MÉDECINE/Les débuts de l’anesthésie à Lyon (2/2)

(Suite de l’article « Les débuts de l’anesthésie à Lyon (1/2) »)

Hôtel-Dieu – Salle de chirurgie d’urgence vers 1910 (AML – 4fi3594)

Avec ces appareils successifs, Bonnet obtient des anesthésies de plus en plus fiables, c’est déjà le cas avec son appareil à respiration nasale utilisé par Bouchacourt avec succès. C’est surtout le cas avec son dernier appareil qui rend d’ailleurs caduque la plupart de ses observations 1 et 2. Bonnet utilise lui-même son appareil1, dans la rubrique Chronique, (ce qui anticiperait la 1° anesthésie lyonnaise) entre une recherche de personne, un certain M .Decrose, et un avis du comptoir d’escompte de Saint Etienne :

« On fait en ce moment à l’Hôtel Dieu de Lyon des expériences sur un procédé qui paraît destiné à faire une révolution dans l’art de la chirurgie. On ferme les narines de la personne qui doit être opérée, on lui met deux tubes dans la bouche, l’un sert à l’aspiration de la vapeur d’éther, l’autre à l’expiration ; elle tombe bientôt dans un assoupissement pendant lequel on l’opère. Cet assoupissement dure deux à trois minutes. On sait par les questions qu’on leur a faites à leur réveil, que les personnes ainsi opérées souffrent fort peu. Un homme, auquel on a amputé la cuisse (observation non relevée dans la littérature médicale) a répondu qu’il avait senti une douleur comme celle que cause une égratignure. Cette découverte est due à un médecin de Boston. Depuis de longues années, nos chirurgiens d’Europe, avant d’opérer leurs malades, leur font prendre une potion qui contient de l’éther. Cette potion a pour but de rendre les patients moins sensibles, à la douleur. Jusqu’à présent, il ne leur était pas venu à l’esprit qu’en endormant complètement mes malades, ce but serait mieux atteint encore ».

Le Censeur de Lyon du 26 janvier2 reprend l’information au début de sa rubrique Chronique :

« Des expériences très suivies se font en ce moment à l’Hôtel Dieu de Lyon sur un nouveau procédé inventé par des chirurgiens américains et ayant pour but d’empêcher la douleur pendant les opérations chirurgicales. Ce procédé consiste dans l’inspiration d’air chargé de vapeurs d’éther. Le malade soumis à l’expérience entre au bout de trois à quatre minutes dans un sommeil extatique pendant lequel on peut l’opérer sans qu’il témoigne et indique à son réveil aucune souffrance. Plusieurs opérations ont déjà été tentées par les habiles chirurgiens de notre Hôtel Dieu, et leur résultat fait espérer que la chirurgie vient de faire une conquête de plus.
Il y a quelque temps, un observateur placé sur le pont de Frans… ».

La Gazette de Lyon du 1°-2 février3 développe l’opération faite par le Dr Bouchacourt que l’on peut dater du 26 janvier et qui témoigne de la rapidité avec laquelle Bonnet a développé ses appareils :

« Les opérations chirurgicales préparées au moyen de l’éther continuent à l’Hôtel Dieu. Avant-hier, une nouvelle expérience a été faite avec un entier succès. Il s’agissait d’enlever un cancer du sein d’un volume énorme. Le malade a été endormi, après deux à, trois minutes d’aspiration de l’éther. Alors M le docteur  Bouchacourt, aide-major, a procédé à cette opération qui a duré quinze minutes. Pendant les sept à huit premières minutes, la patiente a été endormie et a paru complètement insensible. Pendant l’autre moitié de l’opération, elle a été éveillée, mais a paru également insensible. L’appareil aspiratoire de l’éther a été enlevé vers le milieu de la première partie, c’est-à-dire environ trois à quatre minutes après l’opération commencée. Lorsque tout a été fini, le docteur a demandé à la malade si elle voulait être opérée, à ,quoi elle a répondu qu’elle le voulait bien, marquant ainsi qu’elle n’avait point souffert et avait pris les dernières phases de l’opération, pendant lesquelles elle é  tait éveillée, pour de simples préliminaires. Cette expérience qui a été faite devant un assez grand nombre de médecins de notre ville, a une grande portée et semble ne laisser aucun doute sur la valeur de la découverte. Cette particularité de l’insensibilité pendant le sommeil, et de la même insensibilité dans l’état de veille, est surtout fort remarquable. On augure très bien du mérite de cette invention dans son application à la médecine. Ainsi, il arrive souvent que le malade, dans les affections nerveuses violentes, comme le tétanos, la rage etc. ne puisse rien avaler. Il est fort présumable qu’en faisant dissoudre dans l’éther des substances médicales, on pourra, à l’aide des facultés éminemment volatiles de l’éther, faire parvenir dans l’intérieur des remèdes efficaces ».

La Gazette de Lyon du 31 janvier4) publie une « Revue scientifique et médicale » intitulée : « Inhalation de vapeurs d’éther, nouvelles expériences dans les hôpitaux de Paris ». L’article assez long développe les anesthésies pratiquées à Paris à la date ci-dessus. Elle est la seule à évoquer le risque explosif et d’inflammabilité de l’éther qui doit faire éloigner « une bougie allumée et tout corps en ignition ».

La Gazette de Lyon du 5 février5 évoque dans les nouvelles diverses, les anesthésies pratiquées à Maison Alfort sur « 4 chiens, 1 cheval et 1 élève ». Les anesthésies animales pratiquées se sont bien déroulées, l’élève volontaire a été soumis pendant son éthérisation à la taquinerie d’un camarade qui lui a plongé un bistouri dans le mollet en pratiquant plusieurs incisions indolores (pendant l’éthérisation).

La Gazette de Lyon du 5 février6 et le Censeur de Lyon du 5 février7 rapportent la même information dans les mêmes termes. Au Val de Grâce le valeureux brigadier Geffine a subi sous éthérisation une amputation de l’avant-bras suite à une blessure contractée au combat en faisant une charge de cavalerie. A son réveil, il a déclaré : « Je suis comme au lendemain d’une ribote ». « Ces effets de l’ivresse de l’éther ne cédèrent qu’à une saignée du bras et à l’emploi de la glace sur le membre amputé », sans commentaire sur la prise en charge du réveil et sur cette anesthésie dont on ne sait si elle fut la première pratiquée en milieu militaire.

Enfin dans le Courrier de Lyon du 6 mars8, paraît la réclame suivante :

« VAPEURS D’ETHER.

Les opérations qui viennent d’être pratiquées à l’hôpital de Lyon, au moyen des appareils Charrière, présentés par M d’Arboville, dentiste de Paris, Chaussée d’Antin, rue Thiroux, 11, ont eu les plus heureux résultats.

Assortiment complet de ces appareils, place des Terreaux, hôtel du Parc.

M d’Arboville, voulant utiliser le temps qu’il passe à Lyon, reçoit chez lui et se rendra chez les personnes qui auraient besoin de lui (affranchir).

(Nouvelles dents artificielles sans crochets ni ligatures). »

Par la suite, dans les milieux chirurgicaux lyonnais l’anesthésie est parfaitement intégrée mais ne fait plus jamais l’objet de publication spécifique. La mention d’intervention pratiquée sous anesthésie est rencontrée régulièrement dans le Journal de Médecine de Lyon des années 1847 et 1848. On peut citer celle pratiquée sur le maire M Terme à la fin de l’année 1847 pour réaliser une amputation d’un membre inférieur gangrené, d’évolution défavorable en postopératoire.

A la fin de l’année 1847, paraît dans le Journal de Médecine de Lyon une reproduction d’un article de la Revue des Deux Mondes sur le chloroforme, mais ceci est une autre histoire.

La richesse des informations dans la littérature lyonnaise permet d’avoir une bonne vision des débuts de l’anesthésie à Lyon et de retenir les noms de Bonnet, Diday, Pétrequin. Elle montre le souci des milieux chirurgicaux à développer une technique qui supprime la douleur et aussi leur crainte de voir apparaître des effets imprévisibles devant sa suppression. A côté de réflexions toujours, d’actualité, on note des archaïsmes comme toujours face à une nouvelle avancée, c’est inévitable, voire nécessaire. L’archaïsme d’ailleurs ne peut être qualifié comme tel qu’à posteriori. Mais ces réflexions restent toujours centrées sur les soins que le chirurgien doit au malade et ont pour but d’adapter la technique de la meilleure façon pour le malade à la lumière des connaissances de l’époque. La lecture des textes ne montre aucun corporatisme figé. Les chirurgiens lyonnais ont ainsi très vite intégré l’anesthésie et ont tout de suite essayé les nouveaux agents. Le seul reproche qu’on puisse leur faire plus de 115 ans plus tard est de ne pas avoir vu qu’une nouvelle branche de la médecine, destinée à devenir autonome, naissait, au contraire des Anglais.

Par Vincent Banssillon, Professeur de médecine

  1. BONNET FERRAND (pas d’initiales). Les moyens d’obtenir constamment l’insensibilité par les inspirations d’éther sulfurique et des quantités de ce liquide qui peuvent être employées. Gaz. Med Paris. 1847 : 11 :202.)) pour 4 interventions en obtenant l’absence de toute douleur, de toute plainte et de tout mouvement :

    • Une désarticulation du bras pour tumeur cancéreuse accompagnée d’un curage ganglionnaire de l’aisselle. Cette intervention est pour Bonnet : « la plus grave peut-être entre toutes celles qui ont été pratiquées depuis que l’on fait les inspirations éthérées…. La désarticulation a duré une minute et demi, la ligature des vaisseaux, l’extirpation des 8 glandes cancéreuses, l’extirpation de l’acromion, la suture de la peau, demandèrent 15 minutes et demi. L’appareil a fonctionné 47 minutes ».
    • Une incision d’abcès du membre inférieur.
    • Une cure d’hydrocèle par injection iodée.
    • Une application de forceps faite par Colra dans un bassin rétréci, première utilisation lyonnaise et peut-être française de l’éthérisation en obstétrique.

    A partir de son dernier appareil, Bonnet estime la consommation d’éther par patient, mais en négligeant l’éther expiré dont il ne tient aucun compte. Bonnet conclut :

    « La constance des résultats que nous avons obtenus sur l’homme sain ( il a donc fait de tels essais), la précision, sinon complète, du moins approximative, que nous avons pu porter dans la détermination des quantités d’éther pour produire et maintenir l’insensibilité, nous font espérer que les précautions dont nous avons cherché à démontrer l’importance se répandront dans la pratique, et que grâce aux concours des efforts nombreux qui tendent à perfectionner l’éthérisation, le moment n’est pas éloigné où l’on pourra régler l’emploi de cette méthode avec une précision mathématique, et l’appliquer avec succès dans tous les cas où il est vraiment utile d’enlever aux malades la conscience de leurs sensations ».

    La durée de l’anesthésie et en particulier de l’induction n’est pas une préoccupation pour Bonnet qui utilise l’éthérisation le temps nécessaire. Ainsi la désarticulation du bras a nécessité 47 minutes d’anesthésie dont 30 minutes d’induction (n’oublions pas que c’est seulement dans la 2° moitié du XIX° siècle avec P Bert que le rôle des concentrations, d’agents anesthésique dans l’air inspiré a été mis en évidence). Il est en opposition avec Diday (et sans doute d’autres de ses collègues) pour qui : « on est assez généralement d’accord à Lyon que la tentative d’assoupissement ne doit pas se prolonger au-delà de 12 minutes. Si au bout de ce temps, le malade ne dort pas, il convient d’y renoncer. En prolongeant la séance plus longtemps, il persiste pendant 12 à 24 heures des vertiges, des maux de tête, une sorte d’hébétude pénible » et ce qui intrigue l’auteur, 24 heures plus tard, l’odeur d’éther persiste dans l’haleine des patients. La lecture des documents montre sans qu’ils en aient sans doute conscience, que les chirurgiens ne savent pas très bien combien de temps il faut administrer l’éther et s’il existe une limite à cette administration. Assez souvent, l’éthérisation est arrêtée en cours d’intervention, le chirurgien profitant de l’analgésie ou de l’état de demi-conscience pour terminer son acte. Bonnet semble éthériser ses malades tout au long de celui-ci.

    Diday s’interroge à la lumière de la technique chirurgicale de son époque sur les contre-indications de l’éthérisation ; il distingue 3 situations :

    1° « Les opérations où l’intégrité de la sensibilité est une condition et un élément de réussite » : c’est le cas de la lithotritie où l’opérateur a besoin de la sensibilité pour distinguer la muqueuse de la lithiase.
    2° « Les opérations où la contractilité musculaire volontaire doit nécessairement intervenir » : c’est le cas entre autre, de la cure d’hémorroïdes où le malade doit pousser pour aider le chirurgien.
    3° « Les opérations dont l’exécution pourrait être gênée par des contractions désordonnées imprévues » : ce cas est lié à l’insuffisance de l’anesthésie qui laisse un malade plus ou moins éveillé comme c’est le cas avec échec de l’opération de la cataracte de Gerdy, échec du aux mouvements du malade.

    Ces contre-indications montrent les limites de la pratique chirurgicale d’alors qui reposait sur un malade conscient et l’insuffisance de l’anesthésie qui devait se perfectionner pour être fiable et permettre une chirurgie plus agressive et un changement des habitudes opératoires.

    Diday constate aussi qu’on ne distingue pas l’état d’éthérisation de la syncope d’où la nécessité de la surveillance constante du pouls dont il n’est pas sûr qu’elle se réalise dans la pratique privée par manque d’assistants. Il craint le risque d’embolie gazeuse lorsqu’on opère dans une région dont les veines peuvent laisser passer l’air jusqu’au cœur à cause «  de longues et brusques inspirations inopinées ».

    Bouchacourt et Pétrequin confient à Diday : « La contraction musculaire est abolie ou considérablement diminuée, mais l’irritabilité ou la contractilité mise en jeu par l’action d’un excitant local, bistouri par exemple, persiste tout au long aussi vive ». Enfin « l’écoulement sanguin est pour le moins aussi abondant… Le sang artériel a paru plus noir que de coutume », cet avis étant variable suivant les chirurgiens interrogés.

    Il émet des craintes que cette méthode soit une mode dont les limites seraient ou trop étroites ou trop larges :

    « La nouvelle méthode a trouvé les chirurgiens empressés de l’épl.. je veux dire de l’expérimenter. Elle les a portés sur un théâtre, entourés d’une foule ébahie, doués d’une puissance, d’un prestige presque surnaturel. Mais ces premiers moments passés, conserveront-ils à leur nouvel auxiliaire une reconnaissance en rapport avec leur empressement d’aujourd’hui, L’humanité, disent-ils, maintenant leur fait un devoir de répéter ces expériences ? Nous verrons… Mais l’humanité sérieusement comprise, consciencieusement mise en œuvre obligera-t-elle à endormir toujours tous les malades auxquels on doit faire subir quelque douleur. L’expérience ne tardera pas à nous éclairer sur les effets que ces intoxications pourraient exercer sur la santé ».

    Diday se pose donc des questions éthiques.
    Il craint aussi, ce que les anesthésistes d’aujourd’hui aimeraient voir se vérifier de temps à autre, que l’éthérisation n’entraîne le chirurgien à aller trop vite aux dépens de l’indication, alors que leur rapidité est déjà extrême comme le montrent des observations rapportées dans ce texte : « La rapidité dans le manuel opératoire était déjà un peu trop à la mode : avec la nouvelle médication ne dégénérera-t-elle pas en précipitation,… Pour les cancers, cette rapidité serait déplorable ». Cette affirmation est cohérente avec la précédente qui estimait que la durée de l’éthérisation devait être limitée en raison de l’ignorance de ses effets. Il termine sa communication par cette affirmation qui ne lui est pas personnelle : « il faut souffrir pour guérir ». Cette affirmation ne rejette pas la suppression de la douleur, mais est en cohérence avec les contre-indications qu’il donne de l’éthérisation, et avec la crainte de voir se développer des opérations trop rapides et donc bâclées, il n’a pas encore réalisé les modifications de l’activité chirurgicale dues à l’anesthésie.

    Bonnet n’a pas ces réticences, lui qui a endormi un enfant pour éviter les souffrances dues à l’arrachage de la calotte, mais il a aussi ses archaïsmes puisqu’il considère comme des recherches à venir, les travaux de Teissier sur l’utilisation de l’éther en lavement pour assurer une anesthésie plus constante et ceux de Gromié qui se propose d’utiliser l’aspiration d’éther chargé de médicaments pour traiter des affections médicales. Bonnet ignorait donc les travaux de l’école de Birmingham, mais n’oublions pas que les voies veineuses et intramusculaires étaient inconnues.

    Grâce aux travaux de Guillet et Vuilliet, j’ai pu retrouver le retentissement de ces premières anesthésies dans la presse lyonnaise dont les différents journaux sont étrangement semblables ; celle-ci est faite de 4 pages in-folio dont la première page est « politique » avec le compte rendu d’activités politiques débordant sur la deuxième page, suivi de chroniques c’est-à-dire de faits divers, mis à la suite sans ordre.
    Le 1° compte-rendu se trouve dans la Gazette de Lyon  dès le 20 janvier ((GAZETTE DE LYON. Chronique. 20 janvier 1847. P3. []

  2. CENSEUR DE LYON. Chronique. Mardi 26 janvier 1847. P3 []
  3. GAZETTE DE LYON. Nouvelles diverses. Lundi 1° mardi 2 février 1847. P3. []
  4. GAZETTE DELYON; Revue scientifique et médicale. Inhalation des vapeurs d’éther. Nouvelles expériences dans les hôpitaux de Paris.31 janvier 1847. P4 []
  5. GAZETTE DE LYON. Nouvelles diverses. 5 février 1847. P4 []
  6. GAZETTE DE LYON. Nouvelles diverses. 5 février 1847. P4 []
  7. CENSEUR DE LYON. Nouvelles diverses. 5 février 1847. P4. []
  8. COURRIER DE LYON. Vapeurs d’éther. 6 mars 1847. P4 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *