MÉDECINE/Les débuts de l’anesthésie à Lyon (1/2)

Salle du dôme de l’éther au Massachussets General Hospital où a eu lieu la première anesthésie au monde (Wiki Commons)

Les débuts de l’anesthésie à Lyon peuvent être précisément datés entre le mercredi 20 janvier 1847, date de la première anesthésie que l’on peut retenir, et le 15 mars 1847, date de la dernière publication sur ce sujet.

Les chirurgiens de l’Hôtel Dieu, suivis par ceux de la Charité, s’intéressent donc dès janvier 1847 à « l’éthérisation » à partir de travaux parisiens, et la presse lyonnaise se fit écho de celle-ci quasi-immédiatement. La relative richesse des écrits médicaux et de ceux de la presse locale permettent de mieux connaître et comprendre le retentissement de cette nouveauté technique dans la pratique médicale et les interrogations qu’elle a suscitées.

Il convient de rappeler qu’à l’époque les connaissances physiologiques, physiques et chimiques étaient réduites et nettement inférieures à celles d’un lycéen ou d’un collégien d’aujourd’hui. Par exemple, les notions de concentration d’un agent étaient ignorées, la pression artérielle n’était pas mesurée, l’administration des  agents ne se faisait que par les orifices naturels, l’infection était méconnue et le tout à l’avenant. Les thérapeutiques étaient quasi-inexistantes et la découverte d’un agent aussi efficace que l’éther fut une révolution mal maîtrisée.

Comme le rapporte Horand Diday dans la Gazette Médicale de Paris du 13 février 1847 dans sa revue hebdomadaire1 :

« Lettre sur l’emploi des inhalations de l’éther à Lyon » : « Quoique Lyon n’ait appris que par l’intermédiaire de Paris les bienfaisants prodiges de cette admirable médecine palliative, ces premiers documents étaient tellement incomplets, et nous avons mis une telle promptitude à expérimenter que nos tentatives dans le début ont eu toute l’incorrection, il est vrai, mais aussi presque toute la spontanéité des vôtres. Longtemps, nous avons marché à peu près sans guide. Cette condition, qui a jeté quelques hésitations dans nos recherches les rendra sans doute plus probante à vos yeux, car nous avons pu échapper aux dangers de l’engouement de confiance ; nos découvertes, si découverte il y a, nous appartiennent en propre comme nos tâtonnements ; et ce qui a été perdu pour nos premier malades ne le sera pas entièrement pour la science ».

Amédée Bonnet confirme dans l’introduction de son article princeps2 qu’il a eu connaissance des éthérisations par « les comptes-rendus de l’Académie de Médecine et ceux des Sciences ; (ils) ont fait connaître les résultats des expériences tentées en Amérique, en Angleterre, et à Paris sur les effets produits par l’inspiration des vapeurs d’éther sulfurique ».

Les chirurgiens lyonnais ont donc tâtonné au départ pour administrer cet éther par manque d’information sur la technique d’administration, en rappelant que l’administration de médicaments à l’époque ne se faisait que par les orifices naturels : Diday :

« Vous ne pourriez que difficilement vous figurer le nombre, la bizarre variété, la naïve simplicité des appareils mis en œuvre dès le commencement. Ne voulant nommer personne et résolu à ne point m’épargner moi-même, je puis librement dire tout ce que’ j’ai vu en ce genre, et je le dois d’autant plus que ces différences dans les conditions matérielles de l’expérience donnent souvent la clef de phénomènes presque impossibles à expliquer sans cela. Faire aspirer par une narine la vapeur d’un flacon d’éther hermétiquement bouché, user du flacon à fumigation ordinaire des pharmaciens, placer dans la bouche le mince tuyau d’une sorte de pipe en verre, voilà les péchés qu’il nous faut accuser comme dans maint autre endroit sans doute où personne n’a songé et ne songera à s’en vanter».

L’anonyme du Journal de Médecine de Lyon3 : « A Lyon ces aspirations ont été faites tantôt par la bouche, tantôt par les fosses nasales. On a employé tantôt un appareil à aspirations médicamenteuses, tantôt un flacon ou plongeaient des tubes en caoutchouc qu’on engageait par l’autre extrémité des narines. L’un et l’autre étaient garnis d’éponges humectées largement d’éther. ». Bonnet est également confronté à ces difficultés techniques comme nous le verrons plus loin.

Quand se pose la question de la première anesthésie à Lyon, question qui n’est d’ailleurs jamais évoquée par les chirurgiens d’alors, il convient de se reporter au Journal de Médecine de Lyon de janvier 1847 qui publie deux articles sur l’éthérisation : « Expériences faites dans le service de clinique chirurgicale sur l’inspiration des vapeurs d’éther sulfurique et précautions à prendre pour assurer l’effet de ces moyens »4 par A Bonnet pages 61 à 72. « Expériences faites à l’Hôtel Dieu de Lyon sur une nouvelle méthode pour détruire la douleur dans les opérations »5 non signé page 73 à 78.

Il est logique d’attribuer ce dernier article au rédacteur en chef Barrier ; il a tendance implicitement à donner la palme des débuts de l’éthérisation à Pétrequin, dont il est l’aide major, ceci explique cela : « Un pareil moyen (l’éthérisation) méritait d’être expérimenté de nouveau et il vient de l’être avec soin à l’Hôtel Dieu de Lyon. M Pétrequin, chirurgien en chef de cet hôpital a entrepris à cet égard une série de recherches dont nous allons rendre…. Il a d’ailleurs commencé ses expérimentations sur lui-même ».

Aucune date n’est donnée sur les 4 éthérisations pratiquées. J Vuilliet dans sa thèse6 et Vuilliet (qui lui associe le nom de Gensoul sans explication) comme pionnier de l’anesthésie lyonnaise dont nous rapportons la 1° observation :

« Le 20 janvier, je soumis aux inspirations d’éther sulfurique un jeune homme de 16 ans affecté d’un sarcocèle énorme, compliqué d’une hydrocèle qui remontait dans le ventre à 12 cm au-dessus de l’anneau inguinal. Je me servais d’un ballon contenant des éponges imbibées d’éther sulfurique : il respira 5 minutes la vapeur de cet éther par la bouche et comme il exécutait imparfaitement les manœuvres qui devaient faire pénétrer les gaz dans les poumons, je plaçai dans l’une et l’autre narine un tube arrondi qui avait servi à la respiration par la bouche. Les effets furent lents à se prononcer, au bout de 20 minutes l’étourdissement du malade fut cependant assez complet pour que le moment me parut opportun de commencer l’opération. L’incision de la peau arracha un cri de douleur, mais à partir de ce moment et jusqu’à l’ablation complète de la tumeur, le malade ne poussa aucun cri et parut plongé dans le sommeil. Je craignis un moment qu’il fut tombé en syncope et je m’arrêtai pour lui tâter le pouls et m’assurer que celui-ci continuait à battre. La ligature des artères du cordon ne fut suivie d’aucune marque de souffrance : il y eut quelques signes de douleur lorsque je lui liai les artères à la surface de la plaie. La suture faite par les épingles dont l’introduction est ordinairement très douloureuse, ne détermina aucune plainte.
Pendant tout ce temps de l’opération qui dura près d’une demi-heure, on tint dans les narines les tubes qui conduisaient la vapeur d’éther sulfurique : le pansement terminé, on cessa ces aspirations, le malade revint à lui : il se plaignit de souffrances qui me parurent devoir être aussi vives qu’elles le sont d’ordinaire après les grandes opérations.
Neuf jours se sont écoulés depuis cette castration. La plaie s’est réunie en grande partie par première intention ; le malade n’a plus de fièvre, il mange le quart, et l’on ne peut douter du succès complet de l’opération ; aucun abcès ne s’est manifesté dans la vaste cavité qui est au-dessus de l’anneau et qui contenait un liquide séreux qui s’est écoulé au moment de la section du cordon ».

Très vite, pour ne pas dire dans l’instant, l’anesthésie s’est banalisée à Lyon et les articles du Journal de Médecine de Lyon de janvier 1847 et celui de Diday dans la Gazette Médicale de Paris du 13 février montrent le nombre important à l’époque des malades éthérisés à Lyon.
Avant de réaliser ce catalogue, il convient de rappeler que le programme opératoire des hôpitaux français ne comportait qu’un nombre limité d’intervention, l’activité opératoire étant réduite par le risque qu’elle faisait courir au patient et par les limites imposées par la douleur subie, ainsi il n’était pas question d’opérer à ventre ou à thorax ouverts. Aucun document lyonnais ne signale le lieu où s’effectuaient ces opérations, mais on sait qu’il n’y avait pas de salle dédiée et que l’on se contentait d’une pièce munie d’un lavabo, l’intervention se faisant sur une chaise ou sur une table, l’opérateur en habit opérant à mains nues. Ces interventions s’effectuaient devant « un concours nombreux d’assistants » (Diday) et Bonnet parle de « l’affluence considérable de médecins et d’élèves qui se pressaient autour » de lui (le malade) ainsi que de « curieux » attirés par le nouveau procédé. Diday déclare à propos de ses réserves éthiques «  un praticien se propose d’amputer un membre sans douleur…. Une foule compacte de spectateurs est accourue pour vérifier le résultat ».

Le 28 janvier, ce qui illustre pour Guillet le peu d’activités des services chirurgicaux de l’époque, Bonnet procède à sa 2° « éthérisation » pour une orchidectomie. Il a utilisé également l’éthérisation pour une indication non chirurgicale, ce qui est original et inédit, afin d’éviter la douleur considérée comme « atroce » (Diday) provoquée par l’ablation de la calotte utilisée pour traiter une teigne faveuse chez un enfant de 12 ans. Ce qui est aussi original est la répétition de cette éthérisation : trois éthérisations ont permis trois ablations sans douleur. Cette indication est novatrice par son caractère antalgique pur, sa répétition et sa réalisation chez un enfant. Une éthérisation pour extraction dentaire s’est avérée par contre un échec, le malade étant resté constamment éveillé et refusant la dite extraction.

Bouchacourt, cité par Bonnet et Diday, a pu réaliser à la Charité, avec un appareil de Bonnet, l’ablation d’un cancer volumineux du sein droit : 1100 grammes selon Diday. Pétrequin a pu réaliser 5 interventions sous éthérisation comme le rapportent le Journal de Médecine de Lyon et Diday :

  • Une cure d’hydrocèle traitée par séton, c’est-à-dire par drainage avec un tube court de plomb.
  • Une uréthrotomie pour un rétrécissement de l’urèthre chez un homme jeune.
  • Une incision d’un abcès du sein chez une jeune femme.
  • Une cure de goitre kystique traité par séton après ponction.
  • Une ablation de la lèvre pour un cancer chez un adulte.

Diday rapporte aussi que Pétrequin pratique le 1° février une amputation du médius chez un garçon de 16-17 ans. D’autres tentatives, 4 selon Diday, sans savoir si elles se recoupent avec les précédentes, se sont accompagnées d’un demi-succès, ce qui donnerait à son auteur le record du nombre d’éthérisations réalisées dans la période considérée.

Diday lui-même a pratiqué « sur 3 malades le procédé américain. Les deux premiers essais ont à peu près échoué, ce que j’attribue aux appareils radicalement vicieux dont je me servais alors. Le 3° malade, jeune homme de 22 ans a subi l’excision de plusieurs excroissances à la base de l’anus sans dénoter de souffrance vive ».

Diday cite également, sans détailler, Landouzy et Gerdy, ce dernier n’a pas pu réaliser l’opération de la cataracte sur un malade agité. On voit donc qu’un nombre important d’éthérisations a été réalisé à Lyon sur 15 à 20 jours, toujours compte tenu de l’activité opératoire de l’époque.

Ces éthérisations semblent avoir été pratiquées au moins pour les premières par les chirurgiens : c’est ce qui ressort de l’article de Bonnet qui s’exprime à la 1° personne pour décrire les anesthésies, de celui de Diday qui s’exprime aussi à la 1° personne.

La surveillance est clinique et rudimentaire, reposant sur le comportement du patient qui permet au chirurgien d’envisager l’opération et sur la prise de pouls. Ainsi il est fait observation d’engourdissement, d’ivresse, d’assoupissement, de sommeil (le terme d’anesthésie n’est pas encore inventé), notions à partir desquelles le chirurgien peut se permettre d’opérer. Les données cliniques les plus intéressantes sont fournies par Pétrequin à Diday qui commence à décrire les stades de l’anesthésie :

« Je distingue assez sûrement les individus chez lesquels l’aspiration doit produire l’assoupissement. Le pouls devient alors moins fort, moins plein, plus lent. La pupille se dilate, l’œil perd toute expression et se tourne vers le haut comme dans le sommeil, la face devient pâle ; quand on voit se manifester cette triple modification dans l’état de l’œil, du pouls et du visage, on peut s’attendre à un sommeil prochain et se préparer à opérer ».

La surveillance du pouls est constante chez Diday, assurée par des assistants, ce qui pourrait ne pas être le cas dans la pratique privée et faire négliger une syncope ; cette surveillance semble se faire à la demande pour Bonnet, en cas de doute.

Ce qui a frappé au début tous les chirurgiens ce « sont les résultats inconstants et apparemment imprévisibles de l’éthérisation » qui ont pu faire douter de la technique. Diday :

« Comme à Paris, divergences extrêmes entre les effets : action tantôt nulle, tantôt incomplète, plus rarement décisive; mais cependant à mesure qu’on s’est éloigné des premières applications, que le manuel instrumental s’est perfectionné, on a plus rarement vu ces cas absolument réfractaires alors , qui au début avaient jeté une sorte de décourageante défiance dans l’esprit des observateurs ; toutefois et malgré un mieux réel, ces phénomènes ne sont point devenus univoques, et comme le disait M Bonnet à la société de médecine de Lyon (séance du 1° février), l’assoupissement complet a été ici un fait exceptionnel ».

Ces différences de résultats sont rattachées par A Bonnet à 3 conditions principales :

« 1° La constitution des malades : il est certain que les personnes délicates, nerveuses, sont plus vivement impressionnées par les vapeurs d’éther que les hommes vigoureux et d’une sensibilité obtuse. J’ai surtout pu apprécier ces différences en faisant respirer successivement des vapeurs d’éther à de jeunes gens bien portants, tous également calmes, et entre lesquels la différence des résultats devait surtout dépendre de la différence d’impressionnabilité. J’ai lieu de penser que le malade à qui l’on voulait arracher une dent et qu’on ne pouvait endormir, était donné à la boisson. Sans aucun doute, l’habitude des liqueurs alcooliques doit rendre moins sensible à l’action de l’éther. (Cette constatation s’est vérifiée depuis).

2° L’état de calme ou d’inquiétude dans lesquels ils se trouvent : une cause non moins puissante des variations dans l’effet, dépend de l’état de calme ou d’agitation des malades. En se servant des appareils perfectionnés que je décrirai plus bas, on obtient presque immédiatement le sommeil chez toutes les personnes qui n’ont point d’opération à subir immédiatement. On comprend sans peine que l’assoupissement soit bien plus difficile à obtenir chez celles qui sont arrivées à ce moment suprême, témoin le second malade dont j’ai rapporté l’histoire, qui s’endormit au bout de deux minutes (ce qui prouve que Bonnet a fait des essais à blanc) quelques jours avant l’opération, et chez lequel nous ne pûmes obtenir au moment de pratiquer celle-ci, qu’une sorte d’ivresse avec trouble profond de la sensibilité. Pour éviter ces inconvénients, il faudrait soumettre les malades aux aspirations d’éther pendant plusieurs jours de suite, sous prétexte de les préparer aux opérations, se tenir prêt à agir et à opérer à leur insu, quand le moment paraîtrait favorable. Il faudrait aussi que les malades ne fussent pas entourés d’une foule d’élèves et de curieux qu’attire aujourd’hui le bruit des expériences nouvelles».

Diday reste sceptique sur ces deux conditions : « Quelque importance que tout le monde s’accorde à leur attribuer autour de moi, je crois qu’il faut singulièrement en rabattre et qu’une saine logique commande de reporter sur la diversité des mécanismes employés la meilleure partie de ce qu’on met à la charge des idiosyncrasies, tempéraments, etc.… ».

Il a constaté des réponses variables à différents agents, mais «  je sais l’infinie diversité des individus sous le rapport de l’impressionnabilité aux médicaments ; mais en général cette diversité est plutôt relative à la dose nécessaire pour agir qu’elle ne s’entend du défaut absolu de l’effet…. avec un médicament aussi actif que l’éther…. Il serait souverainement contraire aux  indictions analogiques de prétendre qu’une influence individuelle quelconque puisse en rendre l’effet entièrement nul, quand il a été convenablement administré ».

Il tempère cette affirmation par des considérations toujours actuelles rejoignant Bonnet :

« La disposition morale que produit immanquablement l’imminence d’une opération, l’éclat du grand jour, l’occlusion toujours pénible des voies respiratoires, l’inhalation désagréables des premières vapeurs, n’est pas j’en conviens, propre à l’établissement du sommeil. Aussi tout le monde comprend qu’il importerait de changer toutes celles de ces conditions susceptibles de mutation contre des conditions absolument opposées ».

La 3° condition d’A Bonnet porte sur « la nature des appareils employés et à la manière dont on en fait usage ». C’est peut-être là que se manifeste le plus sûrement son talent.

Diday ébauche une première classification des appareils d’anesthésie. Il fait un distinguo subtil entre « les appareils à fonctionnement volontaire » dont le type sera l’appareil de Charrière faisant appel à « la présence d’esprit d’un homme qui s’assoupit », « des appareils à fonctionnement instinctif ou forcé » pour lesquels il prend pour type le 2° appareil de Bonnet. Pour ne pas être en reste, il propose un appareil de son invention qui, comme on le dit à Lyon, mérite son pesant de gratons : «Figurez-vous l’orifice d’une carafe, dont le rebord comme vous le savez est évasé et se renverse en dehors. Ici, le col de carafe est constitué par un tube métallique assez large pour ne pas jouer trop librement entre ses lèvres et son rebord évasé par un pavillon circulaire formé d’une épaisse lame de caoutchouc. Ce pavillon est plus large que l’ouverture buccale mais il est facile de l’y introduire en fronçant le caoutchouc. Une fois qu’il y a pénétré, il se déploie entre les arcades dentaires et la face interne des lèvres… et l’appareil se trouve ainsi d’un côté solidement fixé quelque soit l’agitation du malade, de l’autre en pinçant à celui-ci les narines, il est certain qu’il ne s’introduira pas dans sa poitrine une seul bulle d’air atmosphérique extérieure », mais l’asphyxie est programmée.

Bonnet est un homme pratique et réfléchi qui mène son action en deux temps : avant la connaissance de l’appareil de Charrière et après comme il le signale dans le post-scriptum de son article écrit secondairement. Sa première réflexion, alors qu’il ne connaît pas la technique des Parisiens l’amène à construire l’équivalent de l’appareil de Charrière avec « M Ferrand, pharmacien à Lyon, ancien préparateur de MM Chevreul et Magendie ». Comme Diday et ses autres confrères, il est préoccupé par le problème qui nous fait sourire, mais qui a représenté à son époque un défi technique considérable : construire un appareil pour les malades qui respirent par la bouche et une autre pour ceux qui respirent par le nez. Diday : « Faut-il mieux faire respirer par le nez ou la bouche ? Faut-il permettre au malade d’inspirer de l’air pur en même temps que la vapeur d’éther ? ».

Pour les malades qui respirent par la bouche, Bonnet prend un ballon (dont il ne précise pas la nature, mais sans doute de verre) rempli d’éponges imbibées d’éther muni de deux tubulures dont l’une est introduite dans la bouche. Il se pose deux questions : l’une sur le diamètre du tuyau buccal arrondi qui doit être de 1,5 à 2 cm en se basant sur l’ouverture de la bouche (en fait des lèvres) ; l’autre sur le volume du ballon qu’il estime à 500 CC car la valeur d’une inspiration « est de 250 ml auquel il faut ajouter la place prise par les éponges ». Bonnet insiste que le fait que « ce n’est pas de la vapeur d’éther qu’il faut introduire dans le poumon, mais de l’air atmosphérique chargé de vapeurs d’éther. Plusieurs appareils employés jusqu’à présent sont vicieux, faute de remplir cette condition importante ».

Il propose aussi d’ajouter au tuyau buccal un prolongement qui entoure la bouche, muni « comme le fait Morton de soupapes » pour que l’expiration se fasse à l’air ambiant. Diday a aussi ses idées sur les soupapes : « comme celui de M Charrière, nos appareils ont deux soupapes, pour que l’air extérieur ne soit pas aspiré et pour que l’air qu’on aspire ne rentre pas dans le ballon… Dans mon instrument, une seule soupape tient la place de celle-ci, en s’abaissant alternativement sur deux ouvertures adjacentes, et j’ai aussi jugé à propos d’aider à son action en adaptant d’après les idées de Reybard, un intestin mouillé à la tubulure qui doit traverser l’air expiré ».

L’appareil d’anesthésie à respiration nasale comporte « un flacon de verre de 250 CC à large ouverture » renfermant les éponges, fermé par un bouchon à trois trous. Un trou permet à l’air atmosphérique de rentrer, de chacun des deux autres sort un tuyau de caoutchouc destiné aux narines. Il faut avec cet appareil « aspirer par le nez et expirer par la bouche ». Pétrequin a les mêmes préoccupations qu’il confie à Diday : « Ce chirurgien veut que le tube porte vapeur soit terminé par une bifurcation dont les deux branches, destinées, l’une aux narines, l’autre à la bouche, pourraient se démonter et être enlevées isolément dans les cas où l’on aurait à opérer, soit sur l’une, soit sur l’autre de ces deux régions ».

La connaissance de l’appareil de Charrière entre le moment où Bonnet écrit son article et le moment où il le corrige, l’amène à ajouter un post-scriptum à cet article. Cette connaissance le réjouit car il « réalise les conditions dont je cherchais à faire sentir plus haut l’importance » : volume du vase, diamètre des tubes, embouchure munie d’une soupape. Il critique pourtant cet appareil destiné uniquement à la respiration buccale, ce qui prive le malade de « l’action stupéfiante que peut avoir l’éther sur les fosses nasales » et il remarque qu’on ne commande pas au malade le type de sa respiration. Il invente alors un système permettant la double respiration et dont la description par Diday est plus précise que celle de Bonnet : « Le tuyau emmanché au ballon d’éther se termine par une sorte de masque métallique creux emboîtant tout le bas de la face et dont la ligne de contour suit fidèlement les sinuosités du dos du nez, des régions zygomatiques, géniennes et mentales….. 
Les inventeurs ont imaginé d’interposer entre les téguments et lui une espèce de remplissage, un petit coussinet aplati, assez semblable à ces coussins pneumatiques usités en voyage, construit comme eux en caoutchouc, mais ne contenant qu’une faible quantité d’air, il est percé de deux trous correspondant l’un aux narines, l’autre à la bouche ».
Il s’agit là, si je ne m’abuse, de la première description du masque anatomique.

Il supprime les éponges et met l’éther dans un réservoir de 60 ml semble-t-il (Diday), muni d’un robinet. Il fait arriver cet éther dans le ballon en ouvrant le robinet ce qui « favorise la volatilisation rapide ». « Nous le faisons tomber en quantités graduellement croissantes afin que le malade n’en aspire au début de l’expérience qu’une quantité insuffisante pour provoquer la toux ».

Enfin, dans la Gazette Médicale du 13 mars 1847 (3), Bonnet ajoute un perfectionnement qu’il attribue à Pomiès, comme le confirme Diday :

« Dans tous les appareils y compris ceux de M Charrière, la soupape qui se soulève pour laisser passer la vapeur d’éther est placée très près de la bouche et le ballon a un orifice communiquant avec l’air ambiant… Mon ami M le docteur Pomiès a parfaitement compris qu’il y a là un vice radical de construction… Puisqu’on veut concentrer autant que possible la vapeur d’éther, n’est-il pas contradictoire de la laisser libre de se dégager dans l’air ? Et cette portion de vapeur qui est perdue pour le malade en même temps qu’elle va affecter désagréablement l’opérateur et les assistants, ne peut-elle être retenue dans le réservoir ? M Pomiès y est parvenu en ajoutant une soupape qui conduit l’air atmosphérique dans le ballon ».

La description de cette soupape par Diday est là encore plus précise :

« Son inventeur l’a facilement réalisé en adaptant à l’extrémité tournée vers le bas d’un tube courbe à convexité supérieure, une soupape disposée de manière à fermer l’ouverture en retombant par son propre poids dès que l’inspiration est terminée ». «Cette soupape a encore le précieux avantage de laisser suivre à l’opérateur pas à pas la marche de l’expérience. Se soulève-t-elle librement dans l’inspiration, On peut être sûr qu’il entre suffisamment de vapeur d’éther dans le poumon .Son ascension est-elle moins forte ? C’est qu’il s’opère une fuite quelque part. Reste-elle complètement abaissée ? Alors l’appareil ne fonctionne plus : une jointure est relâchée, une fissure s’est faite à l’embouchure, un intervalle existe entre elle et la bouche ou le nez. Dans ces divers cas, le chirurgien averti à temps, est en mesure de parer aux imperfections signalés par ces moyens ».

Pour Diday

« l’appareil de M. Bonnet et Ferrand est certainement l’un des meilleurs qu’on puisse employer. Je lui ai cependant ouï adresser quelques reproches. D’abord il est trop compliqué (sic) ; puis on a réussi sans lui (avec des échecs). Rien ne le fixant en place, il se dérangera pour peu que le malade soit indocile (ce qui prouverait qu’on ne maintient pas le masque ou que Diday n’imagine pas qu’on puisse le maintenir ; Bonnet est muet sur ce point). En outre, il ne permettrait pas, (ce qui est vrai) de soumettre à l’éthérisation des malades qu’on voudrait opérer avec des lésions siégeant dans la bouche, les fosses nasales etc. ».

Par Vincent Banssillon, Professeur de médecine

(suite de l’article, la semaine prochaine…)

  1. DIDAY H. Lettre sur l’emploi des inhalations éthérées à Lyon. Gaz. Med. Paris. 1847. 7 :121-125 []
  2. BONNET A. Expériences faites dans le service de clinique chirurgicale sur l’inspiration des vapeurs d’éther sulfurique et précautions à prendre pour assurer l »effet de ce moyen. J. Med. Lyon. 1847 : 1 : 61-72 []
  3. Anonyme : Expériences faites à l’Hôtel Dieu de Lyon sur une nouvelle méthode pour détruire la douleur. J. Med. Lyon. 1847 :1 : 73-78 []
  4. BONNET A. Expériences faites dans le service de clinique chirurgicale sur l’inspiration des vapeurs d’éther sulfurique et précautions à prendre pour assurer l »effet de ce moyen. J. Med. Lyon. 1847 : 1 : 61-72 []
  5. Anonyme : Expériences faites à l’Hôtel Dieu de Lyon sur une nouvelle méthode pour détruire la douleur. J. Med. Lyon. 1847 :1 : 73-78 []
  6. VUILLIET J. Contribution à l’étude de l’histoire de l’anesthésie (1847-1950). Thèse Lyon. 1981. N°249.)) estime sans donner ses sources, que ces éthérisations ont été faites en février.
    Cet article est publié après celui de Bonnet et semble avoir été écrit un peu précipitamment.
    Bonnet écrit dans le post-scriptum de son article que l’on peut dater du 24 janvier où il donne la date du 20 janvier : « 8 jours ont été écoulés entre le moment de sa rédaction et celui où les épreuves m’ont été rapportées » (Le 1° février comme il le signale).
    Diday note également que Bonnet a fait une communication orale à la Société médicale de Lyon le 1° février sans relever de communication de Pétrequin ; il en parle largement par ailleurs en donnant la date du 1° février pour une anesthésie non publiée dans le Journal de Médecine de Lyon (ce qui a été peut-être à l’origine de l’affirmation de Vuilliet). L’article non signé a très vraisemblablement été rédigé par Barrier après avoir reçu l’article de Bonnet, c’est-à-dire après le 25 janvier ; sa phrase où il dit que l’éthérisation méritait d’être expérimentée à nouveau est d’ailleurs ambiguë et semble reconnaître l’antériorité de Bonnet. Même si Pétrequin a réalisé une éthérisation à peu près à la même période, l’article de Bonnet, signé par lui, est très détaillé, donne une date de sa première anesthésie et détaille longuement ses protocoles en proposant des appareils nouveaux et performants permettant des anesthésie prolongées et totales.

    Nous retiendrons donc pour l’histoire le nom d’A Bonnet avec R Guillet ((GUILLET R. Amédée Bonnet et la première anesthésie à Lyon. Lyon Chir. 1959 :3 : 442-48 []


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *