l’arrivée des mobiles du Rhône de retour de Belfort qui amenait les derniers communards à faire cette déclaration :

« Considérant que la Commune provisoire de Lyon, acclamée par la Garde nationale, ne se sent plus soutenue par la Garde nationale ; considérant que la Garde nationale, en manquant à ce devoir de soutenir la Commune qu’elle a acclamée, les membres de la Commune se sentent déliés de leur engagement envers leurs mandants et résilient tous les pouvoirs qu’ils tenaient d’eux ». Ce que confirme Andrieux : c’est « l’heureuse diversion de l’annonce de l’arrivée des mobiles de Belfort que la mairie allait accueillir en grande pompe, qui fit que les autorités restantes n’eurent pas recours à la force ».

La fin des évènements des années 70-71
Il y eut une suite et fin tragique lors des élections municipales du dimanche 30 avril.
Alors que l’élection des maires devait être votée par les conseillers municipaux, Thiers déposa un amendement selon lequel les maires étaient nommés par le pouvoir central comme sous l’Empire. Pour le docteur Crestin : « Thiers avait besoin de la journée du 30 avril. Il sut se la procurer à la Guillotière ».
L’agitation se poursuivait dans ce quartier ; le drapeau rouge continue à flotter sur la mairie. Le pouvoir savait qu’un évènement allait se produire. La veille de l’insurrection, Chavant signale au préfet qu’un habitant lui a transmis des informations selon lesquelles

« dans l’établissement des Missions africaines qui est situé à l’extrêmité du cours des Brosses, près de la lunette des Hirondelles, se trouvent en grande quantité des caisses de cartouche, des obus, seize canons en acier, deux mitrailleuses dans les caves et plus de trente mille fusils achetés en Italie. Cet établissement est gardé par trente hommes du 21° bataillon de la Garde nationale, et des exercices de feu auraient été faits dans les jardins de l’établissement ».

Des arrestations préventives avaient été faites, celles de Palix et Codex, porteurs de mandats titrés « Commune provisoire », celle de Leblanc, délégué de la Commune de Paris, à la gare de Bellegarde, porteurs de deux affiches.
L’une affirmait son soutien à la Commune de Paris, l’autre appelait à la levée en masse des citoyens contre Versailles, à une nouvelle Commune de Lyon, et demandait que les élections soient empêchées.

Toujours est-il que le 23 mars des émeutiers libertaires hostiles aux élections pénètrent dans l’église Saint-Louis de la Guillotière et font sonner le tocsin. D’autres élèvent des barricades place du Pont et s’emparent de la mairie de la Guillotière.
Deux colonnes de fantassins arrivèrent dans la journée, l’une par le cours des Brosses conduite par Andrieux, l’autre par la rue de Marseille.
Pour éviter le drame, les militaires parlementèrent longtemps. Mais comme rien ne se passait, à 18 heures l’armée ouvrit le feu tuant une trentaine de personnes et endommageant la mairie. Ainsi se termina cette journée qui différa les élections de quelques jours dans cet arrondissement et mit fin aux émeutes consécutives à la guerre de 1870.

Article de la presse de l’époque :

«Des troubles qui ont eu un dénouement très fâcheux, ont éclaté à Lyon, dans le troisième arrondissement. Un groupe de citoyens prêchant l’abstention et voulant la faire observer aux électeurs, s’étaient dès le matin emparé de la salle de mairie de la Guillotière pour empêcher l’ouverture du scrutin. On a fait intervenir la troupe. Un bataillon du 38° de ligne refuse de tirer et lève la crosse en l’air ; il est remplacé par des chasseurs à pied qui ont des allures moins pacifiques et voilà que des fusillades effroyables se font entendre à des intervalles très rapprochés.

Il y a eu de nombreuses victimes tant du côté des civils que du côté des militaires. Ce qu’il y a de plus douloureux et de plus poignant, c’est que parmi ces victimes, il se trouve de malheureux curieux inoffensifs. On parle d’une demoiselle qui aurait reçu une balle dans le flanc, d’une dame blessée grièvement au bras de son mari, d’un jeune garçon qui aurait été tué par une balle.

Les feux du peloton serré n’ont pas cessé de toute la nuit du dimanche à lundi. Les façades des maisons qui forment les angles des rue de Marseille, de la Guillotière, du cours de Brosses, du cours Bourbon, de la rue de Chartre, de la rue de Turenne et de la rue de l’Epée portent de nombreuses traces de violents projectiles.  Il y a des devantures qui sont littéralement criblées de balles ; les trottoirs et les pavés portent les marques sanglantes de l’horrible drame du 30 avril.

Lundi à midi, une foule considérable se presse au grand Hôtel-Dieu, afin de reconnaître les morts disposés sous les arceaux, au nombre de quatorze, parmi lesquels se trouvent deux femmes, un garde national, des civils, parmi ceux-ci, un vieillard ayant une jambe de bois. Les blessés sont au nombre de 25.

Un des point où la lutte a été la plus vive, à la Guillotière, c’est à l’entrée de la rue Moncey, côté de la place du Pont. Cet endroit était le matin jonché de débris et tout couvert de sang. L’attaque et la défense de la barricade de la rue Moncey ont dû avoir lieu avec un grand acharnement, à en juger par les horribles vestiges du combat.

Dans la soirée du dimanche, et avant le commencement du combat, à la Guillotière, un officier du génie, abandonné par ses soldats, au dire du Petit Journal, aurait été fait prisonnier et conduit à la mairie par les insurgés. Qu’est devenu cet otage ? On ne le dit point.

On dit que M. le préfet Valentin a été blessé à la main, le soir entre dix et onze heures. D’après les renseignements qui nous sont parvenus, c’est à six heures du soir, au début de la fusillade, que M. Valentin aurait été blessé, et non pas à la main, mais au mollet ; il a essuyé une dizaine de coups de feu, au moment où, arrivé en tête des troupes sur le cours de Brosses, et ceint de l’écharpe tricolore, il faisait signe qu’il voulait parler.

Le nombre des morts et des blessés n’est pas entièrement connu ; il est grand des deux côtés ».

Le préfet Valentin prit des mesures radicales et décida de dissoudre les bataillons de la garde nationale jugés peu sûrs ; des renforts furent envoyés de Versailles pour aider à l’application de la mesure. Thiers devait aussi le 29 mai dissoudre la Garde nationale de Paris et de la Seine avant de supprimer l’institution le 25 août.
Le conseil municipal devait être confronté par la suite à de nombreuses récriminations demandant à être indemnisées pour les dégâts infligés par les balles sur les immeubles.

Rappelons que la Commune de Paris se terminait le 28 mai dans un bain de sang.

LES ANNEES DIFFICILES (1871-1880)

Durant cette période, les Lyonnais vont essayer de reconstituer et structurer le mouvement anarchique français dans des conditions difficiles.
En effet, l’écrasement du mouvement communal en France, à Paris particulièrement, l’envoi des principaux chefs au bagne, ont désorganisé le mouvement ouvrier.
Les anarchistes seront exclus de l’Internationale en 1872, l’extinction de l’Internationale marxiste en 1874 suivie de celle de l’Internationale antiautoritaire en 1878 vont isoler les Lyonnais.
La loi Dufaure du 14 mars 1872 met fin légalement à la section française de l’Internationale et à toute représentation ouvrière : tout voyage à Londres, toute présence à un congrès syndical deviennent illégaux. La répression porte aussi sur le syndicalisme en voie de reconstitution ; à Lyon une tentative de création de l’Union des ouvriers sur métaux est dissoute. Le pouvoir surveille étroitement les éléments subversifs restants et les militants ouvriers sont fichés dès qu’ils sont repérés ou dénoncés.

Cependant, début 1873, Lyon devient un centre important de la diffusion de la pensée libertaire à un moment où le préfet Joseph Ducros est nommé par le pouvoir central méfiant, après la révocation de Valentin, et fait régner l’ordre moral.
L’ordre moral est une forme de gouvernement institutionnalisé par Mac Mahon le 24 mai 1873 après la démission de Thiers.
Il se caractérise par une volonté de conservatisme social et de défense des valeurs morales traditionnelles, il a le soutien des droites allant de l’orléanisme aux partisans de l’Empire.

« Une terreur tricolore se déclenche contre les rouges, d’autant plus que le rouge avait connu une immense vogue en tant que couleur pendant la Commune, et que la peur avait changé d’échelle avec la naissance de l’Internationale. Les rouges sont des rouges, la République officielle est bleue, version très pâle, car elle tire vers le blanc des monarchistes ». Mayeur Jean-Marie.

Ainsi Ducros refuse à Hénon la construction d’un monument aux enfants du Rhône.

Malgré la répression, deux groupes semblent avoir fonctionné durant cette période : l’un à la Croix Rousse, qui tient des réunions mensuelles, l’autre à la Guillotière.
Ces groupes sont le relais français de la diffusion de brochures de la Fédération jurassienne et entretiennent avec elle des relations soutenues. Le mouvement trouve ses attaches dans le milieu ouvrier, canuts en particulier.

En juin 1873 se tient à Saint-Étienne un premier congrès anarchiste où assistent des délégués venus de Lyon. On définit une théorie politique qui rejette le marxisme et s’affirme collectiviste, c’est le début de la séparation avec le socialisme et le point de départ de l’Internationale antiautoritaire, une doctrine s’élabore aussi en vue d’actions révolutionnaires.

Le 15 août suivant à Lyon, un congrès d’une trentaine de militants se tient au comptoir national rue de la Charité dans un sous-sol pour réorganiser le mouvement.
La France est divisée en quatre régions d’activisme : centre, est, ouest et midi. Le faible nombre réuni montre bien le poids réel du mouvement à l’époque.

Le pouvoir central s’inquiète de cette renaissance même limitée, le souvenir des Communes n’est pas loin, et il lance à la fin 1873 une campagne d’arrestation un peu partout.
Les principaux dirigeants lyonnais sont arrêtés et lourdement condamnés au regard des chefs d’accusation. Dans ce contexte, la section lyonnaise est agonisante, toute renaissance paraissant impossible. Rappelons que le nombre des anarchistes sera toujours très faible, guère plus d’une centaine.

La décapitation du mouvement anarchiste l’amène à entrer dans une période de sommeil dont il va se réveiller au début des années 80.
Mais les ouvriers ne baissent pas les bras et vont évoluer en dehors de l’anarchie, même si des anarchistes participent au mouvement.
Un premier congrès ouvrier composé principalement de réformistes proudhoniens et agréé par les autorités se tient à Paris en octobre 76.
Du 28 janvier au 8 février 1878, le deuxième congrès ouvrier tient ses assises à Lyon, au théâtre des Variétés, cours Morand. Un délégué lyonnais membre de l’Internationale antiautoritaire propose le rejet de la vie politique par la non-participation aux élections, mais il n’est pas suivi.
Le troisième congrès de Marseille d’octobre 79 verra naître la Fédération du parti (guesdiste) des travailleurs socialistes de France qui deviendra le Parti Ouvrier Français d’inspiration marxiste. Quoique minoritaires, les anarchistes font entendre leurs voix, ils déplorent que se dessine une majorité en faveur de l’action politique alors qu’ils sont partisans de la révolte et de la non-participation électorale.
Puis c’est la rupture au Havre en 1880 où les anarchistes refusent d’avaliser un texte qui accepte les élections alors qu’ils soutiennent le principe de l’action terroriste, les anarchistes ne sont plus des socialistes. La séparation définitive date du congrès régional du centre tenu à Paris le 22 mai 1881. A partir de cette époque les anarchistes vont préconiser inlassablement « la propagande par le fait ». C’est Kropotkine qui concrétise l’idée dans La Révolte du 25 décembre 1880 après le congrès de Berne qui lance le slogan : « La révolte permanente par la parole, par l’écrit, par le poignard, le fusil, la dynamite… Tout est bon pour nous qui n’est pas la légalité ».
A côté des congrès qui ont tendance à se multiplier, des journaux sortent qui poussent dans ce sens. Les Jurassiens multiplient des rencontres à proximité de la frontière avec les rescapés de la fédération française de l’Internationale.

(Suite au prochain épisode…)

Par Vincent BANSSILLON, Professeur de médecine

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Salager dit :

    Je vais lire, en attendant le dernier épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *