EVENEMENTS/Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (2/5)

Mikhail Bakunin – WikiCommons

(Suite de l’article Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (1/5))

ALBERT RICHARD ET L’ACTIVISME ANARCHIQUE LYONNAIS.

A son retour à Lyon, A Richard s’identifie à l’AIT à Lyon et dans la région et va prendre en main l’organisation. Sa situation sera ambiguë, car, tout en étant le représentant officiel de cette association, il sera le cheval de Troie de Bakounine. Il va liquider la tendance mutuelliste et le système coopératif, condamner la théorie proudhonienne de transformation graduelle et pacifique de la société, ce qui est conforme aux volontés de l’AIT. Aux élections de 69, ne pouvant présenter de candidature ouvrière, il va préconiser l’abstention, refusant de soutenir les radicaux. Il préconisera aussi l’abstention au plébiscite de 1870.

Albert Richard précisera lors de son interrogatoire que la création des sections lyonnaises date de 1869, sans doute février. Le rapport cité plus haut mentionne alors 25 sections lyonnaises regroupant 400 adhérents environ.

C’est l’occasion ici de s’intéresser de plus près à A. Richard, né le 8 décembre 1846, en revenant sur les rapports de police.
Son père, travaillant chez Gillet, était décrit comme « ouvrier teinturier quai de serin n°20 démocrate socialiste influent dans des corporations, c’est un des premiers et des plus ardents propagateurs de l’Internationale qu’il représente comme délégué à plusieurs congrès de la société à Genève », Albert est mentionné déjà plus haut pour avoir participé au congrès de Londres avec son père alors qu’il n’avait que 18 ans :

« Richard Albert, quai de serin n°20, est un jeune homme d’environ 23 ans, sans profession visant à devenir homme de lettres, il se livre dans des réunions et dans des articles des journaux de Bruxelles et de Genève à la propagation des principes les plus outrés du socialisme et figure parmi les plus ardents organisateurs de la société Internationale, qu’il a représenté comme délégué à plusieurs congrès que cette société a tenus. C’est le correspondant de la section lyonnaise avec les comités de Londres et Genève ; il correspond également avec la section de Marseille, Saint Etienne et diverses autres localités».

« Les leaders libéraux et radicaux qu’il n’a pas ménagés dans des articles et dans les réunions ouvrières le tiennent en suspicion et vont jusqu’à dire qu’il a des attaches policières ; ainsi son action ne s’exerce guère que sur les ouvriers encore jeunes, qui n’ont pas encore figuré dans les menées politiques et qu’il a fait secourir par l’Internationale dans les moments de grève ».

Extrait d’un rapport du 19 mai 1870 :

« Richard Albert, né à Tours (Indre et Loire) auteur d’un écrit en forme de journal intitulé le Socialisme a fait des études chez les frères de la rue Pouteau, puis à l’école de la Martinière. Il ne s’occupe que de socialisme bien que son père n’ait d’autre ressource que les produits de son emploi de contre maître chez Gillet Teinturier quai de Serin n°9.
Richard Albert est déjà connu dans les partis démocratiques, mais ses idées sont plutôt  socialistes que politiques. Comme son père ancien délégué au congrès de Bruxelles et de Genève, il est partisan de la réforme économique par la prépondérance du travail sur le capital, ou plutôt par l’ancre de ces deux éléments de production  et leur réunion dans les mêmes mains. Le père et le fils Richard jouissent dans leur voisinage d’une bonne réputation. On les dit honnêtes, laborieux extérieurement.

Cependant, on leur reproche et notamment au fils d’avoir détourné des sommes provenant des collectes faites pour les besoins de la candidature de Bancel et d’avoir de leurs chefs, et sans mandat, fait eux-mêmes des collectes à l’occasion de l’ouverture du congrès de Berne, où Richard fils a été envoyé en délégation. On reproche également au fils Richard d’avoir par ses conseils décidé un jeune homme de ses amis à remplacer ; d’avoir reçu de ce jeune homme une somme de 900 frs à titre de dépôt et de n’avoir encore restitué de ce dépôt que des sommes insignifiantes.

Richard fils a été également délégué au congrès de Bruxelles, mais les idées qu’il a exprimées à ce congrès, comme à celui de Berne, n’ont pas été bien accueillies parce qu’elles étaient trop exclusivement socialistes. Il est républicain, mais il demande la réforme économique par les changements complets des rapports entre le capital et le travail plutôt que par les révolutions politiques.
Son action dans la réorganisation de l’Internationale a été prépondérante. Le commissaire général ».

Courrier de Lyon du 10 mars 1870 :

« M Albert Richard n’est pas le premier venu. Il trouve l’expression juste, son langage est élégant, correct, parlementaire. Il a la franchise de ne flagorner personne ; ce qu’il dit semble procéder d’une conviction profonde. Nous ne goûtons pas la plupart de ses idées certes ! Mais nous devons convenir que M Richard est un homme avec lequel on peut discuter. Ses théories ne sont pas de la rengaine ; elles procèdent de l’étude mal digérée peut-être, à laquelle nous n’envions rien, mais enfin M Richard  lui, il a appris, il sait. Comme orateur il est supérieur à tous ceux de nos avocats qui se sont fait entendre jusqu’à présent dans les réunions publiques ».

Son statut d’intellectuel dont il a l’aspect avec sa taille plutôt petite, sa maigreur, ses joues creusées, sa figure allongée, sa barbe noire et clairsemée, associés à sa jeunesse, lui assure une place particulière et prépondérante, malgré son âge, au sein de l’organisation lyonnaise où il va jouer un rôle fédérateur local, national, et international, durant les années 69 et 70.

LA GREVE DES OVALISTES

L’affirmation de l’anarchie sur le plan local commence en 1869 quand une vague de grèves déferle sur la ville et alentour. Il y a rencontre entre une organisation politique de 200 à 300 membres et un mouvement revendicatif. La section lyonnaise intervient directement dans les grèves par le jeu de la solidarité pécuniaire. Comme le dit Eugène Dupont, membre du conseil général de l’AIT : « A Lyon ce n’est pas l’Internationale qui a jeté les ouvriers dans la grève, c’est la grève qui les jeta dans l’Internationale ».

Le premier combat et le plus significatif est celui qui soutient la grève des ovalistes entre juin et juillet 1869. Cette grève mérite de passer à la postérité car elle est la première grève qui traduit l’éveil du monde féminin à la politique. Philomène Rozan, la meneuse sans visage, dont on ne connaît quasiment rien sur sa vie, en est un élément essentiel. Figurant d’abord parmi les pétitionnaires sous son seul prénom, elle devient présidente de la commission pour la grève, en en assurant l’organisation et la responsabilité.

Le moulinage travaille le fil de soie au sortir de la filature et le rend propre au tissage, c’est une des industries auxiliaires de la fabrique, qui se développe dans le quartier des Brotteaux et de la Part-Dieu.
La soie ovalée est le résultat d’un moulinage perfectionné, inventé par les fabricants de Nîmes et de Lyon dont l’avantage est économique et non technique, en épargnant certaine manœuvres en partie ou en totalité. Les ovalistes surveillent les moulins, garnissent et dégarnissent les bobines, vérifient la qualité de la soie, nouent et dénouent les fils cassés. Ce métier est quasiment exclusivement réservé à des femmes venant de toute la région Rhône-Alpes, y compris le Piémont. Elles vivent dans des conditions misérables, en dortoir, soumises à une discipline de fer et sont souvent obligés de se prostituer pour joindre les deux bouts avec des drames de l’avortement et de l’abandon d’enfants.

Le 21 juin 69 les ovalistes adressent une pétition au sénateur préfet du Rhône pour attirer son attention sur leur condition, sans doute écrite par l’écrivain public Bosquier, car elles ne sont pas entendues par leurs patrons :

« Monsieur le sénateur,

Les dames et demoiselles soussignés ci-dessous ont l’honneur de vous exposer qu’elles ne gagnent que 1fr 40 par jour. Voilà longtemps qu’elles souffrent n’ayant qu’une aussi minime journée. Il serait temps d’y mettre en terme et de leur faire accorder une petite augmentation vu qu’on les fait travailler depuis cinq heures du matin à sept heurs du soir ce qui est très pénible pour une femme.

A cet effet, elles viennent solliciter les bontés de Mr le sénateur d’avoir la bienveillance de leur faire accorder une augmentation en fixant la journée de chaque ouvrière à 2fr et une heure de travail en moins.

Autrement les dénominées ci-dessous se verront forcées de cesser le travail à leur grand regret vu qu’il est impossible de pouvoir vivre et s’entretenir en gagnant aussi peu. Il y en a au moins la moitié qui n’ont pas la santé et sont souvent malades par rapport à la nourriture grossière qu’elles sont obligées de manger afin de pouvoir suffire avec le peu qu’elles gagnent.

Elles ont toutes recours à vous Mr le sénateur pour que vous ayez la bienveillance de leur accorder votre appui et votre haute autorité pour leur  faire avoir l’augmentation qu’elles demandent.

De ce bienfait elles vous auront une éternelle reconnaissance et elles sont avec le plus profond respect votre très humble et dévouée servante et administrée ».

Suivent 255 signatures dont celle de Philomène Rozan.
Devant l’absence de réponse et une montée en puissance de l’agitation, une réunion rassemblant 2000 ovalistes a lieu à la Rotonde aux Brotteaux. Une tentative de dialogue avec les patrons se heurte à une fin de non-recevoir. Une nouvelle pétition est adressée au préfet signée de la présidente Rosalie Rozen illettrée le samedi 26 juin ; ce même jour au café Balmont une ultime tentative de négociation est entreprise en même temps qu’est mise sur pied une caisse de secours. La grève se déclenche avec des rassemblements et des manifestations que nous ne détaillerons pas ici. Les patrons essayeront de casser la grève en important des Italiennes. La grève a tendance à pourrir. Le dimanche 11 juillet, le bureau des grévistes organise une réunion ultime à la Rotonde. L’abandon des revendications salariales est accepté pour les femmes, mais pas la réduction du temps de travail qui sera discutée au cas par cas.

Le bureau fait voter l’adhésion à l’AIT en accord avec A Richard : «  Richard père et fils, Blanc, Palix, Vinbday, Bres et Canon ont affilié les ouvriers moulinistes et ovalistes à cette association…. ».

La réponse de l’AIT est signée Eugène Dupont  secrétaire correspondant pour la France de l’AIT ; il la fait parvenir à Albert Richard, ne pouvant le faire lui-même à cause de la maladie de ses enfants :

« Association Internationale du Travail. Conseil général

256 High Holborn WC London

17 juillet 1869

Aux citoyens et citoyennes membres de la section des ovalistes de Lyon.

Chers citoyens ! et citoyennes

Le conseil général a reçu avec le plus grand enthousiasme votre adhésion à l’association internationale du travail. Il fera tout ce qui dépendra de lui pour vous aider dans la lutte que vous soutenez contre l’agression des ouvriers à la Capital.

Il espère que votre exemple sera suivi par tous les travailleurs isolés qui comme vous, ils organisent dans leurs motions des sociétés de résistance afin que la classe ouvrière puisse acquérir par l’organisation internationale de toutes ses forces la puissance sociale pour anéantir la classe bourgeoise.

Courage et persévérance. Rappelez-vous le cri de ralliement de l’association internationale du travail : Travailleurs de tous les pays unissez-vous.

Au nom du conseil général ; Eugène Dupont, secrétaire correspondant pour la France ».

Philomène Rozan quittera la présidence. La grève se terminera le 21 juillet. Seuls certains patrons accepteront la diminution de travail de deux heures, qui ne persistera pas toujours. Philomène Rozan est choisie par Marx pour aller au congrès de l’Internationale de Bâle. Il espère ainsi écarter les proudhoniens qui sont antiféministes et qui n’ont pas de représentation ouvrière. A Richard arrive à évincer Philomène et à représenter les ovalistes à Bâle en y associant Palix et surtout Bakounine qui n’a pas de représentation ouvrière. Ce dernier compte transformer l’Internationale en un instrument lui appartenant en propre et à transférer le siège de Londres à Genève en faisant en sorte que la question de l’héritage soit plus importante que la socialisation des moyens de production. La délégation lyonnaise est à la dévotion de Bakounine et se partage entre la commission des sociétés de résistance et celle du droit d’héritage avec Bakounine et Richard. Marx : « Les propositions de Bakounine ne furent pas adoptées et le siège du Conseil général resta fixé à Londres ».

Le succès appelle le succès et les affiliations de grévistes et de société de résistance se multiplient : c’est le cas durant l’été 1869 des menuisiers, des bronziers, des marbriers et des passementiers. A partir de l’automne 69, Richard, suivant Bakounine, privilégie, au contraire de Paris, l’action pédagogique au détriment des luttes politiques en multipliant les petites réunions corporatives dès automne 1869.

Albert Richard va néanmoins, sous la pression des évènements et des groupes de l’AIT, s’insérer dans le combat quotidien, mais à contrecœur et de manière temporaire, et donc rassembler en une puissante fédération, lyonnaise d’abord, plus large ensuite, ces chambres syndicales, ce qu’il va faire courant 1870.

1870, LES DEBUTS DE L’AGITATION LYONNAISE.

Au préalable, devant le conflit franco-allemand qui s’annonce, il faut opposer l’attitude de Marx à celle de Bakounine.
Marx désire avant tout la défaite du bonapartisme qui représente un obstacle à l’émancipation de la classe ouvrière, il prend parti pour la Prusse, car l’Allemagne est plus avancée économiquement et l’unité allemande lui semble favorable aux intérêts du prolétariat. Bakounine ne fait aucune différence entre la France de Napoléon III et l’Allemagne de Bismarck, mais il est persuadé que le militarisme prussien est plus dangereux que le bonapartisme. L’unité allemande sous l’hégémonie de la Prusse lui semble une menace pour le monde entier alors que la France est le rempart de la civilisation humaine. Comme il a été dit plus haut, le fédéralisme latin s’oppose au centralisme allemand.

Le 1° semestre de l’année 1870 est marqué par le plébiscite de Napoléon III qui suscite de vigoureuses oppositions de la part de républicains et une surveillance accrue de tous les opposants au régime par la police dont Louis Andrieux qui sera incarcéré. Le non l’emportera à Lyon.

Albert Richard, qui refusera de s’impliquer dans le plébiscite, va continuer son rôle fédérateur.
Son refus d’engagement direct dans les luttes politiques du moment provoquera un rebondissement du désaccord entre les deux branches ennemies de l’Internationale locale, celle de Richard et celle de Schettel. En février 70, le Conseil général de Londres est saisi par Eugène Dupont d’une lettre consacrée à ce désaccord provenant de la commission d’initiative : la combativité politique des éléments populaires posait au mouvement ouvrier lyonnais des problèmes que la passivité voulue de Richard aggravait et Schettel pensait pouvoir reprendre la main en dénonçant ce choix. Marx prit la défense de Richard : « Richard, dirigeant à Lyon jusqu’à ce jour et presque un jeune homme est très actif. En dehors de son adhésion à Bakounine et de l’activité philosophique qui en découle, je ne vois pas ce qui peut lui être reproché… ». Le conseil général rejeta les accusations contre Richard et confirma l’arbitrage, favorable à lui, des congrès de Lausanne et de Bâle. Bien plus, sa volonté d’insérer l’AIT dans les luttes de type syndical à l’écart de toute intervention lui attira des éloges : l’Internationale du 2 janvier : « L’association de Lyon a déjà, dans la fleur de l’âge une si brillante renommée et une si redoutable puissance que nous pouvons tout attendre d’elle ».

A partir du 23 janvier une commission d’initiative s’installa aux Brotteaux, chez le cafetier Guillerme, « dans une grande salle obscure très cachée, ressemblant à un débarras ».
Elle reçut la mission de transformer la section lyonnaise des 22 quartiers comportant 500 membres en une vaste fédération de chambres syndicales et corporatives rayonnant sur des dizaines de milliers d’adhérents.

Le 24 janvier les membres de la commission se répartissent les rôles. Le rôle principal appartenait à 5 secrétaires dont A Richard, le plus jeune : 24 ans, Gaspard Blanc, employé des ponts et chaussées, Balthazar Placet graveur, Guillaume Chol cordonnier, Louis Palix tailleur le plus âgé, 41 ans.

Les réunions de propagande se multiplient dans les semaines qui suivent.
Une deuxième assemblée générale réunit environ 500 personnes. Rapport du 27 février 1870 adressé au conseiller d’état :

« J’ai l’honneur de vous informer que la réunion privée qui a eu lieu aujourd’hui dans la salle des folies lyonnaises rue Basse du Port au bois n°11 a eu pour objet de former une association internationale de tous les corps d’état réunis ayant la forme et le caractère d’une société de secours mutuel dans le but de soutenir les grèves qui pourraient se produire.

La réunion se composait de 500 personnes environ de diverses professions, elle était présidée par Richard Albert, demeurant quai de Serin 20, tout autour de lui ont pris place après nomination les délégués de chaque profession.

Le président a ouvert la séance par un discours demandant à tous la camaraderie et l’union de leurs intérêts par la formation d’une société de secours mutuel, non seulement en France mais dans toutes les puissances de l’Europe. L’orateur a dit que l’organisation de la dite société existait déjà en Angleterre et en Belgique et que désigné lui-même pour la créer à Lyon, il était en correspondance avec les délégués de puissance étrangères. Il a ajouté que du fonctionnement de cette société dépendait le sort de chaque association, que de soi-même il devait crédibiliser forcément son influence dans toutes les questions politiques à l’avenir. Qu’asservi pendant longtemps, le jour était venu pour les ouvriers de se débarrasser d’une tutelle gênante (le pouvoir du souverain quel qu’il soit). L’orateur a dit aussi qu’il n’y avait aucun danger à courir pour personne, qu’ils usaient d’un droit acquis, et que ni la police, ni le pouvoir, n’avaient rien à voir dans les affaires d’intérêt de la classe ouvrière. Enfin, il paraîtrait que l’orateur, sans faire des excursions directes dans le domaine de la politique, a fait pourtant quelques allusions en se servant des noms de Jean et de Jeanne que tout le monde a compris qu’il voulait désigner : l’Empereur et l’Impératrice, et en terminant sa péroraison, il a dit : « Citoyens, nous sommes dans l’ornière, il faut en sortir victorieux ».

Deux autre orateurs ont été entendus, mais je n’ai pu avoir que le nom d’un seul qui est le Sr Placet graveur demeurant rue Masséna n°58, lesquels, avec beaucoup moins de talent oratoire que le sieur Richard, ont parlé dans le même sens.

« Commencée à midi, la réunion s’était terminée à 2 heures trois quarts. Les membres présents à cette réunion n’ont été admis que sur la présentation d’une lettre d’invitation personnelle, nominative. Il y avait des ouvriers de Vaise, de la Croix Rousse et de tous les quartiers de Lyon. Aucun chant séditieux ne s’est produit. L’ordre le plus parfait tant n’a cessé de régner tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle.

Avant de lever la séance, le président a fait connaître qu’une réunion générale aurait lieu dans le courant du mois de mars prochain sans indiquer le local ou aurait lieu cette réunion.

J’ai omis de dire qu’à la porte de la salle était placé un bassin où chaque invité déposait volontairement en entrant quelques menues monnaies.

Voilà, Monsieur le Conseiller d’Etat la relation aussi exacte que possible des faits qui se sont produits dans cette réunion soi-disant prouvée. Il est évidents que les promoteurs des dites réunions travaillent certainement pour arriver à bref délai à une désintégration sociale, en cachant leur but sous l’apparence d’une question économique.

J’ajoute que les hommes  qui ont conduits le projet d’association internationale sont prudents et surtout très méfiants, leurs circonvolutions oratoires indiquent bien qu’ils se croient toujours entourés d’agents de la police secrète ».
Suit la formule de politesse.

Il n’y a donc pas de divergence entre Richard et le Conseil général de Londres sur la construction d’une organisation ouvrière indépendante, les divergences n’apparaissent que dans la façon d’utiliser cette organisation.

Toute l’activité de la commission se concentra ensuite sur la préparation de la grande manifestation du 13 mars qui devait marquer officiellement les débuts de la fédération lyonnaise des groupes corporatifs syndicaux.
Des réunions préparatoires permirent de recevoir les délégués de différentes corporations, on allait en compter 29 en avril, et de mettre au point l’organisation pratique. La plus grande salle de réunion de Lyon, celle de la Rotonde du café Brochier, place Kléber, aux Brotteaux, fut louée.
8000 invitations furent lancées, un banquet était prévu.
Le 13 mars 1870, dans une ville considérée comme la capitale du socialisme, s’ouvrit cette manifestation sans Bakounine. Il résidait alors à Locarno, auprès de sa femme Antonia, enceinte des œuvres d’un autre que lui, et estimait que la situation n’était pas favorable : « Et quand l’heure de la Révolution sonnera, vous proclamerez la liquidation de l’état et de la société bourgeoise, l’anarchie, c’est à dire la vraie, la franche révolution populaire, l’anarchie juridique et politique et la nouvelle organisation économique de bas en haut et de la circonférence au centre des travailleurs ».

Cette réunion présidée par Eugène Varlin en présence du Marseillais Bastelica et de délégations de Paris, Marseille et Rouen, véritable congrès des sections françaises de l’Internationale, rassemble 6000 participants selon les autorités.
C’est un triomphe pour les militants lyonnais et surtout pour Albert Richard qui rappelle dans son discours les grands principes bakouniens de suppression de l’état, de refus du vote et de l’espérance reposant sur la spontanéité des masses ; il fut contré par Bastelica qui recommandait une implication politique indépendante et opposée aux bourgeois. Cette réunion permit la création d’une fédération des sociétés ouvrières. La réunion se termina par un grand banquet.
La commission de 15 membres qui en sort est chargée de créer une fédération lyonnaise des travailleurs et projette de publier un journal. Une trentaine de corps de métier a adhéré à l’Internationale dans la ville et en banlieue comme Oullins. Ce meeting fut le signal d’une activité redoublée de la section lyonnaise. En juin celle-ci intervient à nouveau dans les grèves de la soie et va essayer de regrouper la métallurgie et le bâtiment.

Des foyers nouveaux apparaissent à cette même période dans plusieurs villes ouvrières : Neuville, Vienne, Givors, Saint Etienne où un Comité d’initiative début 69 comporte des sections chez les mineurs et les rubaniers. Début 70, le rattachement à la fédération mis sur pied par Albert Richard est officiel et il en consacre l’affiliation en avril 70 en se rendant sur place. L’action de l’Internationale se répand aussi auprès des verriers de Rive de Giers, sans doute chez les imprimeurs sur étoffe de Bourg-Argental, une implantation se fait à Villefranche, peut-être à Crest, à Tournon en décembre 69, au Cheylard pour citer les principales.

L’évaluation des forces réelles de l’Internationale est difficile à évaluer.
Rien ne permet de dire qu’elle fut le détonateur des grèves ; il y a seulement adéquation entre ces mouvements et les grévistes pour qui l’Internationale est d’abord un référent, rappelons la déclaration de E Dupont plus haut: « A Lyon, ce n’est pas l’Internationale qui a jeté les ouvriers dans la grève, c’est la grève qui les jeta dans l’Internationale ».

La réunion de Lyon fit du bruit, d’autant qu’elle se produisit avant le plébiscite, les autorités policières étaient parfaitement au courant.
Estimant la situation grave et devant la découverte d’un complot contre Napoléon III, elles décident d’arrêter le 30 avril les membres des comités dirigeants de l’Internationale lyonnaise dont Richard, Palix, Chol et d’autres. Durant son interrogatoire Albert Richard s’efforça de minimiser son rôle et son action qu’il qualifie de sociale ou socialiste et non politique. Libéré après un mois d’emprisonnement, il se réfugia quelque temps en Suisse, puis il revint à Lyon pour comparaître le 8 août, mais l’affaire fut renvoyée à une date ultérieure et la chute de l’Empire mit fin aux poursuites. Lui et ses collègues continuèrent à organiser des réunions secrètes en faisant venir à Lyon des doctrinaires éprouvés de Neufchâtel, Paris et Marseille, mais l’AIT disparut de la scène sociale, ce que conteste Rude pour qui la fédération resta l’organe de la classe ouvrière.

Les tracasseries et enquêtes policières se multipliaient par ailleurs contre les manifestations anarchistes et leurs organisateurs. Des courriers furent aussi échangés avec Mikael Bakounine. Celui-ci connut ainsi les menées insurrectionnelles suscitées à Lyon par la déclaration de guerre à la Prusse. Le 20 juillet 1870, le lendemain de cette déclaration, eut lieu le pillage de la chapelle des Jésuites, et la gare de Perrache fut assaillie pour empêcher le départ des troupes.

LA GUERRE ET SES CONSEQUENCES

Puis c’est la guerre avec ses conséquences.
L’épisode le plus emblématique de l’agitation lyonnaise est l’affaire Lentillon.
Le 13 août, à l’occasion d’une manifestation violente, Joseph Lentillon, né en 1823 à Condrieux, notaire à Thurins, radical, monta sur le socle de la Croix Rousse tout près du chemin de fer devant une foule estimée à 3000 personnes :

« 13 août 1870. Ce matin vers 9h le Sr Lentillon monté sur la croix placée sur la grande place, haranguait la foule et engageait les jeunes gardes mobiles à ne pas partir disant qu’il fallait proclamer la république ; Mr le Commissaire de police essaya vainement d’interrompre ces discours séditieux et de faire disperser le rassemblement. Il fut menacé, injurié et bousculé. Forcé fut donc de faire intervenir le sergent de ville appuyés par un bataillon militaire. Mr le commissaire de police procéda à l’arrestation de l’orateur qui continuait  les exhortations. Mais la foule ayant pris parti pour Lentillon il s’en suivit une scène tumultueuse dans laquelle un sergent de ville fut percé de sa propre épée… ».

Compte-rendu du rapport de police :

«A notre approche, la plupart des personnes qui étaient rassemblées autour de la place se sont dispersées mais un noyau qu’on peut porter à trois centaines nous a accueillis en criant vive la république (agitant leurs chapeaux ou leurs casquettes), on ne l’arrêtera pas au Rhône, la police à la potence etc., etc.… Ces individus se sont rués sur nous en nous frappant à coups de poings et pierres. Des femmes nous jetaient du sable et de la poussière dans les yeux. Dans la mêlé on a désarmé un sergent de ville et on s’en est servi pour en frapper les agents. Le sergent de ville Caréran de la deuxième compagnie a été frappé d’un coup de poignard à l’épaule gauche et au même côté ; la blessure de l’épaule est de forme triangulaire et d’après les constatations de Mr Durand, docteur en médecine qui lui a donné quelques soins dans la pharmacie Seyvet, elles sont mortelles ; le brigadier Boisseaux de la 3° compagnie a été aussi grièvement blessé entre les deux épaules, la blessure est également triangulaire. Les individus soussignés ci-dessous ont été arrêtés au moment même où ils nous frappaient nous et les agents de la force publique :

1° Lentillon Joseph, né à Condrieux (Rhône) le 21 mars 1823 de Pierre et de Françoise Boudran, notaire, demeure à Thurins Rhône..».

Outre Lentillon, 10 personnes furent arrêtées dont Alexis Deloche, âgé de 15 ans que nous retrouverons lors de l’assassinat du commandant Arnaud, plus loin.

« Nous apprenons que le sergent de ville Caréran est décédé à une heure de l’après-midi à l’Hôtel Dieu de Lyon par suite des blessures qu’il a reçues ; nous adresserons un réquisitoire à M le médecin au rapport à l’effet de faire constater les blessures du décédé et du brigadier Boisseaux.

Nous continuons nos recherches pour arrêter, s’il est possible, d’autres individus particulièrement l’individu qui s’est emparé de l’épée du sergent de ville.

Tous les individus arrêtés ont été conduits avec des fiacres montés par la troupe à la prison Saint Joseph… »
Puis formule administrative, signé le commissaire de police.

Le meurtre du sergent provoqua beaucoup d’émoi chez les autorités policières judiciaires et militaires. Une enquête policière trouve un témoin qui a vu la scène mais le coupable ne put être retrouvé :

« Monsieur le secrétaire général

J’ai l’honneur de vous informer que le propriétaire de la maison rue de la reine N°6 a déclaré qu’il avait assisté hier aux troubles de la Croix Rousse, qu’il avait admiré le sang-froid des sergents de ville qui ont conservé leur épée dans le fourreau. Il déclare avoir vu un individu s’emparant d’une de ces armes avec laquelle il a traversé le sergent de ville qui est mort. Je désirerai savoir si cet individu a été reconnu et arrêté… ».

Réponse du 14 août adressée par le secrétaire général  de la préfecture :

« Monsieur le Général

On n’a malheureusement pas retrouvé jusqu’à présent  l’assassin du sergent de ville Carrican. Mais des recherches actives continuent et je ne désespère pas qu’elles n’aboutissent à des arrestations. Dans ce cas, je m’empresserai de mettre à votre disposition cet individu… ».

Les débats furent conduits par le 1° conseil de guerre de la 8° division militaire dans la salle des assises du département du Rhône du palais de justice. Lentillon fut condamné par la cour d’Assise militaire le 15 août à un an de prison. Cette condamnation fit beaucoup jaser entre ceux qui trouvaient que c’était trop et ceux qui trouvaient la condamnation insuffisante.

Par ailleurs, les gardes mobiles de Sathonay furent catéchisés par des internationalistes alors que certains d’entre eux promenaient un drapeau rouge, cependant qu’était distribué le journal la Solidarité de Neufchâtel qui désignait Lyon comme le lieu prochain de l’inévitable révolution.

Une lettre du 20 août adressé au préfet de Villefranche fait état de rumeurs propagées par de individus qui répandent l’alarme en disant que les Prussiens vont arriver et dévastent la contrée ce qui leur permet d’acheter les denrées à bas prix.

Un rapport du 22 août est adressé à Monsieur Delcour commissaire spécial : « A 9h3 /4 il y a 25 personnes formant des groupes qui se touchent devant le palais Saint Pierre. On y parle de la situation de notre armée devant les Prussiens, il y en a peu dont la conversation soit rassurante.

Là on dit que Bazaine est acculé sous Metz, ici on dit que les Prussiens se dirigent sur Troyes, tout est bombardé. Dans un autre endroit on dit qu’un de ses amis lui a dit  que depuis la guerre quatre Prussiens qui sont entrés dans une auberge du côté de Mourmelon ont dit à la maîtresse du logis : « Vous ne nous reconnaissez donc pas Mme », elle rappelle ses souvenirs et elle vit qu’elle avait à faire à 4 Prussiens qui étaient restés quatre ans à relever les plans de ce pays pour leur gouvernement. Vous voyez combien ils se sont occupés plus que nous en Prusse. Une autre dit que Bazaine va nous envoyer une bonne nouvelle et beaucoup disent : « Espérons cela » en soupirant.

Un individu dit et on l’approuve : « Il ne fallait pas envoyer 10.000 hommes, mais 60.000, on dirait que ça été fait exprès pour faciliter les Prussiens à entrer chez nous ».

L’agent Martinet écoute parler un petit vieux à grande barbe blanche avec un cordon rouge en guise de chapeau que j’ai désigné. Cet individu, parlant de notre organisation militaire dit plusieurs fois de suite : « Ca pêche par la base ». Il a tout l’air ce petit vieux d’être une vieille rouillarde (sic) ».

Le 23 août, eurent lieu des rassemblements et des défilés dans Lyon.  Bakounine écrivait à Albert Richard ce même jour :

« Les Prussiens marcheront sur Paris. Il faut que le peuple prenne les armes contre ses maîtres et s’organise pour une guerre au couteau… Vous êtes entourés de traîtres… Il faut mettre à bas vos Prussiens de l’intérieur ».

Le 30, une émeute au camp de Sathonay entraîne la défection de quelques gardes-mobiles.

(Suite au prochain épisode…)

Par Vincent BANSSILLON, Professeur de médecine


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Salager dit :

    Fort intéressant, très documenté sur un sujet peu étudié localement. Par ailleurs, en ce qui me concerne travaillant sur l’histoire de la police et des policiers tués en service, j’y trouve des éléments inconnus jusqu’à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.