INSOLITE/Lyon contre les pigeons : une guerre historique !

Les cartons d’archives consacrés aux « nuisances urbaines » sont décidément pleins de surprises : aux côtés des traditionnelles plaintes contre le bruit, les embouteillages ou la pollution automobile qui m’intéressent pour ma thèse, je trouve plusieurs dossiers intitulés « Pigeons », avec des dates très larges (de 1913 jusqu’aux années 1970) ! Anecdotique ? Comme le prouve une demande récente au Guichet du Savoir de la Bibliothèque Municipale de Lyon, cela n’intéresse pas que moi !

Cela méritait donc un petit retour historique sur ce problème complexe qui préoccupe les autorités municipales de nombreuses villes et occasionne de pittoresques prises de bec !

Un fil à la patte … de la municipalité : un problème récurrent et durable

Les pigeons font partie de l’image de Lyon au début du XXe siècle, comme le montre cette carte postale de la place des Terreaux vers 1910. Si Lyon n’est pas Venise, on peut constater que les cartes postales montrant et mentionnant explicitement les pigeons sont relativement nombreuses pour les places Bellecour et des Terreaux : une manière pour le photographe de masquer le (très relatif) vide de ces places et de les humaniser ? Les pigeons sont en tout cas les seuls animaux communs qui sont associés à des lieux lyonnais dans les images, en-dehors du lion symbole de la ville.

La place des Terreaux et ses pigeons (AML 4Fi1523)

Cependant, à partir des années 1930, apparaît dans les archives lyonnaises un débat sur  le pigeon et sa « pullulation » : ce terme montre qu’il est de plus en plus vu comme une nuisance à réguler voire à éradiquer, plutôt que comme un ornement urbain. Le pigeon biset, principale espèce de « pigeons de ville », est accusé de nombreux maux : nuisances sanitaires (transport et transmission de bactéries et virus), sonores, olfactives (l’odeur des fientes) et « patrimoniale » (dégradation des monuments et bâtiments par les fientes).

En examinant les plaintes reçues par la municipalité sur le sujet, on se rend compte de la diversité des griefs contre les pigeons : ils sont par exemple d’avoir propagé le virus de la grippe à l’hiver 1952 ! Jusqu’aux années 1960, ce sont surtout les aspects sanitaires qui reviennent le plus, dans un contexte d’un aménagement des villes marqué par l’hygiénisme : les réclamations de commerçants qui doivent protéger leurs étalages ou de propriétaires aux immeubles tachés de fientes pleuvent sur les services municipaux. C’est ce qui explique la lutte contre de nombreux animaux jugés responsables de la transmission de maladies, comme les moustiques. Le problème des pigeons s’inscrit donc progressivement dans les préoccupations municipales, avec des réflexions diverses pour contrôler cette nuisance.

Le défi des fientes : comment contrôler cette nuisance urbaine ?

Comme l’a montré Nathalie Blanc, l’essentiel des conflits concernant les animaux de la rue comme le pigeon se rapporte à leurs excréments : cette association entre animal et saleté contribue à une impression d’envahissement chez les Lyonnais, d’autant que les pigeons sont nombreux (plus de 40 000 selon la une du Progrès, du 20 février 1958 !). La municipalité souhaite seulement limiter le nombre de pigeons et non les éradiquer.
À Lyon, c’est le Bureau d’hygiène qui est chargé de l’affaire, en raison de l’importance des aspects sanitaires du problème des pigeons et de l’expertise de ce service dans la capture d’animaux (chiens errants, surtout). Il commence par mobiliser plusieurs médecins pour établir un diagnostic des principaux problèmes posés par les pigeons. Selon le docteur Violet, qui en est alors le directeur, il s’agit « à la fois d’un problème sanitaire et de police municipale » : le pigeon peut effectivement transmettre des virus lorsqu’il est atteint d’ornithose et leur présence contrevient à une bonne hygiène en certains lieux, ce qui occasionne de nombreuses plaintes de propriétaires.

Extrait du rapport du directeur du Bureau d’Hygiène municipal, 7 octobre 1953 (AML 1062WP11)

À partir de l’été 1956, la municipalité passe à l’action en testant des moyens pour diminuer la population de pigeons tout en minimisant la souffrance animale : cela prend la forme de « campagnes de capture » déléguées à des entreprises de la région. Mais les volatiles sont malins et ne se laissent pas facilement capturer : un représentant d’une des entreprises concernées avoue « qu’il est extrêmement difficile de capturer ces animaux, lesquels sont très méfiants » et préconise d’installer des filets pour la capture « simultanément sur les deux places » [des Terreaux et Bellecour] (!), un autre propose d’employer des graines imbibées de somnifère pour faciliter leur capture.
Bref, ces premières campagnes ne brillent pas par leur efficacité, avec tout au plus quelques centaines de pigeons capturés par jour, ces opérations étant effectuées à un rythme irrégulier et en plein été pour éviter de se faire voler dans les plumes par les amoureux des animaux.

Les graines de la discorde : entre dissuasion et protection des animaux

Outre leur inefficacité, ces opérations de capture et de « destruction » (c’est le terme employé par les services municipaux) partielle des volatiles provoquent des réactions immédiates du côté des associations de défense des animaux, qui s’opposent à toute entreprise d’éradication.
Ainsi, la SPA, active dans cet objectif depuis 1845 (1853 pour la section lyonnaise), écrit à la municipalité à l’été 1956 pour s’informer sur « la destination » des pigeons capturés. Le Conseil Zoophile de France réagit aussi en demandant « d’épargner la vie des pigeons de Lyon » et en proposant des solutions de compromis, comme la création de pigeonniers où les pigeons seraient concentrés et où leurs œufs pourraient être enlevés pour limiter leur multiplication. Jugée trop coûteuse et inefficace, cette solution n’est pas retenue. La municipalité préfère, en parallèle des opérations ponctuelles de capture, réglementer en amont pour limiter la prolifération : c’est le but de l’arrêté municipal du 17 décembre 1965, encore en vigueur, qui interdit par exemple de nourrir les pigeons sur les places et incite les propriétaires à empêcher leur nidification.

Cette action réglementaire montre la volonté de compromis de la ville, entre la rationalité des services municipaux qui cherchent à se débarrasser de nuisances à moindre coût et l’attachement d’une partie de la population à ces volatiles. Cela s’observe aussi dans les archives, où quelques extraits savoureux du dossier joliment intitulé « Le point de vue sentimental » sur cette affaire montrent bien ces différences de point de vue : à cette lettre d’un particulier priant la municipalité de financer la nourriture des pigeons en hiver, un commentaire particulièrement ironique en marge propose de « les lui offrir, ces pigeons qui mangent le pain des économiquement faibles » … l’adjoint au maire constatant plus prosaïquement que « la ville ne dispose d’aucun crédit à cet effet ».

Lettre d’un particulier … et commentaire, 16 novembre 1952 (AML 1062WP11).

Depuis ces débats enflammés, le problème des pigeons persiste mais semble avoir connu une migration : les dommages aux bâtiments font l’objet de plus d’attention, avec la généralisation des pics anti-pigeons sur les corniches et les statues. Au-delà de l’aspect anecdotique et amusant, cette longue lutte urbaine toujours en cours nous interpelle sur nos rapports de citadins aux animaux : nos représentations du pigeon couleur « gris bitume » sale et pathogène ont-elles vraiment évolué depuis 50 ans ?

Par Louis BALDASSERONI, Doctorant en Histoire contemporaine, Université Paris-Est/Labex Futurs Urbains


Pour prendre de la hauteur …

  • Nathalie Blanc, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000.
    Stéphane Frioux et Emilie-Anne Pépy (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : approches socio-historiques des relations homme-nature (XVIe-XXe siècles), Lyon, ENS Éditions, 2009.
  • Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, Paris, PUF, 2013.

 


Louis Baldasseroni

Doctorant en Histoire Contemporaine à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Thèse en cours : Du macadam au patrimoine, Modernisation de la voirie et conflits d'usages, l'exemple de Lyon, fin XIXe-fin XXe siècles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.