EVENEMENTS/Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (3/5)

(Suite de l’article : Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (2/5))

LA CHUTE DE L’EMPIRE ET SES CONSEQUENCES

La période comprise entre le 4 septembre 1870 et le 30 avril 1871 peut se subdiviser en 3 périodes : – avant Bakounine s’instaure une période d’instabilité, une commune populaire s’empare ensuite du pouvoir et fait place à une municipalité élue soumise à des forces contradictoires à l’intérieur et à l’extérieur,
– l’arrivée de Bakounine marque l’acmé de l’influence anarchique qui se concrétise par une commune éphémère,
– l’après Bakounine est marqué par le déclin du mouvement populaire et de l’idéologie anarchiste, malgré une tentative de 3° commune.

La proclamation de la République et la 1° Commune
Le 4 septembre, après la capitulation de Sedan le 2 et la chute de l’Empire, le gouvernement de la République est réfugié à Tours et se trouve sans grande autorité, ce qui laisse une grande autonomie de fait aux communes. La République est proclamée par un gouvernement transitoire comprenant en particulier l’avocat lyonnais Jules Favre, défenseur des insurgés de 1834. Une affiche signée en particulier par A Richard fait part de cette annonce.
A Lyon, le matin du 4 septembre, sitôt connues les nouvelles de Sedan, des manifestants convergent des Brotteaux, de la Croix Rousse et de la Guillotière vers les Terreaux pour envahir l’Hôtel de Ville. Un papier manuscrit retrouvé aux archives complète cette décision, sans que l’on sache son origine et sa finalité :

« Les malheurs de la patrie nous dictent notre devoir.
Nous proclamons immédiatement l’armement de la nation, la déchéance de l’Empire,  la proclamation de la République ».
Lyon le 4 Sbre
La commission provisoire »,
suivent une dizaine de signatures où l’on a pu reconnaître celles des dénommés Chaverot, Beauvoir et Soubrat.

L’officier de santé Durand proclame du balcon de l’Hôtel de ville la République et fait acclamer une première liste de membres d’un Comité de salut public.
Ce Comité de salut public désigné par acclamation s’intitule commission provisoire, il siège à l’Hôtel de Ville et comprend des républicains modérés comme le vétérinaire Hénon, mais aussi des radicaux, et surtout une majorité de représentants des classes ouvrières et des artisans, mais va limiter le nombre des internationalistes en excluant Albert Richard.
Leur participation, quoique limitée sur le plan pratique, y devient cependant importante sur le plan idéologique.
Avant même cette proclamation, un jeune homme nommé Charbin avait hissé à ses risques et périls le drapeau rouge de la Commune à la place du drapeau tricolore.

« Le drapeau tricolore, dit le secrétaire du Comité de salut public, sous lequel s’allièrent la bourgeoisie et la royauté, représentait la révolution politique. Il était fêté du bourgeois pour lequel il représentait la liberté et l’ordre assurés par l’autorité ; il était acclamé du soldat pour lequel il représentait, hélas ! la gloire.
La République, le suffrage universel, le peuple enfin exigent un autre emblème… La Révolution n’aboutit que si elle devient sociale…. Et cette Révolution ne s’effectue que par l’entente commune et libre des intérêts, délivrés de toute sujétion, de toute influence, par la coordination des forces de chaque homme, de chaque cité, de chaque province, par la fédération administrative, productive et commerciale. Dès lors en face du drapeau tricolore, labarum gouvernemental, militaire et religieux, se dresse le drapeau rouge, guidon du citoyen ».

Cette proclamation sous la pression des internationalistes, se fait 9 heures avant celle de Paris et avant celle de Marseille, tandis que le préfet Sencier et des fonctionnaires des services publics, sont arrêtés.

Le premier soin du Comité est d’ordonner la libération des prisonniers politiques. Un ordre d’élargissement signé de Chépié, président, de Chaverot, Perret, Langlade et Vollot est envoyé :

« Lyon le 4 septembre
Au nom de la république qui vient d’être proclamée,
Nous, membres de la commission provisoire, nous ordonnons au directeur de la prison de St Joseph de mettre en liberté tous les détenus politiques qui se trouveront sous sa garde.
Pour la commission provisoire »
les signatures des sus désignés.

Le récit d’A Stayer qui publie l’ordre n’en fait pas mention dans la narration qui suit.
La foule se porte à la prison et se heurte au commissaire de police qui veut résister et fait sortir le poste. Les soldats mettent la crosse en l’air et le commissaire maltraité ne dut sa survie qu’à l’intervention d’un boulanger qui lui donna asile. La porte fut forcée et les prisonniers délivrés furent menés à travers toute la ville dans un fiacre au-dessus duquel deux manifestants en manches de chemise se tenaient debout en élevant un drapeau rouge au bout d’une perche, tambours et clairons en tête, aux acclamations de la foule qui se presse dans les rues de la presqu’île avant d’entrer à l’Hôtel de ville.
Parmi les libérés, l’avocat Louis Andrieux, emprisonné par l’Empire après sa campagne de dénigrement du plébiscite (il devait avoir un destin national et il est connu pour être le père présomptif d’Aragon), et Joseph Lentillon sont les plus remarqués.
En sens inverse les policiers du régime déchu, des religieux, suspects par définition. Ils étaient accompagnés par les cris de « Au Rhône, A l’abattoir. A mort » qui impressionnèrent fortement la bourgeoisie.

Le même jour la rue impériale est rebaptisée rue de la République.

Pendant 12 jours, ce comité sera maître de la ville malgré la nomination le 5 septembre du préfet Challemel-Lacourt, envoyé par le gouvernement de défense nationale, mais considéré par le comité seulement comme un « délégué du gouvernement auprès du gouvernement de Lyon » en raison de la méfiance à l’égard du gouvernement :

« Introduit dans la salle des fêtes, où siégeait solennellement le Comité de salut public, le préfet du gouvernement de la défense nationale y fut reçu avec les égards dus au représentant d’un pouvoir qu’il importe de ménager, mais aussi avec une méfiance voisine de l’hostilité. Il y subit un long interrogatoire au cours duquel il assouplit sa raideur naturelle, se courba au niveau de son auditoire, s’efforça de gagner sa confiance par des déclarations appropriées aux circonstances et mit toutes les ressources de son intelligence à s’insinuer dans les sympathies d’une démocratie ombrageuse et revêche ».
Louis Andrieux

Installé dans des conditions précaires à l’entresol de l’hôtel de ville, il ne peut recevoir un visiteur sans l’autorisation d’un des présidents du Comité et son courrier est lu, mais il peut sortir librement. Il va s’efforcer de limiter les dégâts en contrant au maximum les menées des forces populaires et limiter les tendances antijacobines.

Des bandes firent des perquisitions au séminaire de Saint Irénée et chez les Capucins, gardiens du monument commémoratif des Brotteaux.
Prévenus par le père Chevrier, ils purent se réfugier à temps chez les frères de Saint Jean de Dieu.

Le 6 septembre, une perquisition eut lieu chez les Jésuites de la rue Sainte-Hélène, dont certains furent arrêtés et emprisonnés avant d’être expulsés de Lyon, ainsi que chez les Carmes et les missions africaines Grande Rue de la Guillotière avec pillage.
Le 7 septembre, le Comité décida la suppression de toute allocation aux sociétés religieuses et vota une adresse au gouvernement pour la séparation révolutionnaire des Eglises et de l’Etat.
Le 8, le commandement des corps de volontaires en formation fut offert à Garibaldi et à Gustave Cluseret, un aventurier venant de Paris, ex officier de la garde mobile en 1848, général de brigade au service des nordistes et membre de la section de New York de l’Internationale.
Le 9, la calèche de l’archevêque fut arrêtée et fouillée. L’octroi fut aboli.
Le 10, le Comité acceptait des élections municipales pour le 15.
Le 11, l’exemption à l’enrôlement fut supprimée pour les religieux.
Le 12, le Mont de Piété dut restituer les objets déposés ne dépassant pas 20 francs en même temps qu’étaient établis contre les riches une taxe immobilière de 0.5% et un impôt mobilier de 1%.
Le 13, le Comité décidait l’élection des commissaires de police au suffrage universel et proposait de faire arrêter les maires refusant de reconnaître la République.
Le 14, septembre des mesures officielles de laïcisation sont prises et sont affichées :

COMMUNE DE LYON

Le Comité de salut public,
Considérant que l’enseignement donné par les congrégations est contraire à l’esprit républicain

ARRETE
ART. 1°. – Nulle subvention n’est accordée dès ce jour par la Commune aux institutions religieuses de l’un et l’autre sexe.
ART. 2. – Les locaux appartenant à la Commune et servant actuellement aux écoles religieuses et aux salles d’asile seront désormais affectées à des écoles et à des salles d’asile, dirigées par des personnes laïques.
ART. 3. – Nulle personne ne peut exercer l’enseignement sans être munie d’un diplôme.

Pour le Comité

Les présidents : CHEPIE, CHAVEROT, PERRET.

Enfin un Comité de Sûreté Générale était mis en place rue Luizerne (rue Major Martin aujourd’hui) à l’Hôtel de Police après que des insurgés s’en soient emparés.
Selon Moissonnier, « y dominaient, semble-t-il, des radicaux avancés influencés par les méthodes blanquistes ». Ses premières mesures furent de libérer des droits communs et des filles publiques et d’arrêter une centaine de personnes : fonctionnaires, ecclésiastiques, policiers, conseillers municipaux.

Le 15, une première réunion du Comité de salut public vota une réquisition de 20 millions destinés à la défense, une deuxième sortit une proclamation où il déclarait avoir été entravé par l’administration, la hiérarchie civile et militaire et par les forces réactionnaires.

Le 8 septembre, une réunion s’était tenue à la Rotonde sous l’impulsion d’Andrieux, proche de Gambetta, qui voulait rétablir l’autorité du pouvoir central. Elle désigna 10 commissaires chargés d’être les intermédiaires entre le peuple lyonnais et le Comité. Trois de ces commissaires furent chargés d’aller à Paris pour prendre le contact avec le gouvernement et exposer les revendications lyonnaises, en particulier la discussion d’une levée en masse contre la Prusse. Furent élus Louis Andrieux, et deux internationalistes bakouniniens A Richard et Victor Jaclard, un mathématicien de passage à Lyon.
Andrieux profita de sa visite parisienne pour se faire nommer procureur en charge par Gambetta afin de mettre fin au désordre lyonnais et faire respecter l’autorité du gouvernement. Les deux internationalistes furent pour la forme présentés à Gambetta qui leur raconta des salades. C’est à Paris où il resta quelques jours que Richard rencontra Cluseret dont nous reparlerons.

La nomination d’Andrieux apportait une aide précieuse à Challemel-Lacour, qui l’avait sollicitée, pour remettre de l’ordre à Lyon.

Les élections municipales
Le 15 septembre, 52 conseillers sont élus, auxquels le Comité de Salut public remet ses pouvoirs provisoires. Ce conseil municipal porte Hénon à la mairie et des élus modérés, représentant en majorité la bourgeoisie au détriment des ouvriers. Il va dans un premier temps poursuivre la politique du Comité en commençant par confirmer le séquestre de tous les immeubles congréganistes ainsi que leur affectation à des services publics. Rappelons que le siège de Paris commence à partir du 19 septembre.
Ce conseil municipal dans un esprit conciliateur déclare le 24 septembre 1870 que le drapeau rouge représente le signal de la patrie en danger et prend la décision de le laisser.

Mais les forces démocratiques et socialistes ne s’avouaient pas vaincues et des comités dont le rôle sera important, se constituèrent après les élections.

> Un existait déjà, c’était le Comité de sureté générale qui faisait une large place aux amis d’A Richard.
> Un se constitua immédiatement : le Comité central fédératif qui se fédéra avec la Ligue du midi pour procéder à une levée en masse et coordonner la défense indépendamment de Gambetta. Selon Andrieux, il « représentait la fraction ultra-jacobine de la démocratie lyonnais » « Il s’agit de mener une guerre populaire en faisant appel à l’initiative des masses sans beaucoup tenir compte des directives de Gambetta. Il s’agit même de lui faire violence ». Maurice Moissonnier. Son siège de réunion était le palais Saint Pierre. Il avait des liens étroits avec le Comité de salut public dont plusieurs de ses membres en étaient issus.
> Le troisième fut le fait de la section lyonnaise de l’AIT. Le Comité de salut de la France était destiné à promouvoir les idées de Bakounine en faisant fi des instructions du conseil général de Londres et assurer la défense nationale. Le meeting inaugural eut lieu le 17 septembre à la Rotonde avec Richard, Blanc, Palix et Saignes.
> Citons enfin le Comité révolutionnaire de la Guillotière du Dr Crestin qui joua un rôle secondaire mais non négligeable d’aiguillon et dont l’activité se termina de manière dramatique le 30 avril.
> C’est à cette même époque que les gardes nationaux des quartiers populaires, dont l’armement avait été différé par le préfet, s’emparaient du fort Lamothe et du fort de la Vitriolerie pour s’emparer des armes entreposées, représentant la dernière force populaire à côté des comités.

En face de ces comités et de la municipalité, le rôle du préfet fut difficile.
Son mérite pour Steyert, aurait été d’organiser avec efficacité la défense nationale pour contrer l’action des comités, surtout du comité central fédératif, qui voulaient s’en occuper.
Deux jours après son arrivée, il ajoutait aux 5 bataillons de mobile, aux deux batteries d’artillerie et aux deux compagnies de pontonniers réunis à Sathonay, soit environ 12.000 hommes, la création d’une garde nationale mobilisée formée de 4 légions composée de tous les hommes valides non mariés de 25 à 40 ans. A côté, une garde nationale sédentaire, formée dès les premiers jours de septembre et formé par les hommes mariés ou veufs de 21 à 50 ans, entoura la ville d’une ligne de redoutes autour de Lyon.

Son projet d’enrôlements volontaires, commandé par la nécessité de contrer l’action de la Ligue du midi, fut moins judicieux amenant des individus peu recommandables et indisciplinés ; leur nombre augmenta avec l’annonce de l’arrivée de Garibaldi et la formation de son corps composé de ce type d’individus.
Les Lyonnais se mobilisèrent pour l’attendre en longues files aux abords de la gare de Perrache, rue de Bourbon (Victor Hugo) jusqu’à Bellecour. Cette affluence cessa avec l’annonce que Garibaldi était nommé chef de l’armée des Vosges en Bourgogne. Challemel-Lacour devait se heurter sur ce sujet avec la général Mazure, le nouveau général, nommé par le pouvoir central.

L’arrivée de Bakounine et l’agitation lyonnaise
Ce même 18 septembre arrive Bakounine.
Il était parti le 9 de Locarno, décidé d’aller à Lyon afin « d’y porter ses vieux os et d’y jouer sa dernière partie », en passant par Lucerne, Berne Neuchâtel.
Il estime que les conditions sont requises pour faire la révolution prolétarienne ; dès avril 70, il pensait que le mouvement révolutionnaire n’aurait pas obligatoirement Paris comme origine :

« Les provinces, au moins les points principaux tels que Lyon, Marseille, Saint Etienne, Rouen et autre ne doivent pas attendre les décrets de Paris pour se soulever et s’organiser révolutionnairement. Ils doivent se soulever simultanément avec Paris et faire ce que doit faire Paris, la révolution négative et la première organisation par un mouvement spontané de manière à ce que l’Association révolutionnaire fédérale des délégués de province et des communes n’ait pas à organiser la France, mais soit l’expression d’une organisation spontanément faite par chaque point, j’entends les points révolutionnaires, non ceux qui se trouveraient encore à l’état de réaction. En un mot la révolution doit être et doit rester partout indépendamment du point central qui doit en être l’expression, le produit et non la source, la direction et la cause ».

Dans la dernière des Lettres à un Français le 15 septembre, il écrit :

« La France comme Etat est perdue. Elle ne peut plus se sauver par les moyens réguliers et administratifs. C’est à la France naturelle, à la France du peuple à entrer maintenant sur la scène de l’histoire, à sauver sa liberté et celle de l’Europe entière, par un soulèvement immense, spontané, tout populaire, en dehors de toute organisation officielle, de toute centralisation gouvernementale. Et la France, en balayant de son territoire les armées du roi de Prusse, aura du même coup affranchi tous les peuples d’Europe et accompli l’émancipation du prolétariat ».

Arrivé à Lyon, iI se réunit avec son compatriote Wladimir Ozerof entré à l’Alliance le 21 mai 1870, le Polonais Valence Mankiewicz, le « général » Cluseret appelé de Paris par le Comité et arrivé à Lyon le 17 septembre, et des Lyonnais dont Albert Richard, Palix, Gaspard Blanc, Saigne et le Marseillais Bastelica pour leur dire que le moment était propice pour déclencher « la Révolution intégrale », mais en refusant tout centralisme au contraire des marxistes, au profit d’un fédéralisme partant de la base.
Il fallait s’attaquer à toute forme d’autorité nationale, supprimer l’impôt, destituer les officiers de l’Empire et les remplacer par des soldats citoyens élus, « se familiariser avec l’incendie, le poignard et le poison, sous la devise salutaire de : Guerre à la Guerre », renoncer à la prétention de gouverner le pays.
Il effraye les Lyonnais par sa volonté d’abolir toutes les lois et de déchaîner l’instinct destructeur des masses. Mais la préparation de la Révolution manque de professionnalisme : un officier de la garde nationale est disposé à livrer un fort, d’autres sont prêts à s’emparer  d’un fort après avoir versé des narcotiques à leurs camarades. Bakounine compte en effet sur le soulèvement spontané des masses.

« Les réunions privées du Comité du salut de la France avaient lieu à la Guillotière dans l’atelier d’un ajusteur mécanicien qui était un ami du plâtrier Saignes, un des chefs des radicaux révolutionnaires qui s’étaient ralliés à l’Internationale. Dans la journée, le point central de ralliement était la maison de Palix, un ouvrier tailleur, membre de l’Alliance et du Conseil de la Fédération lyonnaise. Bakounine y prenait ses repas. Palix était d’un caractère antique, très estimé de tout le monde, un ouvrier instruit et vertueux comme les romanciers réalistes de notre époque n’en n’ont pas encore introduit dans leurs scènes de la vie ouvrière, peut-être parce qu’ils ont pensé qu’on les accuserait d’embellir le tableau ». Albert Richard.

Parmi les membres de l’entourage de Bakounine qui se sont distingués pendant cette période, revenons sur Cluseret, ancien officier de l’armée impériale qui avait démissionné pour participer à la guerre de Sécession américaine ; il fit une conférence au Grand Théâtre le 23 septembre et une autre à la Rotonde pour exposer ses propositions de défense aux Lyonnais, considérées comme fumeuses par certains ; on le retrouvera plus tard à la Commune de Paris.
Il faut citer aussi Saignes, ouvrier plâtrier, qui voulait, le 24, à la Rotonde des Brotteaux, abolir le gouvernement central, faire administrer les communes par des Comités de Salut Public de la France et faire élire les officiers par leur troupe.

La journée du 24 fut riche en évènements : le général Mazure voulut armer des gardes-nationaux fidèles pour s’opposer aux forces révolutionnaires, ce qui provoqua des tollés de toute part. Le conseil municipal fut saisi publiquement de l’affaire que le préfet s’efforça d’étouffer.
Celle-ci contribua à envenimer les relations entre les deux représentants du pouvoir central. Le deuxième incident porta sur le drapeau rouge. Un  détachement des gardes mobiles du Var défila avec le drapeau tricolore. Certains applaudirent, mais quand ils voulurent, sur l’incitation de certains, enlever le drapeau rouge de l’Hôtel de Ville, une échauffourée se produisit avec les factionnaires et les gardes mobiles, la population ouvrière manifesta et le conseil municipal adopta une motion maintenant le drapeau rouge tout en manifestant sa fidélité au drapeau tricolore.

Bakounine décida le 25 septembre que la Révolution serait déclenchée le lendemain, il en fut dissuadé par des camarades plus réalistes qui pensaient que cette décision était prématurée.

Mais le 26, le Conseil municipal apprend aux Lyonnais les conditions d’Armistice, imposées par la Prusse au plénipotentiaire Jules Favre, qui suscitent l’indignation.
Ce même jour se tient à la Rotonde, sous la présidence de Saignes, une réunion rassemblant 6000 personnes adoptant les principes de l’affiche rouge. Bakounine, Richard et Cluseret estiment que l’heure de la révolution est alors venue. L’impression de l’Affiche rouge, nommée comme telle par Bakounine, est alors décidée : elle fut imprimée par T Regard, 12 rue de la Barre en 600 exemplaires pour 47 francs, compte adressé à Saignes, 400 exemplaires sont placardés dans la nuit du 27 par l’entreprise Coron et Cie au prix de 5 centimes l’affiche.
Ce texte, qui se réfère à une imaginaire Fédération révolutionnaire des Communes est un résumé du programme de Bakounine et de tout ce qu’il écrivit dans les mois précédents ; il en envoie d’ailleurs un exemplaire à son correspondant à Zurich, Armand Ross, avec une lettre : « Cette proclamation sera diffusée demain matin. Et dans la nuit nous arrêterons nos principaux ennemis, c’est la dernière bataille et nous l’espérons,  la victoire ».

AML – 6fi6833

Après le préambule suivant :

« La situation désastreuse dans laquelle se trouve le pays, l’impuissance des pouvoirs officiels et l’indifférence des classes privilégiées ont mis la nation française sur le bord de l’abîme.

Si le peuple organisé révolutionnairement ne se hâte d’agir, son avenir est perdu, la révolte est perdue, tout est perdu. S’inspirant de l’immensité du danger et considérant que l’action désespérée du peuple ne saurait être retardée d’un seul instant, les délégués des comités fédérés du salut de la France réunis en comité central, proposent d’adopter les résolutions suivantes »

sont exposés les 7 articles suivants :

« Art 1 : La machine administrative et gouvernementale de l’état étant devenue impuissante, est abolie. Le peuple rentre en pleine possession de lui-même.

Art 2 : Les tribunaux criminels et civils sont suspendus et remplacés par la justice du peuple.

Art 3 : Le paiement de l’impôt et des hypothèques est remplacé par les contributions des communes fédérées prélevées sur les classes riches, proportionnellement aux besoins du salut de la France.

Art 4: L’état étant déchu ne pourra plus intervenir dans les paiements des dettes privées.

Art 5 : Toutes les organisations municipales existantes sont cassées et remplacées dans toutes les communes fédérées par des comités de salut de la France qui exerceront tous les pouvoirs sous le contrôle immédiat du peuple.

Art 6 : Chaque comité de chef-lieu de département enverra deux délégués pour former la Convention révolutionnaire du salut de la France.

Art 7 : Cette Convention se réunira immédiatement à l’Hôtel de Ville de Lyon comme étant la deuxième ville de France, la plus portée de pourvoir énergiquement à la défense du pays.

Cette Convention appuyée sur le peuple sauvera la France ».

Ce texte est signé par les bakouninistes du Comité central de Salut pour la France, dont Bakounine. Celui-ci est conscient que la signature d’un étranger peut être mal vue mais il ne veut pas refuser de prendre ses responsabilités et les autres membres estiment que sa signature est un atout.

Ils vont ensuite rédiger une affiche appelant à une manifestation le 28 :

« République française

Le peuple lyonnais, vu l’imminence du danger et la lenteur apportée par l’autorité à l’organisation de la Défense nationale, est convoqué par l’organe des Comités (Comité du salut de la France et Comité central fédératif siégeant au palais Saint-Pierre) à une manifestation populaire aujourd’hui 28 septembre 1870 à midi, sur la place des Terreaux, à l’effet d’obliger l’autorité à prendre immédiatement les mesures les plus énergiques pour la Défense nationale ».

La Commune anarchique de Lyon
Les comploteurs vont profiter du mécontentement des ouvriers des chantiers de la défense. Le conseil municipal avait réduit et leurs heures de travail et leur rémunération de 3f à 2,5f.
Des émissaires vont pendant la matinée appeler les ouvriers à cesser le travail et à se rendre place de l’Hôtel de ville pour manifester. Selon le Progrès, à midi, 6 à 8000 personnes sont rassemblées pacifiquement.

Une délégation de 16 travailleurs introduite par Claude Bessières, professeur de lycée, est reçue par Hénon. Pendant qu’une discussion s’engage, sans violence, deux groupes pénètrent dans l’Hôtel de ville : le premier passant par l’entrée principale est conduit par Saignes.
Le conseil municipal ne tient pas séance, l’Hôtel de ville est inoccupé et les intrus se trouvent maîtres de celui-ci.
Saignes,  porteur d’un bolivar et d’une écharpe rouge prend place sur le balcon du premier étage :

« Camarades, on se fout de nous ! Des traîtres infâmes s’engraissent de notre sueur, il faut en finir avec eux ! La Révolution se met en marche ; tous ensemble, nous allons renverser comme un torrent ceux qui voudront s’y opposer ! ».

Il poursuit en nommant Cluseret, général en chef des armées révolutionnaires. Cluseret prend la parole à son tour et réclame l’arrestation du général Mazure chef de « tous les officiers qui voulaient berner le peuple ». Puis ce fut au tour de Bastelica d’invoquer Spartacus dans un discours peu compréhensible.
La situation était confuse, le seul groupe organisé était le Comité central du salut de la France, mais comme l’écrivait plus tard A Richard : « ses membres étaient éparpillés dans le plus grand désordre et ne pouvaient rien attendre que du hasard ». Richard et Bastelica décident de se rendre aux Brotteaux pour recruter des gardes nationaux favorables, Cluseret se rend à la Croix-Rousse dans le même but.

Le deuxième groupe comportant Bakounine et quelques hommes, a pénétré par une petite porte débouchant sur la rue Puits-Gaillot. Hénon et Challemel-Lacourt, aidés par des gardes-nationaux qui leurs sont favorables, arrivent à isoler Bakounine dans la cour du bâtiment principal.
Après une bousculade Bakounine tomba dans le bassin.
Ecoutons le docteur Crestin :

« M Hénon, prévenu vers onze heures du matin, arriva bientôt à l’hôtel de ville. Bakounine se promenait au milieu de la vaste cour qui sépare la salle des Lions des appartements destinés au préfet…. M. Hénon lui mit la main au collet pour l’arrêter. Le nouvel Anthée (Bakounine qui était effectivement de forte constitution) se débattit un instant puis parvint à prendre M. Hénon corps à corps. Alors survint un citoyen bien connu des républicains du temps ; le citoyen Moreau. Moreau était un homme de petite taille, presque chétif. Il s’attacha aux basques de Bakounine et après avoir dégagé M. Hénon, bouscula le Moscovite. Celui-ci alla tomber dans le bassin ».

Bakounine fut ensuite conduit dans l’arrière chambre du poste situé près de la place la Comédie, fouillé et incarcéré malgré ses dénégations au sous-sol de l’Hôtel de ville, avec le préfet selon Andrieux, et rédigea durant cette courte captivité des mandats d’arrêt contre les chefs du mouvement

Les amis de Bakounine pendant ce temps dressaient une liste d’un Comité provisoire révolutionnaire du Salut de la France avec Saignes comme président, d’autres membres rassemblaient les adhérents des comités initiateurs et quelques adhérents du conseil municipal.

A 16 heures arrive Cluseret suivi de groupes non armés, il se heurte aux gardes-nationaux qui avaient arrêté Bakounine et est confié au conseiller Bouchu.
Alerté par le tumulte, Saignes paraît au balcon, il appelle à la rescousse les manifestants qui pénètrent en masse dans l’Hôtel de ville.
La situation s’inverse : Bakounine et Cluseret sont libérés, Challemel-Lacour, Hénon, Le Royer, Andrieux sont arrêtés.
Dans la salle des séances, Bakounine veut pousser à l’action, ameuter les masses et arrêter les adversaires ; les membres du Comité s’occupent plutôt à faire des discours et rédiger des ordonnances pour faire emprisonner des bourgeois et des membres du clergé. Ils constituent une liste et forment un tribunal révolutionnaire dont les membres sont connus pour leur violence. Gaspard Blanc s’occupe de réquisitionner des armes, A Richard rédige une affiche pour annoncer la nomination de Cluseret comme général en chef de l’armée de Lyon et des environs.

Dans la situation confuse qui régnait, des complicités permettent à Hénon, Bouchu et le Royer de s’échapper. Ils vont en profiter pour faire le rappel des bataillons fidèles de gardes nationaux.

La situation va basculer, les insurgés sentant le vent tourner.
Il est près de 18h30 et les conseillers municipaux commencent à arriver pour la séance prévue le soir. Ils pénètrent dans la salle des séances où A Richard les harangue, leur proposant une transaction en retrait par rapport aux exigences du Comité, réclamant fermeté, droit de regard sur les affaires, la levée en masse, l’impôt forcé. On se serre la main, certains conseillers souhaitent l’absence de répression.

Sur la place des Terreaux le rapport de force change.
La plupart des manifestants lassée, s’en est allée.
Hénon harangue les bataillons de la garde nationale faisant appel à leur nationalisme et parvient à les rallier, le conseiller municipal Bouchu rassemble à la Croix-Rousse le 10° bataillon commandé par Chavant et le 4° commandé par Arnaud qui descendent les pentes au son du tambour. Saignes et Cluseret se précipitent au balcon en croyant qu’ils reçoivent de l’aide. Ils vont déchanter et c’est la débandade. Tous les conjurés dont Bakounine disparaissent. Challemel-Lacour libéré, flanqué de Hénon, passe en revue place des Terreaux les bataillons de la garde nationale qui l’acclament. Il apprend en même temps qu’il a les pleins pouvoirs délivrés par le gouvernement de Tours.

Tous les conjurés arrivèrent à échapper aux poursuites.
Bakounine se cache pour la nuit dans la chambre d’un ouvrier et prendra le lendemain matin à Perrache le train pour Marseille, suivi le lendemain par Cluseret. Dans sa chambre il écrit une lettre d’adieu à Palix :

«Je quitte Lyon, le cœur lourd de tristesse et de sombres pressentiments. Je commence à penser que c’est fini avec la France, elle deviendra un vice-royaume de l’Allemagne. Son socialisme vivant et réel sera remplacé par le socialisme doctrinaire des Allemands… L’intelligence bureaucratique et militaire de la Prusse, unie avec le knout du tsar de Petersburg, assureront la tranquillité publique sur tout le continent européen pour au moins cinquante ans. Adieu liberté, adieu socialisme, justice pour le peuple et triomphe de l’humanité ! Tout cela aurait pu résulter du malheur actuel de la France… si le peuple de France, le peuple de Lyon avait voulu »

La première commune de l’anarchie avait duré un jour !

Alors que le Comité central fédératif arrivait à survivre, le Comité du salut de la France était contraint à la clandestinité.
Ce fut la consternation au sein de l’AIT qui accusa Bakounine d’incompétence. Marx :

« Mais les ânes de Bakounine et de Cluseret arrivèrent à Lyon et gâchèrent tout. Comme tous les deux appartiennent à l’Internationale, ils eurent hélas, assez d’influence pour fourvoyer nos amis. Ils s’emparèrent de la mairie – pour peu de temps- et proclamèrent les lois les plus insensées sur l’abolition de l’Etat et autres bêtises du même genre».

Bakounine devait tenter l’année suivante le lancement en Espagne d’un mouvement libertaire sans succès. Comme le rapporte Kropotkine plus haut, exclus en 1872 du Congrès des Travailleurs de la Hayes par Marx, Bakounine et les antiautoritaires ripostent par la tenue à Saint-Imier en Suisse en septembre 1872 d’un congrès aboutissant à la création d’une Internationale antiautoritaire supplantant la précédente qui dépérit pour disparaître en 1876 aux USA après la mort de Marx. Cette Internationale antiautoritaire fut animée par la Fédération jurassienne créée officiellement en 1871, la Fédération italienne et espagnole; elle dépérit elle aussi dans les années 80 après la mort de Bakounine.
En effet, après avoir publié « l’Etat et l’Anarchie » celui-ci devait  mourir en 1876.

(Suite au prochain épisode…)

Par Vincent BANSSILLON, Professeur de médecine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.