EVENEMENTS/Lyon, capitale de l’anarchisme – 1860/1890 (1/5)

Le Petit Journal, supplément du dimanche, 2 juillet 1894 – BNF

Au cours du XIX° siècle, comme l’a souligné François Furet, la Révolution en France s’est poursuivie, partagée entre deux tendances :

La tendance révolutionnaire bourgeoise, républicaine, anticléricale et franc-maçonne qui donnera la gauche républicaine des années 1880 dominée par Gambetta, Jules Fabre, Jules Ferry ; celle-ci arrivera à proclamer la République en 1879 après 9 ans de bataille contre la droite monarchiste et bonapartiste. La rupture avec la seconde bien entamée en 1848, se confirmera en 1870 après la répression de la Commune.

La tendance révolutionnaire ouvrière prolétarienne estime que la révolution doit aller plus loin que la précédente jusqu’à l’abolition des classes sociales, c’est la définition très large au départ du socialisme qui va se restreindre secondairement. Le point de départ repose sur une utopie : l’imagination d’une nouvelle société post révolutionnaire, conséquence de la disparition de la tyrannie féodale et du développement industriel qui paraît devoir libérer l’homme d’une part du servage et de l’esclavage, remplacée très vite par la sujétion de la société capitaliste, sans qu’il y ait possibilité d’association ouvrière depuis la loi Le Chapelier. Fruit au départ d’individualités au rayonnement restreint, opposées entre elles, le socialisme français va peu à peu se structurer au cours du XIX° siècle, tout en gardant de ses origines la difficulté à s’unir et son caractère prophétique.

La tendance la plus activiste et la plus structurée pendant la 2° moitié du XIX° siècle, en France tout au moins, y est représentée par l’anarchisme, d’abord individualiste et réformiste, puis révolutionnaire et collectiviste, mais toujours antiétatique, qui se séparera du socialisme étatique en 1881. Ce terme regroupe au départ plusieurs tendances caractérisées par un qualificatif le rattachant à leur leader, mais le socialisme tel que nous le connaissons aujourd’hui, dérivé du marxisme et donc partisan de l’étatisme, n’apparaitra sur la scène politique française que dans les années 1890, avant d’être lui-même contestée par le communisme, sa composante collectiviste et révolutionnaire, en 1920 au congrès de Tour.

Nous allons retrouver dans cet ensemble, comme dans l’ordre bourgeois qu’ils veulent renverser, mais sous des formes différentes, l’opposition entre fédéralistes (anarchistes) et jacobins (socialistes, communistes), ainsi que l’opposition dans la prise du pouvoir entre révolutionnaires surtout français (communistes, anarchistes) et légalistes, plutôt allemands et anglais (socialistes) et celle entre individualistes (anarchistes proudhoniens, socialistes) et collectivistes (anarchistes bakouninistes, communistes).

Définition de l’anarchisme
L’anarchisme est un mouvement d’idée et d’action dont le point de départ est une revendication d’existence politique et sociale de la classe ouvrière ; cette revendication socialiste, historiquement antérieure au marxisme, déjà en germe dans la pensée de Rousseau, s’est exprimée idéologiquement avec Proudhon, s’est structurée avec Bakounine, et a pu se réaliser en partie par la Commune. L’anarchie (terme créé en 1834) veut faire la synthèse entre individualisme (terme créé en 1824) et socialisme (terme créé en 1833 ou 34 par Pierre Leroux pour déjà définir une voie médiane entre individualisme et collectiviste). En rejetant toute contrainte extérieure à l’homme, l’anarchisme se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome ; on peut dire que l’anarchie a inventé ou mis en avant le fédéralisme et le mutualisme. L’anarchie refuse toute vision autoritaire de la société, mais refuse aussi tout désordre et ne refuse pas toute organisation pourvu qu’elle se fasse sur le consensus, ce que certains successeurs n’ont pas compris. Tissé de contradictions en raison de la possibilité de chaque individu d’intervenir dans le débat idéologique, et déchiré de ce fait en tendances et sous tendances, l’anarchisme se divise en deux familles principales :

* L’anarchisme individualisme prôné par Steiner (qui pousse l’individualisme jusqu’à ses extrêmes limites) et Proudhon, s’efforce de concilier individualisme et socialisme et représente plus une démarche intellectuelle qui va séduire les milieux artistiques et littéraires de la fin du XIX° siècle, le premier artiste impliqué étant Courbet qui revendique liberté et indépendance face à l’académisme (ce qui n’est pas du goût de Proudhon sensible pourtant à la démarche réaliste et antibourgeoise de Courbet), mais aussi influencer les socialistes français qui viennent de l’anarchie initialement.

* L’anarchisme collectiviste et activiste, prôné par Bakounine et Kropotkine, refuse toute autorité : l’organisation vient de la base, c’est-à-dire de la classe ouvrière, qui accepte de se fédérer. Il a une démarche activiste parfois proche du nihilisme avec l’utilisation de la violence, lié aux origines slaves de ses fondateurs. Il va surtout séduire le prolétariat et la petite bourgeoisie et sera une composante essentielle de la Commune de Paris. Il est en opposition avec Marx pour des raisons idéologiques et personnelles.

Elisée Reclus
« Nous bâtirons une société dans laquelle il n’y aura plus de maîtres, plus de conservateurs officiels de la morale, plus de geôliers ni de bourreaux, plus de riches et de pauvres, mais des frères ayant leur part quotidienne de pain, des égaux en droit et se maintenant en paix non par l’obéissance des lois qu’accompagnent toujours des menaces redoutables, mais par le respect mutuel des intérêts et de l’observance des lois naturelles » (Elisée Reclus)


Sébastien Faure

« Il n’y a, il ne peut y avoir ni Credo, ni Catéchisme libertaires.

Ce qui existe et ce qui constitue ce qu’on peut appeler la doctrine anarchiste, c’est un ensemble de principes généraux, de conceptions fondamentales et d’applications pratiques sur lesquels l’accord s’est établi entre individus qui pensent en ennemi de l’Autorité et luttent, isolément, contre toutes les disciplines et contraintes économiques, intellectuelles et morales qui découlent de celle-ci.

Il peut donc y avoir et, en fait, il y a plusieurs variétés d’anarchistes, mais toutes ont un trait commun qui les sépare de toutes les autres variétés humaines. Ce point commun, c’est la négation du principe d’autorité dans l’organisation sociale et la haine de toutes les contraintes qui procèdent des institutions basées sur ce principe.

Ainsi, quiconque nie l’autorité et la combat est anarchiste.

L’autorité revêt trois formes principales, engendrant trois groupes de contraintes : 1° la forme politique : l’Etat ; 2° la forme économique : le Capital ; 3° la forme morale : la Religion »

Proudhon 
« L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir ».


Bakounine

« L’état constitue une institution historique, transitoire, une forme passagère de la société ».

« C’est le propre du privilège et de toute position privilégiée que de tuer l’esprit et le cœur des hommes. L’homme privilégié, soit politiquement, soit économiquement, est un homme intellectuellement et moralement dépravé ».

« Par la religion, l’homme animal, en sortant de la bestialité, fait un premier pas vers l’humanité, mais tant qu’il restera religieux, il n’atteindra jamais son but, parce que toute religion le condamne à l’absurde, le fait chercher le divin au lieu de l’humain ».

« Je déteste le communisme, parce qu’il est la négation de la liberté et que je ne puis rien concevoir d’humains sans liberté ».

« La révolution c’est la guerre et qui dit guerre dit destruction des hommes et des choses…. Jusqu’à présent, tout pas nouveau dans l’histoire n’a été réellement accompli qu’après avoir reçu le baptême du sang ».

Lyon joua le rôle de capitale de l’anarchie en France de 1862 à 1890, après son apparition dans les années 1860, au moment où l’opposition politique républicaine va commencer à s’exprimer. En 1869, l’anarchisme, en veilleuse depuis les années 60, s’exprime ouvertement avant de s’affirmer en pleine débâcle de la guerre de 1870, alors que des mouvements de gauche, c’est-à-dire républicains selon la terminologie de l’époque, tentent de s’organiser en vue de la prise du pouvoir, tout en étant en désaccord initialement avec les Versaillais, c’est à dire le gouvernement central issu de la chute de l’Empire. Après une tentative avortée de Commune anarchique, ce rôle de capitale fut assuré par la diffusion de la pensée libertaire à partir de 1873 en France, Paris surtout, dont tous les libertaires avaient été envoyés majoritairement en Nouvelle Calédonie. Ensuite, Lyon inaugura et clôt l’activisme anarchique en France à travers deux attentats de portée et de nature différentes.


« De Cyvoct en 1883 à Caserio en 1894, du restaurant l’Assommoir à la rue de la République, de la bombe au poignard, l’axe rhodanien, la ville de Lyon en particulier, semble jouer le rôle de plaque tournante des activités anarchiques et de lieu privilégié de leur activité » (A Voirin).

La compréhension du désaccord entre marxisme et anarchisme, ainsi que la primauté historique de l’implantation de l’anarchie en tant que socialisme en France sont très bien explicitées par Kropotkine :

« Marx comme penseur est dans la bonne voie. Il a établi comme principe que toutes les révolutions politiques, religieuses et juridiques dans l’histoire sont non la cause, mais les effets des évolutions économiques. C’est une grande et féconde pensée qu’il n’a pas absolument inventée, elle a été entrevue, exprimée en partie par bien d’autres que lui. Mais enfin, à lui appartient l’honneur de l’avoir solidement établie. D’un autre côté, Proudhon avait compris et senti la liberté, beaucoup mieux que lui. Proudhon, lorsqu’il ne faisait pas de la doctrine et de la métaphysique, avait le vrai instinct du révolutionnaire… Il est fort possible que Marx puisse s’élever théoriquement à un système encore plus rationnel de la liberté que Proudhon, mais l’instinct de Proudhon lui manque. Comme allemand et comme juif, il est de la tête aux pieds un autoritaire ».

Kropotkine va reprendre cette donnée en l’appliquant à l’histoire :

« Mais bientôt deux factions se développèrent au sein de l’Internationale. Lorsque la guerre de 1870 eut abouti à la défaite complète de la France, lorsque l’insurrection de la commune de Paris eut été écrasée et que les lois draconiennes dirigées contre l’Association eurent interdit aux ouvriers d’en faire partie ; et lorsque, d’un côté un gouvernement parlementaire -but des radicaux depuis 1848- eut été introduit dans « l’Allemagne unifiée », les Allemands s’efforcèrent de modifier la méthode et le but du mouvement socialiste tout entier. La conquête du pouvoir politique dans les états existants devint le mot d’ordre du groupe qui prit le nom de Social-démocratie. Les premiers succès électoraux de ce parti firent naître de grandes espérances. Le nombre des députés sociaux-démocrates s’étant élevé de deux à sept et bientôt à neuf, des hommes, autrement raisonnables, se mirent à prédire qu’avant la fin du siècle les sociaux-démocrates auraient la majorité au parlement allemand et organiseraient alors par des lois appropriées un Etat populaire socialiste. L’idéal socialiste de ce parti perdit graduellement de son caractère de mouvement qui devait être déterminé par la masse des travailleurs organisés ; il visa l’exploitation des industries par l’Etat, c’est-à-dire le capitalisme d’Etat. En Suisse, les efforts des sociaux-démocrates tendent actuellement, au point de vue politique, à la centralisation et combattent le fédéralisme, et au point de vue économique à l’exploitation des chemins de fer par l’Etat et à la monopolisation des banques et de la vente des alcools. L’exploitation du sol par l’Etat, la socialisation des grandes industries et même des moyens de communication viendraient ensuite, dans un avenir plus ou moins éloigné.

Peu à peu toute la vie et toute l’activité de la social-démocratie allemande furent subordonnées à des considérations électorales. On traitait avec dédain les syndicats ouvriers et on désapprouvait les grèves, parce que les uns et les autres détournaient l’attention des ouvriers des luttes électorales. Tout mouvement populaire, toute agitation révolutionnaire dans un pays quelconque d’Europe était accueillie par les chefs du parti social-démocrate avec plus d’animosité encore que par la presse capitaliste.

Dans les pays latins, cependant, cette tendance nouvelle ne trouvait que peu de partisans. Les sections et fédérations de l’Internationale restaient fidèles aux principes qui avaient présidé à la fondation de l’Association. Fédéralistes par leur passé historique, hostiles à l’idée d’un gouvernement centralisé et en possession de traditions révolutionnaires, les ouvriers de race latine ne pouvaient suivre l’évolution qui s’opérait chez les Allemands.

La scission entre les deux branches du mouvement socialiste devint apparente aussitôt après la guerre franco-allemande. L’Internationale avait créé une organisation centrale, sous la forme d’un conseil général résidant à Londres ; et les esprits directeurs de ce conseil étant deux Allemands, Engels et Marx, le conseil devint la citadelle de la nouvelle tendance des sociaux-démocrates ; tandis que les fédérations latines recevaient leur inspiration de Bakounine et de ses amis.

Le conflit entre les marxistes et les bakouninistes ne fut pas une affaire personnelle. Ce fut le conflit nécessaire entre les principes du fédéralisme et les principes de centralisation, entre la Commune libre et le gouvernement paternel de l’Etat, entre l’action libre des masses populaires marchant vers leur affranchissement et le perfectionnement légal du capitalisme en vigueur, un conflit entre l’esprit latin et l’esprit allemand, qui, après avoir battu la France sur le champ de bataille, prétendait à la suprématie dans le domaine de la science, de la politique, de la philosophie et aussi du socialisme et représentait la conception du socialisme comme scientifique, tandis qu’il qualifiait toutes les autres conceptions d’ « utopiques ».

Au congrès de l’Association Internationale tenu en 1872 à La Haye, le conseil général de Londres exclut de l’Internationale, au moyen d’une majorité fictive, Bakounine, son ami Guillaume, et même la fédération jurassienne. Mais comme il est certain que la plus grande partie de ce qui restait de l’Internationale – c’est-à-dire les fédérations espagnoles, italienne, et belge- suivrait les Jurassiens, le congrès essaya de dissoudre l’Association. Un nouveau conseil général, composé d’un petit nombre de sociaux-démocrates, fut nommé à New York, où il n’y avait pas d’organisation ouvrière appartenant à l’Association qui put la contrôler ; et on n’en a plus entendu parler depuis. Pendant ce temps les fédérations espagnoles, italiennes, belges, et jurassiennes continuèrent à exister et à tenir comme d’habitude pendant les cinq ou six années qui suivirent les congrès internationaux annuels. ».

La réponse des libertaires fut le pacte de Saint-Imier au Jura suisse du 15 au 16 septembre 1872, définissant la doctrine anarchiste, auquel n’assistèrent aucun lyonnais.

L’anarchie trouve à Lyon les conditions permettant son implantation et son développement.
Lyon est au début du XIX° siècle, la première ville industrielle de France, grâce à la soie. Il existe une adéquation entre l’idéologie anarchique prônant la révolte ouvrière et les mouvements ouvriers corporatistes avant la naissance des syndicats, due à un prolétariat industriel disséminé dans les ateliers, le plus important de France, dominé par les canuts qui sont les chefs d’atelier, imprégné de saint simonisme et de fouriérisme. On peut dire que le mouvement anarchique fut la première manifestation d’une prise de conscience politique des milieux ouvriers en France et le premier mouvement contestataire de gauche prolétarienne crédible. Ce socialisme dès son origine peine à trouver son unité, partagé entre plusieurs courants. Le marxisme, qui va représenter sa forme concurrentielle et qu’il va remplacer, se heurte à la barrière de la langue allemande. Paul Lafargue, gendre de Marx tire de l’Anti-Dühring de Engels une brochure en 1880 intitulée : Socialisme utopique et socialisme scientifique ; le Capital traduit dans les années 70 ne sera vraiment diffusé qu’en 1884, date de démarrage du marxisme par Guesde et Lafargue (tous deux issus de l’anarchisme), qui va s’opposer à d’autres tendances réformistes. Le marxisme est un terme utilisé par Paul Brousse pour dénoncer un socialisme autoritaire et étranger, contesté par les autres tendances du socialisme. Le socialisme ne devient vraiment significatif qu’à partir des années 90 avec les élections des premiers députés socialistes et l’unité des composantes socialistes se fera en 1905 avec la SFIO de Jaurès.

La proximité de la Suisse sera l’élément catalyseur du développement anarchiste lyonnais à la fin des années 1860. En effet, les anarchistes lyonnais eurent des liens étroits, pour des raisons géographiques, avec la Fédération jurassienne suisse voisine dont Bakounine fut le promoteur. Bakounine, aristocrate russe, parla le français à la cour de Russie, avant d’apprendre le russe à l’âge de 16 ans. Révolutionnaire de formation hégélienne, initialement nihiliste, homme des sociétés secrètes aux ramifications internationales, ami de Richard Wagner, Tourgueniev, Proudhon, Bakounine fit un séjour en Sibérie dont il s‘évada en 1861, erra longuement en Europe pour fomenter des révolutions avortées, avant d’arriver en Suisse en 1867. Il va alors se convertir à l’anarchie collectiviste et révolutionnaire, ce qui l’éloigne de Proudhon, mais son antiétatisme le sépare de Marx. Il convient sur ce point d’apporter des précisions car l’opposition est moins tranchée sur un plan théorique : pour Marx le pouvoir étatique doit être temporaire avant que la société idéale ne se mette en place, pour Bakounine, un groupe d’hommes doit jouer un rôle de pouvoir occulte quasi permanent.

Bakounine va devoir batailler pour amener à l’anarchie des sympathisants marxistes. En effet la Chaud de Fonds est siège d’un prolétariat horloger qui mène une existence misérable avec l’absence d’un parti bourgeois de gauche prêt à des concessions, alors que dans les autres parties de la Suisse existe un mouvement social-démocrate. Un médecin, Coullery, y a fondé une section de l’Internationale, mais il a été évincé par la politique beaucoup plus radicale de Guillaume et de Meuron, un vétéran français victime des Trois Glorieuses. Grâce à l’action de Bakounine, le prolétariat du Jura avec la section de Locle deviendra le pilier de l’action de Bakounine.

Bakounine le successeur, mais non l’héritier du théoricien Proudhon, à cause de sa mentalité activiste et collectiviste, devait venir à Lyon pour appliquer ses théories et les faire connaître aux Lyonnais, suivi plus tard par son successeur Kropotkine.

LES REVOLTES LYONNAISES AU XIX° SIECLE.

Durant tout le XIX° siècle, les ouvriers lyonnais dominés par les canuts, se sont opposés aux « agressions capitalistes et bourgeoises » (Blanqui) par des émeutes corporatistes violentes qui montrent l’existence d’une conscience ouvrière très structurée.

Données générales
En 1830, Lyon est la deuxième ville de France avec 134.000 habitants répartis dans 3 arrondissements actuels : le 1° c’est-à-dire les pentes de la Croix Rousse, le 2° c’est-à-dire la presqu’île jusqu’au cours du midi, le 5° c’est-à-dire la rive droite de la Saône. Les faubourgs de la Guillotière (8000 habitants), de la Croix Rousse (15000 habitants), et Vaise (5000 habitants) constituent des communes qui ne seront intégrées à Lyon qu’en 1852. L’agglomération lyonnaise forme donc un ensemble de 175.000 à 180.000 habitants.

C’est la première ville ouvrière de France car la moitié des habitants vit du tissage de la soie, l’industrie la plus importante de France. La Fabrique comprend 400 fabricants, 8.000 chefs d’atelier, 20.000 compagnons sans compter les apprentis et d’autres ouvriers ; il s’agit d’une industrie disséminée, à l’opposé de l’industrie centralisée de la révolution industrielle, dont s’amorce le déclin.

Ce monde ouvrier vit dans des conditions difficiles, mais :
– Il a une conscience politique sous l’influence du fouriérisme et surtout du saint simonisme qui va les mener à un socialisme assez proche de l’anarchie.
– Il a une organisation professionnelle sous forme du mutuellisme, franc maçonnerie des chefs d’atelier, embryon du syndicalisme moderne.
– Il a une organisation politico-militaire, liée au départ à la charbonnerie franco italienne, qui a suscité un bataillon de volontaires pour aider les réfugiés italiens et savoyards. Dissous, il se reconstituera pour former les Volontaires du Rhône en juillet 1831. Beaucoup de ses membres sont partisans de la République ou de l’Empire (rappelons que Napoléon III a subi l’influence du fouriérisme). Cette organisation préfigurait un parti politique des travailleurs.

Le soulèvement des canuts du 21 au 24 novembre 1831 fut dû à des problèmes socio-économiques aboutissant à une revendication salariale, Il fut bien coordonné par l’ensemble des ouvriers qui purent établir une commune sans débordement à Lyon et fit environ 400 victimes. Ce soulèvement ne fut pas suivi à Paris, d’où son échec. Durant cette révolte, l’ouvrier tailleur républicain Claude Romand est à l’origine de la formule : « Vivre en travaillant, mourir en combattant » qui lui valut deux ans de prison et pour la première fois le drapeau noir de la révolte fut hissé le 21 novembre 1831 à 7 heures du matin. La répression menée par le général Soult et le duc d’Orléans se fit sans effusion de sang. C’est dans la foulée de cette révolte que les compagnons des métiers s’organisèrent à commencer par les compagnons tisseurs ferrandiniers et qu’apparut le premier journal ouvrier : l’Echo de la Fabrique.

Ce soulèvement est le premier soulèvement ouvrier de l’histoire ; il eut un retentissement national et international et fut à l’origine de toutes les révoltes ouvrières du XIX° siècle :

Eugène Tarlé, historien russe.
« L’insurrection ouvrière de 1831 constitue un tournant de l’histoire de la classe ouvrière, non seulement en France, mais dans le monde entier… C’est la première fois dans l’histoire moderne que le problème social s’est posé avec une telle clarté et une telle acuité  »

A de Châteaubriand.
« Ce soulèvement annonçait la fin d’une société et le commencement d’une autre société
 » 

Le problème du prolétariat était posé sur la place publique et tous les penseurs socialistes du XIX° siècle : Fourier, Proudhon, Blanqui, Marx et Engel ont fait allusion à ces évènements.

Le soulèvement du 9 au 15 avril 1834 dura une semaine.
Appelé la semaine sanglante, il fit 300 morts ; son retentissement fut moindre alors qu’il fut plus violent. Il fut moins coordonné, et mobilisa beaucoup moins la classe ouvrière, car il fut déclenché pour défendre la loi sur les associations qui intéressait plus les associations politiques, républicaines surtout, que les associations économiques de la classe ouvrière. Les Républicains de Paris tentèrent de suivre le mouvement, qui fut sévèrement réprimé, le massacre de la rue Transnonnain étant resté dans les mémoires avec la caricature de Daumier. La répression menée par Thiers fit 600 victimes, 10.000 insurgés furent faits prisonniers et condamnés à de lourdes peines.

Le troisième soulèvement débuta le 25 février 1848 lors de la chute de Louis Philippe et de l’avènement de la II° République et dura jusqu’en juin ; il fit 40 morts. Les canuts lyonnais en profitèrent pour instaurer une république socialiste à Lyon avec à leur tête les Voraces qui sont les plus radicaux. Des saccages immédiats furent déclenchés contre le clos des Chartreux et le pensionnat des Frères des Ecoles Chrétiennes, montée Saint-Barthélemy. Puis ils descendent dans la ville, deux comités rivaux hissent le drapeau rouge, l’un à la Préfecture, l’autre à l’Hôtel de Ville. Démophile Laforest est élu par acclamation comme maire. Le samedi 26, les Voraces occupent le séminaire de Saint Irénée pour y tenir club chaque soir, ils organisent des milices parallèles, se dotent de leur propre prison, terrorisent les bourgeois et les commerçants, débaptisent les rues pourvues d’appellation aristocratique et cléricale, exilent des milliers d’étrangers considérés comme « accapareurs du travail », s’emparent de 34.000 fusils dérobés dans les magasins militaires. Au nombre d’environ un millier et s’inspirant des idées socialistes anarchistes, ils rêvent de faire de la Croix Rousse une communauté où le mariage serait aboli, les enfants élevés en commun, la propriété supprimée. Ils vont prendre le pouvoir à Lyon car l’armée et la police sont débordées. Arago envoyé à Lyon finit par rétablir l’ordre.

Quelques mois plus tard, les Voraces, d’inspiration plutôt bonapartiste, se soulèveront à leur tour pour protester contre l’envoi de l’armée française à Rome auprès du pape contre Garibaldi. Ils dressent des barricades dans la grande rue de la Croix Rousse, mais leur révolte sera matée au prix d’une centaine de morts.

Si l’on vit deux ou trois anarchistes réputés sur la liste rouge victorieuse des élections législatives du 13 mars 1849, la part de l’anarchie dans ce processus reste à démontrer. Le 15 juin, sur la fausse nouvelle de l’arrestation de Louis Bonaparte, les Voraces descendirent de la Croix Rousse aux cris de « Vive la Révolution démocratique et sociale ». L’insurrection, vite réprimée, fit 40 morts répartis des deux côtés.

Il existait donc à Lyon une tradition ouvrière syndicale, républicaine et socialiste qui put se manifester lors des évènements de 1870 à côté d’une sympathie bonapartiste, avec parfois une symbiose des deux comme le montrera plus tard Albert Richard.

LYON ET L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS

Rappelons que dans les années 1860, Lyon a 500.000 habitants et que depuis 1852, Vaise, la Guillotière et la Croix-Rousse sont rattachés à Lyon ; les ouvriers de la soie sont progressivement supplantés par un prolétariat industriel. L’administration est assurée par un préfet qui joue le rôle de maire.

Les débuts
L’implantation de l’anarchie à Lyon est bien connue grâce aux nombreux documents provenant des archives de la police ou des intéressés, qui ne mentionnent jamais le nom et parlent de socialistes, d’internationaux. Ils montrent que la police et le pouvoir connaissaient parfaitement l’organisation qu’ils ont infiltrée.

Rappelons que les associations ouvrières, interdites après le coup d’état du 2 décembre 1852 par le général Castellane, poursuivaient leurs activités sous forme de sociétés de secours mutuel ; celles-ci organisaient des grèves en abritant des sociétés de résistance amenant leur dissolution, suivie d’une reconstitution. La suppression du délit de coalition du 25 mai 1864 va permettre au mouvement ouvrier de réapparaître au grand jour.

Le mouvement ouvrier lyonnais dans les années 60 est à l’origine de deux évènements de natures différentes :

L’influence lyonnaise se retrouve dans l’ouvrage de Proudhon, son testament,  édité en 1864, intitulé « De la capacité politique des classes ouvrières » dans lequel le principe de mutualité doit corriger la loi économique de l’offre et de la demande et où il défend une sorte de SMIG avant la lettre. « Il n’est pas offre ni demande qui tienne, il faut pouvoir vivre en travaillant comme disaient les ouvriers lyonnais… ».

C’est aussi à Lyon qu’apparaît pour la première fois d’une façon nette l’idée d’une union universelle entre les travailleurs au-delà des frontières. Cette idée avait été émise dès 1832 après la première insurrection ouvrière et fut relancée par le saint-simonien lyonnais Arlès-Dufour à l’occasion de l’exposition universelle de Londres. Dans une lettre au Progrès il propose d’envoyer à cette exposition des délégations ouvrières.

Le Progrès du 29 septembre 1861 insère ce qui suit :

« Un des membres considérables de la Commission impériale de l’Exposition universelle de Londres nous a exprimé le désir de voir propager par la presse au sein de nos populations ouvrières une cotisation spéciale telle qu’elle se pratique en Angleterre, dans le but de subvenir aux frais de voyage d’un certain nombre de délégués par leurs pairs à la grande Exposition de 1862. On ne saurait croire, nous disait l’honorable M Arlès-Dufour, combien cette méthode a eu d’excellents résultats en Angleterre. Mieux qu’un livre, la relation d’un simple ouvrier donne aux autres une connaissance pratique des merveilles de l’exhibition. C’est à peu près comme si l’Angleterre ouvrière avait assisté toute entière à l’exposition. M. Arlès-Dufour nous a donné l’assurance, que pour seconder ce mouvement, la Commission impériale s’est mise en mesure de procurer aux ouvriers des billets de voyage jusqu’à Londres à des prix si réduits qu’ils seront presque insignifiants… ».

Son ami Adolphe Guéroult, saint-simonien lui aussi, a repris ce projet dans son journal l’Opinion Nationale pour faire pression auprès du président de la section française, le prince Jérôme Napoléon, qui ne mesurait certainement pas les conséquences de cette décision.

Le 5 août 1862, au meeting de Saint Martins’Hall qui suivit la fête offerte par les travailleurs britanniques aux délégués parisiens et lyonnais, ces derniers firent la proposition de création des comités ouvriers de correspondance. Deux ans plus tard, fut créée l’Association Internationale des Travailleurs et l’interprète des délégués lyonnais, Melville Glover, revendiqua publiquement pour ceux-ci la première initiative de ce plan dans une lettre au Progrès du 5 octobre 1864.

Extrait du rapport du commissaire Faure de février 1870 :

« La création de l’association internationale remonte en 1862, époque de l’exposition universelle de Londres, le projet en a été conçu par les délégations ouvrières des diverses nations et plus particulièrement par la délégation française. Ce fut une grande réunion où les délégués des divers pays convoqués par la délégation anglaise convinrent qu’il fallait à l’avenir établir entre eux des rapports de bonne confraternité et organiser un lien de solidarité et de résistance contre les capitalistes qui reléguaient les travailleurs dans une situation fatalement secondaire et de laquelle ils ne pourraient sortir qu’en groupant leurs forces jusqu’à ce jour isolées, pour constituer la puissance collective non seulement d’une corporation, d’une ville, d’une puissance, mais d’une vaste fédération de tous les travailleurs du globe, au moyen de laquelle la lutte contre l’ennemi commun, le monopole, pourrait devenir réellement effective.

Cette fédération de travailleurs n’a commencé à prendre réellement corps qu’en 1864, où fut définitivement fondée à Londres le conseil général de l’association internationale des travailleurs composée de Odget, président, Cremet, secrétaire général et Wheeler trésorier qui publia son programme socialiste.

Les anciens délégués à l’exposition de cette ville, Monet, Bergeron, Chupin et leurs amis qui avaient conservé les relations avec les membres des diverses délégations étrangères convoquent les coopérateurs influents pour constituer un comité de correspondants ».

Cette 1° Internationale (Association Internationale des Travailleurs) s’inspire largement des idées de Prud’hon et regroupe anarchistes, socialistes et radicaux. Ses statuts proclament que « la conquête du pouvoir politique est devenue le premier devoir de la classe ouvrière », elle reprend le mot d’ordre du Manifeste communiste que Marx prononce dans son adresse inaugurale : «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous », afin d’abolir toute classe sociale pour réaliser la révolution complète. L’influence de Marx, le grand bourgeois autoritaire allemand, devait vite devenir prépondérante comme nous le verrons et va s’accompagner d’une radicalisation des Lyonnais.

L’implantation lyonnaise
Les anciens délégués lyonnais de l’exposition de Londres vont créer la première section lyonnaise dès 1865, à partir des coopérateurs les plus influents, pour former des comités de correspondance. Les débuts sont difficiles, le nombre d’adhérents ne dépassant pas 150 à 200 et les autorités n’ont pas l’attention attirée par ce groupuscule. L’idéologie de référence reste celle de Proudhon, ce qui sera plutôt bien vu du pouvoir car elle n’entraîne pas d’engagement politique et ses propos sont modérés. Le Congrès de Genève de 1866 est dans cette lignée politique avec une réflexion théorique et un rapport moralisateur condamnant les grèves, le travail des femmes et des enfants, demandant la diminution des heures de travail. La section lyonnaise y est représentée en particulier par Adrien Schettel, Honoré Richard et surtout Albert Richard, son fils.

Les dissensions
En janvier 67, c’est la scission entre les proudhoniens purs qui vont rester dans l’ombre et les partisans de l’action politique avec Schettel, Palix, Albert Richard. Mais un affrontement va opposer Schettel et Richard sur les candidatures ouvrières et les alliances politiques que récuse A Richard. Au congrès de Lausanne de 1868, les deux protagonistes s’accusent mutuellement de malversations. La scission se confirme après le congrès amenant à la création de 3 groupes. Celui de Sipel, chaudronnier, celui de Schettel, vétéran de 48 et des luttes passées, représentant des milieux soyeux et celui d’Albert Richard, de son père et de Palix, représentants d’une nouvelle génération.

Albert Richard par son zèle et son efficacité va s’affirmer comme le leader et sera soutenu par le conseil général de Londres. La section lyonnaise néanmoins est sur le point de disparaître. « L’Internationale tend à se dissoudre à Lyon » se réjouit le procureur général. Le nombre des adhérents est alors de moins de 500. Ceux-ci se répartissent en 18 groupes de quartiers : la Buire, La Villette, la Guillotière … Par ailleurs, comme la section lyonnaise est inactive à Lyon, les ouvriers portent leur intérêt au mouvement coopératif.

Le 9 août 1868, Albert Richard est nommé par la commission d’initiative pour représenter la délégation lyonnaise au congrès de Bruxelles et au congrès de la Liberté et de la paix à Berne.

Le congrès de Bruxelles  marque un tournant par la prise en main de l’AIT par Marx. Elle se traduit par la victoire des collectivistes sur les proudhoniens et les débuts du socialisme révolutionnaires. Albert Richard vote avec la majorité révolutionnaire qui veut démolir le système actuel pour en reconstruire un autre,  qui veut supprimer l’hérédité, et qui revendique la propriété collective du sol, des canaux, des routes, des lignes télégraphiques, mais la question de l’état n’est pas abordée.

La rencontre avec Bakounine
Malgré le refus de l’AIT d’y participer, tout en y autorisant ses membres à s’y rendre, Albert Richard participe au congrès de Berne du 21 septembre 1868. Ce congrès, le deuxième du nom, organisé par la Ligue de la paix et de la liberté est un congrès international où l’on retrouve des radicaux et des démocrates dont V Hugo, S Mill, les frères Reclus. La ligue va voler en éclat à la suite d’affrontements avec les membres de l’AIT. C’est à ce moment qu’apparaît Bakounine qui par ses convictions collectivistes et antiétatiques va être obligé de quitter la ligue ; en effet il réclame dans une résolution incendiaire « l’égalisation économique et sociale des classes et des individus et l’abolition de l’esclavage ». Il va fonder l’Alliance Internationale de la démocratie socialiste à laquelle vont adhérer A Richard et les frères Reclus, basée sur le mystère et le secret. Après un refus, l’Alliance va être admise au sein de l’AIT moyennant la dissolution de son bureau et sa transformation en section genevoise. Mais comme la plupart de ses adhérents sont hors de Suisse, cette Alliance sera une machine de guerre de Bakounine au sein de l’AIT, ce qui fera dire à Marx qu’elle est une « deuxième Internationale à l’intérieur de l’Internationale ». L’affrontement Bakounine-Marx ne fait que commencer.

(Suite…)

Par Vincent BANSSILLON, Professeur de médecine


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Salager dit :

    Toujours super intéressant, nous attendons le dernier opus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *